AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213632889
76 pages
Collège de France (14/03/2007)
3.98/5   30 notes
Résumé :
Auprès de la question théorique ou historique traditionnelle : « Qu'est-ce que la littérature ? », se pose avec plus d’urgence aujourd’hui une question critique et politique : « Que peut la littérature ? » Quelle valeur la société et la culture contemporaines attribuent-elles à la littérature ? Quelle utilité ? Quel rôle ? « Ma confiance en l’avenir de la littérature, déclarait Calvino, repose sur la certitude qu’il y a des choses que seule la littérature peut nous ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,98

sur 30 notes
5
3 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Cer45Rt
  24 mai 2019
"La littérature, pour quoi faire ?" est la leçon inaugurale d'Antoine Compagnon au Collège de France.
C'est un texte remarquable, où Antoine Compagnon développe une véritable pensée sur la littérature et une véritable défense de celle-ci.
Il y vante les mérites de la littérature, avec intelligence, pertinence et un amour visible de celle-ci.
Il s'agit d'un texte finement argumenté, d'une intelligence précieuse, qui a le mérite de répondre à l'excellente question qui est le titre du texte.
Excellent !...
Commenter  J’apprécie          241
Myriam3
  22 octobre 2018
Pour sa leçon inaugurale au Collège de France, procédé que je découvre avec ce livre, Antoine Compagnon aborde modestement la question de la littérature, en particulier ce qu'elle représente aujourd'hui.
Il y raconte ses débuts dans la recherche littéraire, les découvertes d'auteurs, comme Proust par exemple, qui l'ont passionné et changé à jamais.
C'est une belle éloge de la littérature de la part d'un passionné et c'est vraiment bon à lire. Il y aborde tout ce qu'elle apporte en matière de richesse et de liberté, ce qu'elle ouvre comme horizons, et l'empathie qu'elle développe.
Un beau sujet d'étude mais surtout un discours réconfortant.
A poursuivre avec les vidéos parues sur le net.
Commenter  J’apprécie          161
Bouteyalamer
  21 décembre 2016
Antoine Compagnon : La littérature, pourquoi faire ? (2007)
On attend d'une leçon inaugurale un style alerte et brillant, un hommage aux prédécesseurs, des citations choisies et l'annonce d'un plan. Tout cela est présent, ni plus, ni moins. Pour ses prédécesseurs, Compagnon cite Valéry (Les cahiers), Bergson (La Pensée et le mouvant, Barthes bien sûr (La Préparation du roman), Sartre hélas (Que peut la littérature ?), et beaucoup d'autres, dont souvent Kundera (« La seule morale du roman est la connaissance ; le roman qui ne découvre aucune parcelle jusqu'alors inconnue de l'existence est immoral »).
Le plan est classique et alterne déconstruction-reconstruction : « Quand on les interroge sur le livre qu'ils aiment le moins, les lycéens répondent Madame Bovary, le seul qu'on les ait obligés à lire » […] « La littérature, pour quoi faire ? La littérature est-elle remplaçable ? Elle est concurrencée dans tous ses usages et ne détient de monopole sur rien, mais l'humilité lui sied et ses pouvoirs restent démesurés ; elle peut donc être embrassée sans état d'âme et sa place dans la Cité est assurée ». Compagnon énumère les ressources que la lecture apporte : la littérature comme élément de la vie bonne, qui nous instruit par la mimesis et la catharsis. La littérature comme contre-pouvoir, force d'opposition. La littérature pour corriger les carences du langage: « Le poète et le romancier nous divulguent ce qui était en nous, mais que nous ignorions parce que les mots manquaient, phénomène que Bergson décrit à l'aide d'une comparaison qui peut rappeler Proust : « Au fur et à mesure qu'ils nous parlent, des nuances d'émotion et de pensée nous apparaissent qui pouvaient être représentées en nous depuis longtemps, mais qui demeuraient invisibles : telle, l'image photographique qui n'a pas encore été plongée dans le bain où elle se révélera ».
Un mémento utile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
sevm57
  06 août 2021
Ce court recueil présente la leçon inaugurale d'Antoine Compagnon au Collège de France. Il tente de répondre à la question : la littérature, pour quoi faire ? Et le moins que l'on puisse dire est qu'il y réussit de manière magistrale, confirmant la clarté et le sens de la pédagogie qu'on lui connaissait déjà grâce à ses interventions radiophoniques estivales.
Commenter  J’apprécie          130
LoretteIpsum
  27 juin 2012
Voilà un petit essai simple à lire, mais lumineux, qui parvient à résumer en quelques pages les grands courants de la critique littéraire et qui tente de répondre à cette question : la littérature, à quoi ça sert ?
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
LoretteIpsumLoretteIpsum   27 juin 2012
Nous lisons parce que, même si lire n’est pas indispensable pour vivre, la vie est plus aisée, plus claire, plus ample pour ceux qui lisent que pour ceux qui ne lisent pas.
Commenter  J’apprécie          281
Myriam3Myriam3   01 octobre 2018
"Il y a [...], depuis des siècles, des hommes dont la fonction est justement de voir et de nous faire voir ce que nous n'apercevons pas naturellement. Ce sont les artistes. " L'art vise "à nous montrer, dans la nature et dans l'esprit, hors de nous et en nous, des choses qui ne frappaient pas explicitement nos sens et notre conscience;". Le poète et le romancier nous divulguent ce qui était en nous, mais que nous ignorions parce que les mots manquaient, phénomène que Bergson décrit à l'aide d'une comparaison qui peut rappeler Proust: "Au fur et à mesure qu'ils nous parlent, des nuances d'émotion et de pensée nous apparaissent qui pouvaient être représentées en nous depuis longtemps, mais qui demeuraient invisibles: telle l'image photographique qui n'a pas encore été plongée dans le bain où elle se révèlera".

Bergson, La perception du changement, (1911), la Pensée et et le Mouvant (1934), PUF, coll. "Quadrige", p.149-150

p.50
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Myriam3Myriam3   02 octobre 2018
Après les Etats-Unis, la France a été gagnée par le ressentiment contre la littérature vue comme l'exercice d'une domination. Renversant l'idée des Lumières, elle est de plus en plus souvent perçue comme une manipulation et non comme une libération. L'autre jour, je surpris trois garçons arrêtés au seuil d'une librairie comme d'un mauvais lieu; l'un d'eux protestait fièrement: "j'ai jamais ouvert un bouquin de ma vie. Tu me fais entrer là-dedans!"
P.58
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LoretteIpsumLoretteIpsum   27 juin 2012
la littérature doit être lue et étudiée parce qu’elle offre un moyen de préserver et de transmettre l’expérience des autres. […] Elle nous rend sensibles au fait que les autres sont très divers et que leurs valeurs s’écartent des nôtres.
Commenter  J’apprécie          110
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   22 juillet 2017
Vous n’imaginez pas tout ce qui manque à ma formation de lettré, tout ce que je n’ai pas lu, tout ce que je ne sais pas, puisque, dans la discipline où vous m’avez élu, je suis un quasi-autodidacte. J’enseigne pourtant les lettres depuis plus de trente années et j’en ai fait mon métier. Mais – comme je continuerai ici de le faire – j’ai toujours enseigné ce que je ne savais pas et pris prétexte des cours que je donnais pour lire ce que je n’avais pas encore lu, et apprendre enfin ce que j’ignorais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Antoine Compagnon (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Compagnon
https://www.laprocure.com/product/849493/compagnon-antoine-un-ete-avec-colette
Un été avec Colette Antoine Compagnon Éditions des Equateurs et France-Inter
Adapté d'une série d'émissions diffusées sur France Inter, l'ouvrage évoque le parcours et l'oeuvre de Sidonie Gabrielle Colette, cette dernière étant marquée par quatre grandes figures : Claudine, Sido, Gabrielle et Colette elle-même. Pionnière de la transgression et de la provocation, l'écrivaine française est désignée pour présider l'académie Goncourt grâce à ses romans empreints de liberté. ©Electre 2022
autres livres classés : collège de franceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
656 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre