AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Nathalie Bauer (Traducteur)
EAN : 9782264047267
280 pages
10-18 (04/09/2008)
3.88/5   37 notes
Résumé :
Dans la Rome impériale, grouillante et prospère, le sénateur Publius Aurélius Statius, riche patricien et épicurien invétéré, mène une vie facile et insouciante. Mais tout bascule le jour où il découvre sa dernière conquête, une belle hétaïre nommée Corinna, poignardée chez elle. Pour ne pas être accusé du crime et se voir contraint de mettre fin à ses jours, comme le veut la sévère coutume romaine, Aurélius doit à tout prix retrouver l'assassin de la jeune courtisa... >Voir plus
Que lire après Mors tuaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Ce roman policier est le tout premier d'une série qui met en scène un sénateur romain qui résout des enquêtes policières dans la Rome antique.
Publius Aurélius Statius est un personnage qui aime profiter des plaisirs de la vie, il adore les bons repas accompagnés de grands vins, il a de nombreuses conquêtes féminines, il est entouré d'amis avec lesquels il passe des soirées à discuter d'art, de politique ou de philosophie…
Alors qu'il s'apprêtait à rejoindre chez elle une jeune femme rencontrée le matin même, il la découvre morte et craint de se voir accuser du crime.
Il va donc décider de mener l'enquête et pour cela, il est judicieusement accompagné de son esclave grec, le roublard Castor et de Pomponia, la femme de son meilleur ami, une commère sympathique qui est toujours au courant de tout.
Dans ce premier volume l'auteur s'attache à décrire minutieusement les vastes habitations des riches et des puissants mais il nous détaille aussi la vie dans les quartiers les plus pauvres.
Nous découvrons que les langues de flamants roses et les vulves de truies étaient des mets raffinés pour l'époque et que l'homosexualité masculine était à la fois considérée comme une saine activité pour les grecs alors que les romains trouvaient cela dégradant et honteux.
J'ai bien aimé découvrir le cadre de vie de ce sénateur romain, et les personnages secondaires sont assez drôles.

Commenter  J’apprécie          262
Plonger dans une enquête du sénateur Publius Aurelius Statius est toujours un véritable plaisir. Au-delà de l'enquête policière par elle même, chaque livre est l'occasion de s'offrir un voyage dans le temps à l'époque de la Rome de l'empereur Claude. de quoi se cultiver tout en se détendant.
L'énigme ici est assez classique (Aurelius tente de démasquer l'assassin de sa nouvelle conquête, Corinna, une prostituée haut de gamme) mais réserve son lot de surprises. Certes, il ne s'agit peut-être pas de la meilleure enquête de la série, mais elle se laisse déguster avec plaisir. D'autant plus qu'apparaît un nouveau personnage (Psecas) qui a un potentiel de personnage récurrent et qui donne un peu plus de sensibilité à notre cher sénateur.
Mais pour le savoir, encore faudrait-il que la suite de la série soit traduite et publiée en France. Et pour le moment, les éditions 10-18 ne semblent pas programmer de nouvelles parutions pour les mois à venir. C'est bien dommage car c'est l'une de mes séries préférées.
Commenter  J’apprécie          50
Un polar historique ! Cela me rappelait les "Titus Flaminus" de mon enfance. La plongée dans la Rome impériale est passionnante ! de plus, à la fin du livre se trouve un petit appendice sur la vie à Rome. On apprend au fil du récit les coutumes, et Rome apparait bien moderne ! Une Rome qui accepte à peu près la liberté de culte, et même sexuelle (enfin, ça dépend des familles, mais ça, ça, c'est comme partout). le personnage d'Aurélius m'a séduite, plus que l'enquête elle-même, qui est cependant bien menée. Aurélius est séduisant, aussi bien du fait de son charisme que de sa répartie acerbe. Et en plus, il a bon coeur !
L'enquête policière est donc plutôt intéressante. En revanche, celle de la nouvelle est assez embrouillée, enfin, ce n'est que mon humble avis.
Lien : http://witty-fool.cowblog.fr
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
- Comme nos peuplent diffèrent par leur esprit! poursuivit Castor. Que fait un Romain devant un grave danger? Il l'affronte, l'épée au poing, en attendant la mort stoïquement. Et que fait un Grec? C'est évident, il prend ses jambes à son cou! Les Romains qualifient cette attitude de lâcheté. Nous autres Grecs lui donnons le nom de sagacité.
Commenter  J’apprécie          120
Rome, an 795 ab Urbe condita
(an 42, été)

Douzième jour avant les calendes de juillet

D'excellente humeur, Publius Aurélius se dirigeait à bord de sa litière vers la demeure de sa dernière conquête. Il s'était octroyé un long bain réparateur après le repas, afin de se présenter dignement au rendez-vous qu'il avait arraché à la belle jeune femme rencontrée le matin même.
La soirée était splendide. Le ciel de la capitale, enflammé par le coucher de soleil, rougissait les murs de brique et diffusait une lumière irréelle sur les colonnes en marbre. Les collines se détachaient au loin, hérissées de temples blancs et de pins parasols. Le patricien voulut inciter ses porteurs à hâter le pas, mais il se ravisa, préférant s'allonger paresseusement sur ses coussins bien rembourrés, heureux de savourer une nouvelle fois la vue de cette ville qui ne cessait de le surprendre et de le fasciner, bien qu'il pensât la connaître dans les moindres détails. Son cortège était précédé d'un esclave nomenclateur, qui libérait la voie au véhicule en se frayant un chemin dans les rues encombrées, et suivi de Castor, son domestique favori, chargé d'un précieux vase en albâtre.
Commenter  J’apprécie          20
Non, Ennius. Il n'y a là rien de sérieux ni de redoutable. Je ne verrai pas la mort en face, car personne ne peut la voir. Tant que je suis, elle n'est pas là. Quand elle sera là, je ne serai plus. C'est ce que disait un sage grec il y a de nombreuses années.
Commenter  J’apprécie          60
Une maîtresse pleine de charme était comme une maison remplie de marbres : on l'exhibait devant ses amis et on en tirait de la fierté.
Commenter  J’apprécie          40
Hé, plus les hommes sont honnêtes, plus ils se laissent embobiner par les traînées!
Commenter  J’apprécie          50

Video de Danila Comastri Montanari (1) Voir plusAjouter une vidéo

Danila Comastri Montanari : Parce sepulto
Depuis Rome, Olivier BARROT présente le roman policier "Parce sepulto" de Danila COMASTRI MONTANARI dont l'action se déroule dans la Rome antique.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (116) Voir plus



Quiz Voir plus

Devenez très fort en citations latines en 10 questions

Que signifie Vox populi, vox Dei ?

Il y a des embouteillages partout.
Pourquoi ne viendrais-tu pas au cinéma ?
J'ai un compte à la Banque Populaire.
Voix du peuple, voix de Dieu.

10 questions
543 lecteurs ont répondu
Thèmes : latin , Citations latines , antiquitéCréer un quiz sur ce livre

{* *}