AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2849902446
Éditeur : Editions des Equateurs (16/05/2013)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 169 notes)
Résumé :
«Longtemps, je me suis demandé si j'oserais citer la conclusion très irrévérencieuse des Essais, au risque d'effaroucher les oreilles délicates : "Ésope ce grand homme vit son maître qui pissait en se promenant, Quoi donc, fit-il, nous faudra-t-il chier en courant ? Ménageons le temps, encore nous en reste-t-il beaucoup d'oisif et mal employé." Toute une philosophie de la vie est ainsi résumée en quelques mots frappants. Les hommes de la Renaissance ne faisaient pas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
LydiaB
  27 septembre 2014
A force d'étudier les textes de Montaigne à la Fac, il m'est devenu presque familier. Je dis "presque" parce qu'il faut tout de même avouer qu'il n'est pas facile d'accès. Aussi, lorsque j'ai vu ce petit bouquin, je me suis dit que cela pouvait être intéressant... et effectivement, cela s'est avéré vrai. de mon côté, je dois avouer que je n'ai pas appris grand chose puisque comme je le disais, j'ai étudié cet auteur en long, en large et en travers. Mais pour quelqu'un qui voudrait l'aborder, je le trouve enrichissant. Il permet d'éclaircir les idées de ce dernier, de le montrer également sous un autre angle. A travers quarante extraits expliqués et commentés, l'auteur nous devient accessible.
Il faut souligner le travail d'Antoine Compagnon : un travail de titan ! Réussir en quelques pages à intéresser les lecteurs, ce n'est plus de la prouesse, c'est de la magie ! Il existe, chez le même éditeur, Un été avec Proust. Je ne vais pas tarder à le lire. Peut-être que le collectif, - dont Antoine Compagnon fait partie -, ayant oeuvré pour nous rendre limpide l'homme à la madeleine me réconciliera avec ce dernier...
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          762
Lune
  07 octobre 2013
"Un été avec Montaigne"? Je l'ai lu en automne. Peu importe, Montaigne est de toutes saisons.
Il est aussi de toutes époques par ses pensées d'"Honnête homme".
Antoine Compagnon a choisi une série d'extraits des "Essais" qu'il propose à notre réflexion.
Celle-ci s'accompagne de la reformulation de l'auteur (guidant parmi la grammaire d'époque et les tournures qui pourraient parfois rebuter) et d'une courte analyse éclairante.
La lucidité, la modestie, le regard porté par Montaigne sur l'homme, la conversation, la colonie, etc... nous le rendent au-delà des siècles, d'une "actualité" parlante.
L'auteur suscite notre curiosité et rend l'approche de Montaigne aisée.
Retourner aux classiques et prendre conscience avec humilité des leçons données par les anciens.
Tant de choses déjà dites, si peu entendues, si peu appliquées.
Le mérite de l'auteur est de nous re/présenter Montaigne sous une forme "légère" et par ce biais, de nous donner l'occasion de nous reposer les bonnes questions.
Il donne aussi envie de retourner au texte original.
Pari réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
Fortuna
  18 avril 2016
Montaigne en 40 leçons, 40 chapitres, 40 émissions de radio d'Antoine Compagnon, pour évoquer les grands évènements de sa vie, son oeuvre, ses voyages, ses amitiés, ses amours, sa maladie, sa vision du monde...Montaigne était un homme moderne par beaucoup de points, un esprit ouvert, sans préjugés, se livrant dans ses Essais sans aucune arrière pensée. A chaque chapitre, une citation nous fait goûter son français du 16ème siècle qu'Antoine Compagnon éclaire de manière limpide.
On le découvre ou redécouvre avec régal dans ce petit livre qui constitue une excellente introduction à ce grand philosophe dont la vie et l'oeuvre étaient si étroitement liées. Un petit ouvrage de philosophie accessible à tous à l'image de Montaigne qui est resté si actuel...malgré les siècles qui nous séparent. N'attendez pas l'été pour vous y plonger !
Commenter  J’apprécie          280
zenzibar
  20 juin 2015
Montaigne est un compagnon très cher…
Je commence ma journée laborieuse en me levant à 4 ou 5 h selon les circonstances et avant d'affronter les délices des transports, quelques pages des Essais de Montaigne souvent en écoutant une suite de Bach. C'est un petit luxe que je m'offre, prendre le temps de lire, relire, prendre des notes sur les Essais, à son rythme.
Car à notre époque où il faut être comptable de son temps pour être hyper performant, à l'affut de tout ce qui se passe aux quatre coins de la planète il faut être un tantinet décalé pour investir dans la lecture des Essais qui ne fournissent aucune « recette », ne développent aucun systême, aucun modèle reproductible.
Je souhaitais lire le livre de Compagnon depuis longtemps, mis en appétit par des commentaires divers positifs.
J'avoue que j'ai été surpris, je m'attendais d'une part à un format d'une autre dimension, (j'ai lu ce livre en une poignée d'heures) et d'autre part à un contenu différent, une sorte de rêverie bucolique à partir de l'univers mental de Montaigne, où tout au moins d'une partie de celui-ci.
En fait il s'agit d'une sorte d'abécédaire de Montaigne avec à chaque fois de courts articles.
C'est d'autant plus étonnant a priori que la pensée de Montaigne que l'on peut appréhender au fil de l'eau se laisse difficilement, me semble t-il, enfermer dans des catégories, des définitions. Montaigne lui-même ne cesse de clamer qu'il n'est jamais sur de rien (ce en quoi il est quelque peu de mauvaise foi…), et des contradictions implicites ou explicites jalonnent les Essais. Mais on lui pardonne volontiers tant il charme le lecteur d'abord par son style merveilleux et ensuite par la profonde humanité qui ne cesse de s'exprimer.
Mais il faut reconnaitre que les chapitres expriment régulièrement la profondeur de la pensée de Montaigne, les chemins de traverses qu'elle emprunte.
Une fois la surprise passée, on lit ce livre avec un vrai plaisir ; on peut toutefois regretter qu'il y ait très peu d'extraits des Essais, par exemple dans une partie thématique distincte pour respecter l'esprit du livre de Compagnon
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
VanilleBL
  18 septembre 2013
"Je ne peins pas l'être, je peins le passage : non pas un passage d'un âge en autre, ou comme dit le peuple de sept en sept ans, mais de jour en jour, de minute en minute. Il faut accommoder mon histoire à l'heure. Je pourrai tantôt changer, non de fortune seulement mais aussi d'intention. C'est un contrôle de divers et muables accidents, et d'imaginations irrésolues, et quand il y échoit, contraires : soit que sois autre moi-même, soit que je saisisse les sujets par autres circonstances, et considérations." écrit Michel de Montaigne dans ses Essais.
"Le style de Montaigne, c'est cela : une cape jetée sur l'épaule, un manteau en écharpe, un bas qui tombe ; c'est le comble de l'art qui rejoint la nature."
Comment dès lors parvenir à saisir l'oeuvre et son auteur, qui "vit comme il voyage – sans but, ouvert aux sollicitations du monde", qui "n'est pas à une contradiction près", qui se définit lui-même comme "un philosophe imprémédité et fortuit" et dont le livre "n'est d'ailleurs qu'un assemblage de morceaux juxtaposés, une mosaïque de pièces disparates, une bigarrure que rien n'empêche d'étendre indéfiniment, selon les occasions" ?
Il fallait bien toute l'érudition et toute l'intelligence d'Antoine Compagnon pour y parvenir, mais aussi toute sa finesse et toute sa modestie. France Inter ne s'y est pas trompé en lui demandant de parler des Essais à la radio, quelques minutes par jour, durant un été. L'idée lui a d'abord semblé bizarre, elle est à tout le moins audacieuse. Inviter les auditeurs à partir en vacances avec Montaigne est une proposition ambitieuse et osée, qui se révèle pertinente et excellente. En témoignent le succès des émissions radiophoniques et celui encore plus énorme du petit livre jaune dont elles sont la transcription.
En quelques 40 courts chapitres – une par émission –, Antoine Compagnon nous entraîne "à sauts et à gambades" dans l'oeuvre de Montaigne, donc par là-même dans l'esprit de l'écrivain puisque l'homme et le livre ne font qu'un. À l'instar de Montaigne, il nous offre la possibilité d'une lecture telle que celui-ci la concevait : "une lecture versatile, papillonnante, distraite, une lecture de caprice et de braconnage", qui nous permette de piocher au gré de notre fantaisie, "par hasard et de façon improvisée, sans projet ni délibération", dans les différents thèmes des Essais abordés par Compagnon, parmi lesquels on trouve l'engagement, la conversation, l'amitié, l'éducation, l'écriture, la philosophie, le changement, la désinvolture ou l'enseignement...
En grand connaisseur de l'oeuvre de Montaigne, l'auteur nous mène sur des chemins de traverse par rapport à tout ce qu'on a déjà lu ou étudié des Essais. Surtout ne pas se cantonner à cette "morale traditionnelle tirée des Essais sous forme de sentences", ces petites phrases dont on use et abuse sans parfois même en connaître l'auteur, l'origine et le contexte. Mais oser prendre une certaine liberté par rapport à la conception puriste régnante au temps de ses études où l'on prônait de façon absolue "le retour au texte dans sa complexité et ses contradictions".
Entre ces deux extrêmes, Antoine Compagnon réussit à trouver son "assiette", son équilibre. "Choisir une quarantaine de passages de quelques lignes afin de les gloser brièvement, d'en montrer à la fois l'épaisseur historique et la portée actuelle, la gageure paraissait intenable. Fallait-il choisir les pages au hasard, comme Saint-Augustin ouvrant la Bible ? Prier une main innocente de les désigner ? Ou bien traverser au galop les grands thèmes de l'oeuvre ? Donner un aperçu de sa richesse et de sa diversité ? Ou encore, me contenter de retenir certains de mes fragments préférés, sans souci d'unité ni d'exhaustivité ? J'ai fait tout cela à la fois, sans ordre ni préméditation." explique l'auteur en sa préface.
Cette façon de procéder, en parfaite adéquation avec la pensée en mouvement de Montaigne, permet à Antoine Compagnon de parcourir l'essentiel des Essais ; d'en respecter le style, la profondeur et l'esprit ; et surtout, d'inciter ses lecteurs à lire et relire les Essais.
Car là est bien son objectif: non pas faire un résumé ou une sorte de "best-of" de la pensée de l'écrivain pour remplacer un livre fort conséquent mais bien au contraire, en restant toujours au plus près du texte, de donner envie à chacun de replonger dans l'oeuvre immense, indispensable, inépuisable de Montaigne.
Et c'est terriblement réussi.
Lien : http://www.paroles-et-musiqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (5)
Culturebox   19 août 2013
Montaigne nous enseigne la nécessité de prendre le temps de vivre, une réflexion qui nous interpelle sur notre société moderne dont le tourbillon s’est accéléré avec le développement des nouvelles technologies. Antoine Compagnon résume son rôle à celui d’un "passeur, intercesseur".
Lire la critique sur le site : Culturebox
Culturebox   13 août 2013
Cet essai, écrit par Antoine Compagnon, polytechnicien et professeur au Collège de France, propose une lecture simple et accessible des textes du grand philosophe.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeFigaro   12 août 2013
En quarante chapitres, il nous présente une lecture simple, un commentaire pertinent des Essais, à travers les thèmes éternels de l'amitié (celle que Montaigne vécut avec La Boétie), de l'amour, de la mort, de l'inanité de nos faiblesses («le mentir est un maudit vice») ou de nos péchés…
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Lexpress   12 juillet 2013
Passez Un été avec Montaigne à travers 40 méditations signées Antoine Compagnon: un parcours alerte, fidèle et savoureux à découvrir.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   26 juin 2013
Partiriez-vous cet été avec Montaigne ? C'est l'invitation d'un ouvrage limpide, qui donne à voir toute l'intemporalité de l'auteur des Essais.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   06 janvier 2014
Comme Cicéron, Montaigne pense que l'homme n'est pas vraiment lui-même dans la vie publique, le monde et le métier, mais dans la solitude, la méditation et la lecture. Plaçant la vie contemplative au-dessus de la vie active, il n'est pas encore un de ces modernes qui jugeront que l'homme se réalise dans ses activités, dans le 'negotium', le négoce, soit la négation de 'l'otium', du loisir. Cette éthique moderne du travail a été liée à la montée du protestantisme, et 'l'otium', l'oisiveté, a perdu sa valeur suprême pour devenir un synonyme de la paresse.
(p. 46)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
pompompompom   23 février 2014





Or, que dit Montaigne ?
Que dans la solitude,
au lieu de trouver son point fixe et la sérénité,
il a rencontré l’angoisse et l’inquiétude.
Cette maladie spirituelle, c’est la mélancolie,
ou l’acédie, la dépression
qui frappait les moines à l’heure de la sieste,
celle de la tentation

.L’âge, pensait Montaigne,
aurait dû lui donner de la gravité,
mais non,
son esprit s’agite au lieu de se concentrer,
fait, suivant une belle image,
le « cheval échappé »,
court en tous sens,
se disperse plus que du temps
où sa charge de magistrat l’accablait.
Les « chimères et monstres fantasques »
qui prennent possession de son imagination,
ce sont des cauchemars, des tourments,
au lieu de la paix espérée,
comme sur un tableau de Jérôme Bosch
représentant La Tentation de saint Antoine.

Alors, dit-il, il s’est mis à écrire.

.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
mcd30mcd30   18 août 2018
Au nom de la nature, Montaigne efface la frontière de la maladie et de la santé. Les maladies font partie de la nature; elles ont leur durée, leur cycle de vie, auquel il est plus sage de se soumettre que de prétendre le contrarier.
Le refus de la médecine fait partie de la soumission à la nature. Montaigne modifie donc le moins possible ses habitudes quand il est malade.
Vient alors la flèche du Parthe : les médecins ne vivent pas mieux ni plus longtemps que nous ; ils souffrent les mêmes maux et n'en guérissent pas davantage. (p. 124 )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
mcd30mcd30   04 juillet 2018
D'emblée à l'orée de son livre, il met en avant la qualité humaine essentielle sur laquelle il insistera d'un bout à l'autre des Essais, à savoir la foi, la bonne foi. C'est bien la seule vertu qu'il reconnaisse en lui ; elle est à ses yeux capitale, indispensable au fondement de tous les rapports humains. Il s'agit de la foi donnée, à la base de toute confiance. Foi, fidélité, confiance, et encore confidence, c'est tout un : mon engagement vis-à-vis de l'autre, comme on donne la parole, comme on s'engage à tenir parole.
Et la bonne foi, la bona fides que promet Montaigne, c'est l'absence de malice, de ruse, de masque, de tromperie, de fraude, bref, l'honnêteté, la loyauté, l'assurance de conformité entre l'apparence et l'être, la chemise et la peau. A l'homme de bonne foi, au livre de bonne foi, vous pouvez faire confiance, vous ne serez pas abusé.

P. 50
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
ZilizZiliz   05 janvier 2014
Le contact du Vieux Monde accélérera l'évolution du Nouveau vers sa décrépitude, sans nous rajeunir, car l'Histoire va à sens unique et l'âge d'or est derrière nous. Ce n'est pas notre supériorité morale qui a conquis le Nouveau Monde, mais c'est notre force brute qui l'a soumis.
Montaigne vient de lire les premiers récits de la cruauté des colons espagnols au Mexique et de leur destruction sauvage d'une civilisation admirable. Il est l'un des premiers censeurs du colonialisme.
(p. 43-44)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Antoine Compagnon (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Compagnon
Leçon inaugurale de Yanick Lahens prononcée le 21 mars 2019. Accédez à son cours "Haïti autrement" : https://www.college-de-france.fr/site/yanick-lahens/_course.htm Yanick Lahens est la première personnalité à occuper la chaire Mondes francophones créée en partenariat avec l?Agence universitaire de la Francophonie (AUF). le Collège de France et l?AUF entendent ainsi illustrer la diversité et la richesse des mondes francophones en donnant une tribune aux chercheurs des pays ayant le français en partage. Créée pour trois ans, cette chaire accueillera chaque année une grande voix de la francophonie issue de différents domaines des lettres, des arts et des sciences. La langue restant le lien premier de cet espace francophone, c?est une grande figure de la littérature haïtienne, prix Femina 2014 pour Bain de lune (Sabine Wespieser éditeur), qui a été invitée à inaugurer cette chaire : Yanick Lahens, « une personnalité remarquable de la littérature et de la culture en langue française », selon le Pr Antoine Compagnon, titulaire de la chaire Littérature française moderne et contemporaine : histoire, critique, théorie. Plus d'informations : https://www.college-de-france.fr/site/yanick-lahens/p4605458164149482_content.htm
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
287 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre
.. ..