AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253010448
Éditeur : Le Livre de Poche (01/06/1975)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 244 notes)
Résumé :
Sherlock Holmes vient à peine de déchiffrer un message codé le prévenant qu'un certain Douglas de Birlstone Manor House, est en grave danger, qu'il apprend par l'inspecteur MacDonald de Scotland Yard que Douglas vient d'être affreusement assassiné.
Par le signataire du message, Sherlock Holmes sait que derrière cette affaire se trouve son ennemi juré : le professeur Moriarty, criminel génial et machiavélique. Accompagné de son fidèle Watson, Holmes se précipi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
belette2911
  27 juin 2013
"La vallée de la peur" ou comment justifier, presque vingt ans après, l'existence du Tout Grand Méchant qu'on avait sorti un jour de son chapeau !
Là, tout de suite, je vais plus vous parler des coulisses de ce livre que d'autre chose, les autres critiques étant là pour vous aider à vous faire votre propre avis (sinon, lisez-le et faites-vous vraiment votre propre avis).
Petit retour en arrière : lorsque Conan Doyle en eu plus que marre de ce détective qui lui pourrissait la vie (lui qui ne rêvait que d'écrire des romans historiques), il décida de le tuer.
Oui, mais, problème : il fallait un Méchant à la hauteur du détective, pas un minable voyou des rues. Il fallait un final digne du héros qui lui avait fait gagner assez d'argent que pour se déplacer en fiacre s'il le voulait. Un écrivain qui vivait de sa plume, c'était assez rare à l'époque.
Que fit-il ? Un truc d'auteur : il inventa le Grand Méchant Napoléon du Crime Organisé de Londres. Un mec qui régnait en maître sur la pègre de la City, mais le faisait tout en se cachant derrière son métier de professeur de mathématiques. Un type tellement bien camouflé que personne n'avait entendu parler de lui, sauf Holmes.
La preuve ? Watson ne savait même pas qu'il existait ! Noir sur blanc dans "Le dernier problème".
Bref, Conan Doyle met tout ça en place et se débarrasse de l'encombrant détective en le faisant tomber lors d'un combat au corps à corps dans les chutes de Reichenbach. Fin de l'histoire.
"The Adventure of the Final Problem" fut publié en décembre 1893 dans "The Strand Magazine"… Mauvais Noël que pour ses nombreux fans puisque certains portèrent même un brassard noir (et dans les hautes sphères).
Cédant juste un peu à la pression, de août 1901 à mai 1902, Conan Doyle fit publier "The Hound of the Baskervilles", toujours dans "The Strand Magazine".
Conan Doyle s'en tira avec une pirouette en faisant dire à Watson qu'il publiait une enquête jamais encore publiée (sans faire revenir Holmes à la vie puisque publiée du vivant du détective, mais avec un temps de retard). Rusé, l'homme !
Il pensa même ne pas faire intervenir son diable de détective, mais lui donna tout de même un petit rôle… Voilà pourquoi Holmes est si peu présent dans ce roman là.
En septembre 1903, dans le "Collier's Weekly" paraît le retour tant espéré de Holmes : "The Adventure of the Empty House". Et c'est reparti pour un tour pour le plaisir de tous.
Et puis, un jour, Conan Doyle, voulant sans doute donner un peu plus de légitimité à Moriarty, le Grand Méchant dont personne n'avait entendu parler, décide de le faire intervenir dans une enquête de Sherlock, censée se passer bien avant le Grand Hiatus (hiatus = période entre sa fausse mort, le 4 mai 1891 et son retour en 1894).
Voici donc "The Valley of Fear" (La vallée de la peur) publié entre septembre 1914 et mai 1915 dans "The Strand Magazine". 21 ans après la publication où Holmes parlait de Moriarty !
Tout s'éclaire-t-il donc ? le Grand Méchant est légitimé ? Que nenni ! Ça ne résout rien, que du contraire, cela soulève encore plus de questions.
Dont une importante : dans "Le dernier problème" (qui est censé se passer APRÈS "La vallée de la peur" – même si publié avant), Watson ne connaît pas du tout Moriarty !
Extrait "Le dernier problème" :
– Vous n'avez probablement jamais entendu parler du Pr Moriarty ?
– Jamais ! dis-je.
– C'est bien là ce qu'il y a de merveilleux et de génial chez cet homme ! s'écria-t-il. Il règne sur Londres et personne n'a entendu parler de lui. C'est ce qui fait de lui le criminel des criminels. Je n'hésite pas à vous déclarer, Watson, en toute sincérité, que, si je pouvais réduire ce Moriarty à l'impuissance et délivrer de lui la société, je considérerais que ma carrière a atteint son apogée et que je serais tout prêt à adopter un genre de vie plus calme. [...]
Hors, dans "La vallée de la peur", publiée APRÈS "Le dernier problème" mais se passant AVANT, Watson connaît Moriarty !
Extrait "La vallée de la peur" :
– Vous m'avez entendu parler du professeur Moriarty ?
– le célèbre criminel scientifique, qui est aussi connu des chevaliers d'industrie…
– Vous allez me faire rougir, Watson ! murmura Holmes d'un ton désapprobateur.
– J'allais dire : « Qu'il est inconnu du grand public. »
Imaginez mon trouble, mon désarroi, lorsque étant gosse (j'avais 14 ans) je découvris le canon holmésien et que je tombai sur une erreur de logique pareille : un coup il le connait, un coup il ne le connaît pas du tout !
Ce serait correct si "la vallée de la peur" avait été publiée avant "le dernier problème" (puisque Moriarty meurt) et que dans la "Vallée" Watson ne sache pas de qui on parle et que la seconde fois que Holmes cite Moriarty, il sache de qui on cause. Pas le contraire !
Et comme Moriarty était mort dans les chutes et que "la vallée de la peur" se passait AVANT leur face-à-face mortel, j'y ai perdu mon latin.
Watson avait-il des troubles de mémoire ou bien l'auteur avait-il fumé un truc pas net ? Voilà ce qui donne des cheveux blancs aux holmésiens… Conan Doyle avait sans doute envie que l'on s'arrache les cheveux sur cette erreur de logique, 100 ans après sa mort.
Et le livre, qu'est-ce que j'en ai pensé ? Ben, c'est pas mon préféré…
Bon, on cause de Moriarty mais il n'apparaît pas ! Remboursez ! Sherlock Holmes enquête sur le meurtre d'un nommé Douglas, et c'est un homme qu'il suppose faire partie de la bande de Moriarty qui l'a renseigné, mais de Moriarty, même pas l'ombre d'un poil de ses gambettes !
La solution du meurtre, elle est révélée à la fin de la première partie… pourquoi donc s'esquinter à lire la suite qui n'a pas vraiment d'intérêt ?
C'est comme dans "Une étude en rouge" et "Le signe des quatre", il y a une histoire dans l'histoire, mais si les deux autres étaient intéressantes, là, bof, mitigée.
La seconde partie aux États-Unis, dans une vallée minière style trou du cul du monde, où les forces de l'ordre jouent à règlements de compte à O.K Corral avec une bande de malfrats, version société secrète "imitation maçonnique" mais eux, ils sont gore.
Ça nous éclaire sur le passé du quidam, mais c'est assez lourd. Alors que je n'ai jamais ressenti cet ennui dans "Une étude en rouge" ou "Le signe des quatre". Là, l'auteur aurait pu trancher un peu et limiter la seconde partie.
Holmes est peu présent dans le roman. On le voit, lui et Watson uniquement dans la première partie et dans l'épilogue…
Mention minimale de Moriarty dans l'épilogue : on le soupçonne d'être l'expert du crime qui joue les nettoyeurs pour l'organisation américaine, mais rien n'est prouvé…
Bref, ce roman aurait pu se contenter d'avoir la taille d'un nouvelle avec deux fois plus de page qu'une autre, mais un format "roman", il y a trop de temps mort que le plus petit retournement de situation vous fait sursauter.
Et puis, quel affrontement avec Moriarty ?? Bref, un coup d'épée dans l'eau et à trop vouloir bien faire 20 ans après, on fait des boulettes.

Lien : http://thecanniballecteur.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          367
nadiouchka
  26 juillet 2018
Voilà qu'après avoir un peu regardé mes « collections collector » que j'appelle ainsi car très ancienne, je tombe sur quelques livres de Conan Doyle avec son héros préféré, Sherlock Holmes ! ❤
Encore des livres lus mais pas chroniqués. Oh my God !
Alors aujourd'hui je vais écrire quelques mots sur « La Vallée de la peur » que j'ai pioché au hasard et de toute façon il faut bien commencer par quelque chose, donc, pourquoi pas celui-ci ?
Ici, Sherlock ayant réussi à déchiffrer un message codé d'un illustre inconnu, Douglas, lui disant qu'il est en danger. Mais Sherlock apprend illico que le dénommé Douglas vient d'être assassiné…
C'est en compagnie de son fidèle Watson qu'il se rend à Birlstone, le manoir du défunt, tout en se doutant que le criminel professeur Moriarty n'est pas étranger à ce drame.
Mais ce n'est pas cela qui suffit pas à résoudre cette intrigue.
Le livre est composé de deux parties :
* « La tragédie de Birsltone »,
* « Les Éclaireurs ».
La première partie est plutôt passionnante. Quant à la seconde, hélas, elle l'est moins car ici, Sherlock et Watson ne sont pas là. C'est tout de même frustrant. Dommage.
J'aime tellement les propos de notre fameux détective, ses déductions (si élémentaires ! Comment n'y avait-t-on pas pensé ?).
Bien entendu l'enquête, ou plutôt les deux enquêtes, seront résolues – il ne pouvait pas en être autrement.
Je ne raconte pas plus de cette histoire car, de toute façon, elle l'a été largement. Donc pas question d'en rajouter.
Si j'ai été un tout petit peu déçue, Sherlock Holmes reste pour moi un bien attachant détective et tellement plein de ressources que le moindre petit détail ne lui échappe pas.😍
Je vais donc continuer à reprendre ses livres pour les consulter et ne pas les laisser dans l'oubli dans un recoin de mes bibliothèques. 📚📚
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
Gwen21
  08 mars 2018
Si on m'avait dit un jour que je m'ennuierais à la lecture d'une aventure de Sherlock Holmes, je ne l'aurais jamais cru. Et pourtant, cette "Vallée de la peur", non seulement ne m'aura pas fait peur mais elle m'aura de plus fait bayer aux corneilles.
Bien que n'étant pas une fan de la première heure, j'apprécie d'ouvrir régulièrement un récit signé Sir Arthur Conan Doyle et jusqu'à présent, j'avais rarement été aussi peu intéressée par ce que je lisais.
Divisé en deux parties, le roman débute classiquement par une enquête dans laquelle le célèbre détective déploie son flair légendaire ; il se poursuit ensuite par un véritable western permettant de retracer la genèse du mobile ayant entraîné le crime, sujet de ladite enquête. Good bye England, good morning America ! Autant vous prévenir tout de suite, dans cette seconde partie, nulle trace ni de Holmes ni de Watson, ce qui, pour ma part, fut extrêmement frustrant.

Challenge MULTI-DÉFIS 2018
Challenge 1914-1989 / Edition 2018
Challenge Petit Bac 2017 - 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
MissSherlock
  09 août 2013
La Vallée de la peur n'est pas l'aventure holmésienne que je préfère, loin de là, et ceci pour plusieurs raisons. A l'instar d'Une étude en rouge ou du Signe des quatre, le roman est divisé en deux parties distinctes. La première étant l'enquête proprement dite, la seconde faisant la part belle aux interminables explications du mobile du crime. Ainsi, dès la fin de la première partie, l'enquête est résolue ce qui rend la seconde beaucoup moins attractive.
D'autant moins attractive que Sherlock disparaît complètement ! Quand je lis une histoire de Sherlock Holmes, c'est pour voir mon héros à l'oeuvre pas pour le perdre de vue pendant 100 pages et suivre les errements de funestes inconnus.
Ajoutons une intrigue tarabiscotée et violente faisant intervenir Moriarty et vous obtenez une histoire médiocre.
Je ne peux pas dire pour autant que je me sois ennuyée à la lecture de ce roman puisqu'il est bien écrit et que la partie "western" m'a tenue en haleine. Il y a du suspense et un twist final sympa qui permet de ne pas s'endormir.
Par contre, l'épilogue prend le lecteur pour un crétin ce qui n'est pas agréable, vous en conviendrez aisément.
La Vallée de la peur est un roman deux en un auquel il manque beaucoup de Sherlock, de Watson et même de Moriarty !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
NatachaEN
  20 mai 2018
Bon, bon, bon... Voilà je viens de finir ce livre et je suis plutôt déçue...
Il est vrai en ce moment j'enchaîne beaucoup avec Arthur Conan Doyle ! J'ai par conséquent lu les 4 romans de cet auteur rapidement mais là pour celui-ci... Ça a du mal à passer...
Le livre est en deux parties. La première est géniale nous y retrouvons Sherlock Holmes et Watson. Qui enquête sur une mystérieuse affaire. Mr Douglas est retrouvé mort dans "sa forteresse".
La première partie passe à une vitesse folle, nos amis sont égaux à eux même. J'ai beaucoup aimé le revirement auquel je n'y est vu que du feu !
Passons à la seconde partie... Et c'est là que ça ce complique. J'ai trouvé cette partie plate, longue de plus nos deux héros ne sont pas présents, c'est peut-être aussi ça qui fait que ce fut pas top... Car il faut admettre que ce qui fait le charme de ses romans et bien... C'est bien notre cher Sherlock !
Une chose est certaine, j'aurai commencé ma découverte de Sherlock par ce livre je n'aurai probablement pas continué mon aventure. Ce qui aurait été fort dommage car les trois autres sont géniaux.
Je vais m'attaquer aux nouvelles qui j'espère ne me décevront pas.😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21Gwen21   08 mars 2018
Si quelque chose avait pu grandir John Mac Murdo dans l’estime de la loge, c’eût été son arrestation et son acquittement. On ne se souvenait pas, à la société, d’un homme qui, dès le lendemain de son initiation, se fût mis en situation de comparaître devant la justice. Déjà l’on réputait Mac Murdo comme un bon compagnon, un gai viveur et, par-dessus le marché, un homme de caractère, incapable de supporter une insulte, fût-ce du patron lui-même. On considérait, en outre, que personne ne s’imposait davantage, et par son intelligence pour machiner une entreprise criminelle, et par sa décision pour l’exécuter. "Il autorise toutes les espérances", se disaient les anciens l’un à l’autre ; et ils attendaient le moment de l’utiliser. Mac Ginty n’avait point, jusque-là, manqué d’instruments ; mais il reconnaissait à celui-ci une valeur exceptionnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Gwen21Gwen21   05 mars 2018
- Toujours à la poursuite de votre cycliste fantôme ? demanda Holmes gaiement. Quelles sont les dernières nouvelles ?
Mac Donald, avec mélancolie, montra du doigt la volumineuse correspondance.
- On le signale en ce moment à Leicester, à Nottingham, à Southampton, à Derby, à East Ham, à Richmond et dans quinze autres localités. Partout l’on a opéré son arrestation. La campagne semble regorger de fugitifs en pardessus jaune.
- Vraiment ? dit Holmes, d’un ton de sympathie. Eh bien, monsieur Mac, et vous monsieur White Mason, je voudrais vous donner un avis des plus sérieux. Quand je me suis engagé avec vous dans cette affaire, nous avons, rappelez-vous-le, convenu que je ne vous apporterais pas de théories fondées sur des moitiés de preuves, mais que je garderais pour moi mes idées jusqu’après en avoir vérifié l’exactitude. C’est pourquoi je ne vous dis pas encore tout ce que je pense. D’autre part, je vous ai promis de jouer franc jeu avec vous, et ce ne serait pas, je crois, jouer franc jeu que de vous laisser une minute, sans nécessité, gaspiller vos énergies dans une tâche vaine. Je viens donc ici, ce matin, vous dire simplement : abandonnez l’affaire.
Mac Donald et White Mason regardèrent avec des yeux ronds leur illustre collègue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ThibaultRThibaultR   06 décembre 2012
Monsieur Mac, la chose la plus pratique que vous pourriez faire dans votre vie serait de vous enfermer pendant trois mois et de lire douze heures par jour les annales du crime. Tout se répète, même le professeur Moriarty. Jonathan Wild était la force secrète des criminels de Londres, à qui il avait vendu son cerveau et ses dons d'organisateur moyennant une commission de 15%. La vieille roue tourne; le même rayon reparaît. Tout a déjà été fait, tout sera encore fait. (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
nanetnanet   29 juin 2011
C'était un spectacle étonnant que d'observer le visage de Cecil Barker durant l'exposé du grand détective. La colère, la stupeur, la consternation, l'indécision y avaient tour à tour transparu. En fin de compte , il opta pour une ironie quelque peu acide.
Commenter  J’apprécie          60
SachenkaSachenka   29 juin 2016
"J'incline à penser..., commençai-je.
-Et moi donc!" coupa brutalement Sherlock Holmes.
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Arthur Conan Doyle (73) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Conan Doyle
Les Aventuriers du monde perdu (The Lost World) est une mini-série d'aventure fantastique britannique en deux parties réalisée par Stuart Orme d'après Le Monde perdu de Sir Arthur Conan Doyle.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le chien des Baskerville

Au cours de quel siècle ce roman a-t-il été publié ?

17ème
19ème
20ème

10 questions
381 lecteurs ont répondu
Thème : Le chien des Baskerville de Arthur Conan DoyleCréer un quiz sur ce livre