AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Comès (Illustrateur)
EAN : 9782203335011
46 pages
Éditeur : Casterman (04/05/1993)

Note moyenne : 3.02/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Depuis "Silence", Comes explore les frontières glissantes de l'inconscient et les miroirs obscurs de l'imaginaire. De roman en roman, l'intrigue se resserre et la violence se fait sourde.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
manU17
  29 septembre 2013
Lors de ma première visite à la nouvelle médiathèque de ma ville, deuxième trouvaille, un album de Comès. Cool ! Trop content, je me saisis de ce Dieu vivant pour ne plus le lâcher. Un Comès que je n'ai pas encore lu, il en reste quelques-uns, je ne pouvais pas le laisser passer.
"Dans une galaxie lointaine, un étrange véhicule fend les noirs abîmes des mondes interdits !..."
Après un tel incipit, je dois bien reconnaitre que je me trouvais un peu partagé. La part en moi qui adore Comès se disait que c'était poétique tandis que la part un peu plus lucide se disait ça commence mal…
Ayant voulu se révolter contre ses chefs, un homme a été exilé, condamné à vagabonder sans fin dans la galaxie, il est devenu Ergün l'errant. Son vaisseau atterrit en catastrophe sur Shé, la planète fleurie, peuplée de femmes-fleurs et d'hommes-papillons. Les femmes-fleurs habitent la canopé, dans un village situé au-dessus d'une forêt dense et étouffante où même le soleil a du mal à pénétrer. Les hommes-papillons, quant à eux, occupent d'étonnants cocons accrochés à des arbres gigantesques. Tous vivaient en harmonie jusqu'à l'arrivée des dieux qui "descendirent du ciel sur un grand char de flammes", un seul subsiste encore, le Dieu vivant
Un soupçon de Star Trek et une grosse louche de la Planète des singes n'auront pas suffi à faire de cette histoire une réussite. Beaucoup d'idées amusantes et bien trouvées à défaut d'être réellement originales mais qui souffrent d'un traitement un peu simpliste. Des dialogues souvent trop explicatifs, un peu d'ellipses n'aurait pas fait de mal, des personnages et un univers bien trop manichéens qui s'avèrent au final plus souvent risibles que crédibles. Des trouvailles à l'aspect féérique qui tombent en définitive totalement à plat, occultées par le côté ultra kitchissime de l'ambiance et du graphisme. Mention spéciale aux chevelures des femmes-fleurs qui tiennent davantage du bonnet de bain à fleurs en plastiques des années cinquante que de la crinière luxuriante voulue, une véritable horreur à la limite du grotesque. Je terminerai par les couleurs, un patchwork nauséeux de rougeasse, orangeasse, jaunasse, maronnasse, lavasse (.??!!..) à vous faire regretter de ne pas être daltonien !!
Une chose a cependant attirée mon attention, le bonnet à grelots sur la tête de Pustule, le fou diabolique, Silence en porte un semblable dans la bande-dessinée éponyme. Un petit bonheur dans toute cette fadeur !
Le Dieu vivant, un album daté et globalement décevant…

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
colimasson
  21 octobre 2012
Ne demandez jamais à Ergün de se présenter à vous… Prenant un air grave, que confirment son front ridé et ses sourcils froncés (on imagine également une voix sombre), il ferait jouer de tous les trémolos de son intonation pour vous débiter ce qu'on imagine être un discours appris par coeur :

« Je viens d'une planète très éloignée qui s'appelle la Terre. Ses habitants ne pensent qu'à faire la guerre. M'étant révolté contre leurs chefs, j'ai été exilé et je suis condamné à errer sans fin comme l'indique le disque noir que je porte sur la poitrine ! C'est pourquoi maintenant mon nom est devenu « Ergün l'Errant » »

Le Dieu Vivant est une bande dessinée qui ne ment absolument pas sur son âge… Publiée en 1974, on pourrait même dire qu'elle fait un peu plus vieille qu'elle ne l'est vraiment… le charme du vintage entre en jeu. Ce que dit Benoît Peeters à propos de la musique : « n'importe quel tube, même dénué d'intérêt, finit par devenir supportable après un certain nombre d'années, parce qu'il ravive des souvenirs ou des émotions », s'applique aussi à la bande dessinée, et toute sa pertinence s'illustre particulièrement avec cet album du Dieu Vivant.

Il est indéniable que sa construction est bourrée de défauts. La narration est mécanique, stéréotypée, et la progression dans l'intrigue se fait dans l'absence de finesse la plus totale. le même schéma se répète à chaque fois : situation initiale, élément déclencheur, obstacle, solution miraculeuse. Tous les problèmes sont réglés en une page, parfois même en deux cases. Rien n'est suggéré, et plutôt que de faire comprendre subtilement au lecteur les étapes de la résolution des énigmes qui parcourent l'album, un grand phylactère rempli de ce qui ressemble à une solution de mots croisés vient faire taire toutes ses interrogations. le style en lui-même est grandiloquent et loupe son objectif premier –qu'on imagine être l'expression épique d'un personnage solitaire- pour verser dans le ridicule le plus complet (« Je ne crois pas que ma place soit ici ! … Qui sait ? Peut-être n'est-elle nulle part… Mais... Je dois essayer… Malgré tout… Adieu Perle !... »).

Pourtant, il faut bien le concéder… le charme du vintage agit réellement lorsqu'il s'agit de considérer les qualités strictement graphiques de l'album. Ici, le dessin caractéristique du style dominant en bande dessinée dans les années 70 ainsi que les couleurs vives et psychédéliques apportent un plaisir visuel qu'on ne peut pas retirer au Dieu Vivant. Pas de quoi, malgré tout, lui pardonner son manque d'attrait narratif.

Le Dieu Vivant : de superbes planches dont il faudrait retirer le remplissage textuel et dont on pourrait s'entourer pour un voyage spatial à travers des contrées exotiques. Un tableau qui aurait pu être réussi, si son imagination narrative avait été à l'égard de son débordement d'idées graphiques.

Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
jovidalens
  01 avril 2013
Pour découvrir Didier Comès, ce n'est certainement pas une bonne idée de commencer par cet ouvrage !
Scénario conventionnel et plat. Une société imaginée d'une naïveté confondante, à la limite de la niaiserie. Mais de superbes planches. Les couleurs sont agressives et nécessiteraient d'être délavées.
Bref, une BD datée.
Commenter  J’apprécie          32
AlexandreAllamanche
  21 avril 2020
J'avais découvert cette BD étant ado dans une bibliothèque, mon épouse m'avait entendu lui en parler à plusieurs reprises, et me l'a offert il t a quelques années... le dessin est très agréable, et cette histoire m'avait bien plu. Les armures des méchants sont très belles, et l'histoire est fun.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
jovidalensjovidalens   01 avril 2013
- un bébé papillon ? Comment est-ce possible ? Il y a donc des hommes papillons dur "Shé" ?
- Oui, ils vivent près d'ici, dans la fôret. Chez nous, chaque enfant du sexe féminin est fleur et chaque enfant du sexe masculin est papillon, ou si tu préfères, ephémère, car...contrairement à nous, il ne vit qu'une centaine d'années. Et dès qu'il sait voler, il nous quitte. Il en est toujours ainsi !
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   24 octobre 2012
Peu à peu, le voile des ténèbres se déchire et l’esprit embrouillé d’Ergün chasse les derniers fantasmes de l’inconscience ! Et il distingue enfin, face à lui, le « Dieu vivant » accompagné de « Pustule » son fou diabolique.
Commenter  J’apprécie          40
colimassoncolimasson   21 octobre 2012
Je viens d’une planète très éloignée qui s’appelle la Terre. Ses habitants ne pensent qu’à faire la guerre. M’étant révolté contre leurs chefs, j’ai été exilé et je suis condamné à errer sans fin comme l’indique le disque noir que je porte sur la poitrine ! C’est pourquoi maintenant mon nom est devenu « Ergün l’Errant ».
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   26 octobre 2012
De toute la puissance d’un réacteur individuel, Ergün portant Perle dans ses bras s’éloigne du temple du « Dieu Vivant ».
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   22 octobre 2012
Tu m’as vaincu étranger !... Que les feux célestes te consument !
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Didier Comès (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Comès
Du 20 juin au 31 juillet 2018, la Galerie Gallimard célèbre aussi "40 ans de roman en bande dessinée" et présente une exposition d'originaux des plus grands récits et artistes qui font la fierté de notre catalogue. ? bit.ly/40ansRomanBD
Nous aurons l'honneur de vous présenter une sélection d'?uvres de Zeina Abirached et Mathias Enard, Baru, Enki Bilal, Max Cabanes, Catel BD et Bocquet José-Louis, Jean-Christophe Chauzy, Didier Comès, Nicolas de Crecy et Sylvain Chomet, Ludovic Debeurme, Frantz Duchazeau, Jacques Ferrandez, Vittorio Giardino, André Juillard, Jacques de Loustal et Philippe Paringaux, Lorenzo Mattotti, M?bius, José Muñoz & Carlos Sampayo, Anthony Pastor, Vincent Perriot, Hugo Pratt, Jean-marc Rochette et Jacques Lob, Grzegorz Rosi?ski et Jean van Hamme, Christian Rossi et Géraldine Bindi, David Sala, Francois Schuiten et Benoit Peeters, Jacques TARDI et Jean Claude Forest, Bastien Vives.
+ Lire la suite
autres livres classés : vintageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3968 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre