AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203334622
Éditeur : Casterman (30/11/-1)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Quand le brouillard se lève sur les marais, on croit entendre beaucoup de choses. Souvent, ce n'est que le vent, mais pas toujours... Quand la nuit vous craignez qu'un monstre soit caché sous votre lit, vous n'avez pas tort d'avoir peur; il y en a un...
Après la mort de ses parents, la petite Cybèle vient vivre chez son étrange grand-mère, au bord des marais, dans la maison où rêvent les arbres. Et les rêves des arbres prennent vie, ils deviennent des papill... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
marina53
  27 mai 2014
Un jeune couple fait du canoë sur des eaux marécageuses. Il profite du calme de la nature, de la tranquillité du coin et s'émerveille de ce paysage si paisible où les animaux et la forêt sont rois. Quand leur regard croise celui d'un épouvantail avec une pancarte sur laquelle est inscrite "Allez-vous en", il pense aussitôt qu'il s'agit d'un mauvais coup de la vieille folle, une dame qui croit que la forêt lui appartient et qui ne veut pas de touristes dans le coin. Mais, lorsque les jeunes gens constatent qu'il s'agit en fait d'un arbre qu'elle a dû habiller, ils trouvent cela plutôt terrifiant. Ils continuent leur route malgré tout quand la jeune femme croit apercevoir une panthère au milieu des branches. Elle commence à paniquer et propose à son compagnon de rentrer. Mais le brouillard les enveloppe, ils ne voient plus grand chose, les arbres s'imposent dans ce milieu, des animaux de toute sorte surgissent de nulle part... et le couple disparaît...
Cybèle et sa grand-mère se dirigent vers la maison où la petite fille doit venir vivre maintenant. Près des rives, cette étrange demeure où rêvent les arbres est le théâtre d'événements bien étranges et fantastiques...
Bienvenue dans cette maison où les hommes n'ont justement pas l'air d'y être conviés! Cette demeure où les arbres ont pris possession des lieux et où ils créent les rêves des hommes, les menacent parfois, et peuvent même décider de leur sort, est à la fois onirique et étrange. C'est ici que la petite Cybèle croisera le chemin de l'oiseau-rêve, le macareux joufflu, de l'homme-vert ou de l'arbre qui marche. Comès nous plonge dans cette forêt luxuriante à l'ambiance magique mais troublante. le trait est quelque peu fouillé et très épuré, le noir et blanc imprécis ajoute une certaine touche de légèreté et de magie.
La maison où rêvent les arbres.... poussez la porte doucement...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
colimasson
  04 octobre 2014
Réalisation si puissante et convaincante que le papier finit par nous brûler les doigts. L'arbre s'est montré jusqu'à présent bon et prodigue l'humanité mais nous ne sommes pas capables d'en réaliser autant. Les arbres-rêves risquent de se transformer en cauchemars :

« Les planchers, les toits, les charpentes, les maisons, les ponts s'écrouleront… On ne pourra plus faire confiance au moindre objet fabriqué avec du bois !… Mais le pire sera la Mémoire du bois : le papier se détruira, même les livres rejetteront leur contenu… textes, images… l'encre s'écoulera, laissant des pages vierges… Lorsque l'arbre se séparera de l'être humain, comme il se sépare de ses feuilles mortes, alors ce sera la fin de notre civilisation ! »

La voix des arbres surgit à travers les fibres du papier. Didier Comès est leur interprète…
Commenter  J’apprécie          260
manU17
  17 mars 2013
Dès les premières pages, je retrouve ces feuilles mortes qui volent dans les airs, portées par le vent. Ce vent que j'ai senti souffler entre les pages de « Silence » puis de «La Belette », Comès déjà, Comès encore. Je suis donc en terrain connu. Tout va bien, je peux pénétrer dans ce singulier marais pourtant plutôt angoissant.
Un couple fait du canoë sur ces eaux marécageuses quand il se retrouve nez à nez avec un clown effrayant porteur de ce message « Allez-vous en ! » Mais ce n'est qu'un épouvantail, placé ici pour chasser les visiteurs éventuels, par une vielle femme. Alors que la brume se lève, le couple croit apercevoir une panthère, puis un ptérodactyle et enfin un crocodile, réalité ou hallucinations ? Soudain, ils se volatilisent comme happés, engloutis dans les profondeurs boueuses du marais. C'est alors que nous découvrons la vielle femme qui arrive en barque avec sa petite fille, Cybèle, qui vient s'installer avec elle dans sa vielle maison installée sur les rives d'un lac, en bordure de forêt.
Cybèle, avec sa grand-mère, baigne dans un univers de magie et de sorcellerie et au cours d'un « rêve d'arbre » un oiseau clown vient lui rendre visite, lui parler, la rassurer. Elle se sent tellement seule depuis la disparition de ses parents, elle craint toujours qu'un monstre se cache sous son lit et ce n'est pas sa grand-mère qui la contredira : «Un monstre caché sous le lit ! Mais il y en a un ma chérie !... Il y en a toujours un !... »
C'est de la forêt que les ennuis vont arriver, surtout des esprits de la forêt. Les arbres, trop maltraités par l'homme, sont sur le point de prendre leur revanche. Les arbres parlent, menacent, se déplacent et peuvent même aller jusqu'à tuer parfois… La révolte gronde depuis un certain temps, la vieille le sait, le soulèvement est pour bientôt, la nature veut et va reprendre ses droits…
Esprit de la forêt, homme-vert, homme-feuilles, arbres vengeurs, oiseaux qui parlent, forment un univers plus féerique que bucolique à travers cette parabole écologique pour le moins inattendue.
La maison où rêvent les arbres, tragique, graphique, effrayant, envoutant, Comès évidemment…

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
alouett
  20 septembre 2014
Suite au décès de ses parents, Cybèle part vivre chez sa grand-mère alors qu'elle ne la connaît pas. Cette dernière, une vieille dame solitaire et mystique, vit dans une forêt reculée. Elle habite la « maison où rêvent les arbres », une demeure construite par la nature et mise à sa disposition.
C'est là que Cybèle va désormais grandir, loin de toute civilisation. Outre ce nouveau cadre de vie déstabilisant pour une citadine, la jeune adolescente découvre les règles de vie de l'étrange bâtisse et doit s'habituer à la présence de cette mystérieuse inconnue qui fait pourtant partie de sa famille. Une situation des plus déstabilisantes pour Cybèle.
« – Mammy… Tu ne voudrais pas regarder sous le lit ?
– Pourquoi voudrais-tu que je regarde sous le lit ? Aurais-tu peur ?
– Pour vérifier s'il n'y a pas un monstre caché dessous !… Papa le faisait toujours… afin de me rassurer !
– Un monstre caché sous le lit ! Mais il y en a un ma chérie !… Il y en a toujours un ! »
Album déstabilisant au demeurant. Me concernant en tout cas. J'ai ressenti une difficulté à me situer face à ce jeune personnage (Cybèle) encore immature. le monde imaginaire est encore très présent dans sa manière d'aborder les choses et le fait qu'elle déambule encore avec sa poupée de chiffon en est significatif. Sa sensibilité enfantine ne l'empêche pas de percevoir les choses très finement et de les questionner de façon pertinente. La plupart de ses déductions et interrogations font mouches, mais cela m'a donné l'impression qu'elle quittait l'enfance pour entrer directement dans l'âge adulte… il manque une transition dans le cheminement et l'évolution de ce personnage. On pourrait se demander si elle ne joue pas un double jeu ; elle est à la fois naïve et précautionneuse. Qui plus est, elle se montre diplomate dans les échanges avec son aïeule. Cela crée de l'ambiguïté mais on devine déjà l'adulte que pourrait devenir Cybèle : une femme intègre, perspicace et lucide.
Le double visage de Cybèle contribue largement à l'atmosphère de cet album.
Didier Comès (Silence, Eva…) a cette capacité de développer des univers en huis-clos dans lesquels l'ambiance semble ne tenir qu'à un fil. Ici, elle se construit dès le préambule dans une scène où l'on observe un couple en train de naviguer (en pirogue) non loin de la foret où vit Cybèle. Les événements étranges qui se succèdent vont insidieusement attirer notre attention et rendre l'atmosphère oppressante. Les jeux de contrastes entre le noir et le blanc renforcent cette impression et aiguisent nos sens.
Comès suggère l'inquiétude au compte-goutte sans user d'artifices superflus. Case après case, méticuleusement, il travaille son univers, s'aide des contrastes provoqués par la rencontre du noir et du blanc et change l'angle de vue que l'on peut avoir de la scène comme le ferait une caméra. D'instinct, le lecteur est aux aguets sans réellement savoir où Comès souhaite l'emmener… si ce n'est vers des ressentis : inquiétude, peur, besoin de repères concrets pour retrouver de la réassurance dans ce monde étranger mais pourtant si réel. Didier Comès nous amène à regarder différemment des paysages que l'on pourrait croiser tous les jours. Il parvient à nous sensibiliser à l'existence de "quelque chose" qui se situe dans un registre surnaturel.
Dans ses albums, le temps est comme suspendu, il s'efface derrière la scène qui se déroule sous nos yeux. le lecteur choisit la vitesse de lecture qui lui convient, laissant ainsi une grande place à l'observation des illustrations. On prend la mesure de la force évocatrice des dessins de Comès. Une fois encore, je me rends compte que l'on fait abstraction de tout ce qui nous entoure quand on est plongé dans un de ses ouvrage. Seul le contenu de ce dernier existe à nos yeux, il nous plonge dans une réalité artificielle que l'on ressent physiquement : un grincement qui fait crisper les dents, un brouillard épais qui fait frissonner, la vision d'une ombre qui nous met en tension… Comès a cette facilité de retranscrire les émotions et les sensations qui est assez déconcertante.
Pourtant, malgré tout le plaisir que j'ai eu à contempler les planches de cet album, je ne suis pas parvenue – cette fois – à adhérer à certains contrastes présents ici : 1/ Deux femmes que tout oppose (l'âge, le fossé créé par la différence de génération…), 2/ L'écart marqué entre leurs attitudes respectives (la spontanéité de l'enfant et l'austérité de la vieille dame par exemple), 3/ la personnalité floue de Cybèle : Cybèle au visage si lisse, une enfant au sourire si absent, une gamine aux propos si naïfs mais qui s'exprime de façon élaborée.
Enfin, le thème développé par le scénario me semble convenu. Il est question, pour faire simple, de respect de l'environnement. Il est également question d'une recherche d'harmonie entre l'homme et la nature… le discours est sommaire (pour ne pas dire simpliste) et un peu ronflant ; ce qui le met en valeur, c'est la présence d'éléments fantastiques, d'événements irréels… le surnaturel donne du corps et de la consistance aux dialogues et à l'intrigue mais cela ne m'a pas suffit pour apprécier pleinement cette histoire.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   17 octobre 2014
Humus ? Bouchures denses et tendres du Boischaut. Le squelette des grands ormes qui barrent nos nuits claires du milieu de l’été, et nos étoiles filantes. Oreilles, promesses de veillées chaudes et claires. Humus. Frêne sans âge, acacia acéré aux feuilles de confetti, chêne-temple dont le tronc a lissé mes nuits de rêverie, et a laissé son empreinte sur ma peau. Champignons. Chêne, glands luisants, feuilles, branchage charpenté, tronc, racines. Humus. L’arbre, chargé d’une valeur mythique qui touche souvent au sacré, n’est plus aujourd’hui un objet de culte. L’arbre cache la forêt.

Gabriel Yacoub
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
colimassoncolimasson   04 octobre 2014
- C’était un oiseau-rêve !
- Un oiseau-rêve ? … Mais, il cherchait sa maman !
- Il n’en a pas. Il a été créé par un arbre qui rêvait. Tu as de la chance : peu de personnes rencontrent un rêve d’arbre !
Commenter  J’apprécie          230
marina53marina53   27 mai 2014
Si comme moi parfois la nuit, vous craignez qu'il y ait un monstre tapi sous votre lit, soyez rassuré... il y en a effectivement un...
Commenter  J’apprécie          320
marina53marina53   10 juin 2014
Leurs larmes sont comme nos feuilles mortes: poussière de tendresse et de regret!
Commenter  J’apprécie          360
alouettalouett   20 septembre 2014
Les planchers, les toits, les charpentes, les maisons, les ponts s’écrouleront… On ne pourra plus faire confiance au moindre objet fabriqué avec du bois !… Mais le pire sera la Mémoire du bois : Le papier se détruira, même les livres rejetteront leur contenu… textes, images… l’encre s’écoulera, laissant des pages vierges… Lorsque l’arbre se séparera de l’être humain, comme il se sépare de ses feuilles mortes, alors ce sera la fin de notre civilisation !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de Didier Comès (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Comès
Du 20 juin au 31 juillet 2018, la Galerie Gallimard célèbre aussi "40 ans de roman en bande dessinée" et présente une exposition d'originaux des plus grands récits et artistes qui font la fierté de notre catalogue. ? bit.ly/40ansRomanBD
Nous aurons l'honneur de vous présenter une sélection d'?uvres de Zeina Abirached et Mathias Enard, Baru, Enki Bilal, Max Cabanes, Catel BD et Bocquet José-Louis, Jean-Christophe Chauzy, Didier Comès, Nicolas de Crecy et Sylvain Chomet, Ludovic Debeurme, Frantz Duchazeau, Jacques Ferrandez, Vittorio Giardino, André Juillard, Jacques de Loustal et Philippe Paringaux, Lorenzo Mattotti, M?bius, José Muñoz & Carlos Sampayo, Anthony Pastor, Vincent Perriot, Hugo Pratt, Jean-marc Rochette et Jacques Lob, Grzegorz Rosi?ski et Jean van Hamme, Christian Rossi et Géraldine Bindi, David Sala, Francois Schuiten et Benoit Peeters, Jacques TARDI et Jean Claude Forest, Bastien Vives.
+ Lire la suite
autres livres classés : féériqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3564 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre