AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Garrard Conley (Autre)Jean-Baptiste Bernet (Traducteur)
EAN : 9782290206416
410 pages
Éditeur : J'ai Lu (12/02/2020)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 58 notes)
Résumé :
Arkansas, 2004, Garrard a dix-neuf ans lorsque ses parents apprennent son homosexualité. Pour ces baptistes ultraconservateurs, la chose est inconcevable: leur fils doit être "guéri". Garrard est conduit dans un centre de conversion, où tout est mis en oeuvre pour le forcer à changer. Où la Bible fait loi. Où Harry Potter est un livre déviant, où écouter Beethoven est interdit. Où on lui inflige une véritable torture mentale pour corriger sa prétendue déviance. Mais... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  21 mars 2019
Un grand merci à Babelio et aux éditions Autrement...
En 2004, alors qu'il n'a que 19 ans, Garrard Conley, intègre, pour une durée indéterminée, le programme LIA, Love In Action, dirigé par John Smid. Un programme en douze étapes censé rétablir les déviances sexuelles (infidélités, pédophilie, homosexualité).
Depuis que ses parents ont appris qu'il était homosexuel, une seule solution s'impose à eux : il faut le soigner. Car, au coeur de cette famille baptiste ultraconservatrice de cette ville aux moeurs puritaines, l'homosexualité est vue comme une maladie dont on pouvait se guérir.
Garrard Conley, s'il veut continuer ses études et ne pas quitter sa famille, n'a d'autres choix que de suivre cette thérapie de conversion. Parmi des jeunes et des moins jeunes comme lui, il va se remettre en question, tenter de se persuader que l'homosexualité est un pêché puni par Dieu. Garrad peut-il réellement faire semblant d'être quelqu'un d'autre ? Renier ce qu'il est au fond de lui ?
Ce témoignage, édifiant, percutant et émouvant, est centré sur les pensées, les émotions, le cheminement intérieur de Garrard. Il revient également sur quelques événements de son passé : sa petite amie, ses premiers émois, ses amitiés, la relation avec ses parents...
Une réflexion utile sur l'amour (parental et charnel), l'acceptation et l'affirmation de soi et sur l'intégrisme religieux.
En 2018, 36 états permettaient encore les thérapies de conversion sur les mineurs. À ce jour, au moins 700000 Américains ont subi les thérapies de conversion.
À noter que ce roman a été adapté au cinéma par Joel Edgerto avec Lucas Hedges, Nicolas Kidman et Russel Crowe (sortie le 27/03/2019).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          697
thedoc
  27 février 2020
Garrad Conley, 18 ans, vit en Arkansas, aux Etats-Unis. Fils unique d'un pasteur baptiste missionnaire et d'une mère au foyer, Garrad a grandi dans une petite ville où la Bible régit la vie de chacun. Mais Garrad est homosexuel et lorsque ses parents découvrent la vérité, ils ne voient comme seul salut pour leur fils que de l'envoyer dans un centre de conversion. Au LIA (Love in Action), on promet de vous corriger de toutes vos addictions et de vous remettre dans le droit chemin.
Entre le témoignage et le documentaire, « Boy erased » nous offre le portrait d'un jeune gay en plein doute sur son identité. Fils aimé et aimant, Garrad Conley sait que son homosexualité va être vécue comme un véritable drame par ses parents ultraconservateurs. Lui-même, élevé dans la Foi chrétienne d'un Etat sudiste, ne sait comment considérer sa sexualité face aux préceptes de la Bible qui condamnent férocement l'homosexualité. Son immersion dans LIA va être l'occasion pour lui d'affronter ce qu'il est vraiment mais l'expérience va être traumatisante. Dans ce centre où l'on mélange anciens toxicos, suicidaires, accrocs au sexe, homosexuels,,,, tous ceux qui aux yeux de la Bible sont des pêcheurs, on pratique un lavage de cerveau systématique. Les confessions publiques et culpabilisantes mettent en exergue de le dégoût de soi et les tares familiales. On cherche le moindre "faux pas", quitte à l'inventer. Les émotions sont rangées dans des cases et au fur et à mesure, les patients ne ressentent plus rien si ce n'est la haine de soi… et l'envie de changer si tout fonctionne.
Garrad Conley, par peur de perdre ses parents, par peur de ce qu'il deviendra sans eux, subira tout cela. Jusqu'à ce qu'il se rende compte que sa sexualité fait partie intégrante de sa personnalité.
Récit introspectif, on assiste dans ce livre à l'affirmation identitaire d'un jeune homme, on suit ses doutes et ses craintes, son questionnement. On découvre également un jeune homme épris de littérature qui est devenu, au vu de la qualité de la narration, un grand écrivain.
« Boy erased » offre un témoignage essentiel sur ces centres de conversion qui mettent au même niveau homosexualité, prostitution et pédophilie. Pour autant, malgré la qualité de la narration, certains passages m'ont ennuyée. L'auteur décortique ses sentiments et ses impressions et cela donne au final quelques répétitions. La lecture reste distanciée et sans émotion.
Mais malgré ces petites imperfections – pour moi ! - « Boy erased » est une lecture qu'il faut partager pour combattre l'intégrisme religieux. Ces centres de conversion existent toujours et continuent à ravager des vies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          407
mariech
  26 mai 2019
Boy Erased c'est l'histoire de Garrad C jeune américain qui a 19 ans en 2004 , point important pour situer une situation qui se passe il y à peine 15 ans .
Garrad est le fils d'une famille d'ultra conservateurs chrétiens , des évangélistes baptistes qui ont une conception de la vie et surtout de la sexualité sans nuance .
Ainsi quand leur fils leur avoue péniblement son homosexualité , leur monde s'écroule et ils lui proposent de s'inscrire à un programme destiné aux âmes perdues pour les remettre dans le droit chemin .
Témoignage implacable sur les méthodes employées qui manque selon moi d'émotions .
On devine néanmoins que l'auteur a eu la chance de s'accepter tel qu'il est .
Ce livre m'a rappelé une très belle lecture que je vous conseille ' Au pays de Dieu de Douglas Kennedy qui évoque de façon magistrale les dérives de la religion dans le sud des États Unis , mais sans jamais juger .
Commenter  J’apprécie          210
nathanbabelio
  07 juin 2019
Je pense avoir commencé Boy Erased en ayant beaucoup d'attentes sur cette lecture. Séduit par la couverture accrocheuse du livre, intrigué par son adaptation en film avec un casting prestigieux parmi lesquels Xavier Dolan et Troye Sivan - deux personnalités du cinéma ou de la musique particulièrement impliqués, à leur façon, dans la défense des droits LGBTQI+ - et naturellement bouleversé par le sujet du livre, j'espérais sans doute une lecture intense et émouvante. Peut-être m'étais-je mépris, puisqu'il s'agit plus d'un témoignage que d'un roman, peut-être m'attendais-je à du spectaculaire. Toujours est-il que je ressors mitigé de cette lecture. Je lui reconnais des qualités littéraires indéniables, reste coi devant l'histoire poignante de ce jeune homme qu'il raconte avec précision et profondeur, mais n'ai pas ressenti beaucoup de choses à la lecture, voire me suis parfois ennuyé.
Le sujet du livre, ce sont les thérapies de conversion anti-gays. Garrard, dix-neuf ans, se découvre homosexuel, et sa famille – des baptistes ultraconservateurs – avec. Envoyé dans un centre thérapeutique censé le soigner de son homosexualité, il raconte son expérience et navigue entre ce temps présent et des souvenirs, des étapes clés de sa vie, des moments décisifs qui les ont amenés ici. le thème, évidemment, heurte, car ces centres existent vraiment et on s'identifie aisément à ce personnage, à l'auteur en fait, ce qui nous permet de développer une vraie empathie envers lui. L'horreur de cette décision nous frappe d'autant plus qu'elle est subtilement décryptée par l'auteur/narrateur. Ses souvenirs, ses sentiments, ses pensées : tout est passé au crible de son analyse.
C'est peut-être de cette rigueur presque scientifique que le livre ne m'a pas autant touché que je l'espérais. On est face à un homme qui cherche à comprendre – son parcours, ses émotions, ses parents et de manière générale toute une société – et qui doit pour cela décortiquer tout un tas de choses, de son propre intérieur à des micro-sociétés (la communauté baptiste, les centres de thérapie anti-gays, la communauté LGBTQI+, etc.). le style est précis, riche, dense et en même temps d'une grande limpidité. Mais pour comprendre, Garrard Conley raconte et analyse avec générosité. Bien qu'immersives et étonnamment justes, ses descriptions sont parfois longues et l'incessant aller-retour entre le présent – dont on attend malgré nous le dénouement – et ses souvenirs devient vite lassant. Durant ma lecture, j'avais tout simplement difficulté à y revenir et ne trouvais pas toujours l'envie de sortir le livre pour avancer. Je reconnais l'avoir lu de manière morcelée, ce qui a sûrement peu aidé à ce que j'entre entièrement dans l'ouvrage. Je reconnais également que le style, à la manière d'Édouard Louis et de son percutant En finir avec Eddy Bellegueule, a raison d'être aussi personnel et analytique. C'est un témoignage aussi bien qu'une réflexion sur ces thérapies. Mais là où Édouard Louis, par le truchement de la fiction, offrait un texte édifiant et bouleversant, Garrard Conley livre un témoignage dans lequel on s'investit totalement mais où l'on conserve une froide distance.
Comme je l'ai déjà exprimé, je reconnais pourtant les nombreuses qualités de l'auteur, puisque je suis allé au bout du livre sans réel problème. Fluide, claire, forte et juste, la plume de Conley arrive à toucher et surtout à raconter. Nul doute que ce jeune auteur est promis à des textes de haute facture. Je reste également coi d'admiration devant le recul qu'il parvient à prendre sur des choses aussi intimes que sa sexualité, sa foi, sa famille et son rapport aux autres. Il brosse ainsi nombre de thèmes passionnants qui nous font nous-mêmes réfléchir à notre vie et celles qui nous entourent.
Je suis maintenant curieux de découvrir le film qui a été adapté de ce livre, et espère y trouver un peu plus d'émotions... sans pour autant tomber dans les écueils que Garrard Conley évite avec sûreté et intelligence : ceux d'une histoire triste et spectaculaire. Et si je fais mon lecteur difficile qui n'en veut ni trop, ni pas assez, c'est pour malgré tout vous recommander la lecture de ce témoignage si le sujet vous intéresse. Extrêmement bien écrit et riche, à défaut de vous bouleverser, il vous fera réfléchir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          64
Lecturepissenlit
  15 juillet 2019
J'entendais parler de Boy Erased partout depuis plusieurs mois.
La sortie de la traduction française a fait grand bruit chez les blogueurs et chroniqueurs que je suis sur les réseaux.
C'est donc très rapidement qu'il a terminé dans ma PAL sans même passer par ma wishlist.
J'ai attendu le bon moment avant de le lire, car je m'attendais à être émue, touchée en plein coeur, et je voulais que sa lecture arrive à un moment opportun sans que rien ne puisse interférer. A peine mes vacances débutées, c'est le premier livre que j'ai ouvert.
Comme je l'ai dit, je m'attendais à être bouleversée par ce récit alors qu'au final il est ma plus grosse déception littéraire de l'année. Peut-être en attendais-je trop ?
Tout d'abord je n'ai pas aimé le choix de récit non-chronologique de l'auteur.
Toutes les scènes décrites dans ce centre, le Love In Action, auraient à mon sens, eu plus d'impact si nous savions ce par quoi Garrard était passé: d'où il venait, qu'elles étaient ses expériences passées, son état d'esprit lors de son entrée au centre, qu'elles étaient ses relations, ses peines, ses blessures.
Cela m'aurait peut-être permis d'être touchée. Car oui, cette histoire m'a laissée de marbre.
Je n'ai ressenti aucune émotion, aucune tristesse, à mon grand étonnement moi qui ait la larme facile.
Peut-être ais-je furtivement ressenti un peu de compassion lorsqu'il raconte une scène sordide avec une connaissance de fac, David. Mais je dois bien avouer que je ne sais plus vraiment si cette compassion que je ressens en y repensant aujourd'hui, a vraiment existé lors de ma lecture.
J'ai trouvé qu'il racontait son passé sans aucune émotion, comme s'il ne devait pas s'impliquer dans ce récit car il n'était pas encore prêt. C'était assez dérangeant.
J'ai eu l'impression que c'était une histoire entre lui, le Love In Action et Dieu. Je me suis même demandée pourquoi j'étais en train de lire ce livre car j'avais l'impression qu'il n'était pas fait pour un lecteur, qu'il n'y avait pas de place pour moi là dedans.
Peut-être est-ce cette omniprésence de Dieu ? Tout, vraiment tout se rapporte à Dieu.
Alors oui les parents de Garrard sont croyants, le père va même devenir pasteur d'une église baptiste, il est donc normal que Garrard ayant grandi dans cet environnement, ait la foi. Mais là c'était trop. le moindre geste, la moindre respiration, la moindre pensée et Garrard craint le jugement de Dieu. C'était trop pour moi.
Et pour finir, le point le plus délicat pour moi à aborder tant j'ai peur qu'il soit mal interprété, ce sont ces thérapies. Ces monstrueuses thérapies certes, mais je m'attendais à pire.
Pire parce que j'ai déjà lu/entendu des témoignages de jeunes rescapés de ce genre de centres où les sévices, en plus d'être psychologiques étaient physiques (électrochocs à la tête, tortures...).
Alors ce n'est pas parce que Love In Action ne torture pas physiquement que ce n'est pas horrible, attention ce n'est pas ce que j'essaye de dire. Les participants en ressortent détruits psychologiquement, leur état post-thérapie est effroyable, beaucoup se suicident, et la grosse majorité en ressortent brisés et ne s'en remettent jamais.
Mais j'ai eu l'impression que ce livre m'a été vendu comme racontant ce qui se passait de pire dans ces centres, et malheureusement je n'ai pas eu l'impression de lire ce pour quoi j'ai réellement eu envie d'acheter ce livre, d'autant que les passages consacrés au centre sont moins nombreux que je m'y attendais.
Tout cela mis bout à bout, Boy Erased est, à mon grand désespoir, une grosse déception.
Je me suis même questionnée sur comment il pouvait-être possible que ce livre ait reçu autant de compliments élogieux aux USA. J'ai un temps pensé à une perte des émotions et donc de sensibilité au passage de la VO à la VF... Mais plus j'y pense et plus j'en doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Actualitte   01 avril 2019
Paru chez Autrement et traduit par Jean-Baptiste Bernet, l’auteur traite à travers ce texte de l’identité, de la foi, mais aussi de l’importance de la famille et de la communauté dans un environnement religieux fondamentaliste souvent mal compris.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
thedocthedoc   27 février 2020
[...] je me rends compte que mon expérience est peut-être particulière, mais en aucun cas inédite. Les minorités continuent à être opprimées et manipulées par des groupes à la fois nuisibles et bien intentionnés, et des idées nocives continuent à faire naître de nouveaux comportements politiques dans le monde entier. Je ne comprends pas en revanche, et ne comprendrai peut-être jamais, comment nous avons tous pu nous retrouver mêlés au mouvement ex-gay.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
marina53marina53   21 mars 2019
J'avais entamé cette thérapie en pensant que ma sexualité n'importait pas, mais j'avais découvert que toutes les facettes de ma personnalité étaient intimement connectées. En ôtant l'une d'elles, on faisait s'écrouler tout le reste.
Commenter  J’apprécie          150
marina53marina53   21 mars 2019
On fait tous semblant. C'est juste que certains d'entre nous en sont plus conscients que d'autres.
Commenter  J’apprécie          251
thedocthedoc   27 février 2020
J'avais entamé cette thérapie en pensant que ma sexualité n'importait pas, mais j'ai découvert que toutes les facettes de ma personnalité étaient intimement connectées. En ôtant l'une d'entre elles, on faisait s'écrouler tout le reste.
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   27 février 2019
Il y avait parmi les autres membres de notre groupe des hommes et des femmes adultères, d’anciens professeurs de lycée et autres éducateurs dont la réputation avait été souillée par des rumeurs sur leur sexualité, ainsi que des adolescents retenus ici contre leur gré dans le cadre du programme Refuge, une division controversée de l’organisation qui ciblait les parents pour qui le centre était la seule chance de sauver leurs enfants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Garrard Conley (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Garrard Conley
Bande annonce du film Boy erased (2018), adaptation du roman de Garrad Conley
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
950 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..