AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Jack McEvoy tome 1 sur 3

Jean Esch (Traducteur)
EAN : 9782020345675
541 pages
Seuil (09/06/2004)
  Existe en édition audio
4.15/5   4135 notes
Résumé :
Le policier Sean McEvoy est retrouvé mort dans sa voiture. Chargé d'une affaire de meurtre abominable, son enquête n'avançait pas. Lorsqu'il apprend le suicide de son frère, Jack, son jumeau, journaliste de faits divers, refuse d'y croire. En cherchant à comprendre, il découvre d'autres cas de policiers apparemment poussés au suicide par des meurtres non résolus. Tous ont été retrouvés avec, à leur côté, des lettres d'adieu composées d'extraits de poèmes d'Edgar Poe... >Voir plus
Que lire après Le poèteVoir plus
L'Étrangleur d'Édimbourg par Rankin

Inspecteur Rebus

Ian Rankin

3.75★ (7882)

24 tomes

Le dernier soupir par McDermid

Kate Brannigan

Val McDermid

4.00★ (263)

6 tomes

Les péchés des pères par Block

Matt Scudder

Lawrence Block

3.82★ (2112)

18 tomes

Critiques, Analyses et Avis (343) Voir plus Ajouter une critique
4,15

sur 4135 notes
Promis, juré, craché (oups, l'écran), je ne l'ai pas fait exprès et c'est une pure coïncidence si après une nouvelle concernant un journaliste, j'ai enquillé sur un autre journaliste.

Je plaide non coupable.
D'autant que ce journaliste-là, Jack pour les intimes ainsi que pour les autres, ne se contente pas d'écrire des nécrologies dans un webzine.

***

Un inspecteur de la criminelle s'est suicidé avec son arme de service. Il a été retrouvé dans sa voiture, près d'un lac.
Il s'appelait Sean et c'était le frère jumeau de Jack.

Sa dernière enquête en date aboutissait à une impasse et pesait lourdement sur le moral de l'inspecteur chargé de l'affaire.

Mais Jack a voulu savoir, alors il s'est démené pour avoir les détails des événements qui ont conduit son frère au suicide.
En tant que journaliste d'investigation spécialisé dans les meurtres, il connaît du monde et si la police se montre très réticente à lui fournir des informations, il n'a de cesse d'obtenir des réponses.

Tout aussi étrange, le message laissé par Sean sur le pare-brise de son véhicule.

*******

Avec Michael Connelly, il n'y a pas de mauvaise pioche, et le poète, je voulais déjà le lire avant de connaître l'auteur.
C'est même le seul que j'aie en broché chez moi.

J'ai mis un bon moment à le lire parce que les détails fourmillent et je ne voulais rien rater.

Bien entendu, les forces d'intervention se multipliant au fil des découvertes, les personnages se multiplient, mais je n'ai pas été perdue du tout.
L'auteur leur a donné une personnalité attachante, ou pas, mais on plonge bien dans leur univers.

De l'action, des rebondissements à foison, on n'a pas le temps de s'ennuyer.

Je n'irais pas jusqu'à dire que tout est super cohérent et limpide, mais au moins c'est très prenant.

Autre avantage, si vous voulez découvrir l'auteur, ce livre est parfait.
Le premier d'une trilogie sur Jack, mais qui peut être considéré comme un stand alone.

Bonne lecture et à très vite.
.
.
Commenter  J’apprécie          11763
Son frère jumeau retrouvé mort dans sa voiture, Jack ne croit pas une seconde à la thèse du suicide. Journaliste méticuleux, il est bien décidé à prouver le contraire à ces têtus du FBI. Moi qui croyait que sans Bosch ou Mc Caleb, ce poète serait tout au plus un polar convenable, j'en suis pour mes frais. Car Connelly nous concocte un bouquin diablement malin, avec une intrigue solide qui vous tiens en haleine (de vers, poésie oblige) jusqu'au final haletant. Rebondissement, mensonges, secrets sordides, le natif de L.A. nous dose ça savamment et nous offre un cocktail sacrément explosif. Rien de tel pour passer un très bon moment que de retourner de tant à autre vers les maitres du genre. Connelly en fait indiscutablement parti.
Commenter  J’apprécie          1092
Il semble que je sois entré dans une période polars/thrillers, en tout cas je me rends compte qu'ils sont très présents dans mes lectures depuis six mois.
Conséquence logique, je découvre des auteurs et je déniche pas mal de titres dont certains "cultes", c'est a priori le cas du "Poète" que j'ai été ravi de lire.
Pour commencer j'ai adoré le style de Michael Connelly, sa belle écriture et un rythme parfaitement dosé, parfaitement adapté à cette histoire au contexte travaillé.
Côté intrigue, l'auteur va nous régaler, difficile de faire plus complexe que cette histoire à tiroirs qui ne laisse rien au hasard. Pourtant ce qui m'a le plus impressionné ici c'est le contexte, à savoir cette incursion dans le monde de la police américaine et du FBI, mais aussi cette découverte du journalisme à sensation made in USA.
L'action est commentée à la première personne par Jack McEvoy, journaliste de métier et particulièrement impliqué puisqu'il enquête sur la mort de son frère, et le roman selon moi doit beaucoup à la psychologie et aux états d'âme de Jack, un personnage particulièrement travaillé avec ses qualités et défauts.
J'ai été impressionné, cette intrigue c'est du lourd, du très lourd même, l'auteur a été journaliste et il va ici nous donner quelques ficelles sur ce métier ainsi que sur la mentalité de la corporation, intéressant et instructif.
Intéressant également le fait d'évoluer au coeur du dispositif du FBI, oui vraiment le contexte est captivant. Pour tout dire j'ai tellement apprécié que j'avais du mal à lâcher ce petit pavé et son intrigue tordue et pourtant, pourtant...
Le mieux est l'ennemi du bien, je pense que pour être totalement fan, il faudra passer sur certaines invraisemblances, mon sentiment est que l'auteur en a fait un peu trop, trop de rebondissements, trop de situations peu crédibles et trop de fausses pistes aussi, jusqu'à cette fin un peu... too much.
Cela dit l'ensemble est très bon et je comprends sans peine le succès rencontré et la récompense obtenue par ce titre, je reste cependant persuadé que quelques scènes étaient de trop.
C'est pour ce qui me concerne un paradoxe, celui d'avoir aimé un livre avec des défauts que je ne pardonne pas d'habitude, j'ai vu le verre à moitié plein car j'ai vraiment pris du plaisir à cette lecture.
Quand Sean McEvoy est retrouvé mort dans sa voiture, Jack, son frère jumeau, journaliste de faits divers, refuse de croire à la thèse du suicide. Il commence à enquêter et ne va pas tarder à trouver quelques indices troublants...
Commenter  J’apprécie          9033
Ayant décidé de lire les romans de Michael Connelly par ordre chronologique de parution, il me faut bien de temps en temps faire des infidélités à Harry Bosch, comme c'est le cas avec "Le poète", dans lequel nous rencontrons Jack McEvoy pour la première fois.

Jack est journaliste, spécialiste des affaires criminelles. Quand il y a meurtre dans le coin, l'article est pour sa poire, il est donc plus ou moins "habitué" à côtoyer la mort de près. Mais quand il s'agit de celle de son frère jumeau, flic à la Criminelle, ce n'est clairement pas la même chose... D'autant qu'il y croyait à la thèse du suicide au départ. Mais c'est en faisant des recherches sur les suicides des flics justement, dans le but d'en publier un article, qu'il a compris que son frère avait été assassiné...

De là démarre son enquête, en solo pour commencer, puis en tant que collaborateur du FBI ensuite. Tout commence à Denver dans le Colorado pour mieux se terminer à Los Angeles, là où l'auteur a déjà bien pris ses marques. Mais le voyage ne se fera pas en un jour, certaines étapes sont nécessaires : Chicago, Quantico et Phoenix notamment. On suit à la trace un serial killer, dont le profil est difficile à établir. Tantôt pédophile et tueur d'enfants, tantôt tueur de flics, tantôt poète féru des écrits d'Edgar Allan Poe, les Grands du FBI ont un peu de mal avec la (psycho)pathalogie de ce monstre.

Ainsi, nous suivons étape par étape cette enquête qui nous fait voir du pays, avec en prime quelques chapitres se déroulant du point de vue du tueur. L'auteur, comme à son habitude, s'attarde à tout installer, nous laissant le temps de bien faire connaissance avec son nouveau personnage principal. Je dois reconnaître que j'y ai ressenti quelques longueurs, mais tout finit par s'accélérer, au point d'avoir lu les deux derniers tiers presque d'une traite. Ça commence à devenir de plus en plus intéressant et happant dès lors que le FBI s'en mêle. L'intrigue, que j'ai crue la plupart du temps évidente quant au dénouement qui se profilait petit à petit, est en fait bien plus retorse qu'elle n'y paraît. Les 100 dernières pages regorgent de rebondissements et d'étonnantes révélations. Encore une fois, j'ai été tenue en haleine et je n'ai rien vu venir.

Et si j'ai trouvé le personnage de Jack quelque peu fadasse au départ, j'ai fini par l'apprécier de plus en plus. Jack McEvoy n'est pas une pâle copie de Harry Bosch et de son caractère impétueux. Peut-être m'y attendais-je un peu, ce qui pourrait expliquer pourquoi justement je trouvais Jack un peu fade, mais ça n'a pas duré. Bien plus posé, se contrôlant davantage, sachant s'écraser quand il le faut, Jack n'en est pas moins un personnage que l'on finit par aimer côtoyer, d'autant qu'il trimballe quelques casseroles derrière lui également.

L'intrigue en elle-même nous amène à fréquenter de près des thèmes qui reviennent souvent quand il s'agit de tueurs en série : le profilage, l'étude comportementale, l'élément déclencheur, et ici saucés de journalisme, de petites guéguerres entre flics et agents du FBI (et entre agents également), de réseaux de pédophiles et de suicides de flics. On est dans un thriller noir, cela ne fait aucun doute, mais tout de même très soft. Tout y est bien dépeint et décrit sans que les horreurs ne soient jamais détaillées (notre imagination fait très bien le boulot, pas besoin de plus).

"Le poète" est un roman tel que Michael Connelly m'a habituée : une intrigue qui démarre lentement (un peu trop peut-être), aux nombreux éléments, bien ficelée, au dénouement inattentu, et avec des personnages fouillés qu'on aime à suivre, qu'on les apprécie ou pas du tout. le tout toujours aussi bien écrit et décrit.

Pas déçue pour un sou, c'est à chaque fois pareil quand je termine l'un des romans de Michael Connelly : j'ai envie d'en commencer un autre sur le champ !
Commenter  J’apprécie          8622
Journaliste de son état et convaincu que son frère jumeau ne s'est pas suicidé comme l'affirme la police, Jack émet des hypothèses rejetées par la police et par son entourage. Doté d'un esprit de déduction peu commun, il parvient à faire reconsidérer le dossier concernant la mort de Sean. Démarre alors une enquête intéressante avec des liens qui se font plus que progressivement. le roman est entrecoupé d'épisodes montrant un personnage inquiétant : Gladden dont je ne vous parlerai pas plus.
Puis le FBI s'en mêle avec tous ses hommes, ses moyens, son matos, et là ! ça commence vraiment ! Action avec tout ce que j'aime : investigation, spécialistes… Notre journaliste vient se poser en témoin oculaire des actions et de l'état d'esprit de « the » police américaine, car faut pas croire, « ya aussi du rififi dans le FBI » !
J'ai beaucoup aimé ce roman, (j'avais honte de ne pas avoir encore lu ce classique, moi qui adore les thrillers ! ) même si j'ai trouvé la première partie longue (quoique nécessaire), la deuxième partie est pleine de rebondissements (jusqu'à la fin !!!) l'histoire est bien écrite, le récit bien mené, le héros est sincère et nous livre de profondes pensées. Un bon thriller que j'ai, comme les autres, terminé à 3 heures du mat (meilleur moment pour apprécier les thrillers).

Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
Commenter  J’apprécie          937

Citations et extraits (179) Voir plus Ajouter une citation
La mort, c'est mon truc. C'est grâce à elle que je gagne ma vie
Commenter  J’apprécie          00
Il attendit que nous soyons installés dans la voiture pour ouvrir la boîte. Il souleva le couvercle et je découvris tous les objets déjà mentionnés, enveloppés dans des sachets en plastique, ainsi qu'une enveloppe scellée portant la mention : CONFIDENTIEL : RÉSERVÉ AU FBI. Thorson l'ouvrit en la déchirant et en sortit une photo. Un Polaroïd, sans doute pris avec un appareil servant à photographier les détenus. On y voyait le postérieur d'un homme en gros plan, et deux mains écartant les fesses pour offrir une vision bien nette de l'anus. Après l'avoir observée un instant, Thorson la jeta par-dessus son épaule sur la banquette arrière.

— Bizarre, dit-il. Je me demande pourquoi Sweetzer a ajouté une photo de sa mère ?

Je laissai échapper un petit rire et dis :

— C'est assurément le plus bel exemple de coopération policière que j'aie jamais vu.
Commenter  J’apprécie          382
- Quant aux violeurs, reprit-elle, leur pathologie ressemble énormément à celle des meurtriers. De très chics types, croyez-moi. Je sentais qu’ils me jaugeaient dès que j’entrais dans la pièce. Je savais qu’ils essayaient de calculer le temps dont ils disposaient avant que le gardien intervienne. Est-ce qu’ils pourraient m’avoir avant l’arrivée des renforts. Très révélateur de leur pathologie. Ils ne pensaient qu’en termes d’aide extérieure. Ils n’envisageaient pas que je puisse me défendre seule. Sauver ma peau. Pour eux, toutes les femmes étaient uniquement des victimes. Des proies.
Commenter  J’apprécie          341
Une chance que personne ne puisse connaitre nos pensées les plus secretes . Nous apparaitrions tels que nous sommes , à savoir des imbeciles manipulateurs et pretentieux .
Commenter  J’apprécie          781
La mort, c'est mon truc. C'est grâce à elle que je gagne ma vie. Que je bâtis ma réputation professionnelle. Je la traite avec la passion et la précision d'un entrepreneur de pompes funèbres, grave et compatissant quand je suis en présence des personnes en deuil, artisan habile quand je suis seul avec elle. J'ai toujours pensé que pour s'occuper de la mort, le secret était de la tenir à distance. C'est la règle. Ne jamais la laisser vous souffler dans la figure.
Commenter  J’apprécie          170

Videos de Michael Connelly (57) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Connelly
Extrait du livre audio « Les Neuf Dragons » de Michael Connelly, traduit par Robert Pépin, lu par Jacques Chaussepied. Parution numérique le 27 mars 2024.
https://www.audiolib.fr/livre/les-neuf-dragons-9791035413835/
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (14704) Voir plus



Quiz Voir plus

Michael CONNELLY : les titres avec Harry Bosch

Quand Harry se souvient des tunnels du Vietnam...

LE DEGOUT DE L'OEUF EN GELEE
LES EGOUTS DE SAÏGON
LES EGOUTS DE LOS ANGELES
LOS ANGELES ECHO

11 questions
318 lecteurs ont répondu
Thème : Michael ConnellyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..