AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Francis Lacassin (Éditeur scientifique)
EAN : 9782221068168
1195 pages
Éditeur : Robert Laffont (30/11/-1)

Note moyenne : 4.44/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Hardi cavalier, beau sabreur et cœur ardent, tel doit être un hussard de la Grande Armée napoléonienne et tel a été Etienne Gérard, officier fidèle à son Empereur au point de finir dans la peau d'un demi-solde avec pour seule fortune ses souvenirs. Mais quels souvenirs!
Au temps donc où Napoléon fait un pas de conduite aux ennemis de la France dans leur propre pays, il y a de quoi se distinguer - les Italiens, les Russes, les Espagnols ou lés Anglais et les A... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
ibon
  29 août 2013
Au travers des exploits de ce "d'Artagnan sous l'empire", on sent poindre l'admiration de Conan Doyle pour l'épopée napoléonienne.
Ses romans historiques sont peu connus. C'est étonnant, tous les éléments y sont pourtant. Dans "Les exploits du brigadier Gérard", on trouve de l'action, de l'aventure, de l'humour, les grands personnages de l'époque et bien sûr la plume du célèbre créateur de Sherlock Holmes.
Avec sa parution en 1896 dans "The Strand Magazine", après une pause salutaire (à mon avis) avec l'autre héros détective, Conan Doyle souhaite s'imposer dans le genre du roman historique.
Son héros, Gérard ( inspiré de deux généraux français), survivant à douze campagnes, 60 ans, raconte sa jeunesse guerrière au service de Napoléon. Il ne décrit pas les grandes batailles mais plutôt ce qu'il y a autour: ses missions secrètes.Il conte alors ses aventures en Pologne, en Espagne, en Angleterre, en Russie, en Allemagne et en France.
Au fil des épisodes on s'aperçoit que le brigadier Gérard aime plutôt l'action à la réflexion, le cotillon et les chevaux, ce qui le met souvent dans des situations comiques. Ce héros fougueux se fait régulièrement remettre à sa place par des personnages célèbres. On rit souvent. Mais Conan Doyle a aussi choisi un gentleman, qui peut sympathiser avec son homologue anglais, pour faire cause commune contre des bandits avant de se battre à nouveau...Ah l'absurdité de la guerre ( mais ce n'est pas le propos de l'auteur)!
L'intérêt principal de ce roman est tout de même qu'un auteur anglais célèbre du 19ème ait choisi un héros français. Et c'est un mariage réussi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
fabienBx
  09 janvier 2015
« Je réfléchis à tuer Holmes ... et le liquider corps et âme. Il me détourne l'esprit de meilleures choses » : en décembre 1893 Doyle expédie Holmes ad patres.
Ces "meilleures choses" ce sont les romans historiques que Doyle, fervent admirateur de Walter Scott, s'emploie à écrire en parallèle : romans de chevalerie (La compagnie blanche, Sir Nigel Loring) mais aussi un conséquent cycle Napoléonien, ce dernier étant regroupé dans le présent volume.
On citera d'abord les aventures du Brigadier Gérard, cycle de nouvelles passionnantes, dont les 2 opus ont été respectivement publiés en 1896 et en 1903. Ces faux mémoires, pleins d'humour et de rebondissements (entre autres inspirés de ceux de Jean-Baptiste de Marbot (Mémoires du général baron de Marbot) mettent en scène des figures célèbres de l'époque, retraçant les faits d'armes de notre Brigadier, un peu hâbleur mais d'un courage aveugle.
Bouquin rassemble aussi deux romans courts. D'abord, "L'oncle Bernac" qui est un véritable hommage -dans sa forme et sa thématique- au "David Balfour" de R.L.Stevenson (Les Aventures de David Balfour). Doyle y met en scène un Napoléon dans son intimité et son portrait de l' "Aigle" est saisissant, évoquant un homme à la mémoire surhumaine, à l'activité incessante qui se consacre à régler aussi bien les détails militaires les plus essentiels que les tendances vestimentaires les plus futiles de la cour impériale. le Brigadier Gérard apparaît de manière indirecte dans ce récit.
Ce recueil comporte également ce que je considère comme l'un des chefs-d'oeuvre de Doyle, "La grande ombre" (1892) dans laquelle la désolation semée par Napoléon est retracée au travers de l'expérience de simples soldats anglais, dont les pérégrinations les mèneront jusqu'à la bataille de Waterloo. Roman initiatique de premier ordre, le style littéraire de "La grande ombre" est d'une pureté et d'une efficacité stylistique rare.
Le volume comporte également d'autres nouvelles dont la portée est nettement moindre.
On peut déplorer que ce cycle Napoléonien soit nettement sous-coté au regard du reste de l'oeuvre de Doyle.
Si le succès extraordinaire de Sherlock Holmes est amplement mérité, je m'étonne un peu des appréciations flatteuses portées sur le cycle du Pr. Challenger, dont le niveau littéraire se situe à mon avis très en deçà. L'écriture des Challenger est laborieuse -sinon purement propagandiste dans le cas des romans de spiritisme- et si la thématique du "Monde perdu" est plus attrayante pour le grand public, d'autres auteurs -Jules Verne pour ne citer que lui- s'y sont essayés avec un succès autrement plus éclatant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Epictete
  26 décembre 2013
Je ne l'avais jamais vu chez mon libraire, mais je l'ai croisé un jour dans une grande surface des livres.
Quand je l'ai trouvé, j'ai été extrêmement étonné, et je l'ai gardé un bon moment avant de le lire. Quelle découvert !. C'est écrit avec une vision du monde à la Conan Doyle, avec la justesse de ton qui convient aux personnages. (Rien à voir avec Sherlock Holmes)
Bien écrit, bien documenté et bien imaginé. Que demander de plus ?
J'ai vraiment aimé, Peut.-être parce que j'étais surpris de trouver ce genre d'oeuvre chez cet auteur.
Commenter  J’apprécie          70
Fabriceblandel
  03 juillet 2020
Genial
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ibonibon   29 août 2013
Quand je rencontre un chambellan ou un maréchal du palais, quand il faut que je choisisse les mots pour un empereur, quand je découvre que tout le monde insinue ou suggère au lieu de parler tout franc, je me sens comme un pur-sang qu'on aurait attelé à une calèche. Ce n'est pas mon métier, de simuler et d'affecter!

-Les exploits du brigadier Gérard-
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Arthur Conan Doyle (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Conan Doyle
La traductrice Ana Maria Torres nous parle de "Folles mélancolies" de Teresa Veiga. En librairie depuis le 27 février 2020. En onze nouvelles, Teresa Veiga joue avec les codes littéraires pour mieux troubler et dépoussiérer les canons de genre. Enquête policière, faux-conte gothique, récits aux accents libertins, faits-divers, pastiches de Sir Conan Doyle ou de Dickens : ces onze textes sont autant d'hommages à la littérature que des prouesses stylistiques où la nouvelliste excelle à sonder l'âme humaine et à révéler des anti-héroïnes aussi complexes qu'irrévérencieuses. Des anti-héroïnes pour lesquelles ont ressent de l'empathie et que l'on a, très certainement, croisées au détour d'une vie…
+ Lire la suite
autres livres classés : grande armeeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le chien des Baskerville

Au cours de quel siècle ce roman a-t-il été publié ?

17ème
19ème
20ème

10 questions
484 lecteurs ont répondu
Thème : Le chien des Baskerville de Arthur Conan DoyleCréer un quiz sur ce livre