AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782290364260
384 pages
J'ai Lu (11/05/2022)
3.99/5   231 notes
Résumé :
Les ados, dans leur solitude,
ont parfois une imagination dévastatrice.
Surtout quand on leur cache la vérité.

Originaire d'Avignon, Lou vit désormais à Paris, où elle travaille dans une agence immobilière. Mais si sa carrière professionnelle est une belle réussite, sa vie privée n'est qu'une longue suite d'aventures sans lendemain. Les hommes, elle ne leur fait plus confiance depuis qu'à l'âge de seize ans, elle a surpris son père dans... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
3,99

sur 231 notes
5
15 avis
4
18 avis
3
10 avis
2
0 avis
1
1 avis
patriciabiron
  22 mai 2022
Lou a été fusionnelle avec son père jusqu'à ses 16 ans, date à laquelle elle l'a surpris dans les bras d'une autre femme que sa mère. Elle n'a plus voulu le voir. A sa majorité, elle a quitté Avignon pour Paris où elle travaille depuis dans une agence immobilière.
A 40 ans, sa vie pro la comble, mais sa vie affective est un vrai désastre. Elle n'entretient des relations éphémères qu'avec des hommes mariés, qu'elle jette comme de vieilles chaussettes une fois qu'ils sont accros.
Ses relations amicales se limitent à 3 collègues de travail, à Mélina son amie d'enfance et à Roger, l'ex employé sourd et muet de son père avec lequel elle a tissé dans son enfance un lien d'amitié profond et durable.
Un jour, sa mère mourante ouvre la boîte de Pandore en lui confiant un secret que Lou se met aussitôt en demeure de vérifier.
Pour être franche, non content de ne pas m'attacher à Lou, je l'ai très vite détestée. J'ai essayé malgré tout de chercher des excuses à ses comportements excessifs, son caractère buté, son égoïsme flagrant, son manque d'empathie… … en vain. Même les quelques scènes où elle s'intéresse enfin aux autres plus qu'à elle même ne m'ont pas convaincue.
Ce qui a sauvé ma lecture du complet naufrage, ce sont ses amis, des personnages lumineux, sincères et humbles. J'ai aimé aussi les sauts dans le passé, la sensibilité de l'auteur qui transpire dans ses mots et les sujets abordés (l'adolescence, le mensonge, les secrets, la résilience, la reconstruction…. )
Si ce roman est pour moi un rendez vous manqué, je ne doute pas qu'il saura toucher nombre de lecteurs et amateurs de feel-good plus compréhensifs et compatissants que je n'ai réussi à l'être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
hendrickxvirginie
  28 mai 2021

✶・゚ 💫 𝒞𝑒 𝓆𝓊𝑒 𝒿'𝑒𝓃 𝓅𝑒𝓃𝓈𝑒... 💫 ゚・✶
Les romans de Bruno Combes, c'est toujours une sérénité de les découvrir. Sa plume est une douceur pour notre imaginaire et une caresse de mots pour nos yeux.
Un souffle sur la main, c'est une justesse à couper le souffle et d'une intense émotion. Ce sont des personnages attachants décrits à la perfection avec leurs états d'âmes, leurs vécus et leurs complexités.
Nous ne les imaginons pas... nous les voyons ! Comme d'habitude, j'ai ris, j'ai pleuré. On y retrouve la reconstruction, la recherche de soi, la résilience et le courage.
C'est un roman lumineux où le présent fait face au passé pour se construire. L'auteur glisse des mantras que nous découvrons avec plaisirs. Un souffle sur la main, c'est une recherche de vérité dans des pages qui défilent en douceur sans que l'on y trouve de la longueur.
Du début à la fin, nous vivons l'histoire des protagonistes avec facilité et envie.
J'ai été captivée et agréablement surprise. C'est beau, léger, fluide... C'est du Bruno Combes !
Il est en librairie depuis le 20 mai et je vous conseille de le lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
malonepioupiou
  19 juin 2022
"... D'un souffle sur la main, renaître enfin."
J'ai eu du mal à comprendre l entêtement de Lou, que de temps perdu...
Ses choix et attitudes sont durs, difficile de s'attacher à ce personnage. Avoir ce genre d'attitude, adolescente je le conçois mais avoir autant de ressentiment à 40 ans, me laisse perplexe.
Heureusement, qu'elle est entourée de personnages tous plus attachants et bienveillants les uns des autres dans cette histoire familiale remplie de secrets, qui mène à la reconstruction de Lou.
J'ai tout de même passé un agréable moment du côté d'Avignon, le roman se lit facilement, mais ne sera pas mon préféré, même les citations poétiques des débuts de chapitre m'ont parues moins poignantes, elles m'ont moins interpellées.
Pour conclure :
"... qu'il soit d'étoiles ou de ruines, nous devons accepter notre passé"
Commenter  J’apprécie          90
LisezEnMoi
  05 juin 2021
J'ai découvert la belle plume de Bruno Combes il y a un peu plus d'un an et j'en suis tombée amoureuse. J'ai lu « Parce que c'était toi » avant sans savoir qu'il s'agissait de la suite de « Seulement si tu en as envie », son premier roman.
Cela a été un véritable coup de foudre qui m'a poussée à acheter tous les titres parus avant celui-ci.
Cette année, après avoir récupéré mon retard, j'ai eu la chance de compléter ma collection grâce aux éditions Michel Lafon qui m'ont fait parvenir son tout dernier roman « Un souffle sur la main » qui est disponible depuis le 20 mai en librairie.
Sa couverture est juste sublime et la quatrième de couverture promet un beau voyage livresque.
On y fait la connaissance de Lou, la quarantaine, agent immobilier à Paris.
Originaire d'Avignon, elle est venue s'y installer après ses études pour s'éloigner de son père avec qui elle a coupé tout contact à l'âge de 16 ans, après qu'elle l'ait surpris dans les bras d'une inconnue.
Son père était pour elle un exemple d'honnêteté et de bienveillance.
Depuis cet « incident », Lou enchaîne les relations sans lendemain car elle ne fait plus confiance aux hommes et qu'elle reste malgré tout très marquée par cet événement.
Mais sa mère lui fera des révélations, révélations truffées de mensonge, qui la pousseront à partir en quête de la vérité.
Cela lui permettra-t-il d'accepter, de pardonner et de renaître enfin ?
Encore une fois, j'ai passé un excellent moment en compagnie d'un roman de Bruno Combes. Sa plume est toujours très tendre, emplie de bienveillance et d'amour.
Et que dire de ces citations qui accompagnent chaque nouveau chapitre ?
On ne s'en lasse pas. C'est un peu sa marque de fabrique et on adore ça.
On ne peut que s'attacher au personnage de Lou, qu'on imagine petite fille idolâtrant son père et adolescente devant se construire suite à une déception de grande ampleur. On s'imagine ce qu'elle a dû ressentir, on comprend comment elle s'est construite et on ressent de la compassion pour elle.
Cette très belle lecture permet de prendre conscience que les traumatismes de l'enfance, les mensonges, les non-dits, engendrent des blessures et que si celles-ci ne sont pas guéries, cela ne permet pas à l'enfant de se construire sur des bases solides et d'être heureux une fois devenu adulte.
Bruno Combes nous raconte cela avec une infinie douceur, comme toujours.
Avec « Un souffle sur la main », Bruno Combes confirme sa place parmi mes auteurs français préféré. Il me fait vivre de belles émotions à chaque lecture et cette fois, il a même failli me faire pleurer. de joie ? de tristesse ? Il faut le lire pour le savoir.
Je ne dirai rien de plus, si ce n'est que je conseille bien évidemment ce roman qui plaira beaucoup aux amateurs de romans qui font du bien.

Lien : https://lisezenmoi.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
leslecturesdeFlo
  02 juillet 2022
Après avoir vu différents romans de cet auteur défilé sur Instagram, j'ai décidé de découvrir sa plume à travers ce livre.
On y fait la connaissance de Lou, une quadragénaire qui excelle dans sa vie professionnelle. A contrario, sa vie sentimentale n'est pas très glorieuse. En effet, marqué par l'infidélité de son père envers sa mère, Lou a du mal à faire confiance aux hommes et préfère donc enchainer les aventures sans lendemain.
La jeune femme va tout remettre en question lorsque sa mère lui avoue un terrible secret concernant son père.
Elle profitera de son voyage en Avignon, sa ville natale pour tout remettre au clair et qui sait, se laisser tenter par une histoire d'amour avec Perceval, un musicien au passé lourd.
Ce roman met en évidence les blessures du passé. Nous sommes face à Lou qui a toujours du mal à se remettre de la trahison de son père. Cela a des conséquences sur sa propre vie et l'empêche donc d'avancer. Une situation qui n'est pas exceptionnelle de nos jours. Sa figure paternelle a été détériorée et cela à des conséquences sur ces relations avec des hommes. Ici, l'auteur fait un lien plus qu'évident entre la relation père-fille et les conséquences sur les relations amoureuses.
Lou a eu tendance à m'agacer par moment, il s'agit d'une femme très têtue, et l'on pourrait presque pensé qu'elle prend plaisir à se faire du mal. Elle est entourée de gens aimants et bienveillants.
Bien que le roman soit axé là-dessus, j'ai beaucoup aimé découvrir la mère de Lou. On voit une nette évolution en ce personnage. Une femme perdue et désemparée face à une situation dont elle n'a eu, au final aucun contrôle. Une femme qui a agi sous l'impulsion du moment en ne pensant uniquement qu'à elle. Une situation qu'elle regrette amèrement.
Ce fut une belle découverte. le roman est fluide et facile à lire, bien que de temps à autre j'avais l'impression que les évènements s'enchainaient comme ci que l'on énoncé des évènements à la va-vite. Malgré cela, j'ai apprécié cette lecture gentillette, qui laisse place au pardon, à la résilience, la patience et surtout à l'amour sous toutes ces formes.
J'ai hâte de retrouver la plume de l'auteur dans ces autres romans.
« La beauté de la vie ne se limite pas à une longue et rassurante certitude… C'est tout le contraire: il faut accepter de se tromper, d'échouer et d'inlassablement recommencer. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
ChedevC
ChedevC  
La beauté de la vie ne se limite pas à une longue et rassurante certitude. Certes, l’idée est séduisante,mais elle conduit inexorablement à la monotonie des jours qui passent, sans relief et sans âme.
C’est tout le contraire : il faut accepter de se tromper, d’échouer, et d’inlassablement recommencer.
A chaque carrefour de l’existence, il faut délaisser les autoroutes rectilignes et sécurisantes pour emprunter les chemins caillouteux où, derrière chaque virage, se cache une épreuve pour nous aider à grimper, plus haut, toujours plus haut. (p301)
Commenter  J’apprécie          210
neirda_7
neirda_7  
Les gens, il ne faut pas les juger, mais s’efforcer de deviner dans leur regard les traces des épreuves qu’ils ont vécues. Il faut observer les rides que le temps a dessinées sur leur visage, car elles sont le résumé de toute une vie. Certaines, plus profondes, sont la marque des chagrins et des drames qui jalonnent l’existence. D’autres, plus fines, plus discrètes, se sont logées là où les joies et les rires se concentrent. Les gens sont comme vous et moi, ils transportent leur s bonheurs et leurs peines avec eux. Il faut les aimer, les gens, les aimer.
Commenter  J’apprécie          40
PerrineSuinen
PerrineSuinen  
Les difficultés que nous surmontons ne nous endurcissent pas. Elles nous affaiblissent et peuvent, si elles sont trop répétitives, nous détruire. Il serait plus juste de penser que notre existence est semée d’expériences, bonnes ou mauvaises, et que notre rôle est d’en tirer le meilleur profit. S’il s’agit d’événements positifs, alors il faut les avaler goulûment et sans retenue. Si l’obstacle est plus ardu, le seul avantage que l’on retire à le franchir est de développer notre capacité d’endurance et de résistance.
Commenter  J’apprécie          30
triple_l_de_mag
triple_l_de_mag  
On passe trop de temps à juger les autres, à tenter de décortiquer leurs gestes et à imaginer une explication de leurs paroles.
A quoi cela sert-il, si ce n’est à s’épuiser dans un questionnement stérile ?
Il est nécessaire d’accepter que notre ressenti soit éternellement biaisé par le prisme de notre propre histoire.
Il serait plus sincère d’admettre que chaque personne est une énigme et que l’incertitude est une règle.
Commenter  J’apprécie          30
PerrineSuinen
PerrineSuinen  
Il faut laisser du temps aux blessures pour qu’elles se referment, mais il est aussi nécessaire de donner l’opportunité à ceux qui souhaitent les adoucir de pouvoir s’en approcher.
Il n’y a rien de plus doux que de sentir ses douleurs s’apaiser grâce à des caresses rassurantes, des pansements d’amour et de tendresse.
Bien sûr, il restera toujours la trace d’une légère cicatrice sur notre peau, elle fait partie de notre histoire, mais cette ligne nous relie aussi à l’être qui, un jour, est venu se poser sur nos souffrances.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Bruno Combes (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bruno Combes
Bruno Combes vous présente son ouvrage "La part des anges" aux éditions J'ai lu.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2531573/bruno-combes-la-part-des-anges
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : colèreVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1337 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre