AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Antoine Compagnon (Autre)
EAN : 9782849907481
Éditeur : Coédition Editions des Equateurs (03/06/2020)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Après Montaigne, Antoine Compagnon nous invite à passer un été avec Pascal. Un siècle de différence entre les deux hommes qui sont tous les deux fondateurs de notre modernité, c'est-à-dire de la liberté d'esprit. Pascal (XVIIe siècle) comme Montaigne (XVIe siècle) traite de l'homme, de la société, de l'univers, du pouvoir, de la foi, de l'angoisse, de la mort, du jeu : le tout et le rien. Nous connaissons tous les sentences célèbres de Pascal : "Le silence éternel d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
LePetitBleuDeLaCoteOuest
  26 juin 2020
Un été avec …
C'est d'abord une émission de radio sur France Inter.
Puis ça devient un livre l'année suivante.
J'aime beaucoup.
Surtout quand c'est Antoine Compagnon à la baguette.
Il est déjà l'auteur d'Un été avec Montaigne que je te conseille torridement.
Il y a d'ailleurs un rapport entre Michel et Blaise.
C'est que Blaise dans ses Pensées, fait rien qu'à critiquer Michel.
Pire qu'une fille.
Il ne supporte pas le scepticisme et la nonchalance de l'auteur des Essais.
C'est sûr que nonchalant et septique, il l'était pas.
Non seulement y croyait en Dieu comme un fou mais il aimerait bien que toi aussi.
Mais secrètement, il admirait sans doute aussi un peu Michel.
C'est pas les contradictions qui étouffaient Blaise.
"La coïncidence des contraires" dit joliment Antoine.
C'est fait de petits chapitres qui nécessitent 4 minutes de lecture chaque.
4 x 41 = 164 mn soit 2 heures et 44 minutes de lecture.
J'ai posé cette opération en hommage à Blaise qui lui aussi était fortiche en maths.
Qu'on l'aime ou pas, c'était un génie (Il connaissait la Bible par coeur et a prouvé l'existence du vide notamment ).
Certaines de ses citations sont connus de tous : Qui fait l'ange fait la bête, le coeur a ses raisons etc.
Et je parle pas du pari, du divertissement et du qu'on va mourir.
Et puis d'autres qu'on connaît moins et qu'Antoine explique drôlement bien.
Quand Blaise parle d'un bec de perroquet ou d'un talon de soulier, par exemple.
Pascal pense qu'il y a les ignorants, les savants qui ont compris qu'ils ne savaient rien et entre les deux, les demi-habiles comme les libertins, qu'il n'aime pas.
En religion, le demi-habile c'est le dévot.
Antoine explique aussi le monde de derrière et celui des effets.
Pour certains fragments très elliptiques, c'est bien d'avoir un éclairage : "Grandeur d'établissement, respect d'établissement", par exemple.
Une date très importante dans la life de Blaise, c'est le 23 Novembre 1654. C'est durant cette nuit de feu qu'il effectue sa dernière conversion et arrête son "usage délicieux et criminel du monde."
Pour Blaise, il existe trois ordres : la chair (qui inclut la force), l'esprit et la charité.
Ça donne vraiment envie de se replonger dans les Pensées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
liberliber
  04 juillet 2020
Série d'émissions diffusées sur France Inter et éditées l'année suivante par Les Equateurs, « Un été avec... » a mis à l'honneur Montaigne, Proust ou encore Baudelaire. En 2019, Antoine Compagnon s'est attelé à la « montagne » Pascal, figure austère s'il en est.
Scientifique, philosophe, théologien, l'homme du 17ème siècle nous a laissé de nombreuses maximes passées dans le langage courant :
Qui veut faire l'ange fait la bête.
Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point.
L'homme est un roseau pensant.
Le moi est haïssable.
La vraie éloquence se moque de l'éloquence.
Qui veut faire l'ange fait la bête.
J'ai dit souvent que tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans sa chambre (très entendue pendant le confinement !).
Parmi toutes les brillantes chroniques proposées par le professeur au Collège de France qui éclairent la réflexion de l'auteur des « Pensées », tentons d'extraire les lignes principales.
L'homme est au coeur de ses observations. Il est dominé par la vanité c'est-à-dire le vide au sens étymologique du terme. Il est aussi victime de l'imagination qui l'empêche d'atteindre la vérité. Pour fuir ce néant qui l'enveloppe, il s'adonne au divertissement qui lui interdit de méditer sur sa triste position.
Cette interrogation sur la condition humaine se double d'une méditation sur la religion et, plus largement, sur la foi. Profondément croyant, Pascal propose aux sceptiques de faire un pari : en gageant sur l'existence de Dieu, les incrédules vont gagner la félicité éternelle. Dans le cas contraire, ils ne perdent rien dans la mesure où leurs vies restent misérables. Comme avant !
Quels ont été les legs de Pascal ? Alors que les philosophes des Lumières ont rejeté sa dévotion et l'ont pris, comme Voltaire, pour un fou, les marxistes l'ont respecté pour « sa virtuosité dialectique » et ont substitué le pari sur l'existence de Dieu à celui sur le sens de l'histoire qui justifie l'engagement politique.
Lorsque Pascal écrit « c'est le coeur qui sent Dieu et non la raison », cela fait de lui, selon Antoine Compagnon, « le précurseur des théoriciens contemporains des émotions et affects ». Si moderne ce Pascal !
Il est aussi et surtout celui qui recherche « la position qui dépassera les contradictions , qui sera équidistante des extrêmes ». Une attitude salutaire en ces temps où dominent le manichéisme et l'absence de sens de la nuance.
Merci à Babelio et aux Editions des Equateurs pour cette lecture stimulante.
Lien : http://papivore.net/litterat..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
thalou58
  03 juillet 2020
Pascal, écrivain, mathématicien, penseur…Une grande figure du XVIIème siècle ! Dans une succession de (courts) chapitres, nous le découvrons tour à tour dans un portrait intime (ses rapports avec son père, austère et autoritaire, ses soeurs…, sa conversion, sa peur du vide …) et littéraire (analyses de fragments des Pensées, le divertissement, les moyens rhétoriques qu'il utilise pour convaincre …)
le titre m'avait séduite et je ne connaissais pas ce format (il y a aussi Un été avec Montaigne par exemple). La lecture est aisée, mais trop légère : le format initial était une « pastille » diffusée à la radio : il faut aller vite et ne pas trop approfondir ! Un peu frustrant… de plus, ces billets mis bout à bout tombent forcément dans la répétition et si, relaté une fois, un détail intéresse, quand il apparaît plusieurs fois, il lasse.
Donc mon avis est mitigé. A réserver pour ceux qui ne connaîtraient pas du tout Pascal et qui ne voudraient lire qu'un chapitre de temps en temps entre deux baignades…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
papillon_livres30
  23 juin 2020
Dans ce livre, l'auteur nous apporte un éclairage subtil et intéressant sur les Pensées de Pascal: des commentaires sur l'essentiel de ses Pensées, de ses distinctions.
C'est aussi une biographie sur la vie de Pascal.
Le portrait passionnant d'un génie aux multiples facettes: scientifique, "théologien", philosophe.
Un livre qui donne envie de lire ou de relire les Pensées de Pascal, écrites avec un "style naturel", ou de découvrir ses autres oeuvres, comme Les Provinciales....
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Lexpress   22 juin 2020
Pourquoi ne pas profiter de votre temps libre pour redécouvrir l'auteur des Pensées ? Un été avec Pascal d'Antoine Compagnon s'impose comme le cahier de vacances idéal.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   10 juillet 2020
Entre orgueil et désespoir, ni l'un ni l'autre ou les deux à la fois, telle est la position de l'homme de foi selon Pascal, raisonnablement malheureux.
Commenter  J’apprécie          00
berni_29berni_29   07 juillet 2020
Dans De l'art de persuader, Pascal soutenait déjà que "les meilleurs livres sont ceux que ceux qui les lisent croient qu'ils auraient pu faire" (III, p. 427 ; p. 144). Lisant Pascal, parce qu'il s'exprime en style naturel et ne proscrit pas les répétitions, c'est comme si je trouvais en moi-même les vérités qu'il recherche ; je l'écoute comme si c'était moi qui cherchais.
C'est ainsi que Pascal lisait Montaigne, dont il s'inspira tant : "ce n'est pas dans Montaigne, mais dans moi que je trouve tout ce que j'y vois" (568-689), affirme-t-il, en défense de sa méthode de lecture. Pascal ne démarque pas Montaigne, il se retrouve en lui, se reconnaît et se connaît en lui. Montaigne fut son "maître à écrire", disait Jean Mesnard.
Proust observera : "L'écrivain ne dit que par une habitude prise dans le langage insincère des préfaces et des dédicaces : "mon lecteur". En réalité, chaque lecteur est, quand il lit, le propre lecteur de soi-même." Pascal, après Montaigne, concevait déjà la lecture comme lecture de soi dans le livre de l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
berni_29berni_29   07 juillet 2020
Pascal fut de ceux-là après sa "nuit de feu", un rescapé des trois libidos, revenu de la chair et de l'argent, de la science et de la gloire. On se demande qui, à la Banque de France, eut, en 1968, l'étrange idée de faire figurer son effigie sur la plus grosse coupure, le "500 francs Pascal" qui se retrouva quelquefois dans nos portefeuilles.
Commenter  J’apprécie          30
berni_29berni_29   30 juin 2020
"La vraie éloquence se moque de l'éloquence" (671-513). Voilà un fragment des Pensées que l'on cite souvent, sans toujours se rappeler qui en est l'auteur. L'idée était alors à la mode. Un honnête homme doit se comporter avec désinvolture, cette negligentia diligens, ou "diligente négligence", qui avait été cultivée par l'homme de cour depuis la Renaissance. Tandis que les fleurs de la rhétorique sentent l'école et l'artifice, l'art véritable se dissimule. Pascal, sous couvert de naturel, connaissait tous les moyens de la persuasion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Antoine Compagnon (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Compagnon
Un été avec Pascal Antoine Compagnon Éd. des Equateurs Collection Equateurs parallèles
À la suite d'une série d'émissions radiophoniques Un été avec Pascal diffusée au cours de l'été 2019, A. Compagnon analyse l'oeuvre et la pensée de l'auteur des « Pensées » qui apparaît comme l'un des fondateurs de la modernité, s'intéressant tant à la question des sciences, de la philosophie et de la théologie. Il est l'image de l'homme moderne, partagé entre foi et science. ©Electre
https://www.laprocure.com/ete-avec-pascal-antoine-compagnon/9782849907481.html
autres livres classés : philosophieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Nantes ou Marseille pour compléter le titre

Emile Zola Les mystères de...

Marseille
Nantes

17 questions
59 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , villesCréer un quiz sur ce livre