AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B005Q2W5NM
Éditeur : (27/09/2011)

Note moyenne : 3.11/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Sans doute avancera-t-on qu?un problème qui implique des possibilités pareilles devrait être laissé de côté. La réponse serait, me semble-t-il, que ces manifestations sont heureusement assez rares, alors qu?au contraire le réconfort qu?apportent les esprits illumine quotidiennement des milliers de vies. Nous n?interromprons pas notre exploration parce que le pays exploré contient quelques créatures néfastes. Renoncer à l?étude des phénomènes psychiques équivaudrait ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
ILETAITUNEFOISDESLECTURES
  06 mars 2018
Edward Mallone et Enid Challenger, deux journalistes, décident d'écrire un article sur le spiritisme. Et c'est avec un esprit ouvert et objectivité qu'ils réalisent leur enquête dans la vieille Angleterre auprès des médiums et qu'ils assistent à des réunions spiritistes.
Dans ce roman Arthur Conan Doyle nous pousse à nous interroger sur le monde de l'au-delà, ou plus spécifiquement sur l'existence du spiritisme ; c'est-à-dire sur l'existence possible d'un phénomène qui permettrait de « connecter » les êtres humains défunts aux vivants, avec comme intermédiaire, comme outil de communication, le médium. Mais cependant avec un parti pris notoire de l'auteur en faveur de l'existence d'un tel phénomène ; Arthur Conan Doyle ayant en effet choisi son camp, car pour ceux qui ne le sauraient pas il était un adepte convaincu des pratiques du spiritisme. Cette vision « pro-spiritisme » sera contrebalancée par la présence du professeur Challenger, un zoologiste à l'esprit rationnel, aussi célèbre qu'irascible, le sceptique par excellence, et père d'Enid la jeune journaliste.
Néanmoins plus qu'un roman sur l'existence d'ectoplasmes, Au pays des brumes est un roman qui donne un éclairage intéressant sur la façon dont le spiritisme était perçu à l'époque en Angleterre, c'est-à-dire dans les années vingt, car il retrace le débat intellectuel qui fit alors rage entre les sceptiques et les convaincus. Il est aussi intéressant de voir les figures qui prirent partis pour un camp ou pour l'autre, ainsi que l'absence de lois spécifiques qui obligea la justice à recourir à deux décrets très anciens, l'un contre la sorcellerie qui remontait à George II (mais il était devenu par trop désuet et absurde, il n'était plus invoqué que comme accessoire) et l'autre réprimant le vagabondage et datant de 1824. Ce dernier avait pour but de contrôler les gitans et les romanichels sur les routes, et ses auteurs n'avaient jamais pensé qu'il pourrait servir contre les médiums…Ainsi « Toute personne exerçant le métier de diseur de bonne aventure ou employant des procédés subtils pour tromper et abuser un sujet de Sa Majesté sera jugée pour vagabondage, etc. »
Un pays où la loi avait ainsi une vision criminelle des individus qui faisaient commerce de « don » de médium car jugés purs charlatans. En effet la loi ne reconnaissait nulle part les pouvoirs surnaturels quels qu'ils soient, et la revendication de tels pouvoirs qui s'exerçaient contre de l'argent constituait un crime en soi.
Par les nombreuses séances de spiritisme auxquelles assistent les deux principaux protagonistes, deux journalistes eux-mêmes tout d'abord sceptiques mais à l'esprit ouvert, on entre de plein pied dans un monde qui nous est fermé si l'on n'a pas eu l'envie ni la curiosité d'y entrer. On apprend alors que la possibilité d'établir une connexion entre les vivants et les morts serait une question de sphère, en sachant que le monde serait entouré de sept sphères, avec l'idée que la septième sphère, autrement appelée le septième ciel, serait le lieu où se trouve le Christ. Un lieu où « Tout le monde y monte à la fin. Vous, moi, tout le monde… »
De ces séances émergent aussi des messages. Des messages apaisants pour les communs des mortels. Ainsi il ne faut pas avoir peur de la mort car il y a une vie dans l'au-delà. L'esprit s'y élargit, élargit ses vues jusqu'à tendre vers un credo universel qui inclut seulement la fraternité des hommes et la paternité de Dieu. Les esprits illuminent quotidiennement des milliers de vies par le réconfort qu'ils apportent ; et de dire alors que le spiritisme ne s'oppose pas à la religion, mais qu'au contraire il ne ferait que confirmer l'existence de Dieu. Mais dans ce roman il y a également en filigrane des questionnements sur ce que nous avons fait de ce monde et sur la façon de vivre sa religion avec une très jolie phrase à ce sujet : « Toutes les religions sont bonnes si elles vous rendent meilleurs. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
bina
  31 décembre 2012
J'avais découvert par hasard le professeur Challenger et ses amis dans un feuilleton télévisé. J'avais été alors très surprise d'apprendre que l'oeuvre originale était de Sir Arthur Conan Doyle. Préférant toujours la version écrite à la version filmée, j'avais alors fait la connaissance du professeur challenger et de ses amis dans le Monde perdu. Je les retrouve ici presque tous dans un nouveau roman quelques années plus tard, traitant cette fois du thème du spiritisme cher à Conan Doyle. Il était un adepte convaincu de ces pratiques.
Le lecteur, à travers le personnage de Malone, le jeune journaliste, découvre ce milieu. Comme lui, au début, il est sceptique, croyant à la filouterie. Mais peu à peu Doyle et Malone nous emmènent d'expériences en expériences, jusqu'à convaincre un Professeur Challenger tellement sceptique qu'il crie à la manipulation avnt même d'assister à la moindre soirée spirite.
Arthur Conan Doyle retrace le débat intellectuel qui faisait rage à l'époque en Angleterre, entre les convaincus et les sceptiques, montrant et dénonçant en même temps les pratiques de charlatans qui ternissent la réputation des spirites.
Du ''tout sceptique'' au début, nous cloturons le roman en ''tout convaincu'', Malone et Enid, la fille du professeur Challenger, se mariant en présence quasi exclusive d'adhérent à la cause spirite. le professeur ne fait pas dans la demi-mesure!
Un roman léger, qui ne prêchera que les convaincus, juste pour retrouver les héros du précédent volume. Si à travers cela on n'a pas compris quelle cause embrasse l'auteur!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Amby88
  12 juillet 2019
Un exposé romancé plus qu'un vrai roman. Un des objectifs de l'auteur étant sûrement de rallier ses lecteurs à la cause spirite sans les noyer sous une pluie de concepts...
On retrouve les personnages attachants du monde perdu un peu instrumentalisés malgré eux. de héros à faire-valoir...
La trame permet cependant de sentir l'ambiance qu'on pouvait trouver en Angleterre à cette époque autour de ces questions. Il y a donc un vrai intérêt historique... Mais les exploits du monde perdu sont loin !
Commenter  J’apprécie          20
Salyna
  14 juillet 2013
Je crois que je ne me suis jamais autant ennuyée en lisant un livre d'Arthur Conan Doyle. Cet « exploit » du Pr Challenger est juste chiant. D'ailleurs il n'y a aucun exploit, sinon celui de convertir cet esprit rationnel au spiritisme.
Arthur Conan Doyle était un adepte de cette pratique, et au travers de ce livre, je pense qu'il a voulu tordre le cou à beaucoup de fausses idées. Oui, mais moi, résultat on s'ennuie. Il faut attendre plus de la moitié du livre pour que Challenger « décide » de se « pencher » sur le problème. Et franchement, on sent venir le truc gros comme une maison. Dès le début on comprend que malgré toutes les réticences et le mépris de l'illustre professeur, il sera à la fin converti. La mort sa tendre petite femme et l'apparition dont ne sais où de sa fille Enid, laisse voir ce qui va arriver. Puis franchement, le contage de fleurette de Malone à Enid, c'est juste chiant. Il ne se passe rien hormis diverses séances de spiritismes pou expliquer les différentes pratiques, intervention, etc.….. le tout sans Challenger, puisque c'est Malone et Enid qui vivent ces aventures de l'au-delà.
Peut être qu'à l'époque le livre avait un impact, car c'est un vrai plaidoyer, oui, mais voilà, le livre à mal vieilli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lehibook
  17 juin 2019
On retrouve dans ce roman les protagonistes du « Monde perdu » avec quelques années de plus (et même morts pour certains) . le roman retrace la rencontre du Pr. Challenger toujours aussi peu diplomate avec son chemin de Damas à propos du spiritisme . L'auteur retrace à travers l'un de ses avatars préférés son propre itinéraire à propos de ce qui fut dans ces années là un véritable phénomène de société : scepticisme et rejet puis conversion et militantisme . On peut aussi se souvenir du rapport de Victor Hugo avec la même croyance . Doyle met dans son roman tout son art de conteur mais aussi beaucoup de tendresse .
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ILETAITUNEFOISDESLECTURESILETAITUNEFOISDESLECTURES   06 mars 2018
– Est-ce qu’il appelle cela la fin du monde ?
– Non, une nouvelle naissance du monde. Naîtra alors le vrai monde, le monde conforme aux désirs de Dieu.
– C’est un message épouvantable. Mais qu’est-ce qui ne vas pas ? Pourquoi un jugement aussi terrible serait-il prononcé ?
– Le matérialisme, le formalisme rigide des Églises, l’altération de tous les mouvements de l’esprit, la négation de l’Invisible, le scepticisme méprisant qui accueille cette nouvelle révélation… Telles sont, selon lui, les causes.
– Mais le monde a été sûrement pire auparavant !
– Mais jamais avec autant d’atouts. Jamais avec l’éducation, le savoir, la soi-disant civilisation qui auraient dû mener l’homme sur des plans supérieurs. Regarde comme tout a été dévié vers le mal. Nous avons conquis la science de l’aéronautique : nous nous en servons pour bombarder des villes. Nous avons appris à naviguer sous l’eau : nous en profitons pour massacrer des marins. Nous maîtrisons les produits chimiques : c’est pour en faire des explosifs ou des gaz 226 asphyxiants. Tout va de mal en pis. Actuellement, chaque nation sur la terre recherche secrètement comment elle peut le mieux empoisonner les autres. Est-ce que Dieu a créé la planète pour cette fin, et est-il vraisemblable qu’il tolérera une pareille dégradation ?
– Est-ce que c’est toi ou Miromar qui parle maintenant ?
- Ma foi, j’ai beaucoup médité là-dessus, et toutes mes pensées s’accordent avec ses conclusions. J’ai lu un message spirituel écrit par Charles Mason : « Pour un homme comme pour une nation, le danger commence à partir du moment où l’intelligence se développe au détriment de l’esprit. » N’est-ce pas exactement l’état actuel du monde ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SalynaSalyna   13 juillet 2013
-Estimez vous que la poésie est une bonne chose ?
-Bien sûr !
-Et pourtant Poe était un ivrogne, Coleridge s'adonnait aux stupéfiants, Byron était un viveur, et Verlaine un dégénéré.
Commenter  J’apprécie          42
lehibooklehibook   17 juin 2019
-Dans la nuit vous êtes passée dans l'au-delà ,madame.
-Passée? Vous voulez dire que je suis morte?
-Au bout d'un silence prolongé, un cri sauvage retentit :
-Non,non,non!C'est un rêve!Un cauchemar!Réveillez-moi!Réveillez-moi!Comment pourrais-je être morte?Je n'étais pas prête à mourir!Jamais je n'avais pensé que je mourrais! Si je suis morte ,pourquoi ne suis-je pas au ciel ou en enfer ? Quelle est cette chambre? Cette chambre est une vraie chambre!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ILETAITUNEFOISDESLECTURESILETAITUNEFOISDESLECTURES   06 mars 2018
– Estimez-vous que la poésie est une bonne chose ?
– Bien sûr !
– Et pourtant Poe était un ivrogne, Coleridge s’adonnait aux stupéfiants, Byron était un viveur, et Verlaine un dégénéré. Il faut toujours séparer l’homme de son art. Le génie doit payer une rançon parce que le génie réside dans l’instabilité d’un tempérament.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Arthur Conan Doyle (74) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Conan Doyle
Les 15 et 16 juin 2019 auront lieu la 11ème édition du salon international du livre de poche Place des Marronniers à Saint-Maur-des-Fossés organisée par la librairie La Griffe Noire et la ville. Le libraire Jean-Edgar Casel vous présente quelques informations de l'édition 2019...
Dragon noir de Frédérick Rapilly aux éditions Critic https://www.lagriffenoire.com/125490-meilleures-ventes-polar-dragon-noir.html
Duel en enfer : Sherlock Holmes contre Jack l'Eventreur de Bob Garcia aux éditions du Rocher https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1004864&id_rubrique=1
L'Affaire Mina Marten - Sherlock Holmes contre Conan Doyle de Bob Garcia aux éditions La Mécanique Générale https://www.lagriffenoire.com/?fond=recherche
Le prieuré de Crest de Sandrine Destombes aux éditions Hugo Roman https://www.lagriffenoire.com/143667-nouveautes-polar-le-prieure-de-crest.html
Le Tricycle rouge de Vincent Hauuy aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=109165&id_rubrique=363
ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : spiritismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le chien des Baskerville

Au cours de quel siècle ce roman a-t-il été publié ?

17ème
19ème
20ème

10 questions
403 lecteurs ont répondu
Thème : Le chien des Baskerville de Arthur Conan DoyleCréer un quiz sur ce livre