AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean Esch (Traducteur)
EAN : 9782020375405
512 pages
Éditeur : Seuil (10/06/1999)
  Existe en édition audio
3.73/5   567 notes
Résumé :
Paru en Anglais sous le titre Trunk Music
Un producteur véreux est retrouvé mort dans le coffre d'une Rolls. La veuve semble indifférente à la nouvelle et la mafia constitue un coupable un peut trop évident. Et si des policiers haut placés étaient impliqués ? De Los Angeles à Las Vegas, personne ne semble pressé d'aider Harry Bosch dans son enquête…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 567 notes
5
11 avis
4
19 avis
3
10 avis
2
3 avis
1
0 avis

Deslivresalire
  10 avril 2018
Los Angeles, quartier de Mulholland, une Rolls-Royce garée sur le bas-côté, dans le coffre : un cadavre, Anthony Aliso.
L'inspecteur Harry Bosch et son équipe sont sur cette affaire.
Elle va les conduire de L.A. à Las Vegas où Aliso semblait faire des affaires douteuses.
Bosch y découvrira des indices et retrouvera également un grand amour qui le hantait depuis leur séparation plusieurs années auparavant.
Mais curieusement, des contradictions se font jour lorsque l'OCID (Organized Crime Investigation Division), normalement en charge des affaires mafieuses, se désintéresse de cette enquête alors que tout laisse à penser qu'Aliso avait des liens avec la mafia.
En effet, producteur de mauvais films, son niveau de vie n'avait aucune commune mesure avec sa situation professionnelle.
A mon avis :
Un très bon polar à l'ancienne.
L'écriture et le récit sont léchés, pas de fausses notes, pas de dérapage, tout est sur des rails.
De fait, la lecture en est facilitée, elle est limpide et il n'est pas nécessaire de revenir en arrière pour se rappeler tel ou tel personnage comme souvent dans les polars actuels où de nombreux personnages se croisent.
Là on est dans un fauteuil, un peu comme dans un roman d'Agatha Christie.
La contrepartie c'est peut être un manque d'originalité dans l'enquête.
Même si tous les ingrédients d'un bon polar sont bels et bien là, les rebondissements ne sont pas aussi forts que ce que l'on pourrait attendre d'un policier d'aujourd'hui, bien qu'ils soient présents bien sûr.
Un livre qui se lit néanmoins très facilement et dans lequel on est entraîné dès les premières pages.
Pour les nostalgiques des enquêtes policières à l'ancienne, ce livre de Michael Connelly sera parfait.
Pour les autres, il reste un très bon polar, prenant, avec une intrigue et un déroulement parfois même surprenants.
Retrouvez d'autres avis sur d'autres lectures en vous abonnant à mon blog :
https://blogdeslivresalire.blogspot.com/
Lien : https://blogdeslivresalire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
Tostaky61
  28 octobre 2014
Une fois de plus j'ai été bluffé par Connelly et son héros Harry Bosch.
J'ai beau m'y préparer, je crois toujours que les histoires finissent par se ressembler et que j'en connais déjà le déroulement et la fin, et pourtant...
Ce roman démarre doucement, puis la tension monte, et voilà, pari gagné, on veut savoir, on suit les pistes, on tremble, on sourit à l'intelligence de l'inspecteur, on croit détenir les clés, mais bien sur, le coupable est... et puis, non, Bosch nous réserve bien des surprises...
Encore un excellent polar de Connelly, mais, suis-je objectif ?
Enfin, moi, j'en veux encore.
Commenter  J’apprécie          293
Sharon
  14 mai 2021
Il est des gens qui sont peu soigneux. Si, si, je vous assure. Laisser un cadavre dans le coffre d'une rolls, tout près d'un lieu où se déroule un concert classique, c'est vraiment du grand n'importe quoi. Heureusement, un policier passait par là, a eu des doutes, et a ouvert le coffre. Il a un peu salopé la scène de crime, ce que ne manquera pas de lui dire le chef des enquêteurs dépêché sur les lieux, un certain Harry Bosch. Entre deux réorganisations de la police, le voici à la tête d'un groupe comportant deux autres enquêteurs, parce qu'il est le plus gradé. Il s'entend bien avec eux, il apprécie sa nouvelle chef, bref, tout pourrait aller pour le mieux, si cette enquête ne l'emmenait sur des chemins de traverse.
En effet, la victime semble liée à la mafia locale. le groupe d'enquêteurs qui s'occupe de ce genre d'affaires la refuse pourtant, arguant l'absence de lien entre le producteur pas très doué et la mafia. Cela ne les empêche bizarrement pas de se renseigner sur le développement de l'enquête, cherchant des informations par-ci, par-là. Vous avez dit bizarre ? Vous avez parfaitement raison.
Harry et les siens enquêtent. Ils constatent que la veuve est indifférente au sort de son mari, qui était passé à autre chose depuis des années. On s'habitue à vivre dans le luxe, dans une résidence qui n'est pas une prison dorée, plutôt une solitude dorée et sécurisée. Ils cherchent dans le passé proche de la victime, ils s'appuient aussi sur le rapport d'autopsie, sur les résultats d'analyse, qui prennent du temps. Oui, vingt-sept meurtres ont eu lieu le même week-end à L.A. donc si tu veux ton rapport d'autopsie et des analyses, tu fais comme tout le monde, tu attends ton tour ! Les services sont débordés et font de leur mieux.
En revanche, il est des personnes qui ont tout sauf envie que les choses avancent. Et si j'ai parlé de l'OCID plus haut, il est d'autres services qui n'ont pas envie de dire tout ce qu'ils font. La communication ? Ce n'est pas forcément ce qui domine entre les services. Puis, Harry va voir quelqu'un issu de son passé ressurgir devant lui. Cela entravera-t-il l'enquête ? Peut-être.
Sérieux, solide, bien construit, Un cadavre dans la rolls est un modèle dans la manière dont les interrogatoires sont menés – interroger ne veut pas dire torturer, ou jouer avec les droits des personnes interrogées. La ligne est fine, parfois, et Harry Bosch ne la franchit pas. Oui, lire des policiers classiques, des policiers qui pourraient aussi ne pas s'en sortir indemnes, cela fait du bien aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
afriqueah
  09 août 2020
Un policier raciste dès les premières pages, peu de temps après la bastonnade filmée de Rodney King, et les émeutes qui en ont découlé (l'histoire se répète) . Michael Connelly dans le cadavre dans la Rolls dénonce les violences policières et les valises que trimballe le LAPD, la police de Los Angeles. Pour sortir de l'impasse, la police des polices redouble de vigilance ,et Harry Bosch fait les frais de ces précautions parfois inutiles.
Il s agit du meurtre d un homme très riche à la tête d'une entreprise de blanchisserie, (appelons le blanchiment )retrouvé mort dans le coffre de sa Rolls. Il a donc connu “ la petite musique du coffre » expression de la mafia.
Harry est un rebelle, et on le retrouve dans ses meilleurs moments : rusé, à la recherche de la vérité, mais n'en confiant qu'une partie à ses supérieurs, prenant des risques, refusant d obéir , continuant une enquête de laquelle il a été déchargé, se basant sur les détails, travaillant sans dormir, et...... amoureux.
Un des meilleurs Connelly, avec les évocations du tremblement de terre de 1994, les précautions de ses chefs pour éviter les bavures, ce qui n'empêche pas leurs concussions, le recrutement de noirs dans la police, ce qui n'empêche pas les quolibets racistes, l'évocation de Los Angeles, le mauvais procès fait à O. J. Simpson, le fait que les hôpitaux psychiatriques ont dû , faute de place, relâcher leurs patients dans la nature, le viol, (cf citations) et le souvenir de Harry dans les tunnels du Vietnam.
Mauvaise piste, rebondissements, réflexions intéressantes, et rébellion permanente de notre héros.
(Rien à voir avec Mariachi Plazza, dont je me demande même s'il a été écrit par Connelly. )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174
paroles
  16 août 2018
Le cadavre d'un producteur de cinéma a été retrouvé dans une Rolls dans Mulholland Drive. Tout porte à croire qu'il s'agit d'un règlement de compte entre mafiosi. Mais quand l'inspecteur Harry Bosch demande l'aide de la police antimafia, celle-ci juge que cette affaire n'est pas pour elle.
Pourquoi alors pose-t-elle des questions sur ce crime ? Intrigué Harry ne va pas s'en laisser compter. Autre surprise pour l'inspecteur, la veuve ne semble pas bouleversée par la mort de son mari...
Une enquête qui fait voyager le lecteur de Los Angeles à Las Vegas, deux villes aux trafics sulfureux. Des personnages bien campés. Un inspecteur quelquefois border-line mais très proche de ses équipiers, avec une devise : trouver la vérité coûte que coûte. Une belle connaissance des différentes polices. Bref, une bonne construction de roman.

C'est mon premier Connelly et je goûte mon plaisir. D'autant plus que je me suis fait balader pendant presque 400 pages, grâce aux multiples rebondissements et fausses pistes, pour ne découvrir le fin mot de l'histoire que dans les dix dernières pages. C'est fort ! Et comme Harry est un personnage récurrent de l'auteur, je me ferai un plaisir de le retrouver un de ces jours.
Lien : http://mes-petites-boites.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
joedijoedi   13 janvier 2011
La dernière phrase, il se l'adressa à lui-même, car Bosch était déjà parti.
Ce dernier refit le même chemin en sens inverse et prit l'ascenseur pour sortir fumer une cigarette. Il dut marcher jusqu'au trottoir avant de l'allumer, car le règlement de la police interdisait maintenant de rester devant les portes de Parker Center pour fumer. Tellement de flics étaient accros à la cigarette qu'il y avait souvent une foule massée près du bâtiment, et un nuage de fumée bleue commençait à flotter en permanence au-dessus de l'entrée principale. Le chef de la police, qui trouvait cela disgracieux, avait institué qu'il serait désormais obligatoire, lorsqu'on sortait pour fumer, de quitter totalement l'enceinte du centre. Depuis, le trottoir de Los Angeles Street semblait servir de théâtre à une manifestation permanente de flics, dont certains en uniforme, qui faisaient les cent pas devant le bâtiment. Il ne manquait que les pancartes. On disait que le chef de la police avait consulté l'avocat de la municipalité pour savoir s'il pouvait interdire de fumer sur le trottoir également, mais on lui avait répondu que le trottoir échappait malheureusement à son contrôle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
emi13emi13   06 octobre 2017
Le corps n'avait pas bougé pendant le transport. Mais sous le regard impitoyable du laser , la victime prenait l'apparence d'un spectre , son visage étant celui d'un squelette , comme les monstres fluorescents dans les trains fantômes. Le sang paraissait plus sombre et les éclats d'os à l'intérieur de la plaie déchiquetée d'autant plus brillants.
P 37
Commenter  J’apprécie          170
KassuathethKassuatheth   06 août 2019
Un jour, j’ai entendu l’histoire d’un sculpteur à qui on demandait comment il faisait pour transformer un bloc de granit en une magnifique statue de femme. Le sculpteur a répondu qu’il ôtait tous les petits morceaux qui n’étaient pas la femme.

Si uelqu'un connaît la vraie citation, je suis intéressé.
Commenter  J’apprécie          140
Tostaky61Tostaky61   28 octobre 2014
Dans une affaire comme celle-ci, la réponse est toujours dans les détails. Tu verras, quand nous aurons résolu le mystère, la réponse se trouve déjà dans les dossiers, dans les rapports. C'est toujours comme ça.
Commenter  J’apprécie          140
joedijoedi   13 janvier 2011
Bosch regarda le faisceau du laser transpercer l'obscurité et bombarder l'arrière du coffre de sa lumière fulgurante. A travers les lunettes teintées, la couleur orange disparaissait, remplacée par un blanc intense, éclatant. Bosch se trouvait à environ trois mètres de la Rolls, et pourtant, il voyait rougeoyer des motifs sur le coffre et le pare-chocs. Cela lui rappela les émissions de télé du National Geographic, dans lesquelles une caméra submersible explore les profondeurs obscures des océans, projecteur braqué sur des épaves de bateaux ou d'avions engloutis. Il y avait là quelque chose d'irréel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Michael Connelly (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Connelly
Extrait du livre audio "Le Poète" de Michael Connelly lu par Benjamin Jungers. Parution CD et numérique le 17 mars 2021.
https://www.audiolib.fr/livre-audio/le-poete-9791035402976
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Michael CONNELLY : les titres avec Harry Bosch

Quand Harry se souvient des tunnels du Vietnam...

LE DEGOUT DE L'OEUF EN GELEE
LES EGOUTS DE SAÏGON
LES EGOUTS DE LOS ANGELES
LOS ANGELES ECHO

11 questions
272 lecteurs ont répondu
Thème : Michael ConnellyCréer un quiz sur ce livre

.. ..