AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2210965241
Éditeur : Magnard Jeunesse (01/02/2018)

Note moyenne : 4.32/5 (sur 37 notes)
Résumé :
" - Vas-y, joue quelque chose. Ce que tu veux, ce que tu aimes, ce qui t'emporte ! "

Depuis qu'un accident de voiture l'a complètement défiguré, Igor se mure dans le silence. Sa rancune envers son père, responsable de l'accident, est immense, comme sa solitude.

Rhéa sombre dans le chagrin après le suicide de son petit ami. Encore sous le choc, elle ne sait plus à qui ni à quoi se raccrocher dans la ville où elle vient d'emménager.>Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
anlixelle
  14 février 2018
Les écrivains mettent une sonde au coeur du monde, Marie Corot et Nancy Guilbert ont sondé le coeur de deux adolescents blessés par la vie, sauf que leur roman s'adresse à tout le monde, et c'est là une de ses très nombreuses qualités.
C'est un véritable coup de foudre qui s'est opéré en moi dès les premières lignes de Deux secondes en moins. Mille merci donc à Babelio et aux Éditions Magnard de m'avoir proposée cette merveilleuse lecture. L'âge n'a rien à voir dans le plaisir des bons textes. En voici la preuve.
 Il y a très très longtemps que je n'avais pas fait l'ascenseur émotionnel avec un livre, et pourtant, dans mes mains, le nombre de livres qui passe chaque année est très grand. Mais d'une telle qualité, je n'en découvre qu'un par an, deux... peut - être...
S'il vous plaît, ne réservez pas cette histoire au public adolescent, ce serait une erreur, car les deux voix adolescentes qui s'y racontent, qui disent la douleur, et toutes les étapes par lesquelles l'adversité les oblige à passer, c'est celle de tous ceux qui traversent un grand drame.
A quinze ans, à trente, à quarante (etc...) le travail d'acceptation, de deuil, en passant par le déni,  par la révolte, entre autres étapes... se fait pareillement.
Deux secondes en moins est donc un texte universel.
Comme autre élément intéressant il y a la musique, elle est LE miroir de ses deux vies intérieures cassées, et parce qu'elle est thérapeutique, elle les maintient dans l'action,  dans la concentration, dans l'échange, dans l'instant présent, dans le plaisir, dans le vivant. Grâce à quelques " magiciens " dont je ne dirai rien, car je ne spoile jamais mes lectures, on découvre, une fois de plus, que l'art maintient là, ici et maintenant, loin du néant.
Le grand mérite de cette histoire est également de nous rappeler l'espace de confiance dont ont besoin les adolescents. Nous les adultes voulons qu'ils vivent à notre rythme, ne les écoutons qu'au minimum parfois,  et ne sommes souvent pas à même de mesurer les poids qui les écrasent. Marie Colot et Nancy Guilbert ont travaillé leur sujet. Grâce à elles, leurs personnages, qui s'expriment à la première personne, en alternance, ( Marie C. pour Igor et Nancy G. pour Rhéa ) ont une capacité d'analyse des rapports humains étonnante et subtile.
Aucun pathos, aucun moment mièvre n' est à relever. Ces dames ont la classe pour tricoter leur histoire qu'elles servent très délicatement  grâce à  une narration fluide, une plume vive et intelligente. Pas un mot de trop, tout est juste, leur écriture est réaliste et parle directement à notre conscience. Bravo !
Vous l'avez compris, une grande émotion maintenue tout le temps de la lecture est ainsi la trame principale de cette histoire marquante et bouleversante à faire circuler absolument autour de vous car Marie C. et Nancy G. ont tout simplement signé un livre ... le chant de la Vie.
Et on en a besoin,  à tout âge !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
Srafina
  17 février 2018
Igor, Rhéa, deux êtres meurtris. L'un dans sa chair, l'autre dans son âme.
Mais la douleur fait les même ravages. Repli sur soi, haine des autres. Dévastateur le temps n'arrange pas les choses. Ils se sentent isolés mais s'isolent eux même de tout ce qui était leur vie précédant le drame.
Heureusement pour eux, il y a l'amour de la musique et Fred, un professeur de musique pas comme les autres. Lui aussi sait ce que sait la souffrance et c'est pour ça qu'il trouve les mots, les gestes qui apaisent.
Roman écrit à quatre mains par Marie Colot et Nancy Guilbert. On sent à travers leur narration la douleur de ces deux jeunes, mais aussi la lumière qui ne demande qu'à émerger. Toutes les phases du deuil ressortent, rejet de soi et des autres, colère, peine et que ce soit pour la perte d'un visage ou la perte d'un être cher, le chemin est très difficile.
La rencontre de ses deux êtres leur sera très salutaire et cela à travers la musique et le dépassement de soi pour que l'autre s'en sorte. Ils vont apprendre à s'apprivoiser et ainsi se sauver eux-mêmes. En jouant ensemble du piano, ils vont retrouver la confiance en eux et le goût de vivre car il y a toujours de l'espoir.
Très joli roman pour la jeunesse, avec une écriture à la fois douce et percutante. On sent les émotions à fleur de peau.
Le travail du deuil est long et semé d'embûches et je trouve que c'est une bonne approche pour les jeunes de plus de 13 ans à qui est destiné ce roman pour comprendre ce cheminement.
Très belle lecture.
Merci à Babelio et aux Éditions Magnard jeunesse pour cette belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
LightandSmell
  09 mars 2018
Deux secondes en moins, c'est l'histoire de deux adolescents meurtris, l'un dans sa chair, l'autre dans son esprit. Igor s'est ainsi vu défiguré suite à un accident de voiture, quand le coeur de Rhéa a explosé en mille morceaux à l'annonce du suicide de son petit ami, Alex.
Deux drames auxquels les lecteurs ne peuvent rester insensibles d'autant qu'au gré des pages, on apprend à connaître ces deux jeunes gens très différents l'un de l'autre, mais pourtant unis par le même amour de la musique. Cette passion pour la musique, c'est ce qui va d'ailleurs leur permettre de sortir la tête de l'eau, de reprendre goût à la vie et de se rendre compte que tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. Une phrase qui peut sembler ô combien éculée, mais que Marie Colot et Nancy Guilbert ont su rendre réelle et tellement pleine de sens.
Mais avant la reconstruction, les deux adolescents ont traversé des zones de turbulences et ont été assaillis par une multitude d'émotions comme la colère, la haine pour Igor, et la culpabilité ou le désespoir pour Rhéa. Et si le père d'Igor n'avait pas regardé son portable au volant ? Et si l'entourage d'Alex avait su saisir son désarroi et son mal-être avant qu'il ne commette l'irréparable ? Des questions que les deux jeunes ne peuvent que se poser et qui, bien que naturelles, finissent par leur faire plus de mal que de bien. le passé demeurant figé quoi que l'on puisse faire ou penser, le titre prend alors tout son sens : deux secondes en moins, c'est ainsi ce qu'il aurait fallu à Igor et Rhéa pour continuer à vivre normalement, mais deux secondes en moins, c'est aussi ce qu'ils n'auront jamais…
Englués dans ce passé qu'ils ne pourront jamais réécrire, ce n'est que l'intervention d'un professeur de musique, Fred, qui va leur permettre de progressivement réapprendre à vivre, puis à savourer les petites choses de la vie. Cela ne se fera évidemment pas sans heurts, sans moments de doute ou de peine, mais les deux adolescents pourront compter sur le soutien inconditionnel de leur professeur de musique. Ce dernier fait preuve, tout au long du livre, d'une telle sensibilité et d'une telle douceur qu'il force l'admiration et le respect. Mais en découvrant son passé, on ne peut que comprendre la justesse avec laquelle il intervient dans la vie des deux jeunes gens. Il arrive à leur insuffler l'énergie pour avancer dans la vie tout en leur laissant toujours la distance nécessaire pour ne pas les brusquer. Il n'impose jamais rien, mais se contente de suggérer et de guider Rhéa et Igor tout en leur rappelant régulièrement à quel point il croit en eux, en leur force et en leur capacité à avancer malgré l'adversité. Fred est définitivement un personnage auquel on s'attache et qu'on aimerait avoir à ses côtés notamment dans les moments difficiles quand la douleur physique et/ou mentale ne permet plus d'avancer… Pour reprendre les rênes de leur vie, Rhéa et Igor pourront évidemment compter sur Fred, mais aussi sur un perroquet nommé Obama. Presque aussi bon orateur que l'original, ce perroquet est un concentré de bonne humeur et d'ondes positives. En plus d'être très drôles, ses interventions tombent souvent à pic et apportent un peu de légèreté, ce qui permet parfois aux personnages de dédramatiser la situation. Je peux vous dire qu'Obama m'a fait rire à plus d'une occasion et que je rêve maintenant de l'adopter.
Et puis, personnage à part entière, il y a bien sûr la musique, la musique qui offre à ces deux adolescents meurtris l'occasion de s'exprimer, d'exprimer des émotions que les adultes de leur entourage, mus dans leurs propres douleurs et problèmes, ne sont pas forcément capables d'accueillir et d'accompagner. le roman est en cela un peu une ode à la musique, à celle du coeur, à celle qui apporte du réconfort, à celle qui vous pousse dans vos retranchements, à celle qui vous prouve que oui, vous êtes toujours vivant, et qu'il va vous falloir travailler dur, très dur pour dompter les mélodies qui bercent vos vies. La musique, c'est également ce qui va lier la vie d'Igor à celle de Rhéa, deux adolescents que les lecteurs vont voir évoluer chacun de leur côté, mais aussi ensemble. La musique transcende alors la douleur pour nous offrir une belle histoire d'amitié, une lueur d'espoir dans le brouillard. Comme c'est très justement souligné dans le livre, à deux, Rhéa et Igor n'auront pas moins mal, mais ils seront plus forts, plus forts pour faire la paix avec le passé et pour réapprendre à vivre, différemment, mais à vivre quand même jusqu'à, de nouveau, trouver le chemin du bonheur.
Alors que ce roman aborde des sujets difficiles, il a indéniablement des airs de feel-good, car une fois la dernière page tournée, c'est bien l'espoir qui nous imprègne, de la tête aux pieds, du corps à l'âme. Les deux autrices ont ainsi réussi à parler du mal-être chez les adolescents, du suicide, du deuil sans jamais tomber dans le pathos. Elles ne minimisent pas la douleur des personnages, mais montrent qu'elle ne les définit pas et qu'il est toujours possible, même si c'est difficile, de faire face aux drames qui peuvent survenir à tout moment… Je tiens également à souligner la parfaite symbiose entre les plumes de Marie Colot qui a donné voix au personnage d'Igor et Nancy Guilbert qui s'est consacrée à celui de Rhéa. Bien qu'écrit à quatre mains, il n'y a aucune dissonance, ce roman semblant être l'oeuvre d'une seule et même personne ! Seule l'alternance des points de vue, chapitre après chapitre, permet de distinguer l'apport de chacune dans cette histoire qui sonne tellement juste, tellement vraie. Les deux autrices ont su, en effet, trouver les mots pour rendre la douleur et les émotions de leurs personnages réalistes et palpables. Cela s'explique, peut-être et en partie, par le fait qu'elles ont elles-mêmes traversé un drame dans leur vie. Que ce livre ait une fonction cathartique ou non, ce qui est certain, c'est que Marie Colot et Nancy Guilbert ont su nous offrir une histoire sans fausses notes qui touche directement le coeur des lecteurs.
Je pourrais vous parler pendant des heures de ce livre qui m'a touchée et émue, qui m'a fait traverser différentes émotions et qui a réveillé en moi certaines choses bien enfouies. C'est d'ailleurs un peu la force de ce livre qui, bien qu'il soit destiné d'abord aux adolescents, pourra plaire et parler à tout le monde ; la mort, les drames, la vie et l'espoir n'attendant pas l'âge. Je m'arrêterai donc en vous conseillant simplement de vous laisser tenter par ce roman qui a été pour moi un véritable coup de coeur que ce soit pour son histoire, ses personnages ou le message d'espoir qu'il véhicule. Car oui, la vie et la douleur sont intrinsèquement liées, mais cela vaut la peine de se diriger vers la lumière quand la noirceur semble vous aspirer. Et si cela vous semble trop dur, mettez un CD qui vous fera ressentir des émotions, qui vous fera vibrer, faites-vous un thé… Ou plongez-vous dans cette histoire qui met du baume au coeur et qui vous apporte la dose d'optimisme nécessaire pour vous prouver que oui, après la douleur, le bonheur est possible.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
montmartin
  16 février 2018
Depuis son accident, la vie d'Igor est une peau de chagrin, pleine de cicatrices et de greffes successives. Obama, son perroquet est sa seule compagnie. Cet étrange oiseau comble le silence avec ses parents. Igor emploie toutes ses forces pour s'asseoir devant son piano, il faut éviter de perdre la main maintenant qu'il a perdu son visage.
Alex, le petit copain de Rhéa s'est jeté sous un train. Personne ne l'a compris, il ne voulait pas devenir ingénieur, ni médecin, il voulait juste créer des mélodies à la guitare. Maintenant qu'Alex est parti, Rhéa ne voit plus l'intérêt de reprendre le piano au conservatoire, personne ne prendra jamais sa place dans son coeur.
Le récit de deux adolescents blessés qui s'isolent dans leur douleur et qui vont se reconstruire grâce à la musique. Fred un professeur de piano, amateur de thé, va leur proposer de travailler, chacun de leur côté, une Fantaisie de Schubert. Mais ce morceau se joue à quatre mains…
Même si ce roman s'adresse en priorité aux adolescents, leurs parents ne seront pas insensibles à ce récit, où tour à tour, Igor et Rhéa prennent la parole pour nous confier leur mal-être, la difficulté à supporter le regard des autres, leur relation tendue avec leurs parents. Une leçon d'espoir portée par une belle écriture. Merci aux éditions Magnard Jeunesse et Babelio de m'avoir permis de lire ce roman.

Lien : http://notreavis.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
boubile
  20 février 2018



Une lecture qui a été un véritable coup de coeur, et qui m'a fichu une sacré claque !
Igor et Rhéa, deux ados, abimés, cassés, meurtris, l'une à l'intérieur, l'autre à l'extérieur.
Deux secondes en moins, on pourrait dire deux secondes de trop…. Celles où tout a basculé. Celles qui font qu'il y a un avant et un après.
Un après où il faut tout de même vivre, réapprendre, à 15 ans on a la vie devant soi, en principe.
Heureusement on croise parfois la route d'êtres exceptionnels, souvent cabossés aussi, c'est le cas lorsque Rhéa et Igor rencontrent Fred, un professeur de musique pas tout à fait comme les autres.
Fred aussi a beaucoup souffert, et c'est certainement ce qui lui permet d'avoir tant d'empathie envers ces deux jeunes. J'ai adoré le personnage de ce prof de musique, passionné de thés et de Haikus. Fred trouve les mots, les bons gestes et fait preuve d'une patience impressionnante.
Peu à peu, Igor et Rhéa s'apprivoisent, un pas en avant, un petit pas en arrière de temps en temps, et on continue, doucement, tout doucement…
Dans ce roman écrit à quatre mains, les auteurs nous dévoilent une palette d'émotions assez incroyable. Si on me demandait le thème principal de ce livre, que dirais-je ? Un livre sur l'amitié, la tolérance, le deuil, la confiance, la solidarité, le chagrin… je pourrais citer bien d'autres termes, et finalement, je crois que je dirais pour résumer, un livre sur l'Espoir avec un grand E.
Et tout au long de ce récit, il y a la musique, qui est ce lien si fragile qui les unit, et leur permet d'avancer ensemble.
Un roman à quatre mains pour une Fantaisie à quatre mains, un roman doux et pourtant si cruel. Des petite touches d'humour sont parsemées par ci par là avec les interventions du Perroquet Obama.
Ce que je souligne, c'est qu'à aucun moment on ne tombe dans le pathétique, et si cette histoire m'a arraché des larmes, c'est tout simplement parce que c'est beau.
Bravo à ces deux auteurs que je ne connais pas d'avoir si bien retranscrit les émotions de ces deux ados.
Vous l'aurez compris, j'ai adoré. Merci Babelio pour cette masse critique qui m'a une fois de plus permis de faire une belle découverte.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (1)
Actualitte   28 février 2018
Deux secondes en moins est un roman à quatre mains pour faire entendre deux voix exprimant une riche palette d’émotions. Nancy Guilbert et Marie Colot ont su dépeindre avec justesse les maux de l’adolescence, en particulier, et ceux de la vie, en général.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
SrafinaSrafina   16 février 2018
Citation :

Oui Alex, je sais, c'est bateau, mais il y a des phrases qui nous raccrochent à quelque chose de positif et nous font changer de point de vue.
C'est le cas avec celle de Fred, aujourd’hui,alors je la note ici
« Nulle pierre ne peut être polie sans friction, nul homme ne peut parfaire son expérience sans épreuve. (Confucius) »
Tu vois tu me disais que la vie c'était de la merde et j'avais beau t'expliquer que non,, qu'on était sur terre pour vivre des expériences qui nous feraient grandir… Toi tu ne voulais pas m'entendre.
Ou peut-être que tu ne pouvais pas m'entendre...
Si seulement tu avais pu rencontrer Fred….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Mar-KheMar-Khe   21 février 2018
Les adultes sont dévastés. Ils ne sont pas à la hauteur. Ils font semblant mais ne maitrisent rien du tout. Ils prononcent des phrases toutes prêtes et inutiles, les yeux gonflés de larmes, pour éviter des silences pesants, mais au fond, ils sont aussi perdus et démunis que nous. Des gamins effrayés devenus grands, mais qui n'ont toujours rien compris. Alors, pour se rassurer, ils s'inventent des codes et des cases, beaucoup de cases dans lesquelles ils rangent les gens soigneusement. Et quand tu n'entres dans aucune, on t'éjecte, un petit sourire, une tape sur l'épaule, mais on t'éjecte quand même...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LesLecturesDeLinaLesLecturesDeLina   15 février 2018
-Je ne sais pas ce qu’elle a. Fred m’a seulement dit qu’elle avait vécu un drame. Elle est peut-être aveugle, sourde et muette ou atteinte d’une maladie incurable. Tout est possible. Un beau duo d’éclopés, quoi ! A nous deux, on fera pitié, c’est sûr. Il ne manquera plus que le chapeau où jeter des pièces !
Mme Jacquelin se racle la gorge, gênée par mon franc-parler.
-Un drame n’est pas toujours lié au physique.
-Hein ?
-Igor, avec-vous envisagé qu’elle n’ait aucun problème apparent ?
-Qu’elle soit seulement tarée, c’est ça ?
-Qu’elle ait une douleur invisible, contrairement à la vôtre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LesLecturesDeLinaLesLecturesDeLina   15 février 2018
Obama ? Quel drôle de surnom ! Un peu mytho, cet Igor, non ?
Je comprends vite mon erreur : un perroquet s’égosille dans une cage et répète à qui mieux mieux :
- « Voi-là Rhéaaa, voi-là Réaaa ! »
Je n’ai pas trop le choix. Cet étrange animal semble faire partie de la famille.
- Bonjour Obama, dis-je en m’approchant de lui.
Cette phrase a le don de le mettre dans tous ses états. Il renverse sa coupelle de graines, s’élance contre les barreaux et bat des ailes vigoureusement.
-Arrête, Obama, sinon je mets le drap, articule-t-on soudain derrière moi.
- « Arrrrêêêtte Obama, répète l’oiseau, très énervé. Pas le draaap, pas le draaap ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ColibrilleColibrille   13 mai 2018
"Lorsqu'une porte du bonheur se ferme, une autre s'ouvre. Mais parfois, on observe si longtemps celle qui est fermée qu'on ne voit pas celle qui vient de s'ouvrir à nous."
Alex, ne m'en veux pas, une nouvelle porte est devant moi et j'ai la main sur la poignée.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Marie Colot (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Colot
Vidéo de Marie Colot
autres livres classés : suicideVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
281 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre
. .