AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226619674X
Éditeur : Pocket (15/11/2012)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 88 notes)
Résumé :

Vous y croyez vraiment, aux histoires de truand distingué? C'est une jolie maison en pierres, au bout d'un chemin, à Etretat. A l'époque, juste après sa plus belle prise, Paul Serinen y avait rangé son revolver et fait construire une véranda. Là-haut, par une petite fenêtre ronde, on distingue même un bout de la mer. Les propriétaires qui l'ont suivi, Alice et Matthieu, étaient eux aussi tombés s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
gruz
  21 juillet 2013
Hervé Commère fait mentir l'adage. Avec lui « plus c'est court, plus c'est bon ». 158 petites pages (au format poche) et 158 bonnes raisons de s'enfiler cette lecture d'une traite.
Ce récit est un minutieux travail d'horloger, Commère maîtrise les techniques et les outils en parfait artisan du roman noir qu'il est.
Un travail de précision, chaque pièce à sa place, chaque rouage parfaitement huilé, chaque engrenage donnant une dimension supplémentaire au récit.
L'auteur prend comme base une histoire somme toute assez banale, il la brique, la lustre et la fait briller grâce à sa construction et son écriture pleines de finesse et de concision.
Le récit alterne les temps, tic tac, présent, retour vers le passé et prolongement d'une histoire qui n'est jamais vraiment terminée.
Au début, on croit savoir où on va, on suit le rythme de la trotteuse jusqu'à ce que ledit rythme perde la boussole.
Après, comme Commère sait si bien nous l'imposer, on navigue à vue, brouillard total et on tente de se raccrocher à ses certitudes. Quelle blague ! Ce roman c'est 158 pages d'incertitudes avec juste la certitude que nos instruments de navigation s'affoleront.
Un beau boulot d'orfèvre vous dis-je, pas la peine de chercher midi à 14 heures.
Lien : http://gruznamur.wordpress.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
koalas
  10 octobre 2015

Paul Serinen est un escroc de haut vol qui ne laisse jamais de traces visibles de son passage dans ses arnaques génialement montées. La dernière pièce maîtresse qu'il ait savamment subtilisée est le Magnolia, le plus gros diamant du monde. Rien que cela ! Suivre l'énergumène dans ses exploits n'est pas une mince affaire. Il a de la ressource surtout qu'il connaît sur le bout des doigts le nom des stations de métro ! Ceci dit, un petit arrêt sous la véranda de sa Sauvagère d'Etretat s'impose pour faire plus ample connaissance avec notre héros et avec ses nouveaux jeunes propriétaires..
Hervé Commère nous laisse le soin de rassembler les pièces de son puzzle, de jongler avec les dates, de suivre les différents narrateurs et personnages et de découvrir entre les lignes, les indices et les non-dit.
La structure est innovante et tient en équilibre sur deux parties fines et un mince épilogue vraiment bluffant. J'en reste comme deux ronds de flancs les bras ballants.
Quant aux personnages qui se croisent, ils ont fière allure : un Arsène Lupin un peu copié mais pas collé, un clan de riches flamands dupés pas très roses et furibards, un petit curieux qui se fait prendre dans les filets, un vieux briscard vicelard qui ne mord pas à l'hameçon, sans oublier les cendres du malheureux locataire de l'urne funéraire.
J'attraperai ta mort est le premier coup de maître d'Hervé Commère qui depuis a tracé son sillon avec Les Ronds dans l'eau et affuté sa plume avec le Deuxième homme et Imagine le reste.
Pas d'effusion d'hémoglobine mais du sang d'encre bien noir pour ce petit polar manipulateur de 150 pages.
Un parcours sans fautes pour cet auteur inventif et inclassable.
Come here ! faut le lire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
ValerieLacaille
  03 novembre 2018
J'ai découvert Hervé Commère avec son dernier roman, « Sauf », qui avait été pour moi un coup de coeur. L'intrigue, les personnages, l'écriture ; tout m'avait énormément plu. J'ai eu donc envie de découvrir les autres thrillers de cet auteur et sa venue au salon du polar de l'Isle-sur-Tarn a été pour moi l'occasion de discuter avec lui et de repartir avec son premier roman « J'attraperai ta mort ».
Si j'y ai retrouvé la précision du détail que j'avais tant appréciée dans « Sauf », j'ai trouvé que ce livre était vraiment moins bien agencé. Les allers-retours dans le temps m'ont un peu perdue. le personnage de Paul Serinen m'a paru insuffisamment développé ; je n'en ai eu qu'une vague idée. L'intrigue, en elle-même, est pourtant des plus intéressante : un homme un peu passe-partout parvient à réaliser des braquages d'exception : sacs en croco Louis Vuitton, violons de grands maîtres luthiers, et jusqu'au plus gros diamant du monde. Hervé Commère va narrer ces « coups de maître » puis le destin du braqueur ainsi que celui du diamant, caché habillement sous la véranda de Paul Serinen.
Au final, j'ai aimé le style encore balbutiant d'Hervé Commère même si je reste un peu « tiède » après avoir terminé cette lecture, et je vais poursuivre ma découverte des livres de cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
idevrieze
  23 novembre 2012
Un petit thriller français bien sympathique.
J'avais envie depuis quelques temps de revenir à mes tous premiers amours de vacance : les thriller et les policiers. En regardant un petit peu partout, j'aperçois ce petit livre au titre énigmatique : J'attraperai ta mort. Ni une ni deux, il se retrouve dans mes petites mains avides. Je m'aperçois qu'en plus l'auteur est français (oui j'aime beaucoup les auteurs français, même si cela ne se voit pas forcément sur ce blog. Mais j'ai commencé mes lectures avec le français et je trouve que l'on peut me se fier aux mots, n'ayant pas la barrière de la langue).
Ainsi, par une froide et pluvieuse soirées chez votre Koko, j'entame ce petit thriller, qui n'était pas du tout prévu pour le coup. Et... Je l'ai englouti. J'ai été sous le charme de ce style simple, délicat et direct d'Hervé Commère (et je pense que sa bibliographie va y passer l'année prochaine si j'arrive à dévorer ma PAL). Cette histoire d'Arsène Lupin des temps modernes était juste ce qu'il me fallait pour me réconcilier avec ce genre-là. Je conseille d'ailleurs ce livre pour ceux qui ont une petite panne livresque, car vous aurez une lecture facile et envoûtante à la fois.

Un roman en deux parties.
Et oui, on commence tout d'abord par l'histoire du bandit qui a réussi à imiter quelque peu Arsène Lupin. il arrive en effet à dérober un bijou involable et surtout à le garder et à ne pas se faire prendre. Il nous explique (mais pas encore totalement) comment il organise ses vols, comment il refourgue sa marchandise et surtout comment il a pu s'acheter une belle maison et vivre la vie dont il a toujours rêvé... Un jour, il meurt (devinez si c'est naturel ou pas en le lisant bande de canailles !) et une personne achète sa maison. Mais il se passe des choses bizarres et s'ensuit alors une enquête sur ce qui s'est passé.
Cette séparation en deux parties est juste la petite pointe d'originalité qu'il me fallait. Et cela a donné une sorte de second souffle au roman ! J'ai adoré tenter de savoir comment ces diamantaires ont tenté de retrouver notre voleur. Comment le nouveau propriétaire allait se retrouver bien malgré lui dans la situation que ce voleur aurait dû avoir. Quand on achète une maison, on acquiert aussi son passé ! Et bien voilà, on y est et c'est ce qui fait que ce roman marche si bien. de plus, on sent qu'Hervé Commère a une réelle affection pour son petit escroc, ce qui le rend encore bien plus attachant.
En bref : il est petit, il est mignon, il est intriguant et il doit être lu ^^
Lien : http://labibliodekoko.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Seraphita
  02 mars 2010
La Sauvagère c'est le nom d'une jolie petite maison en pierres au milieu d'une clairière à Etretat. Quand un jeune couple l'achète en 2004, il est loin de soupçonner ce qui se cache derrière ce douillet nid d'amour. Nos tourtereaux découvrent, au retour d'un voyage, qu'un couple d'amis – qui a mystérieusement disparu – a fait refaire la véranda, datant de moins d'un an, à neuf et labouré la pelouse alentours. Quel en est le mobile ? Cela les amène à se pencher sur une question cruciale : qui habitait la maison auparavant ? Quelle n'est pas leur surprise quand ils apprennent que l'occupant précédent était Paul Serinen, acronyme d'Arsène Lupin, escroc notoire. On n'occupe pas la maison d'un tel personnage impunément…
J'ai lu ce livre dans le cadre du prix Cezam 2010. Voilà un court (moins de 200 pages aux éditions Bernard Pascuito) et excellent policier signé Hervé Commère. Il se décline en trois parties, dont un épilogue, avec à chaque fois trois narrateurs différents, dont les destins se croisent, le dernier narrateur ayant suivi la trajectoire des deux premiers. L'intrigue est efficace, les maillons du puzzle tissés dans la première et la deuxième partie s'emboîtent à merveille dans l'épilogue. La première partie nous retrace « l'oeuvre » illégale de Paul Serinen. Nous le suivons dans ses différents casses, admirant son sens de la discrétion lorsqu'il décide de parcelliser les tâches de ses subordonnés. Ses coups semblent l'oeuvre d'un génie du vol ; nous apprenons bien vite qu'il n'en est rien. Sa maison, nommée « La Sauvagère », porte les stigmates de ses agissements. Quand un jeune couple la rachète, il est loin de soupçonner la suite de mésaventures dans lesquelles il s'engage. le mystère est à son comble, nous en soupçonnons quelques dessous, sans toutefois pouvoir le circonscrire totalement, l'auteur préservant des zones d'ombre, ce qui est bienvenu. Dans la deuxième partie, nous comprenons assez vite, lors d'un éclair de lucidité du narrateur, le sens du titre : « J'attraperai ta mort ». J'ai été touchée par la destinée du narrateur de cette partie. L'épilogue est réellement bluffant et époustouflant : il délivre enfin les clés de compréhension de l'ensemble du livre et donne une perspective nouvelle à l'histoire, marquée par la maison en pierres de la Sauvagère. Une intrigue implacable, un livre bien écrit. On se perd parfois dans les aller-retours chronologiques, heureusement que figurent des indications temporelles en début de chapitres. Il s'agit pour l'instant de mon coup de coeur du prix Cezam 2010.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
MadCGMadCG   28 mai 2013
J'ai tutoyé les anges et je me pisse dessus.
Commenter  J’apprécie          210
fannyvincentfannyvincent   25 juillet 2015
J'aurais dû enfouir tout le mystère pour de bon et décider de ne plus jamais chercher à comprendre.
Commenter  J’apprécie          30
fannyvincentfannyvincent   24 juillet 2015
Il m'a fallu beaucoup de temps avant que ma paranoïa se dissipe.
Commenter  J’apprécie          40
AelurusAelurus   18 avril 2016
J'ai envie de courir mais je ne peux plus marcher. Au journal, ils ont parlé de l'hiver qui s'installe et j'ai pris ça pour moi. Je n'ai pas faim. Ma jolie infirmière m'a fait un sourire.
Commenter  J’apprécie          00
GlassGlass   19 juin 2016
"Parce que l'eau et la neige scintillent au soleil comme des milliers de petits diamants. Mais vous ne pouviez pas le savoir. Vous n'êtes que Paul Serinen",finit-il par lâcher.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Hervé Commère (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Commère
Hervé Commère - Sauf
autres livres classés : braquageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1488 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..