AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782265144071
320 pages
Fleuve Editions (12/03/2020)
  Existe en édition audio
3.89/5   209 notes
Résumé :
Jadis, Mylène a aimé un homme. Ensemble, ils ont fait les 400 coups. Jusqu’au braquage raté d’une bijouterie en Espagne, au cours duquel les deux amoureux se sont fait prendre. Mylène n’a jamais revu Paco : il a été poignardé dans sa cellule un soir.
Aujourd’hui, Mylène est libre. Elle travaille dans un dépôt-vente en banlieue parisienne, et vit dans une chambre de bonne. Parfois, le temps d’un week-end, elle loue un appartement quelque part, et s’imagine une... >Voir plus
Que lire après RegardeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (81) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 209 notes
5
32 avis
4
35 avis
3
6 avis
2
3 avis
1
0 avis
Voilà un roman qui m'aura tenu en haleine jusque dans les dernières pages , un roman très bien écrit , très bien construit . Je n'en attendais du reste pas moins d'Hervé Commère, un auteur connu et reconnu , à juste titre , ma foi .
Je tiens , avant tout à préciser que je n'avais pas lu " Sauf " auparavant et que je n'ai donc pas été gêné par ce manque , si ce n'est que je me suis sans doute privé d'un autre bon moment d'évasion , mais bon .
Tiens , puisque je parle d'évasion, ça tombe bien . Mylène, l'héroïne, a passé 8 ans en prison pour complicité dans le braquage d'une bijouterie espagnole avec le " grand amour de sa vie " , Pascal , lui - même sauvagement assassiné pendant son incarcération....
Qui a tué Pascal et pourquoi ? Vaste , très vaste programme auquel s'attaque Mylène, soutenue par son amoureux Gary , un gitan et ses cousins , ses amis Mat et Anna et le policier Dagan...
C'est que Mylène, les amis , elle veut comprendre , c'est légitime, non ? L'enquête va être ardue .Pour cela , on peut faire confiance à Hervé Commère pour nous " balader " , nous distribuer avec parcimonie des éléments qui , mis bout à bout , bâtiront une trame logique ... pas si évidente mais bien pensée. le fait que Mylène " prenne la parole " dans le récit nous permet de mieux appréhender sa personnalité, une personnalité complexe mais ...attachante . Femme d'argent ? Femme à hommes ou Femme d'un homme ? Les deux ? On en apprendra suffisamment tout au long du récit pour se faire une idée propre , un fort caractère en tout cas , dont on suivra la quête avec enthousiasme et une " certaine " admiration " pour son opiniâtreté .
Je crois avoir dit que ce roman se lisait facilement , avec délectation , pas si " dynamique " que certains mais habilement construit avec des chapitres courts qui " boostent " le récit, n'autorisent , de la part du lecteur , aucun relâchement et interdisent à l' ennui de s'immiscer sournoisement .
Je ne sais pas si je reviendrai vers " Sauf " , je ne le crois pas dans la mesure où ma PAL reste " vertigineuse " ( ...et que je ne souhaite vraiment pas le retour du confinement , mais...) ce que je sais , c'est que je reviendrai vers Hervé Commère, un auteur qui " sait faire " .
Et pour terminer , chers amies et amis , je vous offre un indice qui devrait grandement vous aider :
" On ne se méfie jamais assez des fantômes du passé..."

Ça y est ? Vous y voyez plus clair ? Non ? Ah ben ça alors , vous allez encore être obligés et obligées de TOUT lire ....J'aimerais tant vous aider plus ....Mais je vous rassure , le plus difficile , c'est de " saisir " le livre , après...ben après c'est parti , tiens et "ça avance tout seul " ...( Attention si vous avez quelque chose sur le gaz )
Commenter  J’apprécie          691
Ce que j'ai ressenti:

« Il n'y a que deux raisons, l'amour ou l'argent! »

Sauf, que si l'un des deux te tient, tu perds toute raison…Ah l'Amour, l'amour, l'amour…Ah l'argent, l'argent…Ça peut rendre fou mais cette fois-ci, c'est bien Mylène qui risque d'en faire les frais et y perdre aussi son coeur dans cette affaire. Regarde plutôt ça : une caravane qui disparaît et des souvenirs qui refont surface…Et oui, c'est bel et bien le nouveau roman de Hervé Commère que je viens de dévorer en deux jours, top chrono. Un page-turner tellement efficace qui vient nous rappeler combien justement, l'amour et l'argent mènent le monde. À moins que…

On retrouve donc le quatuor de personnages du précédent thriller de l'auteur avec cette fois-ci, le passé quelque peu sulfureux de Mylène…C'est toujours agréable d'avoir d'autres perspectives et de connaître mieux des personnages auxquels on s'est attaché. En plus Mylène, elle m'avait beaucoup intriguée dans Sauf. J'ai adoré la suivre dans ces amours passés dans la douceur d'un univers musical, revivre la force passionnée de ces souvenirs et comprendre un peu sa façon de vivre très particulière. En proie avec ses sentiments, entre doute raisonnable et espoir inconcevable, Mylène ne sait plus où donner de la tête et son coeur s'affole de trop…Perdue dans un mirage, elle se laisse dériver…Heureusement, qu'elle peut compter sur ses amis pour la remettre sur la route de la raison…Mais cela ne se fera pas sans mal et encore moins sans peine…

Hervé Commère m'a encore bluffée, Sauf que c'est toujours aussi plaisant! Avec les memes ingrédients toujours aussi efficaces, il nous emmène là où il l'a décidé avec ce petit quelque chose de pétillant, qui fait qu'on tourne les pages sans voir le temps qui passe, qu'à chaque fin de chapitre on est piégé dans l'euphorie d'en savoir plus et qu'on ne peut soupçonner cette fin…Ce roman est peut être plus accès sur les sentiments, mais il reste un roman noir troublant. En mélangeant souvenirs douloureux et destins fauchés, il vient nous cueillir avec subtilité, faisant tressaillir la corde sensible et Regarde comme c'est doux d'être touché au coeur…Regarde comme en mélangeant les épanchements insensés et les horizons différents, on peut découvrir entre ces pages, un joli portrait de femme forte…Regarde bien, c'est un auteur à suivre qui j'en suis persuadée nous réserve encore plein de surprise à venir…Regarde


Ma note Plaisir de Lecture 8/10
Lien : https://fairystelphique.word..
Commenter  J’apprécie          430
Dans "Regarde", le lecteur retrouve avec plaisir la bande improbable du dépôt-vente de Montreuil qui sont les héros du roman précédent "Sauf".
Mathieu, Anna, Mylène, Gary vont cette fois se mobiliser pour venir au secours de Mylène. Mylène dont on connait la vie de bourgeoise et dont on apprend les errements qui l'ont conduit à faire de la prison pour l'amour de Pascal Kopinski, un jeune musicien, batteur, de 20 ans son cadet dont elle est tombé folle amoureuse.
Hélas, ce dernier n'est plus, sauvagement assassiné par un compagnon de cellule.
Le style de Commère nous emporte dès les premières lignes. Comme une bourrasque. Il nous conduit aux confins des personnalités.
Doit-on payer le bonheur que l'on a connu dans sa vie passée ? Peut-on revenir sur ses erreurs ? Un démiurge sadique s'ingénie-t-il à nous mettre à l'épreuve ? Se disent-ils. En un mot peut-on changer de vie sans risques ?
Mylène, comme Mathieu dans Sauf, est contrainte par des événements inattendus, de revisiter son passé.
Qui se joue d'elle ? Pascal est-il vivant, et si oui pourquoi lui aurait-il menti ? Pour quelles raisons ?
Gary le gitan affirme toujours, « — Il n'y a que deux mobiles, (…) L'amour ou l'argent. » et se dit prêt à mobiliser la communauté tzigane de France de Suisse et de Belgique pour aider Mylène.
L'histoire ne serait rien sans la précision du style de Commère : il ausculte les situations et montre comment elles déterminent les motivations des personnages.
Une phrase revient souvent dans la bouche de Gary qui accompagne Mylène de Paris à Lille, dans le Lot et jusqu'au Pont de Montvert dans les Cévennes.
"C'est facile avec les pauvres. Tu peux leur faire faire n'importe quoi, fulmine-t-il."
Un esprit malfaisant et manipulateur toujours en avance d'une action, sème des indices troublants faisant référence au passé de Mylène avec Pascal.
Mylène finit par douter. Qui était Pascal ? Pourquoi l'a-t-il séduite ? Pourquoi s'est-elle laissée séduire ? Cette histoire a-t-elle une origine autre que l'amour ? S'est-on joué d'elle ? S'est-on joué d'eux , Et si oui pour quelles raisons ?
Elle est décidé à aller jusqu'au bout de ses recherches, n'hésitant pas à mobiliser ses amis mais aussi l'inspecteur Dagan dont on retrouve ici le flegme distant et la compassion discrète.
"Dagan, avant que nous quittions son bureau, m'a mise en garde : 
— Je vous ai dit de faire attention à vous et je vous le répète. Et ça ne signifie pas seulement prendre soin de vous. Montrez-vous méfiante. Quelqu'un vous observe."
Mais que trouvera-t-elle à l'issue de sa quête. Son amour perdu ou une désillusion plus grande encore ?
Plus que jamais c'est l'amitié et le support de ses amis qui la conduira sur les routes de France.
"Le vertige m'a gagnée. Les pièces d'un puzzle diabolique se mettaient en place les unes après les autres autour de moi, construisant la cellule dans laquelle prendraient fin mes jours. Mourir sans savoir, traquant jusqu'au bout la clé, le qui, le comment, le pourquoi."
Regarde est une contremarque de Sauf, pourtant si on y retrouve les personnages et une philosophie identique, on éprouve le même niveau de plaisir. Pas de redites mais une approche différente et complémentaires des personnages et des situations.
Hervé Commère fait avancer le récit en surprenant le lecteur au fur et à mesure de son déroulement.
Bravo M Commère.
A quand un troisième opus dans la même veine ?

Lien : https://camalonga.wordpress...
Commenter  J’apprécie          362
Ceci est une histoire d'amour.

Sauf que rien n'est jamais si simple avec Hervé Commère. Au départ, ce qu'il lui faut c'est un mort, pour nous laisser imaginer le reste. Si vous cherchez un roman singulier et prenant au possible, pas la peine de chercher un deuxième homme.

Son précédent roman nous avait laissé essoufflés, grâce à son rythme effréné. Cette fois-ci, le ton est plus posé. On parle de sentiments, cela méritait bien d'imprimer un autre tempo.

N'imaginez pas être moins surpris pour autant, les récits à la Commère sont toujours originaux, sombres et touchants à la fois.

Une preuve ? Cette histoire d'amour-là se joue des années et de la condition des personnages. Différences d'âges et de milieux, deux amoureux qui n'avaient pourtant statistiquement presque aucune chance de tomber dans les bras l'un de l'autre. Aujourd'hui, après un passage par la case prison, l'un des deux est mort et l'autre, Mylène, a refait sa vie dans une certaine tranquillité et dans le souvenir, à plus de 60 ans passés.

Mais la réalité vacille, comme souvent avec l'écrivain. La situation devient folle, inconcevable. Et pourtant… L'auteur maîtrise l'art du décalage comme personne, pour montrer comment une vie peut basculer en un rien de temps. Ne cherchez pas à découvrir le fin mot de l'histoire, il vous laissera aussi abasourdi que chamboulé.

Ceci est une histoire d'amour des personnages. Essentiels chez Hervé Commère. Leurs coeurs battent réellement, le nôtre avec eux. Même si leurs manières de penser et de réagir diffèrent des nôtres, l'écrivain à un talent inouï pour nous faire entrer en empathie avec eux. Leurs petites musiques nous parlent (la musique est souvent très présente dans les récits de Commère, c'est tout sauf un hasard).

Ceci est une histoire d'amour des émotions. Puissantes. L'intrigue est étonnante, mais des émotions fortes passent par ce que vivent et ressentent les personnages. Hervé Commère n'imagine pas écrire un roman noir sans elles.

Ceci est une histoire d'amour des mots. Toujours au plus juste, au plus près des corps et du jeu. Tiens, en parlant de jeu, amusez-vous à trouver les liens (forts) avec son précédent roman Sauf. Tout est lié, et nous on se lie avec la plume de l'écrivain.

Alors Regarde, regarde un peu le talent d'Hervé Commère. Combien il est unique à raconter des histoires aussi surprenantes et aussi poignantes. Une nouvelle fable noire et humaine, bourrée d'inventivité et d'émotions. On ne rate pas un roman d'Hervé Commère, encore moins celui-ci.
Lien : https://gruznamur.com/2020/0..
Commenter  J’apprécie          303
Déclaration d'intérêts : lu dans le cadre de l'opération Masse critique de Babélio.

Mylène Archère avait beaucoup d'atouts : elle est née dans la haute bourgeoisie et était une femme d'affaires de talent. A 45 ans, elle a plaqué affaires et mari pour connaître l'amour fou avec Pascal, un batteur qui avait vingt ans de moins qu'elle.
Au début du livre, elle a 62 ans et on sait qu'elle a fait huit ans de prison suite au braquage d'une bijouterie (pourquoi diable, puisqu'elle avait plaqué les affaires mais qu'il lui restait sa fortune ?) et que Pascal a été tué dans sa cellule par un codétenu.
La vie est devenue grise, mais Mylène Archère s'est reconstruite en travaillant comme employée dans un dépôt-vente à Montreuil, et s'est liée d'amitié avec Mathieu, son patron, la compagne de celui-ci, Anna, et l'autre employé, Gary, un Gitan.
Sa fortune n'est pas restée inchangée pendant la prison : elle a triplé, grâce à la bonne gestion de ses deux frères, avec qui cependant elle n'entretient pas d'autres relations qu'un relevé de comptes annuel. Mylène Archère n'a cure de sa fortune et préfère vivre dans une chambre de bonne que dans le vaste appartement que ses frères lui ont remis à sa sortie de prison et qu'elle prête à Mathieu et sa famille.
De temps en temps, Mylène Archère, qui raconte l'histoire à la première personne, loue une chambre quelque part en France, en fin de semaine, où elle peut s'imaginer une autre vie.
Au début du livre, elle arrive un soir dans une roulotte dans le Lot, où elle ne connaît personne : à l'intérieur, tout lui parle de Pascal, il y a même leur photo à tous les deux. Il est donc vivant, et Mylène n'aura de cesse de le retrouver, avec l'aide inconditionnelle de Gary.

À partir de là (qui, je le répète est le début du livre), Hervé Commère développe une intrigue machiavélique, que n'aurait pas reniée le Sébastien Japrisot de La dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil.

C'est incontestablement de la belle ouvrage : le livre repose sur une (seule) idée, mais très bien exploitée, et l'auteur balade le lecteur sans coup férir, jusqu'au coup de théâtre final.

La structure du roman n'est pas sans rappeler le premier livre d'Hervé Commère, Les ronds dans l'eau, qui avait une intrigue encore plus retorse. Je suis curieux de découvrir les autres polars d'Hervé Commère, pour savoir s'il s'est spécialisé dans ce type d'intrigue à retournement final millimétré, ou s'il a d'autres cordes à son arc.
Regarde demeure un excellent divertissement, qui pousse aussi à réfléchir, par de discrètes petites touches, aux inégalités sociales.

PS : au cas où l'éditeur lirait cette chronique, je signale deux erreurs qui pourront être corrigées pour l'édition de poche :
- en droit, seuls les contrats et conventions stipulent : le rapport annexé à l'acte de décès p. 88 ne peut pas pas stipuler, il peut énoncer, préciser, etc.
- p.186 : " (...) me suis écroulée sur le sol, ma tête heurtant la plainte" : il s'agit plutôt de la plinthe.

Je remercie Fleuve éditions et Babélio de m'avoir offert ce livre.
Commenter  J’apprécie          207


critiques presse (1)
Liberation
21 août 2020
Hervé Commère livre un polar psychologique captivant dont l'héroïne est l'objet d'une étrange machination.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Lorsque le taxi m’a déposée au camp, j’ai réglé la course et marché d’un bon pas vers ma caravane. Là, j’ai allumé mon ordinateur avec des précautions nouvelles. J’imaginais Béatrice à l’autre bout. J’ai ouvert un document Word. J’ai envisagé toutes sortes d’entrées en matière, nombre de ruses. J’évaluais leurs chances d’aboutir. La peur me ralentissait. Quand il a fait totalement nuit, j’ai pris mon élan, et ai frappé : Qui êtes-vous ? Que voulez-vous ? J’ai considéré longtemps ces quelques mots, suivis du curseur clignotant. Je n’ai rien ajouté. J’ai gagné mon lit sans voir autre chose que l’écran.
Commenter  J’apprécie          90
C'est en cette période faite d'enthousiasme autant que de tristesse que je suis un jour tombée sur deux exemplaires d'un même livre chez un bouquiniste des quais de Seine. Le titre m'a interpellé : "Regarde". L'auteur, un certain Paul-Louis Derambert, m'était totalement inconnu. Le résumé au dos n'était pas particulièrement alléchant, il était question d'un peintre ne parvenant pas à achever sa toile. Les livres eux-mêmes étaient cornés, sales et dégageaient une odeur nauséabonde. J'ai acheté les deux.
Commenter  J’apprécie          60
Valérie cherche du travail. On la menace de lui couper les vivres si elle ne manifeste pas un désir plus prégnant de réintégrer la vie active. Elle a répété ces mots en haussant les épaules dans un mélange de lassitude et d’exaspération. Elle se rend à Pôle Emploi quand on l’y convoque, elle y croise ses congénères qui attendent leur tour, aux ordres d’un compteur lumineux dont plusieurs diodes ont cessé de fonctionner. Ils ont tous les âges, toutes les couleurs, parlent toutes les langues, et tiennent contre eux de minces pochettes qui ne contiennent rien. Au départ, Valérie a regardé ce troupeau, convaincue qu’elle n’en ferait jamais partie. Son passage ici serait trop bref pour qu’elle y trouve sa place. Un jour, un jeune homme à l’air perdu s’est adressé à elle pour savoir comment fonctionnait le distributeur de tickets à l’entrée. Valérie l’a renseigné, bienveillante avec le nouveau, et a réalisé qu’elle avait franchi un cap. C’était il y a trois ans. L’assurance a fondu, la résignation s’est installée, ainsi que les espoirs les plus fous. Gagner au Loto, hériter d’un oncle milliardaire dont on ne soupçonnait pas l’existence ou croire qu’une sorte de justice divine rétablira l’équilibre un jour.
— On se remet à croire au Père Noël, a-t-elle constaté.
Commenter  J’apprécie          10
Le temps a passé, que j'ai vécu comme une somnambule.
Puis est venu le matin de ma sortie. J'avais 54 ans, des cheveux gris et ras, et le sentiment bien réel d'être seule au monde.
Il m'a fallu des années pour reprendre pied. Mes cheveux ont poussé. Aujourd'hui je travaille dans un dépôt-vente en banlieue parisienne, loin de mes origines, et loue parfois un endroit pour quelques jours, de la caravane au château. Je fais les départements dans l'ordre. Je vivrai assez longtemps pour les faire tous. J'en suis au Lot. Le temps d'un week-end, je rêve.
Mais ce matin je ne rêve pas.
Ce que je vois autour de moi n'a rien d'une hallucination.
Commenter  J’apprécie          20
Nous sommes dans l’atelier où Mat restaure les meubles et les objets. L’ambiance est différente de ce côté de l’entrepôt, les odeurs de sciure et de colle se mélangent, des copeaux jonchent le sol en mosaïque. Une femme nue alanguie attend que la colle sèche, le crâne dans un serre-joint. Elle est en ébène, avec deux billes de porcelaine blanche. Elle nous regarde. Nous sommes assis autour de l’établi qui nous sert de table. Mat y déjeune d’un sandwich tous les jours. Parfois, nous nous joignons à lui. Ce midi, Anna nous a rejoints. Elle est allée chercher des sushis au restaurant japonais de la rue derrière. Gary dévore. Mathieu déguste. Je n’ai pas faim. 
Je prends une feuille et mon stylo, note mon adresse en haut, la date. Je ne sais comment les appeler : messieurs ? Mes frères ? Ou bien leurs prénoms ?
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Hervé Commère (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Commère
LES COUPS DE CŒUR DES LIBRAIRES - 11-02-2024
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (456) Voir plus



Quiz Voir plus

SAUF

Comment s'appelle l'assistante de Mat ?

Mylady
Lady
Marie
Mylene

5 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Sauf de Hervé CommèreCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..