AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290339601
Éditeur : J'ai Lu (01/11/2003)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 834 notes)
Résumé :
Au n° 3 de Lauriston Gardens près de Londres, dans une maison vide, un homme est trouvé mort. Assassiné ? Aucune blessure apparente ne permet de le dire, en dépit des taches de sang qui maculent la pièce. Sur le mur, griffonnée à la hâte, une inscription : " Rache ! " Vengeance ! Vingt ans plus tôt, en 1860, dans les gorges de la Nevada, Jean Ferrier est exécuté par des mormons sanguinaires chargés de faire respecter la loi du prophète. Sa fille, Lucie, est séquestr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (131) Voir plus Ajouter une critique
belette2911
22 juillet 2012
Mon second achat "Sherlock Holmes" et la passion était toujours là, elle ne m'ayant jamais quitté depuis...
J'avais 13 ans et j'ai maintenant... j'ai 30 ans et 60 mois (calculez vous même !).
Ma critique concernera "Une étude en rouge" et "Le signe des quatre" puisque mon édition Laffont, datée de 1956, se compose des ces deux aventures. Certes, les éditions Laffont ne sont pas réputées pour le sérieux de leurs traductions...
Maintenant, je le sais. Merci qui ? Merci la SSHF (Société Sherlock Holmes de France).
Néanmoins, je ne vais pas cracher dans la soupe. J'étais toute folle, lors de mon achat de ce livre, à l'idée de retrouver Sherlock Holmes dans de nouvelles aventures (mon premier livre concernait "Le Chien des Baskerville).
Vous avez déduit que j'ai aimé lire les aventures de Holmes, pas besoin de vous le préciser.
Lui et moi, nous nous étions rencontrés dans "Le chien des Baskerville", comme je vous le précisais.
Tout de suite, j'avais adoré ce détective qui sortait de l'ordinaire.
Par contre, je m'étais sentie un peu frustrée car on le voyait peu, Sherlock Holmes, dans "Le Chien".
A cette époque, Internet n'existait pas (évitez de tomber dans les pommes, s'il vous plaît !) et j'étais loin de me douter que Doyle détestait son personnage de Sherlock Holmes.
Doyle s'étant débarrassé de son encombrant détective dans "Le dernier problème" paru en décembre 1893, il l'avait fait revenir en 1901 dans "Le chien des Baskerville" (qui se passe avant "Le dernier problème") et ce, afin d'avoir à éviter de ressusciter son personnage. Pas con.
Voilà pourquoi j'avais été frustrée de la présence de Holmes dans "Le chien des Baskerville".
Ici, c'était tout autre ! Dans "Une étude en rouge" nous avons la rencontre entre Holmes et Watson. Rhâââ ! Je précise aussi, avant toute chose, que je ne les ai jamais "vu" en couple.
Revenons à "Une étude en rouge", si vous le voulez bien.
Imaginez la défaillance de mon coeur lorsque je lus, en avant-propos de l'aventure, la liste que Watson avait faite sur son colocataire. Je me souviens que, fébrile, j'avais cherché un carnet pour l'inscrire dedans, comme si elle pouvait s'envoler du livre. Indulgence, j'avais 13 piges !
C'est fou ce que Holmes ne savait pas, comme le fait que la terre tournait autour du soleil. Entre nous, il avait raison, cela ne lui servait à rien dans son métier.
Cette première enquête possède quelques défauts, comme le fait que "le coupable" (pas de spoiler) se laisse piéger grossièrement par Holmes, alors qu'il devait connaître son adresse, ayant envoyé un complice pour récupérer la bague.
Beaucoup lui reproche aussi l'histoire que le coupable raconte et tout le dévelopement qui est fort long. Moi pas, je ne lui reproche pas ce passage. J'avais 13 ans et je découvrait les Mormons.
Bref, l'histoire m'avait transporté, une du genre "tu-n-iras-pas-te-coucher-ce-soir".
Je me souviens aussi, lorsque je lus, directement à la suite, "Le signe des quatre", que mon coeur avait accéléré dans ma poitrine en lisant que Watson et Mary Morstan se tenaient par la main. Je ne me sentais plus, espérant que mon détective allait, lui aussi, finir par trouver l'amour. Ce dont il se moquait bien.
Je n'ai pas besoin de vous dire ce que ressentis lorsque je lus, dans "Un scandale en Bohème", l'introduction de Watson ?
Excellente histoire aussi que celle du "Signe des quatre", même si, là aussi, nous avons droit à une longue histoire sur le pourquoi du comment.
C'est pourquoi ma véritable critique va s'articuler sur autre chose que vous dire "super, génial". Mes prédécesseurs l'ont fait de manière brillante et je n'en ajouterai pas.
Une étude en rouge :
La rencontre entre Holmes et Watson est expliquée au lecteur.
L'aventure se passe en 1881 et c'est là que nos deux compères se rencontrent pour la première fois.
Un premier exposé de la méthode du maître est offert mais les traits de caractère du détective ne sont pas encore bien définis.
Pourtant, imaginez mon émoi en découvrant la liste de Watson sur les petites connaissances de Holmes, connaissances qui étaient particulières, Holmes se fichant pas mal que la terre tourne autour du soleil ou le contraire, vu que cela ne lui servait pas dans les enquêtes.
Particularité de ce roman : il comporte une histoire dans l'histoire, avec un crime dont les mobiles nous transportent dans l'univers mormon à Salt Lake City, quelques années auparavant.
Il est aussi le premier roman que Doyle écrivit sur Sherlock Holmes, lui qui ne voulait écrire que des romans historiques...
« Une étude en rouge » qu'il avait pensé intituler « Tangled Skein » (« un écheveau emmêlé » ou « un sac d'embrouilles » – ndt) fut écrite rapidement en mars et avril 1886. Trop rapidement car, ce petit roman – comme le qualifia sa femme – ne comportait que 50.000 mots.
James Payn lui trouva certaines qualités, mais considéra que le texte était trop court pour paraître en feuilleton et trop long pour une nouvelle.
L'humiliation devant ce refus augmenta encore les tentatives infructueuses auprès d'autres éditeurs.
Au bout de six mois, Doyle fini par accepter une offre qui venait d'une maison spécialisée dans « la littérature bon marché à sensation ».
Il accepta et son roman parut dans « Beeton's Christmas Annual » de 1887. Par la suite, il n'obtint pas un penny de plus.
Les droits d'auteurs qu'il réclamait lui furent refusés, malgré tout, Doyle – qui aurait pu chercher ailleurs de meilleurs conditions – se plia pourtant aux exigences de Ward, Lock & C° car il avait un autre projet en tête : un roman historique.
Il oublia donc Sherlock Holmes pour un temps et se concentra sur la guerre civile anglaise qui lui permettait de combiner la littérature et les scènes d'action et d'aventures, convenant à son esprit jeune et fougueux.
Il oublia donc Sherlock Holmes pour un temps et se concentra sur la guerre civile anglaise qui lui permettait de combiner la littérature et les scènes d'action et d'aventures, convenant à son esprit jeune et fougueux.
Pourtant, lorsque le « Beeton's Christmas Annual » de 1887 parut à la fin du mois de novembre, il eut l'espoir de voir le succès couronner son roman policier.
Le titre du roman « une étude en rouge », ressortait sur la page de couverture.
C'était une époque où les critiques gardaient un oeil aussi bien sur les magazines que sur les livres. Conan Doyle était sûr que sa « brochure » marcherait.
Si les lecteurs n'en firent pas un succès, plusieurs critiques relevèrent pourtant, brièvement mais avec bienveillance, l'ingéniosité du récit.
Durant l'été 1888, « une étude en rouge » sortit sous forme de livre.
Épuisé, le roman fut réédité la même année dans un volume comportant quatre nouvelles d'autres auteurs.
Les tirages limités de ces deux premières éditions font que les rares exemplaires que l'on trouve aujourd'hui sont fort prisés par les collectionneurs.
Il en est de même pour le « Beeton » de 1887 : même un fac-similé, paru en 1960, est maintenant hors de prix.

Le signe des Quatre :
En entamant la seconde aventure de ce recueil, je cru défaillir (j'avais 13 ans) en découvrant toutes les petites choses sur les deux personnages. J'en avais déjà eu pour mes sous dans "Une étude en rouge" et là, ça continuait.
Notamment sur ses phases d'abattement profond, lorsqu'il n'avait aucune affaire en cours et cette addiction à la cocaïne pour stimuler son esprit, toujours dans le cadre de cette non-activité.
Contraste étonnant, s'il en est, avec ses phases d'une extrême activité, où il pouvait se passer de manger et de dormir.
Oui, il y a deux hommes chez Holmes !
Je découvrait aussi un peu plus son comportement à la limite de la psychose maniaco-dépressive, sans parler de sa sociopathie prononcée pour ses semblables.
C'est dans cette aventure que Watson découvrira sa femme en la personne de Mlle Mary Morstan, cliente de Holmes. Mon coeur de midinette s'était accéléré...
Il s'agit ici la deuxième aventure du couple Sherlock Holmes et Watson.
Pourtant, lors de ma lecture, plusieurs détails me frappèrent.
Premièrement, si l'action du premier roman se situait en 1881, celle du second se situe 1888. Dans l'intervalle ? Rien !
Par contre, en sept ans, la blessure de Watson s'est déplacée de son épaule à sa jambe… à moins bien sûr qu'il n'ait eu une seconde blessure que Doyle n'avait pas mentionnée dans le premier récit.
Je ne parlerai même pas de la quasi impossibilité à dater exactement le récit, tout semblant se brouiller dans les calculs, rien ne correspondant. le nombre de perles reçues, le nombre d'années du décès de Mary Morstan, la cliente de Holmes.
Jean-Pierre Crauser eu beaucoup de mal à la dater exactement "Le Signe" dans son livre "Quel jour sommes-nous, Watson ?".
Pourquoi ces discordances ? Là, je vais vous parler de ce qui est ma passion : l'holmésologie (étude des récits canoniques), même si je l'applique en dilettante, pour m'amuser.
Non, je ne me contente pas de lire les aventures de Holmes, je les étudie aussi et je me nourri des études des autres. Là, je m'appuie sur celle de mon "Irregular" : Wiggins.
Petite histoire :
- "Une étude en rouge" fut publiée la première fois dans le "Beeton's Christmas Annual" en novembre 1887.
- "Le signe des quatre" fut publié la première fois dans le "Lippincott's Monthly Magazine" en février 1890.
Que s'est-il passé et pourquoi avons-nos failli ne jamais avoir de suite à "une étude" ?
Doyle avait terminé un roman historique sur l'Angleterre puritaine « Micah Clarke » en février 1888, entre la parution d'Une étude en rouge dans le Beeton's et sa réédition en livre.
James Payn le lui refuse, le réprimandant, même : « comment peut-on perdre son temps et son talent à écrire des romans historiques ? ».
Au bout de neuf mois de tournée des éditeurs, il fut publié par Andrew Lang.
Recevant de bonnes critiques, il était de plus en plus persuadé que son avenir et sa réussite littéraire se feraient grâce au roman historique.
S'il en avait été ainsi, cela aurait signifié la fin de Holmes et Watson et la légende n'aurait jamais vu le jour.
Mais Payn avait recommandé Doyle à un américain, Joseph Marshall Stoddart (béni soit cet homme !), qui venait d'être nommé directeur du Lippincott's Monthly Magazine, publié simultanément à Londres et à Philadelphie.
Venu à Londres, au cours de l'été 1889, pour y dénicher de nouveaux talents, Stoddart donna un dîner le 30 août.
Ses hôtes furent Oscar Wilde, qui cherchait à faire son chemin dans le monde littéraire, puisqu'il quittait son poste de rédacteur en chef du magazine Woman's World, et Arthur Conan Doyle.
Stoddart offrit à Wilde une avance pour écrire le roman qui allait scandaliser le Londres littéraire et mondain : « le portrait de Dorian Gray ».
Conan Doyle se vit réclamer, non pas un roman historique, mais une autre aventure de Sherlock Holmes.
N'étant pas en mesure de refuser puisque la médecine ne lui procurait que de modestes revenus, les ventes de « Micah Clarke » étaient moyenne, de plus, il lui faudrait des mois pour achever son nouveau roman historique et bien plus longtemps encore pour le vendre à quelqu'un…
Il n'eut donc pas le choix ! Déplaçant son centre d'intérêt de cinq siècles, il envoya une nouvelle fois Holmes et Watson résoudre une affaire dans « The sign of the four » (le signe des quatre), comme il l'avait d'abord nommée, avant de préférer un titre moins explicite : The sign of four (le signe de quatre).
Une fois encore, il écrivit avec fougue et impatiente, sans se soucier de vérifier certains détails de « une étude en rouge ».
Doyle n'entendait pas faire du « Signe des quatre » une suite à la première aventure de Holmes.
Ce n'était qu'un texte écrit pour répondre à la demande d'un éditeur et pouvant lui procurer un complément de revenus.
S'il avait espéré plus avec cette publication, il n'aurait pu être que déçu.
La parution dans le Lippincott's de février 1890 ne retint pas particulièrement l'attention.
Comme je vous le disais, nous retrouvons Holmes en consommateur de drogue.
Comme Watson le désapprouve, il explique qu'il combat ainsi l'ennui engendré par l'inactivité mentale.
Une raison valable en cette ère victorienne finissante, avant la réglementation sur les stupéfiants et bien avant leur emploi abusif.
Pour Doyle, il s'agit simplement de rajouter une manie de plus au comportement de Holmes et d'insister sur son habitude à sombrer dans l'introspection quand il est réduit à l'inaction.
Voilà pour la partie historique, qui, je l'espère, vous aura un peu éclairé sur l'auteur et la naissance du "Signe des quatre".
C'est aussi dans cette aventure que les « Baker Street Irregulars » démontrent une nouvelle fois leur efficacité. Cette fois-ci, ils sont chargés de surveiller les mouvements de bateaux sur la Tamise.
N'oublions pas Toby, le chien au flair particulièrement développé !
Une super aventure dont certains reprocherons la longueur des explications sur le trésor d'Agra.

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
lecassin
05 mars 2013
On devrait toujours commencer la lecture d'une série de livres par le premier de la série. Pourquoi, me direz-vous ? Parce que c'est le premier ! Facile...
En ce qui concerne Conan Doyle et Sherlock Holmes, ce ne fut pas mon cas… Dommage : comme beaucoup, je suis entré dans l'oeuvre, à l'adolescence, par « le chien des Baskerville ».
« Une étude en rouge », publié en 1887, est le premier disais-je ; et qui présente la particularité de nous faire assister à la rencontre de Sherlock Holmes et du Docteur Watson, ainsi que leur emménagement au 221, Baker Street…
Le Dr Watson, tout juste rentré des guerres d'Afghanistan est affaibli, convalescent qu'il est des suites des fièvres typhoïdes…
Par l'entremise d'un ami, il rencontre Sherlock Holmes qui cherche désespérément quelqu'un pour partager sa location au 221, Baker Street. Ce sera chose faite, et les deux hommes s'installent : une coloc dirait-t-on aujourd'hui…
Alors démarre une enquête étrange ou Holmes est appelé à la rescousse par les deux inspecteurs vedettes de Scotland Yard, Gregson et Lestrade. Un homme, Drebber a été retrouvé mort dans une maison abandonnée. Pas de traces de lutte, pas de blessures, du sang partout ; puis un deuxième, Stangerson, à l'Hotel Halliday, dans une marre de sang.
Une inspection minutieuse des scènes de ces deux crimes, permettra à Sherlock Holmes de comprendre tout avant tout le monde et d'arrêter le coupable. Fin de la première partie.
Une deuxième partie qui nous plonge dans le voyage des Mormons vers la terre promise, l'Utah, où ils créeront Salt Lake City…
Aucun rapport, me direz-vous…Et pourtant… Tout part de là…
Un remarquable « petit » livre de Sir Arthur ! Une construction cinématographique, avec flash back ; un style et une ambiance « so british » ; un personnage, Holmes, flamboyant ou léthargique, selon qu'il est dans l'action ou dans la réflexion… Et puis cet attachant Docteur Watson…Un livre difficile à lâcher quand on l'a en main : remarquable ; mais je crois bien l'avoir déjà dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          491
Foxfire
17 février 2017
Comme je me refuse à faire les choses comme il faut, j'avais commencé Sherlock Holmes en lisant sa 2ème aventure. Pour cette nouvelle incursion dans les enquêtes du fin limier, je suis rentrée dans le rang et je me suis décidée à reprendre les choses par le commencement.
Et je dois admettre que c'est plutôt plaisant de découvrir le personnage de cette façon et d'assister à la rencontre Holmes/Watson. J'ai globalement apprécié ma lecture. le récit est ludique et amusant.
Holmes m'est apparu beaucoup moins antipathique et prétentieux que dans "le signe des 4". Sans pour autant attirer la sympathie. Holmes est un personnage vraiment atypique et original. Il fallait oser imaginer un tel personnage, qu'on pourrait penser atteint du syndrome d'Asperger. C'est vraiment audacieux de proposer un personnage principal si difficilement accessible émotionnellement pour le lecteur. Mais Watson est là pour faire le lien.
La digression américaine, au coeur du monde mormon, m'a beaucoup plu. J'ai trouvé que dans cette partie du roman, Conan Doyle exprimait pleinement son talent de conteur.
Mais j'avoue que j'ai tout de même encore du mal à être totalement emballée par cette série. Les déductions de Holmes sont amusantes mais ne me passionnent guère.
J'ai eu une période de grand attrait pour le roman policier. Mais j'avoue avoir fait bizarrement l'impasse sur le registre classique du roman policier à énigme et être allée directement au roman noir. C'est donc une découverte tardive pour moi que ces histoires de fins limiers, d'indices et de déductions (un peu tirées par les cheveux parfois). Et je dois dire que ce registre me séduit moins que le roman noir. Ce que j'aime dans le roman noir, c'est l'atmosphère et/ou la peinture sociale derrière l'intrigue. Franchement, quand je lisais "le faucon de Malte" je me fichais un peu de la résolution du mystère (d'ailleurs je ne m'en souviens même plus), ce qui me plait c'est de voir le privé hardboiled, Sam Spade, évoluer dans un univers corrompu sous le vernis des apparences. Vous allez me dire que je compare ce qui n'est pas comparable. C'est vrai, ce sont des registres différents avec des objectifs différents. C'est juste que l'un me parle plus que l'autre. Je m'intéresse moins à la résolution qu'aux chemins qui y mènent.
Même si je pense que je lirai encore de temps en temps un roman policier à énigme (ce sont des lectures agréables) je ne pense pas que cela devienne mon genre de prédilection.
Challenge Multi-défis 2017 - 12 (item n° 28 "le 1er livre d'un auteur célèbre")
Challenge XIXème siècle 2017 - 3
Challenge ABC 2016-2017 - 17/26
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Dionysos89
21 juin 2012
En 1887, est publiée la toute première aventure de Sherlock Holmes, et c'est par les yeux même du Docteur Watson, qui le rencontre pour la première fois, que sir Arthur Conan Doyle nous fait découvrir son héros.
Reprenant avec succès, la fameuse recette de l' "acolyte pas benêt du tout", l'auteur retrace une première enquête où les capacités intellectuelles de Sherlock Holmes sont déjà mises à rude épreuve. L'ensemble se lit vite avec entrain et dynamisme, dans une enquête convenue mais intéressante. Beaucoup d'éléments d'intrigue que nous verrons dans les aventures suivantes du duo britannique sont déjà présents et cela fait d'Une Etude en Rouge (ou un quelconque autre titre car ce roman a subi de nombreuses traductions) un très bon polar à la fois divertissant et motivant, exception peut-être faite de la trop grande propension de l'auteur à diviser son propos en deux, entre histoire et enquête, et franchement la partie "histoire", sur les mormons, peut finir par lasser quelque peu. Ce bémol explique peut-être le (très) faible succès du présent roman lors de sa sortie.
Une Etude en Rouge vaut donc avant tout pour la présentation des deux protagonistes phares que sont Sherlock Holmes et le Docteur Watson. Roman-brouillon pour certains, roman précurseur pour d'autres, autant prendre Une Etude en Rouge pour ce que c'est : du Sherlock Holmes à la source, tout simplement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
Alexein
12 août 2016
La première des nombreuses aventures Sherlock Holmes nous fait découvrir l'univers des mormons et nous mène des brouillards londoniens aux vallées désertiques de l'Utah. Notre cher John Watson, récemment rapatrié d'Afghanistan suite à des blessures de guerre, recherche un colocataire dans la capitale britannique. Un ami lui recommande notre héros. Watson dressera un tableau étonnant et très singulier des connaissances de ce nouvel individu dont l'esprit est entièrement tourné vers les annales du crime, avec des domaines de spécialité tels que la chimie et la géologie entre autres.
Peu de temps après, Holmes prend en charge (officieusement, bien sûr !) l'affaire de Brixton Road, dont Lestrade et Gregson s'attribueront bien entendu le mérite de la résolution après avoir sollicité ses services. Un homme a été retrouvé mort dans une maison inhabitée, le visage convulsé d'horreur. On a découvert près de son cadavre une alliance ainsi qu'une mystérieuse inscription tracée avec du sang sur un mur : « Rache ».
Cette première aventure du plus célèbre des détectives de la littérature est une bonne entrée en matière, une histoire puissante et poignante qui mêle habilement tous les ingrédients d'un bon roman policier. Sherlock Holmes y expose sa vision si particulière des caractéristiques d'un bon limier, dont les nerfs sont tous tendus vers le même objectif, et y développe sa célèbre méthode de déduction.
On ne s'ennuie pas un seul instant dans cette palpitante course aux indices qui nous fait remonter le temps et voyager vers des contrées au climat et à la vie singulièrement différents de ceux de notre vieux continent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Citations & extraits (79) Voir plus Ajouter une citation
belette2911belette291122 juillet 2012
— J’ai un appartement en vue, me dit-il, il est situé Baker Street, et nous irait comme un gant…. Mais j’espère que vous ne craignez pas l’odeur d’un tabac très fort ?

— Je ne fume moi-même que du tabac de matelot, répondis-je.

— Bon, dit-il. Maintenant, je vous préviens que je suis toujours entouré d’ingrédients chimiques et que je me livre quelquefois à des expériences ; cela vous contrarierait-il ?

— En aucune façon.

— Voyons, laissez-moi chercher quels sont mes autres vices rédhibitoires…. Ah ! j’ai de temps en temps des humeurs noires qui durent plusieurs jours et pendant lesquelles je n’ouvre pas la bouche. Il ne faudra pas croire pour cela que je boude ; vous n’aurez qu’à me laisser tranquille et je reviendrai bien vite à mon état normal. Maintenant, à votre tour ; qu’avez-vous à confesser ? Voyez-vous, il vaut mieux que deux individus connaissent mutuellement tous leurs défauts avant de se mettre à vivre en commun. »

Cet interrogatoire contradictoire me fit sourire :

— Je possède un petit chien bull, dis-je, puis mes nerfs ont été récemment si ébranlés que je ne puis supporter le bruit et le tapage ; enfin je me lève aux heures les plus invraisemblables et je suis affreusement paresseux. Je possède, il est vrai, un autre jeu de défauts quand je suis bien portant, mais, pour le quart d’heure, voilà quels sont chez moi les principaux.

— Par tapage, voulez-vous parler aussi du violon ? demanda Holmes avec inquiétude.

— Cela dépend de l’exécutant, répondis-je ; entendre bien jouer du violon, est un plaisir des dieux, mais si on en racle….

— Parfait alors, s’écria-t-il gaiement ; en ce cas l’affaire me semble conclue, à condition, bien entendu, que l’appartement vous plaise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
CielvariableCielvariable11 mai 2013
En 1878, reçu médecin à l’Université de Londres, je me rendis à Netley pour suivre les cours prescrits aux chirurgiens de l’armée ; et là, je complétai mes études. On me désigna ensuite, comme aide-major, pour le 5e régiment de fusiliers de Northumberland en garnison aux Indes. Avant que j’eusse pu le rejoindre, la seconde guerre d’Afghanistan avait éclaté. En débarquant à Bombay, j’appris que mon corps d’armée s’était engagé dans les défilés ; il avait même poussé très avant en territoire ennemi. A l’exemple de plusieurs autres officiers dans mon cas, je partis à sa poursuite aussitôt ; et je parvins sans encombre à Kandahar, où il stationnait. J’entrai immédiatement en fonctions.
Si la campagne procura des décorations et de l’avancement à certains, à moi elle n’apporta que déboires et malheurs. On me détacha de ma brigade pour m’adjoindre au régiment de Berkshire ; ainsi je participai à la fatale bataille de Maiwand. Une balle m’atteignit à l’épaule ; elle me fracassa l’os et frôla l’artère sous-clavière. Je n’échappai aux sanguinaires Ghazis que par le dévouement et le courage de mon ordonnance Murray : il me jeta en travers d’un cheval de bât et put me ramener dans nos lignes. Épuisé par les souffrances et les privations. Je fus dirigé, avec un convoi de nombreux blessés, sur l’hôpital de Peshawar. Bientôt, j’entrai en convalescence ; je me promenais déjà dans les salles, et même j’allais me chauffer au soleil sous la véranda, quand la fièvre entérique me terrassa : c’est le fléau de nos colonies indiennes. Des mois durant, on désespéra de moi. Enfin je revins à la vie. Mais j’étais si faible, tellement amaigri, qu’une commission médicale décida mon rapatriement immédiat. Je m’embarquai sur le transport Oronte et, un mois plus tard, je posai le pied sur la jetée de Portsmouth. Ma santé était irrémédiablement perdue. Toutefois, un gouvernement paternel m’octroya neuf mois pour l’améliorer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ibonibon19 février 2013
Je considère que le cerveau de l'homme est, à l' origine, comme une petite mansarde vide et que vous devez y entasser tels meubles qu'il vous plaît. Le sot y entasse tous les fatras de toutes sortes qu'il rencontre, de sorte que le savoir qui pourrait lui être utile se trouve écrasé [...]
(La science de la déduction)
Commenter  J’apprécie          420
gouelangouelan23 août 2014
Vous vous rappelez ce que Darwin dit de la musique? Il prétend que, chez les hommes, la faculté de la produire et de l'apprécier à précédé de beaucoup la parole. C'est peut-être pour cela que l'influence qu'elle exerce sur nous est si profonde. Les premiers siècles de la préhistoire ont laissés dans nos âmes de vagues souvenirs.
Commenter  J’apprécie          170
breizhcyranobreizhcyrano14 mars 2014
- Holmes est un peu trop scientifique pour moi, cela frise l' insensibilité ! Il administrerait à un ami une pincée de l' alcaloïde le plus récent, non pas, bien entendu, par malveillance, mais simplement pas esprit scientifique, pour connaître exactement les effets du poison ! Soyons juste; il en absorberait lui-même, toujours dans l' intérêt de la science! Voilà sa marotte: une science exacte, précise.
- Il y en a de pires...
- Oui, mais la sienne lui fait parfois pousser les choses un peut loin... Quand, par exemple, il bat dans les salles de dissection les cadavres à coups de canne, vous avouerez qu' elle se manifeste d' une manière pour les moins bizarre !
- Il bat les cadavres ?
- Oui, pour vérifier si on peut leur faire des bleus ! Je l' ai vu, de mes yeux vu.
- Et vous dites après cela qu' il n' étudie pas la médecine ?
- Dieu sait quel est l' objet de ses recherches !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Arthur Conan Doyle (70) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Conan Doyle
The Baskerville curse, une version animée britannique du Chien des Baskerville datant de 1983 (film en anglais)
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Une étude en rouge

En quelle année a été publié Une étude en rouge ?

1886
1887
1888

10 questions
57 lecteurs ont répondu
Thème : Une étude en rouge de Arthur Conan DoyleCréer un quiz sur ce livre
. .