AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020633680
168 pages
Éditeur : Seuil (18/05/2004)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Tous les hommes aspirent au bonheur mais très peu sont capables de lui donner un nom, de lui faire correspondre une situation, un lieu, un objet précis : qu’est-ce qui fait le bonheur ? L’argent, la réussite, l’amour ? Notre vie ne vaut la peine d’être vécue que si elle nous apporte le bonheur, mais, pour le définir, nous nous contentons le plus souvent d’une liste de plaisirs, de bonheurs passagers, alors que c’est un bonheur durable que nous souhaitons. Nous avons... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
cmpf
  07 mai 2020

Trois intellectuels, un philosophe André Comte Sponville, et deux historiens l'un spécialiste du sentiment religieux Jean Delumeau, l'autre du 18ème Arlette Farge se sont interrogés tour à tour sur le bonheur. Ces trois visions se complètent.
André Comte Sponville explique comment les philosophes dès l'Antiquité Socrate, Epicure, les stoïciens mais aussi plus tard avec Pascal, Spinoza… ont réfléchi sur le bonheur.
Jean Delumeau parle de la vie après la mort et de l'image du paradis à travers les 2000 ans de l'histoire chrétienne.
Quand à Arlette Farge elle montre que le bonheur au 18ème siècle ne concerne pas tout le monde. Les plus pauvres sont considérés comme n'ayant pas la sensibilité nécessaire au sentiment de bonheur. L'historienne parle aussi des Lumières et de la Révolution.
Commenter  J’apprécie          140
Tom_Otium
  26 juillet 2014
J'ai bien aimé la partie d'André Comte-Sponville, bien qu'un peu abstraite par moments, elle présente un bon petit aperçu du bonheur vu par les philosophes. La partie théologique sur le moyen-âge ne m'a pas du tout intéressé, d'ailleurs je trouve qu'elle parle plus du paradis que du bonheur. La dernière partie concernant le 18e siècle est très intéressante, elle dépeint bien les conditions de vie d'alors. L'ensemble du livre est quand même très éloignée de nos préoccupations contemporaines, c'est vraiment un ouvrage "intello" qui n'aide pas vraiment à trouver le bonheur ici et maintenant, à notre époque je veux dire !
Commenter  J’apprécie          61
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Tom_OtiumTom_Otium   26 juillet 2014
Le siècle des lumières est ainsi celui des plaisirs et avant que les Jacobins et les Girondins de 1789 ne proclament l'an I du bonheur politique, les hommes et les femmes ont tenté de définir un bonheur au quotidien, alliant joies charnelles et curiosité intellectuelle.
Commenter  J’apprécie          20
Tom_OtiumTom_Otium   26 juillet 2014
Ce que nous prennons pour du bonheur ne se résume le plus souvent qu'aux moyens, aux activités, aux divertissements que nous inventons pour oublier que nous sommes irrémédiablement malheureux et que le bonheur est impossible. […] Nous cherchons tous les plaisirs, et les plus « violents » (l'ivresse de l'alcool, de la vitesse, de l'amour), pour ne pas avoir à penser à nous-même : nous enchaînons les sorties, collectionnons les heures supplémentaires et augmentons le son de la radio pour nous oublier nous-même davantage.
Dans la course au bonheur et la crainte de manquer de plaisirs, les hommes en viennent à oublier l'essentiel : eux-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Tom_OtiumTom_Otium   26 juillet 2014
L'épicurien trouve un plaisir extrême dans un morceau de pain et un verre d'eau, alors que le débauché, comme dit Epicure, même en se gavant de banquets perpétuels, est incapable de se satisfaire : il est voué à l'ennui, au dégoût, à l'angoisse, à l'insatisfaction...
Commenter  J’apprécie          10
Tom_OtiumTom_Otium   26 juillet 2014
« toujours plus » ne peut-être le principe d'un homme qui cherche le bonheur.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de André Comte-Sponville (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Comte-Sponville
Etienne Klein est physicien et philosophe. Il signe dans le "Cahier de l'Herne", consacré à André Comte-Sponville, un texte sur le temps et notre rapport à l'ennui, qui a toujours "une mauvaise réputation", mais qui peut aussi avoir des ressources, être un facteur créatif. le scientifique revient sur les définitions du vide et du néant, deux concepts bien différents qui intéressent les physiciens. Nous ne sommes pas égaux face à l'ennui, face au vide.
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-12/1448617-a-quoi-sert-la-philosophie.html
+ Lire la suite
Dans la catégorie : FédonismeVoir plus
>Ethique>Systèmes et doctrines>Fédonisme (18)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
318 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre