AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Harry Bosch tome 5 sur 27

Jean Esch (Traducteur)
EAN : 9782020375405
512 pages
Seuil (10/06/1999)
  Existe en édition audio
3.81/5   824 notes
Résumé :
Un producteur véreux est retrouvé mort dans le coffre d'une Rolls. La veuve semble indifférente à la nouvelle et la mafia constitue un coupable un peut trop évident. Et si des policiers haut placés étaient impliqués ? De Los Angeles à Las Vegas, personne ne semble pressé d'aider Harry Bosch dans son enquête…
Que lire après Le cadavre dans la RollsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
3,81

sur 824 notes
5
14 avis
4
24 avis
3
11 avis
2
3 avis
1
0 avis
Quel bonheur de retrouver mon cher Harry Bosch !
Pourtant, les polars et moi... une histoire de crime organisé... qui se passe alternativement à Los Angeles et Las Vegas...

C'était pas gagné, et il fallait bien que ce soit écrit par Michael Connelly pour que je lise ces 600 pages sans rechigner. (Message personnel : Michael, mon chou, si tu passes par là, quelques dizaines de pages en moins, ce serait cool.)

Nous retrouvons donc notre Inspecteur Harry à Hollywood.
Appelé sur une scène de crime, quelle ne fut pas sa stupéfaction de découvrir qu'un bas du front avait mis le souk avant d'appeler les autorités compétentes.

D'autant plus inexcusable, que c'est un flic en uniforme qui s'est permis d'ouvrir le coffre de la Rolls pour y découvrir le cadavre.
Pourtant, attiré telle une mouche, par l'odeur, il savait ce qu'il allait y découvrir.
Notre ami va être rejoint par son fidèle Jerry et une petite nouvelle très prometteuse, Rider.

Le voiture se trouve en hauteur, à quelques encâblures (je sais qu'on n'est pas en mer, mais j'écris ce que je veux) d'un lieu de spectacle en plein air, au Hollywood Bowl, où se produit le Philharmonique de Los Angeles.
Il faut dire que c'est le Labor Day (fête du travail) et les gradins sont pleins à craquer.
Comment sortir le corps de là sans que la foule le voie ?

Harry prend des mesures (auxquelles je suis fière d'avoir pensé aussi), ce qui lui vaut des interrogations de sa nouvelle supérieure, une femme très sympathique : Billets. Grace pour les intimes.

Après avoir fait leur tambouille, ils découvrent que le mort n'est autre que Tony Aliso, un vague producteur réalisateur de films plus que médiocres.
Le type est richissime et dépense avec une relative parcimonie son argent aux tables de poker de Las Vegas, au grand dam de sa femme dont j'ai oublié le prénom, qui patiente dans sa villa à L.A.

Je ne vais pas vous raconter l'enquêtes, faut pas rêver, vous aussi vous devrez vous taper les centaines de pages.
J'ajouterai juste un petit poil de croustillant... Harry retrouve par hasard l'amour de sa vie.

Forcément tout ça va être bien alambiqué à la sauce Connelly, pour notre plus grand plaisir.

Mon avis, ça va être très rapide. J'ai adoré !
Il y a du monde, comme dans tout polar, mais ça ne m'a pas dérangée du tout, ce qui est exceptionnel, la plume magnifique, les personnages très bien décrits. On s'immerge facilement et à fond.
Suspense et rebondissements multiples sont bien présents, les émotions aussi.

Si vous n'avez encore jamais lu l'auteur, c'est une lacune à combler au plus vite.
.
.
Commenter  J’apprécie          106117
Me voilà déjà dans le cinquième roman mettant Harry Bosch en tête d'affiche. Et si chaque tome peut se lire indépendamment des autres, j'aime cette petite continuité qu'il y a dans la vie de Harry, nous permettant de vraiment s'attacher à ce bonhomme pas toujours commode mais intègre.

Nous le retrouvons ici mener sa première enquête depuis qu'il avait été mis à pied pour dépression, alors qu'il avait eu une "légère" altercation avec son supérieur et que sa maison avait pris cher pendant le séisme. Mais maintenant, tout va pour le mieux. Il a une nouvelle boss avec qui le courant passe mieux, il se détend en repeignant les murs de sa maison, et il peut enfin reprendre du service. Il est même à la tête d'une petite équipe : Edgar avec qui il avait déjà travaillé, que l'on connaît déjà pour l'avoir rencontré dans les tomes précédents ; et Rider, petite nouvelle à l'avenir prometteur. Ils ne seront pas trop de trois pour résoudre l'affaire qui leur est assignée, à savoir le meurtre d'un homme découvert dans le coffre de sa Rolls Royce, deux balles dans la tête.

De Los Angeles à Las Vegas, du monde du cinéma à celui des jeux d'argent, Harry et son équipe devront résoudre bien des énigmes pour comprendre tous les tenants de cette enquête qui leur mange tout leur temps. Mafia, blanchiment d'argent et crime organisé, voilà ce qui les attendent en gros, avec en prime le FBI et les Affaires internes dans les pattes (dans celles de Harry particulièrement).

Mais nous ne serons pas au bout de nos surprises, puisqu'en parallèle de son enquête et tout à la fois étroitement mêlée, Harry se retrouvera nez à nez avec une ancienne conquête... que nous avons déjà eu le privilège de rencontrer auparavant... et dont la relation prend un tournant inattentu.. Mais je n'en dis pas plus.

Encore une fois, je viens de passer un excellent moment à accompagner Harry dans cette enquête bien plus retorse qu'elle n'y paraît (comme d'habitude en fait). Vous constatez que je l'appelle par son prénom maintenant, lui et moi commençons à bien nous connaître désormais. Je l'aime bien ce flic, de plus en plus d'ailleurs. Intègre et sachant dire merde aux cons, il continue de bien faire son boulot et de mener son enquête jusqu'au bout, même quand on la lui siffle sous le nez. Il va encore se retrouver dans des situations délicates et se mettre à dos les Affaires internes, mais il s'en sortira sans trop de casse cette fois-ci.

Quant à l'intrigue elle-même, elle est menée tambour battant mais sans trop de précipitation non plus. L'auteur est fortiche pour ça, il prend son temps malgré tout et est toujours aussi minutieux. Les (faux) indices et les (fausses) pistes donnent le rythme. La lecture se veut à la fois bien détaillée et dynamique.

Et comme Harry et moi, on est pote maintenant, je ne me suis pas gênée pour m'incruster dans son enquête. Il nous dirige dans un premier temps, à toute vitesse sur une autoroute bien droite, vers Las Vegas, ses casinos, ses parties de poker et ses danseuses nues affriolantes. Et ce n'est qu'au dernier moment qu'on aperçoit le virage à 180°. Après avoir échappé au tonneau in extremis, on se retrouve sur cette même autoroute à contresens, vers Los Angeles et son taux de criminalité qui bat tous les records... avec le FBI aux fesses, toutes sirènes hurlantes, pour mieux être accueillis par la police des polices à l'arrivée qui, à défaut d'être dans le rétroviseur, nous a dans le collimateur. Bref, on ne peut mener notre enquête comme on voudrait, alors on éteint les feux de la bagnole et on agit en catimini. C'est juste dommage que mon coéquipier Harry ne sache pas toujours faire dans la délicatesse et la discrétion... Mais on la résoudra quand même cette affaire et on n'hésitera pas à leur mettre dans les dents, à tous ceux qui nous auront mis des bâtons dans les roues !

Bref, vivement le prochain !
Commenter  J’apprécie          6525
Los Angeles, quartier de Mulholland, une Rolls-Royce garée sur le bas-côté, dans le coffre : un cadavre, Anthony Aliso.
L'inspecteur Harry Bosch et son équipe sont sur cette affaire.

Elle va les conduire de L.A. à Las Vegas où Aliso semblait faire des affaires douteuses.
Bosch y découvrira des indices et retrouvera également un grand amour qui le hantait depuis leur séparation plusieurs années auparavant.

Mais curieusement, des contradictions se font jour lorsque l'OCID (Organized Crime Investigation Division), normalement en charge des affaires mafieuses, se désintéresse de cette enquête alors que tout laisse à penser qu'Aliso avait des liens avec la mafia.

En effet, producteur de mauvais films, son niveau de vie n'avait aucune commune mesure avec sa situation professionnelle.

A mon avis :
Un très bon polar à l'ancienne.

L'écriture et le récit sont léchés, pas de fausses notes, pas de dérapage, tout est sur des rails.

De fait, la lecture en est facilitée, elle est limpide et il n'est pas nécessaire de revenir en arrière pour se rappeler tel ou tel personnage comme souvent dans les polars actuels où de nombreux personnages se croisent.

Là on est dans un fauteuil, un peu comme dans un roman d'Agatha Christie.

La contrepartie c'est peut être un manque d'originalité dans l'enquête.
Même si tous les ingrédients d'un bon polar sont bels et bien là, les rebondissements ne sont pas aussi forts que ce que l'on pourrait attendre d'un policier d'aujourd'hui, bien qu'ils soient présents bien sûr.

Un livre qui se lit néanmoins très facilement et dans lequel on est entraîné dès les premières pages.

Pour les nostalgiques des enquêtes policières à l'ancienne, ce livre de Michael Connelly sera parfait.
Pour les autres, il reste un très bon polar, prenant, avec une intrigue et un déroulement parfois même surprenants.

Retrouvez d'autres avis sur d'autres lectures en vous abonnant à mon blog :
https://blogdeslivresalire.blogspot.com/
Lien : https://blogdeslivresalire.b..
Commenter  J’apprécie          610
Après une énième déception dans mes choix de lecture, je reviens vers une valeur sûre : Connelly et son personnage Harry Bosch. de temps en temps, j'aime bien revenir à ce genre de « classique ».

Cette histoire démarre rapidement mais l'enquête est vraiment longue et chaotique. J'ai hésité plus d'une fois à laisser Bosch au bord de la route menant à Las Vegas. Il aura quand même fallu l'écoute de 2 bouquins fantasy au milieu pour arriver au bout de celui-ci. L'enquête est plus complexe qu'il n'y paraît et plusieurs agences gouvernementales de police et la mafia s'en mêlent pour torpiller celle-ci. Bosch nous dévoile un peu de son passé et de ce que ça peut impliquer pour son enquête en cours. Comme on est au début de la série, on le voit en compagnie d'équipiers qui ont une grande confiance en lui. Pour l'histoire, un homme est retrouvé assassiné dans sa Rolls de location à Los Angeles et tout porte à croire que ça a été fait par la mafia de Las Vegas. Mais qui dit la vérité dans toute cette histoire ? Les flics, la mafia ou la population ? Au final, je dirais quand même « tout ça pour ça... », ce roman a été très long et fastidieux à écouter. Pour une fois, on en découvre plus sur le présent de Bosch, il n'est pas juste l'enquêteur principal, il est un homme aussi. J'ai malgré tout l'impression que l'auteur s'est perdu dans son enquête, ça part dans un sens pour être stoppé par le FBI et ça repart ailleurs en secret… Bon, en même temps, je ne suis pas une experte de Bosch, ce n'est que mon 3ème de la série. J'ai ainsi lu le 3, le 2 et le 5 ; il faudrait peut-être que je trouve le 1er et le 4ème de cette série.

Comme vous l'aurez compris, j'ai donc un avis plutôt mitigé pour ce tome. Il m'aura fallu du temps pour arriver au bout de celui-ci et de la patience aussi. Je vous conseille néanmoins de le lire pour vous en faire votre propre avis. Pour ma part, je continuerai quand même à découvrir la série de Bosch car les enquêtes sont toutes différentes.

Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
Commenter  J’apprécie          240
Une fois de plus j'ai été bluffé par Connelly et son héros Harry Bosch.
J'ai beau m'y préparer, je crois toujours que les histoires finissent par se ressembler et que j'en connais déjà le déroulement et la fin, et pourtant...

Ce roman démarre doucement, puis la tension monte, et voilà, pari gagné, on veut savoir, on suit les pistes, on tremble, on sourit à l'intelligence de l'inspecteur, on croit détenir les clés, mais bien sur, le coupable est... et puis, non, Bosch nous réserve bien des surprises...

Encore un excellent polar de Connelly, mais, suis-je objectif ?
Enfin, moi, j'en veux encore.
Commenter  J’apprécie          303

Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
Si les gens peuvent s'entretuer pour n'importe quelle raison, je suppose qu'ils peuvent également tomber amoureux pour n'importe quelle raison. On prend l'amour quand il se présente, et peu importe qu'il s'agisse d'une fille comme ça ou... de quelqu'un d'autre.
Commenter  J’apprécie          302
Bosch aurait pu leur demander ce qu'elles souhaitaient sans prendre la peine de se déplacer, mais pas besoin d'être inspecteur pour comprendre ce qui les amenait ici. Il se leva, contourna le bureau et s'approcha du comptoir pour leur permettre de parler à voix basse. Les victimes de viol étaient celles qui provoquaient en lui la plus grande pitié. Il savait qu'il ne tiendrait pas un mois dans une équipe chargée des affaires de viol. Toutes les victimes qu'il avait rencontrées avaient ce même regard. C'était le signe que plus rien n'était comme avant dans leurs vies, et pour toujours. Jamais plus elles ne seraient celles qu'elles avaient été.
Commenter  J’apprécie          362
La dernière phrase, il se l'adressa à lui-même, car Bosch était déjà parti.
Ce dernier refit le même chemin en sens inverse et prit l'ascenseur pour sortir fumer une cigarette. Il dut marcher jusqu'au trottoir avant de l'allumer, car le règlement de la police interdisait maintenant de rester devant les portes de Parker Center pour fumer. Tellement de flics étaient accros à la cigarette qu'il y avait souvent une foule massée près du bâtiment, et un nuage de fumée bleue commençait à flotter en permanence au-dessus de l'entrée principale. Le chef de la police, qui trouvait cela disgracieux, avait institué qu'il serait désormais obligatoire, lorsqu'on sortait pour fumer, de quitter totalement l'enceinte du centre. Depuis, le trottoir de Los Angeles Street semblait servir de théâtre à une manifestation permanente de flics, dont certains en uniforme, qui faisaient les cent pas devant le bâtiment. Il ne manquait que les pancartes. On disait que le chef de la police avait consulté l'avocat de la municipalité pour savoir s'il pouvait interdire de fumer sur le trottoir également, mais on lui avait répondu que le trottoir échappait malheureusement à son contrôle.
Commenter  J’apprécie          70
Le corps n'avait pas bougé pendant le transport. Mais sous le regard impitoyable du laser , la victime prenait l'apparence d'un spectre , son visage étant celui d'un squelette , comme les monstres fluorescents dans les trains fantômes. Le sang paraissait plus sombre et les éclats d'os à l'intérieur de la plaie déchiquetée d'autant plus brillants.
P 37
Commenter  J’apprécie          170
Les cinq minutes suivantes mirent une bonne heure à s'écouler. Dehors, il faisait chaud, mais si Bosch transpirait, c'était surtout à cause de l'angoisse de l'attente et de l'incertitude.
Commenter  J’apprécie          310

Videos de Michael Connelly (57) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Connelly
Extrait du livre audio « Les Neuf Dragons » de Michael Connelly, traduit par Robert Pépin, lu par Jacques Chaussepied. Parution numérique le 27 mars 2024.
https://www.audiolib.fr/livre/les-neuf-dragons-9791035413835/
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (2879) Voir plus



Quiz Voir plus

Michael CONNELLY : les titres avec Harry Bosch

Quand Harry se souvient des tunnels du Vietnam...

LE DEGOUT DE L'OEUF EN GELEE
LES EGOUTS DE SAÏGON
LES EGOUTS DE LOS ANGELES
LOS ANGELES ECHO

11 questions
318 lecteurs ont répondu
Thème : Michael ConnellyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..