AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072924514
320 pages
Éditeur : Gallimard (15/04/2021)
3.36/5   32 notes
Résumé :
1702, le jeune Gabriel-Mathieu d'Erchigny de Clieu, originaire de Dieppe, a tout juste quinze ans. Une fois obtenus ses galons d'enseigne de vaisseau, le voilà envoyé à la Martinique : son rêve d'Amérique devient réalité. Il cultive la canne à sucre, qui lui procure rapidement une jolie fortune, une épouse, et une plantation prospère. Qelques années plus tard, il rentre en France une nouvelle idée en tête : cultiver du café aux Antilles.
Ce breuvage nouveau d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,36

sur 32 notes
5
3 avis
4
3 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

Ogrimoire
  09 août 2020
Comment arriver à rendre justice à un roman si particulier ? J'espère vous donner envie d'embarquer dans un rafiot de la marine royale pour rejoindre l'Amérique et les Caraïbes…
Voici un roman plutôt original dans sa construction, puisque l'auteur nous entraîne en réalité dans trois histoires différentes, dont le café est le point commun. le risque pourrait être de rester au bord du chemin, mais ça n'a pas été le cas pour moi… La magie a opéré !
La première histoire est celle d'un jeune homme qui ambitionne de faire richesse aux Amériques en devenant planteur de tabac. le personnage nous parait un peu loufoque dans un premier temps, on met cela sur le compte de la jeunesse et on se dit qu'il va vite rentrer à Dieppe, la queue entre les jambes, car on ne mise pas un kopeck sur le fait qu'il fasse fortune et s'acclimate à la Martinique ! Les deux autres histoires sont amenées de façon subtile par l'auteur, parsemées tout au long du roman, elles dévoilent d'une part la longue et complexe installation des européens aux Indes occidentales et d'autre part le développement du café aux quatre coins du monde.
L'auteur se sert à la fois de la vérité historique et des mythes et légendes pour construire son récit. C'est bien fait et c'est véritablement captivant ! Personnellement, j'ignorais que c'est en Abyssinie – actuellement l'Éthiopie – que l'on retrouve les premières traces de l'existence du café, avant de gagner le Yémen et le monde ottoman, puis de faire son entrée en Europe. On apprend également que la boisson a changé de goût, de consistance suivant le pays où on le consommait… Bref on prend une belle leçon d'histoire concernant le nectar que l'on aime !
Cet ouvrage soulève également des sujets complexes avec lesquels les européens ne sont pas totalement à l'aise et qui sont d'une brûlante actualité, à savoir le fonctionnement d'une société esclavagiste ou bien encore le massacre des indiens caraïbes. Ces thématiques, délicates à traiter, sont ici brillamment mises en lumière, notamment grâce à l'humour créole de l'auteur.
Je referme ce roman en ayant l'impression d'avoir lu à la fois le journal intime d'un jeune dieppois exilé aux Antilles, un ouvrage scientifique concernant l'histoire du café et enfin un petit manuel destiné aux européens qui veulent s'installer aux Amériques !
Une très bonne lecture sur fond de mythes et légendes. Cela me donne envie de me plonger dans des récits de voyage du nouveau monde !
Lien : https://ogrimoire.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296
ghislainemota
  20 juin 2020
Sentez- vous cet arôme âcre qui embaume vos narines!
Cette odeur chaude qui titille le matin au pied levé. Rien de tel qu'une tasse de café pour réveiller vos sens.
Raphaël Confiant propose dans son nouveau roman de découvrir les pérégrinations du café: de sa découverte en Abyssinie avec des chèvres danseuses à l'arrivée d'un plant de caféier à la Martinique.
Nous sommes sous le règne de Louis XV quand Gabriel-Mathieu de Clieu se pique d'aller aux Amériques. Ce dieppois devenu enseigne de vaisseau, fait son premier voyage sur le Maintenon pour arriver en Martinique. Sur cette île, il se lie d'amitié avec un mulâtre Théramène Claudius ( non Nothomb n'aura pas le monopole de ce prénom) qui l'initie à la culture de la canne à sucre. Adieu les plantations de tabac que de Clieu voulait instaurer.
Devenu propriétaire de terres et d'esclaves, il retourne en France pour trouver des plants de caféiers, dont la boisson est apprécié à cette époque pour sa nouveauté.
Pour se procurer les plants, il vole dans le jardin d'Acclimatation du roi deux arbrisseaux qu'il embarque sur une flûte équipée de marins aguerris.
La traversée est un véritable calvaire: la soif, la faim ,le calme plat de la mer des Sargasses, la folie des hommes et jusqu'aux pirates, rien ne sera épargné durant ce voyage épique. Mais de Clieu sauvera l'unique plant qu'il a bichonné durant la traversée jusqu'à se priver d'eau pour arroser son précieux trésor. Et depuis 1720 le café devient une denrée prospère dans toute l'Amérique du sud jusqu'au Brésil premier producteur mondial du grain noir.
Le talent de Confiant réside dans cette langue créole qu'il maîtrise parfaitement et qui donne du piquant au récit
Le roman se partage entre le journal de de Clieu et le récit de la propagation du café dans le monde sans omettre les rapports entre Békés et esclaves.
Je regrette cependant que les portraits soient peu nuancés: de Clieu courageux et entêté ou bien Mathurin horrible bourlingueur, esclavagiste et cruel.
Après cet hommage à un homme soucieux de faire prospérer la Martinique et la France, et cette critique plus ou moins réussie, une belle tasse de Lady Grey m'attend.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          214
afadeau
  15 septembre 2020
Histoire, littérature, voyage, musique des mots et des langues mélangées, café bien fort et aromatique... Si vous aimez un ou plusieurs de ces ingrédients, alors ce livre est pour vous !
Je l'ai choisi pour sa magnifique couverture, pour l'auteur qui est un incontournable de la littérature mondiale – certainement pas assez connu chez nous – et pour mon goût prononcé pour les grands cafés.

Raphaël Confiant était tout indiqué pour écrire un grand roman à partir de la véridique histoire de l'introduction des premiers plans de café par un jeune Dieppois sur le Nouveau Monde en 1720. Gabriel-Mathieu d'Erchigny de Clieu, c'est de lui dont il s'agit, après une formation militaire à Rochefort, se fait nommer en Martinique. Là, il démissionne et décide de cultiver la canne à sucre, moyen d'acquérir rapidement une belle fortune et une position sur l'île. A cette époque, un nouveau breuvage devient à la mode – le café –, les français l'achètent à prix d'or au pays producteurs dans le Levant et en Afrique. Il décide alors de rentrer en France, d'essayer de se procurer quelques plants conservés au Jardin Royal des Plantes – il y parviendra de manière rocambolesque – et de tenter l'acclimatation en Martinique. Cela n'a jamais encore été réussi. le pari est osé surtout avec la difficulté du voyage de retour, l'océan étant infesté de pirates.
Cette partie consacrée au récit d'aventure maritime constitue une véritable odyssée émaillée d'embûches tragi-comiques avec attaque de pirates et combats épiques, calme plat dans les sargasses, ouragan, manque d'eau, tentative de mutinerie... le talent de conteur rend ces pages vivantes, inoubliables. Les phrases rehaussées d'une langue imagée, intégrant le créole et des mots d'argot normand permettent de se projeter dans les conditions de l'époque. Ce n'est pas de tout repos : les vivres s'épuisent, l'eau croupit et doit être rapidement rationnée, le chirurgien embarqué est « un Tourangeau quelque peu colérique » disposant des moyens de l'époque soit presque rien, les moyens de navigation sont des plus sommaires et l'équipage et les passagers ont vite l'impression désagréable de tourner en rond.
C'est écrit sous la forme d'un journal, à la première personne, ce qui permet de s'identifier facilement au personnage. Gabriel-Mathieu donne ses impressions sur le mode de vie sur l'île avec ses esclaves et toute la violence qui va avec, mais il refuse les punitions et autres sévices pratiqués alors couramment. On devient aussi fébrile que lui dans les soins prodigués à ses plants, eux aussi en bien grand péril lors de cette longue traversée de plus de deux mois.
Mais le sujet principal du livre reste le café et son histoire. Raphaël Confiant nous glisse de temps à autre, sans que cela ne nuise à la lecture, des contes, des récits historiques liés à la découverte et l'adoption dans le monde entier du café. On parcourt ainsi une longue période qui va du quatrième siècle jusqu'à notre époque. L'auteur a enquêté et les documents, retranscrits tels quels, sont passionnants. A la fois roman, essai, conte, poésie, mobilisant ainsi tout l'imaginaire possible, c'est un livre qui se déguste.
J'espère que vous aurez envie de monter à bord de ce bateau – au nom intriguant de « Dromadaire » – afin d'accompagner les fragiles et précieux plants de café de Gabriel-Mathieu d'Erchigny de Clieu, de les arroser aussi souvent que possible et de les sortir pour leur faire prendre le soleil (sauf en cas d'attaque de pirates !).
Quelques mots pour terminer sur l'auteur : Raphaël Confiant est un écrivain majeur de la littérature française. Il est à l'origine du concept de créolité qu'il a développé depuis 30 ans avec Edouard Glissant et Patrick Chamoiseau et bien d'autres. Il s'agit d'utiliser toutes les langues disponibles pour créer une prose relationnelle cherchant à dire plus qu'il en a été dit dans la littérature classique ou dans les livres d'histoire dominés par les colonisateurs et le système libéral. C'est un système de représentation porteur de renouvellement, cette prose relationnelle tendant à intégrer tous les acteurs et toutes les cultures, une volonté de captation d'une totalité du monde. L'influence de ce mouvement, dans la lignée de Frantz Fanon et d'Aimé Césaire, est considérable au niveau de la littérature mondiale.
Et ce sera quoi pour vous, thé ou café ? Pour moi ce sera café le matin et à midi quand le soleil donne toute sa mesure, manière de tenter de l'accompagner dans sa merveilleuse énergie : « Café, haut-lieu du verbe et de la pensée » selon la magnifique formule de Raphaël Confiant. Ensuite quand il faut se faire à l'idée du retour prochain de l'ombre, j'aime voyager plus oriental avec la douceur envoutante du thé !
Retrouvez les chroniques complètes avec photos personnelles, illustrations sonores sur mon blog Bibliofeel ou Clesbibliofeel. A bientôt !

Lien : https://clesbibliofeel.blog
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
questcequonattendpourlire
  28 mai 2021
« C'est pourquoi elle conçut un fort chagrin, puis l'inconsolation, lorsque j'émis le souhait, à l'âge de quatorze ans, de m'engager dans la marine royale. J'avais écouté tout un considérable de marins qui venaient s'encanailler avec les ribaudes des tavernes dieppoises. J'avais bu leurs paroles, j'avais rêvé aux paysages qu'ils décrivaient, j'avais soupiré auprès des créatures féminines de rêve qui abandonnaient dans les contrées où ils accostaient, j'avais goûté au tabac, à la pomme de terre, au gingembre, à la farine de maïs et au chocolat. le sucre de canne m'avais enchanté le palais.
J'ai eu très tôt le goût des Amériques.
Au désespoir de celle qui m'a donné la vie (…) »
Gabriel-Mathieu de Clieu rêve de l'Amerique. de ce Nouveau Monde où tout semble possible.
Nous sommes au XVIIIeme siècle et Gabriel-Mathieu s'engage dans la marine. Son objectif : traverser l'Atlantique et s'établir dans cette Martinique pour y cultiver le tabac. Lorsqu'il atteint enfin l'île, ses rêves semblent impossible à atteindre et le voilà à cultiver comme tant d'autres, la canne à sucre. Bien que déçu, pour autant, cette culture lui permet d'avoir un statut. Un statut qui lui permettra d'épouser une jeune femme au nom de Marie-Colombe. Sa famille, bien que native de l'Ancien Monde, elle est depuis plusieurs générations installées en Martinique. Marie-Colombe ne connaît que cette terre, ce climat et son idiome.
Avec les années, Gabriel-Mathieu, entretient de nouveau le doux rêve d'une nouvelle culture : le caféier. Fou peut-être ? Ou avant-gardiste ? Arrivera-t-il à ses fins ? Rien n'est moins sûr ? Il devra entreprendre des stratégies douteuses, traverser des mers agitées, combattre des pirates endurcis… son caféier prendra-t-il vit au coeur de la Martinique ?
Quelle aventure ! Quand on imagine, rien qu'un instant, que les traversées en mer étaient faites ainsi à cette époque. Qu'il fallait plus d'un mois pour se rendre de l'autre côté de l'Atlantique ; avec tout les risques que cela comportaient ! Vous l'aurez compris mon esprit était complètement accaparé par cette lecture d'une autre époque. Et la plume de notre auteur nous embarque d'autant plus avec une écriture presque d'autrefois. Je me suis prise tantôt à être passagers, tantôt à être cultivateur, parfois esclaves… et à ma grande surprise membre d'un équipage ! Je vous assure c'est une grande aventure qui vous attend chère lectrices et chers lecteurs. Êtes-vous prêts ? Embarquez pour « Grand café Martinique », votre navire vous attend 😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marie987654321
  30 août 2021
Raphaël Confiant choisit de nous relater l'introduction du café, plante originaire d'Ethiopie, dans sa grande ile de Martinique grâce à l'obstination du Chevalier Gabriel-Mathieu d'Erchigny de Clieu. Ce jeune noble Normand rêve de quitter sa terre natale pour devenir planteur de tabac. Il s'engage dans la marine puis démissionne pour s'installer comme planteur de canne à sucre et propriétaire d'esclaves. Mais plutôt que le tabac, il va se passionner pour ce nouveau breuvage appelé café qui fait fureur en Europe et tout faire pour en ramener. Pour cela, il lui faut obtenir des plants dont les seuls connus sont propriété du roi et sévèrement gardés. Une légère difficulté qui ne va pas arrêter notre héros.
La forme du récit est un peu curieuse et pas toujours compréhensible. Les petits intermèdes consacrés à la découverte et à la diffusion du café dans le monde sont tout à fait intéressants et coupent agréablement le récit.
Pour le reste, j'ai trouvé les sauts dans le temps sans valeur littéraire ajoutée. le passage du "je" au "il", s'il ne gêne pas, ne m'est pas apparu d'un grand intérêt. Enfin, le choix de développement m'a un peu laissée sur ma faim. En effet, l'accent est mis sur la façon dont les plants sont récupérés et sur les péripéties du retour de Gabriel-Mathieu en bateau : tempêtes, maladies, mer des Sargasses, disputes à bord... Certes le chapitre est très bien construit et palpitant à lire. Mais à côté de cela beaucoup d'autres aspects sont laissés de côté : par exemple les difficultés rencontrées pour l'implantation du café, par exemple l'hostilité des planteurs de canne, les difficultés liées à tout changement, sont traitées en quelque pages. le livre est aussi un état de la société esclavagiste de la Martinique. N'oublions que si Clieu a ramené les plants, c'est le travail des esclaves qui les a fait pousser, notamment celui à qui il confie la tâche de veiller sur les plants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
OgrimoireOgrimoire   09 août 2020
Il s’était d’abord bu à l’abyssinienne, puis à la yéménite, ensuite à l’égyptienne, après à l’ottomane, à la javanaise, puis à la vénitienne, ensuite à la marseillaise, puis à la parisienne avant d’enjamber la mer des Ténèbres et de se boire à la martiniquaise. Cette dernière se répandit en Guadeloupe, à Saint-Domingue, à Cuba, au Brésil et dans le sud des États-Unis avant de gagner l’Asie pour se faire une place à côté de ce nectar impérial qu’est le thé.
Ô café, toi qui as accompli le tour du monde ! Onze siècles te furent nécessaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AtasiAtasi   19 janvier 2020
Je m'étais tout d'abord voulu planteur de tabac, ce que le langage des îles appelle pétun, et étais d'ailleurs devenu un fumeur impénitent, mais d'autres m'avaient précédé et il m'aurait été difficile de faire fortune dans ce commerce. J'avais alors jeté mon dévolu sur une autre plante : le caféier. Ce dernier, inconnu aux îles, y était de plus en plus apprécié, les Grands Blancs de la Martinique en achetant les cerises des mains des Espagnols qui eux-mêmes les importaient d'Afrique. Mais nul n'avait jamais eu l'idée de la planter car la canne à sucre suffisait à assurer la richesse des uns et des autres, y compris de ces "trente-six mois", ces marmiteux de nos régions de Vendée, du Poitou ou de la Normandie ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
afadeauafadeau   15 septembre 2020
Nous nous débattons entre l’hier, l’aujourd’hui et le demain, acharnés à découper de l’impalpable, fomentant des projets, entrelaçant un infini de rêves qui, pour certains, affrontent l’obscur éclat des nuits qui n’ont pas de fin.
Ne point défaillir ! Car ce serait lâcheté. Trahison de soi-même...
Commenter  J’apprécie          50
afadeauafadeau   15 septembre 2020
Où il sera question des songeries, par-delà les siècles, d’un jeune Normand au temps du roi-Soleil ; où l’on évoquera sa déraisonnable passion pour ce breuvage plus noir qu’une nuit sans lune qui, depuis la terre d’Abyssinie, fit danser des chèvres, tint éveillés des moines savants, fit tournevirer les danseurs soufis, échauda les esprits épris de justice tant à Alexandrie qu’à Paris, soulageant au passage migraines et chagrins éternels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Raphaël Confiant (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raphaël Confiant
Raphael Confiant vous présente son ouvrage "La muse ténébreuse de Charles Baudelaire" aux éditions Mercure de France. Rentrée littéraire automne 2021.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2543932/raphael-confiant-la-muse-tenebreuse-de-charles-baudelaire
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : canne à sucreVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Qui est fan de Karine Giebel ?

Quel fut le premier ouvrage publié de Karine Giebel?

Purgatoire des innocents
Terminus Elicius
Meurtres pour rédemption
Juste une ombre

15 questions
52 lecteurs ont répondu
Thème : Karine GiebelCréer un quiz sur ce livre

.. ..