AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Robert Pépin (Traducteur)
ISBN : 202068540X
Éditeur : Seuil (01/10/2004)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.61/5 (sur 394 notes)
Résumé :
L'ex des Homicides Harry Bosch n'a plus le badge qui lui ouvrait toutes les portes et le couvrait en cas d'ennui. Mais rien à faire : il élucidera le meurtre d'Angella Benton, jeune assistante de production retrouvée morte quelques jours avant un des plus gros hold-up de Hollywood. Sauf que, dès le départ, « on » lui ordonne de renoncer.
Obstiné, Bosch va voir un des deux policiers ayant enquêté sur le braquage. Celui-ci lui révèle qu'un agent du FBI, une fe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
Hugo
  01 juillet 2016
Entre mes deux chats qui se foutent sur la gueule pour la rigolade, rebondissant sur mes murs, dérapant sur mon parquet, il est entre 1H et 4H du mat à vue de tête dans le cul, ma gosse chouine sa toux qui la fait vomir un tas de trucs :
« Ayé qu'elle me dit, ayé papa… »
Moi je la tiens au dessus de la baignoire ma petite nénette, elle a de la fièvre c'est le bordel, le temps de tout bien nettoyer comme il faut et chacun dans son lit à mater son sommeil…Il y a des nuits comme ça, un peu à la con, ou tu vas te lever plusieurs fois pour caresser la détresse de ta môme qui pleure ton nom, c'est mignon, mais un peu casse couille déjà au bout de la troisième fois, alors le matin quand il faut te faire violence pour foutre un pied devant l'autre, t'as pas le sourire facile, et tes putains de chats qui miaulent leur envie de miauler, se frottant de tout leur poils sur ta jambe nue, ronronnant d'un plaisir que tu ne partages pas vraiment…
Du coup t'es mal foutu pour la journée, ton chocolat manque de caféine, tes yeux piquent, gonflés tout ce qu'ils sont à la fatigue d'un vendredi décoré à la grisaille ce cet hiver un peu long, t'as pas envie d'en jouer un air de la journée, mais t'as du taf, tu le sais c'est le bordel, mais t'as pas envie quand même, alors tu végètes en quête d'une motivation restée coucher...
Mais ce soir c'est le week end, cool, je vais pouvoir ne pas me reposer, trop de trucs à ne pas faire comme la grasse matinée jusqu'à 7H00, et puis les corvées qui saoulent, comme les courses, mon rôle : pousser le caddie dans les allées, il y a toujours plein de monde, des gens que tu n'as plus envie de voir, tu baisses la tête pour éviter de croiser les regards et tu avances genre de rien vers une allée plus peinard…
Le week end c'est aussi l'occasion de faire plein de trucs plutôt cool, mais pas en ce moment, en ce moment c'est chasteté imposée, chacun de son côté, pas de touche minou, ton zizi tu le laisse bien planqué dans ta frustration, il te reste le resto, les sorties, mais t'as pas le déclic pour relancer la machine, tu deviens terne, t'as perdu ta soif d'envie, faut trouver la parade à ennui, mais t'es en manque d'inspiration pour retrouver le bonheur…
Pfff, c'est le gars qui se mord la queue, qui tourne en rond, qui cherche mais ne trouve pas, c'est long à retrouver la sérénité…
Enfin bref tout ça pour parler, écrire, se branler le cerveau pour éviter l'apathie qui se profile en ces jours de disette de bonheur, la fatigue te pèse sur la tronche et le moral qui se berne de répétition en répétition, allez quoi, bouge toi un peu, remue toi, fais des trucs, occupe toi, lis un bouquin, nique du terroriste sur call of duty, fais la cuisine, un bon petit plat d'enculé, genre des bonnes pâtes à la carbonara, pâtes fraiche, lardons fumés, un gros pot de crème fraiche et c'est du délice assuré…
Il me faudrait un truc pour m'occuper l'esprit, bon déjà si je niquais un peu plus, je pense que je serais moins défaitiste, bah oui mesdames : un homme en manque de minou est un homme qui boude, qui fronce des sourcils, qui picole…
Je crois que je vais organiser un petit truc entre nous, rien de sexuel je vous rassure, enfin on verra, une petite rencontre en privé, genre petit resto, bar à vins et charcuterie, une connerie dans le genre, c'est en train de germer, je réfléchis, l'année dernière, il y avait que des meufs, et moi je veux qu'il y ait des mecs, pour équilibrer les échanges, je verrai ça…

Bon il est 9h25 et je n'ai encore rien branlé, d'ailleurs je vais continuer jusqu'à 10 heures, j'aime bien les chiffres ronds, et puis c'est l'heure de « Bonjour madame », attention « bonjour Salope » est beaucoup moins classe, ya « bonjour monsieur aussi » pour les plus curieuses voir les plus curieux, « Bonjour Poney », chats et tout un tas d'autres truc chelous…
franchement qu'est ce que j'en ai à foutre d'un poney à 10h00 du mat alors qu'une nana un peu nue avec la bonne lumière, ça le fait grave…
Bref je suis une lumière morte
Bon voilà a plus les copains
Ps : Bon petit polar mais sans plus, ce n'est pas le meilleur de l'auteur…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4717
Kassuatheth
  31 juillet 2014
Le 11 septembre 2001 à changé l'Amérique.

Comme plusieurs auteurs, Michael Connelly utilise l'actualité dans son roman mais uniquement comme toile de fond.

Par contre, ce n'est pas un roman pamphlétaire. Même si les abus de pouvoir de la part de FBI occupe une bonne partie du roman, ils ne prennent pas trop de place.

Harry Bosch a quitté la brigade, alors nous n'avons plus droit à ces mesquineries de la part de plusieurs membres de la brigade.

Nous avons plutôt droit à une enquête complexe et bien menée, à une discrète et belle histoire d'amour et beaucoup d'action. Et, comme pour plusieurs auteurs américains, un héros qui en fait un peu trop.

Du Harry Bosch à son meilleur.
Commenter  J’apprécie          482
dido600
  01 septembre 2014
Un vrai polar noir au vrai sens du terme. La curiosité de l'énigme nous tient en haleine le long du récit de l'histoire
Cette dernière tout d'abord est pleine de fausses pistes et de répercussions. Elle va emmener l'inspecteur en retraite Harry Bosch dans des zones d'obscurité, que Connelly décrit admirablement. Il restaure vraiment une ambiance olivâtre, cachée par les paillettes d'Hollywood.
Il dévoile également l'Amérique traumatisée de l'après 11 septembre, qui autorise ses agences d'investigations à être au-dessus des lois. Ce n'est plus la justice qui compte, mais la raison d'Etat.
Michael Connelly soigne aussi ses personnages, en créant des êtres pris entre leur devoir, leurs désarrois et leurs envies. Derrière les aspects se cachent des hommes et des femmes blessés par la vie, .
AU milieu de cet imbroglio L'inspecteur Harry Bosh cherche à rendre justice à une jeune femme que tout le monde à oublier, tout en cherchant les mots pour dire l'amour qu'il a encore pour son ex-épouse Eleonor .
Un polar a' ne pas oublier

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
filippo
  06 juin 2017
Harry Bosch, l'inspecteur fétiche de Michael Connelly a pris sa retraite. Mais pour un policier qui a consacré toute sa vie à résoudre des énigmes, quitte à sacrifier femme et enfants pour mener à bien sa carrière, il est inconcevable de s'adonner à la pêche.
Il prend sa licence de « privé » et se replonge dans une ancienne affaire non élucidée.
Au passage, il égratigne le FBI, encense les rapports de police, souvent extrêmement révélateurs pour qui veut bien prendre la peine de les examiner sous toutes leurs facettes, mais ne se pose aucune question sur son implication dans la guerre du Vietnam.
Le titre de son livre « Lumière morte » est d'ailleurs le nom donné aux lueurs que disaient voir les soldats américains dans les tunnels du Vietnam lorsqu'un combattant venait à y mourir.
C'est dans un tunnel que Harry Bosch après avoir intuitivement perçu la lumière morte, retrouvera l'agent du FBI assassiné lâchement par deux policiers enquêteurs.
Les quelques incohérences que j'ai relevées : des portes qui s'ouvrent trop facilement devant un ex-policier glanant des infos pour une enquête dont il n'est même pas en charge, une fin tirée par les cheveux qui n'a pas vraiment sa raison d'être, une forme trop olympique pour un policier à la retraite qui ressuscite aussi précipitamment que dans les dessins animés.
Cela dit il faut bien avouer que cette oeuvre est très agréable à lire, et que dans l'ensemble c'est plutôt réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
caryatide
  20 mars 2014
Harry Bosch ne peut oublier la victime d'un meurtre sur lequel il n'a travaillé que quelques jours et dont le coupable n'a jamais été retrouvé.
Ayant pris sa retraite, il décide de recommencer l'enquête.
Quand toutes les pistes, fausses pistes, sur-pistes, sous-pistes ont été suivies et mises à plat, que la mécanique est démontée , que Bosch a rempli la mission qu'il s'était fixée, il nous reste le plaisir d'avoir lu un excellent roman et surtout celui de nous être baladés dans Los Angeles et ses environs.
Quelqu'un devrait expliquer ça à l'auteur du Chuchoteur
Commenter  J’apprécie          173
Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
KassuathethKassuatheth   31 juillet 2014
J'ai toujours cru à la théorie de la balle unique. On peut certes tomber amoureux et faire l'amour bien des fois, mais la balle avec son nom gravé dessus, on n'en a qu'une. Et quand on a la chance de la recevoir, jamais la blessure ne se referme.
Page 124
Commenter  J’apprécie          360
KassuathethKassuatheth   28 juillet 2014
I see skies of blue
And clouds of white
The bright blessed day
The dark sacred night
And I think to myself
What a wonderful world
Louis Armstrong

Cité par l'auteur
Page193
Commenter  J’apprécie          397
la_fleur_des_motsla_fleur_des_mots   09 janvier 2013
La dernière chose à laquelle je m'attendais était bien de voir Alexander Taylor m'ouvrir lui-même sa porte. Cela faisait mentir tout ce que je savais d'Hollywood. Pour moi, on n'ouvre à personne quand on se fait un milliard de dollars au box-office. Taylor aurait dû avoir un type en uniforme posté devant chez lui vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Et c'est seulement après avoir sérieusement vérifié mon identité et l'heure de mon rendez-vous que ce type m'aurait autorisé à entrer. Pour me diriger aussitôt vers un majordome ou une femme de chambre qui m'aurait conduit jusqu'à son patron, nos chaussures faisant aussi peu de bruit sur le plancher que neige qui tombe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
dido600dido600   31 août 2014
— Je te l’ai dit, tu n’as plus ton insigne de flic. Si jamais un juge te demandait de révéler tes sources, tu serais obligé de lui obéir ou tu serais accusé d’outrage à magistrat. Ce qui pourrai t’expédier en prison. Et en prison, les anciens flics n’ont pas la vie belle.
Commenter  J’apprécie          100
KassuathethKassuatheth   24 juillet 2014
Les analyses balistiques et l'ADN permettent d'accuser quelqu'un sans que le doute soit permis...

Mais ce genre de preuve n'étaient jamais que la cerise sur le gâteau...

Mais de là à pouvoir retrouver ledit suspect avec...

Ils avaient la cerise mais pas le gâteau...
Page 66
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Michael Connelly (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Connelly
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
En attendant le jour de Michael Connelly aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/144463-nouveautes-polar-en-attendant-le-jour---renee-ballard---t1.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Michael CONNELLY : les titres avec Harry Bosch

Quand Harry se souvient des tunnels du Vietnam...

LE DEGOUT DE L'OEUF EN GELEE
LES EGOUTS DE SAÏGON
LES EGOUTS DE LOS ANGELES
LOS ANGELES ECHO

11 questions
234 lecteurs ont répondu
Thème : Michael ConnellyCréer un quiz sur ce livre
.. ..