AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791032401873
Éditeur : 404 Editions (25/01/2018)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Paris, 1889. Six orphelins en cavale, devenus gamins des rues par la force des événements, volent et détroussent les passants. Alors que l'Exposition universelle débute, ils font l'erreur de dérober le mauvais objet aux mauvaises personnes. Leurs mésaventures aux quatre coins de la ville les amèneront à découvrir les secrets d'un monde magique où s'affrontent créatures mythologiques, sorcières et terrifiants ennemis mécaniques. Plus que jamais, Moignon, Allumette,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
Witchblade
  13 janvier 2019
Livre découvert en furetant à la FNAC. Il n'est pas resté très longtemps dans ma PAL tant son résumé m'intriguait, mélange de steampunk, de ville à sauver et d'orphelins. Sa couverture est vraiment très belle.
Le prologue est intrigant à souhait avec sa sorcière qui se retrouve à avoir une minuterie à la place du coeur. Ensuite, nous découvrons les 6 orphelins dans leurs passe-temps favori, le vol à la tire, dans le Paris de 1889 pendant l'Exposition Universelle. Les chapitres sont courts et s'enchaînent vite. L'auteur retourne souvent dans le passé pour nous expliquer celui des 6 orphelins, mais pas que, dès que les évènements exigent des éclaircissements. L'histoire avance lentement mais il y a toujours un petit élément pour susciter ma curiosité. Que font 6 orphelins avec des monstres et une montre à remonter le temps ? L'auteur alterne la narration entre Boiteux, un des 6 orphelins, et les monstres. Cela nous permet d'avoir une vision d'ensemble même si cela reste assez confus. Par contre, le steampunk est assez peu présent ainsi que l'Exposition Universelle. Pourquoi choisir ce cadre dans ces cas-là ? Par moments, j'avais l'impression de visiter un jeu avec cette histoire. L'imaginaire y est très particulier entre sorcière, automates et montre à remonter le temps. L'auteur a également mélangé plusieurs univers déjà existants : Harry Potter, le Palais des Mirages, La mécanique du coeur, … et bien d'autres encore. Je vois ça comme un hommage de la part d'un fan geek. Les passages sur les différents passés sont intéressants et permettent d'approfondir un peu l'histoire ainsi que d'apprendre à mieux connaître les différents personnages. Les orphelins ne sont heureusement pas tout seuls dans leur quête pour sauver Paris, ils seront aidés par différentes personnes, certaines sont pour le moins incongrues. Ils vont malgré tout enchaîner beaucoup de mésaventures pour arriver à leurs fins mais aussi beaucoup d'astuces et de débrouillardises.
Comme vous l'aurez compris, ce roman a été une excellente découverte même s'il m'a laissé un goût inachevé car j'aurais bien aimé suivre encore un peu cette bande d'orphelins et l'inventeur fou Georges. Par contre, certains éléments ne sont pas assez mis en valeur d'après moi : le côté steampunk de l'histoire, l'Exposition Universelle (à part certains détails connus). L'auteur a tout accès sur les orphelins, les automates et la capitale à sauver. Pour un premier roman, c'est quand même un bon début. Si vous êtes amateurs de littératures fantastiques mélangeant plusieurs thèmes, je vous conseille très fortement de découvrir cette histoire et son jeune auteur. Pour ma part, il s'agit d'un nouvel auteur à suivre. Un petit bémol au niveau de la couverture, la dorure du titre s'enlève trop facilement. Je pose toujours mes romans sur différents supports (table, plaid, …) et au moindre contact, ça s'enlève. C'est dommage car le reste est toujours doré.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
kuroineko
  17 novembre 2019
Paris, 1889. Centenaire de la Révolution française et année de l'Exposition universelle axée autour de la monumentale tour de Mr Eiffel.
Pendant ce même temps, dans les bas-fonds survivent Moignon, Allumette, Morve, Bègue, Boiteux et Pleurs. Les six orphelins, âgés de sept à quinze ans, se sont enfuis l'année précédente de l'orphelinat digne de Dickens. Depuis, c'est la vie au jour le jour à coups de larcins, chapardages et recels. Mais surtout une entraide, une solidarité et un puissant lien de fraternité choisie qui lient les membres de cette singulière compagnie.
Lorsque Boiteux, l'as pickpocket du groupe, "cueille" dans la poche d'un curieux gentleman rien moins qu'humain, une montre à gousset à la mystérieuse propriété, l'existence des gamins se voit bouleversée dans des proportions qu'ils étaient bien loin d'imaginer...
Anthony "Yno" Combrexelle signe avec Presque Minuit son premier roman dont il explique les circonstances d'écriture en postface. Dans ce livre destiné aux adolescents, il mêle innovations technologiques à coup d'automates et antiques pouvoirs des sorcières d'Hécate. Au milieu, un attachant groupe de mômes que la vie n'a pas vraiment aidés jusqu'ici. La découverte du pouvoir de la montre les emporte, et nous avec, dans une suite d'aventures et de péripéties où leur courage et leurs cellules grises sont mis à contribution. Magie et dangers sont au rendez-vous, l'auteur n'hésitant pas à les plonger dans de sombres moments.
La lecture de Presque Minuit a parfois été gâchée par des longueurs et un manque de liant entre les événements en cours et les analepses. J'ai d'ailleurs eu du mal à entrer dans l'histoire et c'est surtout la personnalité des orphelins qui m'a poussée à continuer. Il n'en reste pas moins que l'auteur y a mis de bonnes idées et que l'ensemble reste sympathique à suivre. Pas le grand enthousiasme donc mais pas un ennui complet non plus. de plus, s'agissant d'un premier roman, je suis certaine qu'Anthony Combrexelle ne peut aller qu'en améliorant ses procédés de narration. A suivre donc...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Lagagne
  26 décembre 2018
Une lecture ado plutôt agréable.
J'aime bien l'univers steampunk, pas trop lourd. Les personnages principaux (les orphelins) sont fouillés, l'auteur s'attache à nous les rendre vivants. Mais il faut avouer que cela rend les autres personnages un peu "rapides", artificiels. On commence le livre par la sorcière, mais elle est tellement oubliée ensuite qu'elle est passé à la trappe dans ma lecture : je ne me suis que peu intéressée à son destin et celui de ses gardes. C'est dommage car les personnages secondaires ont tous du potentiel : sorcière, gardes, Georges, la teigne.
Paradoxalement, je regrette à la fois que les personnages secondaires ne soient pas complètement exploités, et l'existence de certaines longueurs. A certains moments, je lisait presque en diagonale, je trouvais ça un peu longuet.
Niveau gestion des voyages dans le temps, je trouve que l'auteur s'en sort bien. Parce qu'honnêtement, il y a de quoi bien se planter, surtout pour un premier roman. Mais là les conséquences des voyages, les modifications du temps restent "crédibles".
C'est donc un plutôt bon moment de lecture, et un auteur qui mérite certainement d'être suivi s'il republie, car à mon avis son écriture va se peaufiner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Meyna
  15 juillet 2018
Presque minuit va vous plonger dans un univers steampunk glaçant !
Dans ce livre, nous nous retrouvons projetés dans la ville de Paris en 1889. Nous suivons les péripéties de six orphelins menacés de mort. Ils ont volés l'objet d'un complot, une montre puissante capable de remonter le temps. Depuis des hommes robots, sanguinaires, les pourchassent pour les éliminer.
J'ai adoré l'univers de ce livre ! Ce Paris impressionant, industriels avec ses lieux sombres. Ce Paris des années 1889. J'ai trouvé intéressant que l'auteur inclus dans son récit un événement qui a vraiment eu lieu, cette année là : l'exposition universelle.
L'auteur a réussi à me projeter dans son univers ; c'était magique ! Je me voyais dans la capitale, à cette époque décrite, avec ces six orphelins ; découvrant en même temps qu'eux tout ces lieux.
Question personnages, j'ai aussi bien accroché =). Ils sont atypiques ; ils sont chouettes !
Un autre point positif (que des points positifs =p), dans ce livre les rebondissements sont nombreux. le récit m'a tenu en haleine jusqu'au bout, je voulais vraiment savoir comment tout allait se terminer.
En revanche, je ne m'attendais pas à un livre aussi sanglant, à d'aussi nombreuses scènes gores. Ça ne m'a pas dérangée mais j'ai été plutôt surprise.
Je le conseille à tous les amateurs d'univers steampunk, magique, fantastique. Je le recommande aussi à ceux qui aime vivre des aventures au côté de leurs personnages !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ReveursEtMangeursDePapier
  12 mars 2018
Paris, XIXème siècle. A l'aube de l'Exposition Universelle. Moignon, Allumette, Morve, Pleurs, Boiteux et Bègue sont six enfants qui ont fui leur orphelinat. La petite troupe vit désormais sous un pont et ils ont mis au point quelques combines pour vider les poches des passants. Jusqu'au jour où ils mettent la main sur une montre à gousset très très spéciale. Cette montre remonte le temps et va bouleverser leur vie à jamais...

J'ai adoré les six héros de cette histoire. Ce sont des gamins des rues attachants comme tout, qui nous entraînent par la main dans une grande aventure. Six enfants malins et courageux, qui se sont organisés comme ils pouvaient pour survivre. Des enfants qui ne sont pas épargnés par l'auteur aussi. La montre ne leur apporte que des malheurs et pourtant ils se lancent dans l'inconnu sans trop rechigner. Aussi effrayés qu'excités, ils sont prêts à mener l'enquête et suivre les pistes. Ils ne savent rien du danger qui les guette. Ils ne savent rien du danger qui guette toute la capitale. Ce sont de simples enfants qui ne se rendent absolument pas compte à quel point ils dérangent, à quel point ils perturbent les plans de l'ennemi. Ennemi qui se veut diabolique et sanguinaire...

La première moitié du roman est particulièrement mystérieuse et j'avais hâte de découvrir dans quel genre d'univers je mettais les pieds. Je n'ai absolument pas été déçu par la découverte, la magie se mêlant doucement à un univers steampunk. le mélange est savoureux et plus sombre que je m'y attendais. Nos héros peuvent effectivement remonter le temps mais il ne s'agit pas seulement de cela. Si ils sont confrontés à toutes sortes d'inventions, ils sont aussi amener à croiser la route de sombres créatures humanoïdes faites de rouages et de fer, des automates impitoyables...

Presque Minuit est aussi et surtout un roman d'aventures. La lecture s'emballe peu à peu. Les enfants nous embarquent dans une course folle, dans différents quartiers parisiens. Les péripéties sont nombreuses et le rythme de lecture de plus en plus soutenu. On ne sait pas comment les enfants vont bien pouvoir s'en sortir. Ils ont beau être courageux, la partie est loin d'être gagnée d'avance...

Verdict : du steampunk pour la jeunesse, ça c'est chouette ! J'ai découvert un univers sombre, mystérieux et je me suis laissé embarquer dans une aventure palpitante, aux côtés de six jeunes héros attachants. Les chapitres sont courts et intercalés de petits flashbacks qui enrichissent l'intrigue. L'écriture est fluide et agréable. Il y a tout ce qu'il faut pour passer un bon moment. Mention spéciale pour la jolie couverture, pour ses dorures et pour les petits détails dans la mise en page qui en font un très beau roman.
Lien : https://revesurpapier.blog4e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (2)
SciFiUniverse   13 novembre 2018
Presque minuit est le roman idéal pour découvrir le genre steampunk. Plus facile d'accès qu'un Jules Verne et resolument moderne, ce roman plaira aux jeunes lecteurs comme aux adultes. Le style est fluide et le lexique facile d'accès.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Actualitte   01 février 2018
En somme, malgré quelques soucis de narration et une psychologie des personnages que l'on aurait voulue plus poussée, Presque minuit se rattrape grâce à sa maturité et nous offre finalement une sympathique excursion dans la steampunk jeunesse.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
shamandalieshamandalie   16 février 2018
Les fées sont pas des gentilles. En fait (elle regarda sa grande sœur et l’inventeur et, chuchotant, leur expliqua la réalité qui était la sienne), les contes sont des mensonges ! Ce sont les fées qui les ont écrits et elles y disent c’qu’elles veulent : qu’les sorcières sont moches et méchantes et qu’les fées sont jolies et gentilles, alors qu’en fait, la vérité, c’est qu’c’est pas vrai ! Les sorcières blanches ont été inventées par les fées après, parce que des gens avaient compris que les sorcières n’étaient pas plus méchantes que les fées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
shamandalieshamandalie   16 février 2018
— Là-haut, vous dites ?
— Oui. Il faudrait monter par l’intérieur et ressortir sur le toit. J’ai déjà étudié les plans de cet édifice et je vois à peu près comment procéder.
— À peu près ?
— Mes souvenirs sont un peu anciens.
— Mais qu’est-ce que vous n’avez pas déjà étudié ? répondit Moignon, cinglant.
— Je ne sais pas. Ce pont invisible justement !
L’inventeur était amusé. C’était l’aventure et l’inconnu qui s’offraient à lui. Une originalité bienvenue et surtout la promesse de découvertes à venir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
cdicollegeguisthaucdicollegeguisthau   21 avril 2019
Allumette s'interposa entre la petite et le vent, et tous, collés contre le balcon panoramique, admirèrent la capitale.
-Regarde là-bas, c'est le Trocadéro.
-On voit pas not'chez-nous, non ?
-Non, mais on voit les fontaines lumineuses tout en bas dans les jardins.
-C'est la plus belle chose qu'j'aie jamais vue ! s'exclama Pleurs. C'est magique !
Les garçons n'étaient pas en reste, la bouche grande ouverte pour certains, le sourire aux lèvres pour d'autres. L'expérience était enivrante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ReveursEtMangeursDePapierReveursEtMangeursDePapier   12 mars 2018
Dix mille becs de gaz illuminaient l’Exposition, dont les portes restaient ouvertes jusqu’à vingt-trois heures. Au sommet de la tour, deux gigantesques projecteurs à arc mettaient successivement en valeur les bâtiments environnants – le phare bleu, blanc, rouge était le plus puissant du monde – et les lumières des fontaines lumineuses proches rendaient les lieux magiques. Paris n’était pas la Ville Lumière pour rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MuBoDocMuBoDoc   21 avril 2019
Parce qu'elle tombait presque en ruines, Notre-Dame avait été restaurée par Eugène Viollet-le-Duc une quarantaine d'années plus tôt. En plus de réhabiliter certaines parties disparues, l'architecte avait fait élever une flèche bien plus haute que la précédente et disposer de saisissantes sculptures de gargouilles et autres chimères, rendant d'autant plus marquante la visite des toits du bâtiments.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Anthony (Yno) Combrexelle (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anthony (Yno) Combrexelle
Anthony Combrexelle - Presque minuit
autres livres classés : steampunkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2953 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre