AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707157996
Éditeur : La Découverte (14/05/2009)

Note moyenne : 4/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Comment analyser l'inflation carcérale? Quelles sont les caractéristiques sociologiques des nouveaux détenus ? Pourquoi tant de pauvres derrière les barreaux ? Pourquoi si peu de femmes (moins de 4%) ? Comment analyser les suicides? Les détenus "sages" s'en sortent-ils mieux que les autres ? Que faire des détenus "dangereux" ? Quid de la sexualité ? Qui sont les fonctionnaires pénitentiaires d'aujourd'hui ? Et les intervenants ponctuels ? Qui détient le pouvoir en d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
Luniver
26 octobre 2013
La prison fait partie des rares sujets sur lequel tout le monde a un avis tranché, sans rien en connaître ou presque. Les mythes sur l'univers carcéral sont nombreux : violence des gardiens, viols inévitables, ou au contraire cellules douillettes dans lesquelles se prélassent les détenus pendant que les honnêtes citoyens s'échinent à les financer.
Ce court essai d'une centaine de pages précise l'état exact des prisons françaises, chiffre à l'appui. Aucun des sujets n'est évité : évolution du nombre d'incarcération et de la durée des peines, population des prisons en fonction du milieu familial, du niveau scolaire, le taux de récidive, …
L'auteur résume aussi les différentes doctrines qui justifient la prison (expiation, dissuasion, neutralisation, réadaptation). Les rôles alors attribués au personnel pénitentiaire peuvent être très différents, voire contradictoires. Pour peu que le pouvoir politique change régulièrement, on imagine quel casse-tête ça peut devenir sur le terrain.
L'essai se termine en invitant tout citoyen à se renseigner d'un peu plus près sur la vie dans les prisons : « Une fois déconstruit ce qu'on a appelé le mythe fondateur, une fois connues les logiques qui font tenir le système carcéral, il faut les assumer, et prendre ses responsabilités de citoyen. » Si un pays démocratique a honte de ses prisons, il doit les réformer, et pas se cacher la tête dans le sable en espérant que personne ne remarquera rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
josephineeyang2014
28 janvier 2016
magnifique comme livre a lire obligatoirement pour sa culture personnel et surtout pour les individus qui se consacrec a l'univers carceral
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver25 octobre 2013
[Lynne Goostein] s'est intéressée aux liens entre l'adaptation à la prison et l'adaptation à la vie à l'extérieur après la sortie. Elle remarque que les systèmes de punitions et récompenses préparent mal les détenus à la vie à l'extérieur. Elle souligne ce qu'elle désigne comme deux « ironies » : les détenus qui se sont le mieux intégrés à la vie de la prison, ceux par exemple qui ont obtenu les travaux les plus enviés de la détention, sont aussi ceux qui ont le plus de difficulté à trouver du travail et à s'adapter à l'extérieur ; ceux qui s'en sortent le mieux sont ceux qui, en prison, étaient les fauteurs de trouble. Elle analyse ainsi le phénomène : « Il est possible que les détenus rebelles [...] s'adaptent plus facilement à la vie extérieure parce qu'ils ont gardé leur autonomie et leur libre arbitre malgré l'enfermement. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LuniverLuniver25 octobre 2013
[P]our [une] altercation avec les forces de l'ordre, un jeune homme sans qualification, sans emploi et hébergé chez une amie, a de fortes chances d'être envoyé en détention provisoire. Pour la même infraction, un homme du même âge, mais diplômé et fonctionnaire ou cadre d'entreprise logé dans un appartement à son nom, sera en général laissé libre de rentré chez lui, de reprendre son travail le lendemain, et devra seulement se présenter sur convocation à l'audience du tribunal, où il sera condamné à une amende et des dommages et intérêts à la victime ; quant à l'éventuelle peine de prison, elle sera le plus souvent assortie de sursis.

Les raisons pour envoyer le premier en prison sont compréhensibles : sans domicile fixe, il risque de "s'évanouir dans la nature", dira-t-on, si on ne le garde pas "sous main de la justice" jusqu'au procès. On peut comprendre aussi les raisons qui plaident pour le sursis du cadre : il ne s'agit pas de casser une carrière professionnelle pour quelques coups échangés, et par son travail et son logement, il offre de bonnes "garanties de présentation". La prison est un lieu où l'on envoie plus aisément les démunis (en travail, en famille, en argent...) que les plus favorisés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LuniverLuniver26 octobre 2013
Il faut prendre au pied de la lettre la formule de Claudel [...] : rendre la prison visible. La prison est un dispositif contraignant, pénible, il ne faut pas se le cacher. Non pas pour rêver d'intégrer cette pénibilité dans une logique de rédemption, d'expiation ou de redressement, mais pour viser à la limiter au maximum. Cela doit se faire de deux façons. Il faut d'abord limiter l'usage de la prison, ce qui limitera les risques de dégâts sociaux causés par l'enfermement d'un individu si ce n'est pas absolument indispensable à la sécurité publique. Il faut également limiter la pénibilité de la prison. Tout ce qui abaisse la dignité d'un homme rejaillit sur les individus qui y coopèrent, sur l'institution qui le tolère, et sur la société qui l'accepte et qui, pour ce faire, l'occulte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LuniverLuniver26 octobre 2013
Le paradoxe de l'approche classique de la récidive est que [les] « intraitables » sont à la fois la meilleure justification de l'enfermement ( « Un individu comme ça, on ne peut pas le laisser vadrouiller dans la nature ! ») et la preuve flagrante de son échec en matière de réinsertion : la mesure du taux de récidive des personnes pour lesquelles la prison semble la seule peine appropriée (puisque les autres dispositifs se sont révélés vains) montre l'inefficacité de la prison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LuniverLuniver23 octobre 2013
[L]es nouveaux dispositifs ont surtout légalisé nombre des enfermements en vigueur depuis longtemps. Aujourd'hui encore, de fortes proportions de pauvres, de fous, de malades, d'étrangers sont dans les prisons. Sans doute n'y sont-ils plus directement en tant que tels, mais qu'ils y soient fait réfléchir sur l'ensemble du dispositif pénal qui s'est mis en place.
Commenter  J’apprécie          100
autres livres classés : univers carcéralVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Philippe Combessie (1)Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
218 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre