AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Esch (Traducteur)
EAN : 9782020321020
463 pages
Éditeur : Seuil (29/04/1998)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.83/5 (sur 801 notes)
Résumé :
« Légitime défense », a conclu le tribunal chargé de juger l’inspecteur des vols et homicides Harry Bosh qui, quatre ans plus tôt, a abattu Norman Church. Bosh en est certain, c’était bien Church le tueur en série qui s’en prenait aux blondes et les maquillait avant de les assassiner. Pourtant, à peine est-il disculpé qu’on retrouve le cadavre d’une femme sous le sol en béton d’un immeuble. Blonde, maquillée et étranglée suivant le même modus operandi. Bosh a-t-il t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (64) Voir plus Ajouter une critique
carre
  06 octobre 2013
Voilà Hiéronymus sur le banc de l'accusation, il est soupçonné d'avoir buter un innocent alors qu'il est certain lui, d'avoir éliminer un psychopathe (le Dollmasker). Et pour mettre de l'eau au moulin de l'accusation, voilà que le cadavre d'une jeune femme est retrouvée sous une dalle de béton, peinturluré comme les victimes du dollmasker. Ca sent le piège à plein nez, mais Harry à l'odorat développé.
Bosch est un flic aussi passionnant que tourmenté. Connelly alterne scènes de tribunal et enquête avec une maestria qui ravira ces fans. Bosch doit la jouer fine, d'autant que la partie civile s'avère aussi coriace que redoutable.
Polar classique me direz-vous, mais Connelly a un talent imparable, il sait nous accrocher, nous balader avec une force qui me ravie presque à chaque fois. Et décidement ce Hiéronymus Bosch est un personnage complexe et attachant. Connelly a donné au polar (avec d‘autres bien sur), genre longtemps considéré comme mineur, la reconnaissance littéraire qu'il mérite.
La blonde en béton en est un exemple supplémentaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          542
Witchblade
  18 janvier 2016
Livre lu dans le cadre de la pioche de Décembre 2015.
Je remercie Pirouette pour celle-ci car elle m'a permis de découvrir Connelly (qui traînait depuis au moins 2 ans dans ma PAL). Je m'excuse pour mon retard concernant cette critique, je n'ai pas pu amorcer cette lecture pendant mes vacances de Noël et celle-ci a été plus longue que prévue.
Ça faisait longtemps que je n'avais pas lu un polar aussi bien construit et aussi complexe. le début de lecture a donc été un peu laborieux et long car je lisais peu le soir mais durant le week-end, j'ai bien rattrapé mon retard et j'ai ainsi pu le finir. Je voulais vraiment avoir le fin mot de l'histoire et savoir qui était ce meurtrier si énigmatique. Je dois bien avouer que je suis passée par différents meurtriers potentiels mais sans forcément me baser sur les indices laissés par l'auteur. J'avais une toute autre méthode d'investigation, à savoir quel personnage serait le plus susceptible d'être le meurtrier parmi ceux présentés par l'auteur et il fallait, bien entendu, que cela ne soit pas trop évident (sinon ça serait trop facile et pas un polar digne de ce nom...). Après moultes hésitations, je suis arrivée à la même réponse que le personnage, l'inspecteur Bosch.
Nous découvrons cet inspecteur au moment de son procès contre la veuve d'un homme qu'il a abattu alors que celui-ci faisait un geste malheureux. Cet homme venait d'être suspecté d'être un tueur en série des plus maniaques. En même temps, l'inspecteur Bosch va devoir mener une enquête de front car un autre meurtrier refait son apparition après plusieurs années de silence, suite au décès tragique de l'homme tué par Bosch. de quoi perturber celui-ci ainsi que son procès en cours. Difficile de résumer un polar sans trop en raconter donc je vais m'arrêter là et vous laisser le soin de découvrir celui-ci.
Comme vous l'aurez compris, ce polar a été une très bonne découverte, l'histoire est très bien ficelée et complexe à souhait. La fin de ma lecture a été particulièrement un régal quand tous les éléments se sont mis en place pour le grand final. Je remercie donc Pirouette pour cette belle découverte, cette première lecture de Connelly a été une réussite ! Ayant acheté ce roman dans un coffret, je pense être moins réticente pour lire les 2 autres dans un avenir proche. Je vous conseille donc de découvrir cet auteur et si ce n'est déjà fait, par ce roman à l'intrigue très bien ficelée.
Sur ce, bonnes lectures à vous:-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
Crossroads
  20 décembre 2011
Bosch is back !!!
Enfin , quand je dis de retour... Il s'agit quand meme du troisieme roman dédié à Hieronymus " Harry " Bosh , paru en 1996 donc pour la fraicheur , on repassera ! L'avantage de ne pas lire chronologiquement une série , c'est le fait de pouvoir passer du dernier écrit en date aussi excitant qu'une Bachelot affublée en cheerleader ( Les Neufs Dragons ) à une Boutin des grands soirs , robe fourreau de sortie , moulant son corps de déesse ( de DS ? ) à la cambrure aguicheuse ! Huuuuum , mauvais exemple , au temps pour moi ! le gros point noir , c'est évidemment le fait de ne pouvoir accompagner l'évolution du héros récurrent et , ainsi , prendre le risque de se retrouver largué pour peu que l'auteur ait décidé d'entremeler régulierement passé et présent ! Chronologie ou pas , choisis ton camp camarade ! Il n'en reste pas moins que sans avoir respecté scrupuleusement la série Bosh , La Blonde se lit tres facilement pour offrir un plaisir du meme matériau : en béton ! !
Bosch a mis fin aux exactions du Dollmaker ( Norman Church , petit artisan scrupuleux et besogneux versant dans l'extinction de masse , boulot ingrat s'il en est bien trop souvent injustement décrié... L'on notera l'ironie du patronyme ! ) quatre ans auparavant . Il se retrouve néanmoins sur le banc des accusés , la veuve éplorée ayant décidé de porter l'affaire devant la justice afin de prouver la violence illégitime et injustifiée portée à l'encontre de son defunt mari . Accessoirement , certaines mauvaises langues accréditeront la these du pactole se profilant en cas de condamnation...Allons , allons , et l'amour dans tout ça...
Bosch a deux problemes : l'avocat de la défense et celui de la partie civile ! Pas de bol ! le sien semble aussi à l'aise qu'un morceau de barback sanguinolent au milieu d'un banc de requins ! Alors que Maitre Honey Chandler ( l'on notera l'ironie du prénom ) , avocate dévolue à la veuve Church ( l'on notera l'ironie..ok , j'arrete... ) , s'avere etre d'une pugnacité et d'une férocité à toute épreuve !
Et là , le gars , il doute , il s'interroge en se posant des questions ! Boulette , bavure : l'acide le ronge désormais ! D'autant qu'un nouveau corps vient d'etre découvert , le Dollmaker s'en réclamant !
On va pas se mentir ! C'est pas le thriller le plus décoiffant de l'année niveau action . Mais Connelly excelle lorsqu'il s'agit de ferrer le lecteur , puis de le harponner ! Une psychologie tout en finesse qui peut paraitre rébarbative alors qu'elle s'avere tres rapidement addictive .
La premiere partie du bouquin est presque exclusivement axée sur le proces et pourrait en rebuter plus d'un . Là , j'ai envie de te dire : tut , tut , tut ami lecteur , ce proces est grandiose . La tension est palpable , les joutes verbales se succedent avec frénésie , les saillies oratoires sont nerveuses et n'entrainent ni monotonie , ni bitonie ce qui ne veut rien dire , on est d'accord ! Bosch surnage , épaulé , cependant , par sa compagne Sylvia qu'il voit entre deux séances au tribunal et une enquete qui piétine . Elle est veuve d'un ancien flic et connait donc la chanson . Leurs rapports sont fluctuants : d'amoureux transis , ils passent à conflictuels . Leur vie n'est pas un long fleuve tranquille...Connelly décortique , avec un talent certain , le déroulement d'un proces à l'américaine et ce qui s'y joue en coulisse ! Etonnant de constater qu'un prévenu en passe d'etre condamné peut encore enqueter sur sa propre affaire ?!?! Trop forts ces ricains...
Deuxieme partie du bouquin beaucoup plus enlevée . Connelly passe la surmultipliée ! Alors que Bosch attend sa condamnation presque résigné , victime expiatoire d'une police à la brutalité excessive , il reste , malgré tout , sur la breche et bien décidé à éclaircir le mystere que représente cette nouvelle victime . le proces s'éfface au profit du thriller pur ! Les codes sont tous respectés . Les fausses pistes , l'espoir succédant aux désillusions , le coupable plus que surprenant . Connelly assure avec une enquete ultra maitrisée ! Il se fait l'avocat du diable en pointant du doigt les dysfonctionnements de la justice Américaine ou les avocats sont plus avides de renommée et d'argent que de vérité ! L'auteur déroule sereinement sa trame . Il est sur de son coup le bougre et prend un malin plaisir à nous perdre pour mieux nous surprendre ! Tout est cohérent , aucune grosse ficelle à l'horizon car Connelly est un bosseur ! Son passé de journaliste tendant à expliquer cela...
Bref , du tres bon Connelly que cette blonde en béton qui ne vous laissera pas de marbre !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Tostaky61
  28 février 2015
Il y a quatre ans, l'Inspecteur Bosch à abattu un tueur en série, alors que celui-ci tentait de récupérer, ce que le policier pensait être une arme, mais qui n'était... qu'une perruque.
Et donc aujourd'hui le héros de Michael Connelly doit répondre de cet acte.
C'est à son procès que nous assistons. Malmené par l'accusation, par une avocate au sommet de son art et défendu par un piètre avocat des services juridiques de la municipalité, Bosch fait le dos rond.
Et voilà que surgit un nouveau cadavre tué dans les mêmes circonstances que ceux de l'assassin éliminé par l'inspecteur.
Alors, s'est-il trompé de cible ? Y-aurait-il un imitateur dans la nature ?
Entre deux séances au tribunal Harry doit mené l'enquête.
C'est un Hyeronimus Bosch tourmenté, bousculé, acculé mais déterminé que nous suivons tout au long de ce roman.
Les pistes et les suspects se multiplient. Mais, qui renseigne la presse et l'avocat adverse au risque d'enfoncé un peu plus notre policier ?
Et finalement, le coupable est ... Évidemment je ne le révélerais pas, mais saurez vous le deviner avant la révélation finale ?
Une fois de plus, j'ai pris énormément de plaisir à suivre cette nouvelle enquête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
filippo
  29 juin 2017
Un polar fascinant, où nous retrouvons l'inspecteur Harry Bosch. Voilà quatre ans, il a abattu Norman Church, un suspecté serial killer autrement connu sous le nom de « Dollmaker ». Harry se trouve accusé de faute professionnelle au cours d'un procès fédéral intenté par l'épouse de Church, Deborah. Cette dernière doit être représentée par l'avocate des droits civiques Honey Chandler, « grande spécialiste des bavures policières », selon les dires du célèbre correspondant du Times, Joel Bremmer. Mais tandis que va débuter prochainement le procès sous la forme de l'exposé préliminaire des deux avocats, Bosch reçoit un message à son bureau du commissariat de Hollywood, « signé » du Dollmaker, qui lui révèle un nouveau meurtre. Dès lors, Bosch aurait-il commis une bavure en tuant Church? Ou bien, est-ce le fait d'un plagiaire?
En arrivant sur les lieux du crime décrit par ce prétendu Dollmaker, Bosch découvre le cadavre d'une femme blonde coulée dans le béton et constate que le « modus operandi » a quelque peu changé.
L'intrigue est très bien menée. le suspense est omniprésent, les personnages plus vrais que nature et l'inspecteur Bosch franchement attachant.
Les secrets sont progressivement distillés et pendant une longue partie du roman, l'enquête reste très imprévisible.
Un très bon Connelly. le suspens est complet. Plusieurs solutions sont possibles pendant un bon moment. En toile de fond, l'auteur décrit la justice américaine... peu reluisante!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Citations et extraits (73) Voir plus Ajouter une citation
WitchbladeWitchblade   22 avril 2016
[Bosch] n'adressa pas un mot aux autres. En cela, il suivait le protocole. Sur les lieux du crime régnait un système de castes soigneusement orchestré. Les inspecteurs parlaient essentiellement entre eux, ou avec les techniciens de la police scientifique. Les agents en uniforme n'ouvraient pas la bouche, à moins qu'on les interroge. Tout en bas de l'échelle, les employés de la morgue ne parlaient à personne, à l'exception de l'assistant du coroner. Lequel parlait peu avec les flics, qu'il méprisait : à ses yeux, ce n'étaient que des emmerdeurs, toujours à réclamer ceci ou cela, les résultats d'une autopsie, des tests de toxicité, et toujours pour la veille, évidemment !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
CrossroadsCrossroads   18 décembre 2011
- Je vais te confier un secret , Harry... Sur cette terre , personne n'est ce qu'il prétend être . Personne . Des qu'on se retrouve seul chez soi , derrière la porte fermée et verrouillée...Et, quoi qu'on en pense, personne ne connait personne. Dans le meilleur des cas, on peut seulement espérer se connaitre soi-même. Et parfois, quand on y parvient, quand on découvre sa vraie nature, on est obligé de détourner le regard...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
WitchbladeWitchblade   24 avril 2016
Un refrain connu. Il savait par expérience que la plupart des prostituées haïssaient les hommes avec qui elles couchaient pour le fric. Celles qui étaient infectées par le virus [du sida] le devaient généralement à leurs clients ou à des seringues déjà utilisées, qui provenaient parfois des clients. Dans tous les cas, leur psychologie consistait à se foutre de transmettre le virus à la population qui le leur avait peut-être transmis. La théorie du cercle sans fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
WitchbladeWitchblade   25 avril 2016
(…) Bosch avait entraîné son cerveau à fonctionner comme celui d'un psychopathe. Chaque fois qu'il débarquait sur le lieu d'un crime, il pratiquait la technique de l'observation. Les morts n'étaient pas des êtres humains, mais des objets. Il devait regarder les corps comme des cadavres, des indices matériels. C'était la seule façon de faire face à la réalité et d'accomplir son boulot. La seule façon de survivre. Mais, évidemment, c'était toujours plus facile à dire qu'à faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
KassuathethKassuatheth   29 août 2015
Mesdames et messieurs, entonna le juge Alva Keyes en s'adressant au jury, le procès débute par ce que nous appelons l'exposé préliminaire des deux avocats. Il se peut que vous entendiez des allégations farfelues. Mais le fait qu'elles soient formulées ne signifie pas qu'elles vraies. Après tout, ces gens-là sont des avocats.
Page 35
Commenter  J’apprécie          150
Videos de Michael Connelly (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Connelly
Extrait de "Une vérité à deux visages" de Michael Connelly lu par Jacques Chaussepied. Parution le 11 mars 2020.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/une-verite-deux-visages-9791035402204
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La blonde en béton

Quelle est le nom de l'avocate de la défense du procès de Harry Bosch ?

Honey Chandelier
Rodney Belk
Honey Chandler
Wilcox Keyes

11 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : La blonde en béton de Michael ConnellyCréer un quiz sur ce livre
.. ..