AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782864323556
187 pages
Verdier (28/02/2002)
3.5/5   6 notes
Résumé :
Cristina Comencini place son dernier roman, Matriochka, sous le signe de l’emboîtement et du multiple : le titre évoque ces poupées russes gigognes, à l’image desquelles chaque femme en contient plusieurs autres. Ainsi en est-il d’Antonia, figure centrale du roman, célèbre femme sculpteur obèse, monumentale, âgée, qui porte en elle, intactes, toutes les femmes qu’elle a été et qui se font jour au fur et à mesure des entretiens menés avec son interlocutrice, Chiara, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Tandarica
  15 août 2021
C'est surprenant de constater que ce livre n'a ici que deux critiques. Il en mérite davantage c'est certain. Je l'ai lu pour ma part il y a fort longtemps. Je dirais une dizaine d'années et parce qu'il avait fait l'objet d'un retrait des collections de la bibliothèque municipale. Je garde un souvenir ému et deux mots clés me viennent à l'esprit : délicatesse et féminité. Si je ne me trompe pas, il y a un fil rouge autour d'une référence au livre Les mille et une nuits.
Pour finir, je mentionne qu'il est traduit de l'italien par Carole Walter.
Commenter  J’apprécie          870
visages
  04 février 2019
Matriochka n'est pas une lecture facile mais interressante. Je ne l'ai pas trouvée simple mais dans les deux sens du terme. Pas simple, car le jeu de miroir entre Chiara (l'écrivain) et Antonia (la scultrice dont elle écrit la biographie), les allers/retours entre le passé et le présent de ces deux femmes, la découverte des multiples personnes qui ont composées leurs existences, ne permettent pas la fluidité. Mais également, pas simple par une complexité intelligente qui enrichit la personnalité des deux protagonistes et contourne le piège de la psychologie de comptoir! le jeu de projection de Chiara sur cette femme, l'investissement de cette dernière dans leurs entretiens révélent des similitudes dans leur vie, ouvrent la boite de Pandore après avoir déboité les multiples poupées russes de leur histoire, d'où ce nom de matriochka. le mot "matriochka" me semble aussi renfermer le mot "mère", ceci est purement personnel car ce n'est pas la traduction, mais je m'autorise cette interprétation car les femmes de ce roman ont toutes une relation bien particulière à leur mère et à la maternité. Et puis, la "mère" c'est aussi la création, et Matriochka est un roman sur la création...
Parfois cela m'arrive, je pense à une note à la fin de ma lecture, et finalement l'impact du roman se fait sentir au cours des heures ou même des jours. J'y pense sans le vouloir, me réinterroge, certaines réppliques me reviennent et me font réfléchir et tout ceci témoigne alors d'une profondeur qui se développe , qui demande un certain recul. Comme un bon vin dont il ne faut pas se contenter de la gorgée immédiate mais laisser tranquillement le palais et la langue se souvenir de son passage et exalter ses saveurs! C'est le cas pour ce roman auquel j'ai ajoutet une 4 ème étoile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
de
  12 octobre 2011
Chiara, jeune écrivaine en mal de roman accepte d'écrire une biographie, celle d'Antonia, femme, célèbre, sculpteur et obèse.
Allers et retours, rapprochements et éloignements, l'espace et la mémoire de Chiara sera envahie par le passé-présent plus ou moins en confusion avec les images de l'existence d'Antonia. Les personnages se complexifient pour, dans une sorte de double biographie-autobiographie nous offrir un (deux) portrait(s) de femme, corps morcelé, recomposé en bronze et en chair, réel et fantasmé.
Le titre renvoie aux poupées russes gigognes et à l'emboitement du simple et du multiple, de l'enfance fragilisée et de la vieillesse immobilisatrice.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
TandaricaTandarica   19 avril 2015
Ne soyez pas émue, il n'y a pas besoin d'être sentimental, quand on raconte la vie de quelqu'un d'autre. Ne parlez pas d'elle sur le mode sentimental, sinon je viendrai vous le reprocher, même quand je serai morte. Elle ,'était pas sentimentale. C'est difficile à expliquer, mais il faudra que vous y parveniez. C'était une femme passionnée, qui concevait l'existence comme une tortueuse quête de l'amour. Il n'y a rien de sentimental là-dedans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
visagesvisages   04 février 2019
Quand on commence à raisonner sur les conséquences, c'est la fin de la jeunesse.
Commenter  J’apprécie          131
dede   13 avril 2012
Elle ouvre la porte, entre avec le chien, ils sont tous deux essoufflés. Ils ont couru, ils sont jeunes, pleins d'énergie. Elle enlève son manteau rouge, le suspend, non, le jette sur une chaise, prépare du café, regarde par la fenêtre, d'une main repousse une mèche de cheveux de son visage, se tourne vers moi, sourit.
Commenter  J’apprécie          20
visagesvisages   04 février 2019
En tout cas je ne comprenais pas bien le sens du mot nymphomane. aujourd'hui encore, à vrai dire, j'ai l'impression que ça ne signifie rien, sinon la peur qu'ont les hommes de ne pas être à la hauteur du désir féminin.
Commenter  J’apprécie          30
dede   13 avril 2012
C'est sa première phrase, prononcée d'une voix d'homme. C'est le matin, même si la matinée est déjà avancée, et, on me l'a dit, elle est une grande fumeuse.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Cristina Comencini (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cristina Comencini
Cristina Comencini vous présente son ouvrage "Quatre amours" aux éditions Stock.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2412802/cristina-comencini-quatre-amours
Notes de Musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
687 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre