AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782874263262
263 pages
Éditeur : Alice (29/06/2017)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Jozef est du genre petite frappe : vol à la tire, deal de drogue. Jozef est prêt à tout pour prendre sa vie «en mains» et sortir de la misère sociale dans laquelle vivent ses parents, d’honnêtes travailleurs. Pour ça, il n’hésite pas à prendre des risques, comme dealer sur le territoire du caïd du coin. Mais pour le moment, il a des préoccupations plus urgentes. Assis à même le sol, menotté à un radiateur parce qu’il n’y a plus de cellules vides, il attend de passer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
ange77
  04 décembre 2017
《 Le danger m'attire, m'entraîne, m'aspire et tant pis pour la suite. 》
Un récit coup de poing, un bouquin coup de coeur.
Immersif.
Efficace.
Poignant.
Actuel.
《 Comme ma seule liberté, c'est de rêver, je rêve de liberté. 》
En cochant ce titre à la dernière Opération de Masse Critique, je n'imaginais pas l'impact que sa lecture aurait sur moi, ni à quel point j'en ressortirais chamboulée.
Je crois même qu'il s'agit du premier livre - issu d'une MC (et dont je ne connaissais pas l'auteur) - qui provoque chez moi un tel engouement. J'en profite pour remercier toute l'équipe de Babelio et les Eds Alice pour l'envoi de ce petit bijou littéraire.
《 Je veux qu'on grave nos initiales sur les pavés de la cité, car les "je t'aime" s'effacent quand on les écrit à la craie.
Cette meuf me rend Rimbaud. 》
Josef est un ado de 15 ans, comme il en existe plein. Un écorché, une âme à fleur de peau, "une petite frappe" comme le nomment les flics du commissariat qu'il connaît déjà trop bien.
Josef n'est pas vraiment différent des autres jeunes de sa cité, il se joue des interdits et vit d'amour et d'adrénaline. Enfin, d'amour... c'est ce qu'il voudrait, ce qu'il espère, ce qui le tient debout.
Malheureusement pour lui, aujourd'hui, la vie déjà pas si drôle a décidé de ne lui faire aucun cadeau.
《 Je n'ai qu'un coeur et deux poumons. C'est trop peu quand on étouffe. 》
Un roman uppercut, qui heurte, file à la vitesse VV' et cogne encore, plus fort, plus vite...
Une fuite éperdue...
Pas le temps de souffler, juste celui de souffrir.
Engrenage terrible et sans répit.
Les 'chapitres-minutes' défilent à une folle allure ; vingt-quatre heures extrêmement réalistes - sans verser dans les clichés pour autant - de la vie de ce jeune garçon avide de liberté, nous sont ici relatées en mode journal de bord chronométré.
《 (...) moi, j'essaie d'oublier. Les mots et les images, la vérité et la rage, les bons et les mauvais souvenirs, les erreurs et les coups de poing. J'aimerais me vider de ma colère. Pourtant, je suis obligé de la traîner avec moi : je suis devenu mon pire ennemi. 》
J'ai dévoré les quelques 250 pages de l'oeuvre de Marie Colot, avec une rapidité relativement "exceptionnelle" me concernant, tant l'histoire m'a pris au piège de cette course-poursuite haletante et trépidante.
Telle une violente pluie cinglant les carreaux des fenêtres de mon esprit, les mots ont martelé inlassablement leur message tout au long du récit, un extraordinaire message ; un message d'espoir au final.
《 Dans le pire, c'est moi le meilleur. 》
Aucune ombre au tableau, Jusqu'ici tout va bien est une véritable petite perle à mes yeux. Une réussite.
《 L'avenir, je ne connais pas son adresse et je n'ai pas envie de la chercher sur une carte. Je n'ai jamais emprunté de voie toute tracée sauf celle dessinée par mes pieds sur le pavé minute après minute. 》
D'aucuns apprécieront, ou reprocheront, peut-être le côté parfois moralisateur qui ressort de l'histoire - n'oublions pas que c'est destiné à un jeune lectorat - , mais il en reste néanmoins une lecture intéressante, vive et particulièrement touchante.
En tous cas, j'ai beaucoup aimé découvrir la plume sensible et intelligente de Marie Colot, cette compatriote belge (qui collectionne les éléphants, tout comme moi ^^) dont j'ignorais le nom jusqu'à présent, mais une chose est certaine maintenant ; je compte bien y regarder de plus près et jeter un oeil curieux à ses autres publications.
;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
letilleul
  05 septembre 2017
Un récit rythmé oú le lecteur suivra la cavale de Jozef presque minute par minute. Ce roman initiatique décrit le parcours chaotique d'un ado entre violence et tendresse qui saura faire le choix entre devenir un petit caïd aux gros bras sans avenir et apprendre à pleurer et à penser à demain même dans un monde guère accueillant.
Commenter  J’apprécie          90
MadameTapioca
  07 décembre 2017
Jozef est ce que l'on peut appeler un ado à problèmes, un jeune délinquant, une petite frappe. Il vit dans une cité ou il ne côtoie que des jeunes comme lui.
Le livre commence un mercredi à 11h36, alors qu'il vient de se faire arrêter lors d'un braquage de superette.
Assis à même le sol, menotté à un radiateur, il attend de passer devant le commissaire pour vol à main armée. Tout ça ne le préoccupe pas trop. Lui, il pense à Amel, celle avec qui il a rendez-vous dans quelques heures. La belle Amel, la soeur du caïd local. le problème, c'est que Darius, son complice et copain de toujours, vient de le balancer. Jozef, risque d'être envoyé immédiatement en centre éducatif fermé et adieu le rendez-vous avec Amel. Il n'en est pas question, il faut qu'il se fasse la malle.
L'auteur va nous faire vivre vingt-quatre heures haletantes dans la vie et dans la tête de Jozek, recherché par la police mais amoureux et prêt à tout. Minute par minute, on suit son parcours qui oscille entre violence et douceur.
Histoire racontée à la première personne, le lecteur s'attache très vite à ce petit voyou car malgré ses agissements illégaux, Jozef aime Rimbaud, adore sa petite soeur et élève des chatons. Peut-on être un vrai « bad boy » dans ces conditions ?
Un beau roman jeunesse sur l'amour et l'amitié, sur les choix que l'on doit parfois faire dans sa vie et sur le chemin que l'on décide de prendre à un moment donné.
Rythmé par des chapitres courts et un timing parfait, ce livre se dévore d'une traite.
Conseillé par l'éditeur à partir de 13 ans, je dirais que 15 ans me semble plus approprié car quelques passages peuvent être un peu durs pour les trop jeunes (mais cela n'est que l'avis d'une maman).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lalitote
  26 mai 2020

Un roman jeunesse qui sera aussi apprécié des adultes. Nous rencontrons Jozef, quinze ans, fils d'immigré polonais à un moment où tout va mal pour lui. Il vient d'être arrêter pour un vol à main armés dans une superette. L'avenir semble bien sombre alors que son complice vient de parler et pour lui c'est le Centre éducatif à coup sur. Pourtant Jozef n'a qu'une idée en tête, il veut pouvoir honorer son rendez-vous avec la belle Amel qui fait battre son coeur. Et pour cela il faut qu'il s'évade… Un récit authentique où l'auteure se met dans la peau de ce jeune ado. Un travail sur son langage, ses attitudes et ses raisonnements qui sont bien au-delà de ce que l'on aurait pu attendre. Pour moi, Jozef existait vraiment sous sa plume. On entre de plein pied dans la vie des cités, avec les grands frères, les dealers et toute la misère sociale. On retrouve cette ambiance parfaitement bien construite, ici la Cité des Hirondelles dont seul le nom est pimpant.
Cela ressemblerait presque à un documentaire tant les faits parlent d'eux-mêmes mais c'est sans compter toute l'humanité et la tendresse de certains personnages qui changent la donne. On ressent les sentiments exacerbés de Jozef, sa colère et sa désespérance pourtant malgré la peur et le chagrin, il arrivera à tracer son chemin et pour nous c'est un moyen formidable que de pouvoir entrer dans sa tête et de vivre les événements à travers ses yeux. Marie Colot fait un travail formidable en décodant la réalité d'un jeune de quinze ans qui part en vrille. C'est puissant et vous fait réfléchir aux ravages de la déscolarisation, de la perte du rôle des parents. A peine abordée, on y parle aussi des violences policières ou tout au moins de la discrimination lors des interrogatoires. Je suppose que le titre est inspiré du film La haine de Mathieu Kassovitz. Une lecture qui se dévore et même si tout semble bien noir, il reste toujours l'espoir en une vie meilleure. Bonne lecture.

Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AurelieK
  06 décembre 2017
Jozef est un adolescent complètement "paumé", il ne vit que par le vol et la fuite...
Le lecteur suit la journée mouvementée de ce jeune délinquant que rien, ni personne n'arrête. On est tenu jusqu'au bout à ce récit à se demander si quelqu'un ou quelque chose arrivera à le faire réagir.
Je l'ai lu en deux jours, captivée par cette histoire: la journée de Jozef. Tous les personnages sont attachants. Difficile de m'arrêter dans ma lecture, à chaque page je voulais connaître la suite. Un roman que l'on peut partager avec de jeunes ados: différents thèmes sont abordés comme l'amour, les sentiments, la drogue, la délinquance.
Grâce à cette lecture, je découvre Marie Colot. Je vais donc renouveler l'expérience, avec grand plaisir, en lisant "dans de beaux draps".
Merci à Babelio et à l'éditeur Alice Eds pour cette belle lecture.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
ange77ange77   04 décembre 2017
Tout ça, c'est du passé. Du plus-que-parfait même. Je ne traîne plus au collége depuis des mois, mais mes conjugaisons, je m'en souviens. Il n'y a pas que des débiles qui sont virés de là. Il y a aussi ceux qui sont trop malins pour moisir sur les bancs de l'école. Pour foncer dans la vie, je n'ai pas besoin d'équations à deux inconnues ni de dissertations. Mes jambes suffisent.
Commenter  J’apprécie          100
letilleulletilleul   05 septembre 2017
Je n’ai plus d’énergie, plus d’espoir, plus de colère. Seulement une immense envie que ça s’arrête. Je shoote dans la neige jusqu’à m’écrouler. Je suis à nouveau mouillé. C’est arrivé si souvent depuis hier que j’ai arrêté de compter. Un peu comme erreurs. Dans le domaine, je mérite une ovation. Je continue à avancer sur mon fil comme un funambule en déséquilibre qui oublie le vide sous ses pieds. Et je me retrouve devant la porte de la seule personne capable de m’offrir un abri là où je n’aurais jamais cru être en sécurité…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
ange77ange77   24 novembre 2017
(...) Quand j'ai ouvert le bouquin pour le réduire en miettes, je me suis pris une claque.
《 Je me crois en enfer, donc j'y suis. 》
Mortelle, la phrase. Rimbaud, c'est un tueur. Il m'a filé un gros coup de poing sans me faire mal.
J'ai fourré le livre dans ma poche et je suis rentré chez moi. Depuis ce jour-là, il reste calé dans ma poche intérieure, à l'abri des regards.
Commenter  J’apprécie          60
IdeesLivresIdeesLivres   27 mars 2020
-Arrête. Je suis dans la merde.
-C’est pas nouveau, ça, il me semble…
[…]
-Même si j’avais envie de rentrer chez moi, c’est impossible. J’ai trop de monde sur le dos.
-Les kilomètres ne résoudront pas tes problèmes.
-Les problèmes, tracasse, j’ai l’habitude de vivre avec.
[…]
-Tu vas galérer jusqu’à quand ? Jusqu’à ce qu’il soit trop tard, c’est ça ? Tu ne seras jamais bien nulle part. Retourner chez toi, c’est le mieux, je t’assure. […] Oh, tire pas cette tête ! La situation est pas désespérée. Au moins, tu reverras ta belle !
-Non, c’est mort de chez mort.
-Tu peux sûrement la récupérer.
-Les sentiments, ça sert qu’à en crever.
-T’as gagné le record du pessimisme ou quoi ?
-Et toi, t’es humoriste, c’est ça ?
-Non, moi, si ma vie avait tourné autrement, je serais devenue psy. Mais pute, c’est pas si différent, au final. On va trouver une solution. Les relations amoureuses désastreuses, c’est mon rayon !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
IdeesLivresIdeesLivres   27 mars 2020
Rimbaud, je suis tombé dessus par hasard. C'est souvent comme ça, il paraît, avec les trucs importants. On ne cherche rien, on est peinard. Et bam! Ca débarque. Il était posé sur le banc où je m'installe souvent. Je me suis rué dessus. Je croyais que c'était un portefeuille. Je suis un grand naïf. Quand j'ai ouvert le bouquin pour le réduire en miettes, je me suis pris une claque. "Je me crois en enfer, donc j'y suis". Mortelle, la phrase. Rimbaud, c'est un tueur. Il m'a filé un gros coup de poing sans me faire mal. J'ai fourré le livre dans ma veste et je suis rentré chez moi. Depuis ce soir-là, il reste calé dans ma poche intérieure, à l'abri des regards. Je n'ai pas envie qu'on me traite de gonzesse. Il n'y a pas que les flics qui sont champions du rire. Une nouvelle remarque de leur part et je pète les plombs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Marie Colot (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Colot
Vidéo de Marie Colot
autres livres classés : délinquanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Deux secondes en moins 3

Quel est le titre du manga que Soline apporte à Igor quand il est à l’hôpital ?

Monster hunter orage
Monster hunter
Monster allergy
Monster

7 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Deux secondes en moins de Marie ColotCréer un quiz sur ce livre