AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Leslie Damant-Jeandel (Traducteur)
EAN : 978B0859K2TLW
299 pages
Milan (12/08/2020)
3.87/5   251 notes
Résumé :
Quand Clara, lectrice assidue, découvre que des romans, jugés inappropriés, ont été bannis de la bibliothèque de son lycée, elle décide d'entrer en résistance. Son plan ? Monter une bibliothèque clandestine dans son casier.
Que lire après Lire est dangereux (pour les préjugés)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (137) Voir plus Ajouter une critique
3,87

sur 251 notes
Je viens d'achever la lecture de ce roman et je dois avouer que, cette fois-ci, je n'ai pas frôlé le coup de coeur. J'ai été touchée. En plein coeur.
Quoi de plus merveilleux pour une amoureuse des livres que de lire un roman qui en parle, et qui en parle bien?
Nous suivons l'histoire de Clara, une lycéenne en dernière année. Passionnée de lecture, elle travaille bénévolement aux côtés du bibliothécaire de l'établissement, créé un blog et un atelier pour échanger autour des livres qui ont bouleversé sa vie, sa vision du monde.
Seulement, le lycée dans lequel elle poursuit ses études est un établissement privé et, de ce fait, le règlement est édicté par ceux qui y injectent de l'argent. Une cinquantaine de romans se trouvent censurés et elle n'entend pas en rester là.
Elle va donc ouvrir un bibliothèque clandestine dans son casier.
Dans ce roman, l'auteur nous présente des personnages attachants et surprenants qui rompent avec les préjugés.
Les pages se tournent l'une après l'autre. L'intrigue, bien ficelée, est prenante.

Dans ce texte, le personnage principal interroge les livres et questionne la vie à travers leurs prismes.
Je ne peux que vous conseiller de vous lancer à l'aveugle dans ce roman touchant et bouleversant qui ne manquera pas de vous renvoyer à vos propres questionnements.
L'amitié, l'amour, la différence, la tolérance, les classes sociales, la famille béquille et la famille enclume. Tous ces thèmes sont abordés avec délicatesse et explorés avec force.

Amoureux des livres, ce livre est pour nous.

Pour ma part, je le recommanderai à mes élèves, à la rentrée parce que le monde est dur, le monde est froid. Et quand plus personne ne nous écoute, on peut toujours murmurer entre les pages d'un roman et entendre l'écho lointain de tous les lecteurs, de l'auteur, du libraire, du bibliothécaire qui hurle en silence : Vous n'êtes pas seul.e.s.

Commenter  J’apprécie          294
Le résumé de Lire est dangereux ( pour les préjugés ) avait tout pour m'interpeller puisqu'en tant que professeur-documentaliste la question de l'(auto)-censure peut parfois se poser pour certains titres. Je suis plutôt partisane de ne priver mes élèves d'aucune lecture adaptée à leur âge et forcément j'aurai été comme Clara scandalisée de voir des livres aussi importants que l'Attrape-Coeur ou Ne Tirez pas sur l'oiseau moqueur bannis des bibliothèques scolaires. C'est donc pour cette raison que j'ai lu Lire est dangereux ( pour les préjugés ), afin de voir comment Clara allait s'opposer au dictat de son lycée et offrir à tous la possibilité de découvrir des romans incontournables.

En tant que grande lectrice, Lire est dangereux ( pour les préjugés ) avec son héroïne passionnée de littérature avait donc toutes les qualités requises pour que j'apprécie sa lecture. La jeune fille est au demeurant un personnage sympathique et drôle, qui se questionne beaucoup. Elle nous transmet son amour des livres au fil des pages de ce roman. Les personnes qui ne sont pas des fans de littérature accrocheront beaucoup moins à cette histoire qui parle essentiellement de livres, qu'on a aimés, qu'on a envie de lire, qu'on ne veut pas voir interdits, qu'on veut diffuser au plus grand nombre. C'est une ode à la lecture et au plaisir de lire. C'est aussi très enthousiasmant et ça donne une belle image de la jeunesse qui lit.
Lien : http://www.lirado.fr/lire-da..
Commenter  J’apprécie          161
Clara est en dernière année dans un lycée privé américain. Elle est aussi bénévole à la bibliothèque du lycée ; quoi de plus naturel pour cette amoureuse des livres. Certains livres qu'elle a lu ont eu un impact sur sa vie et elle aimerai que ce soit la même chose pour les autres. Alors quand elle lit par inadvertance (... enfin au début) le mail adressé au corps enseignant et au bibliothécaire comme quoi une cinquantaine de livres vont être censurés, elle est en colère. Elle va mener la résistance et mettre en place une biclan (traduction : une bibliothèque clandestine) dans les casiers du lycée à la barbe du principal et des profs. Et contre tout attente, cela fonctionne du feu de dieu. Même les sportifs et les fils à papa friqués viennent lui emprunter des livres. Cela prend des proportions qu'elle n'aurai osé imaginer.

Un livre rafraîchissant où des adolescents se soulèvent contre un règlement intérieur qui va en dépit du bon sens. Les préjugés sont aussi mise à mal, le mal être adolescent y est aussi très présent car être ne veut pas dire être heureux. Un roman rafraîchissant mais aussi un page turner addictif.
Commenter  J’apprécie          110
Un titre comme celui-ci ne pouvait qu'attirer mon attention. La question de la censure, du rôle qu'ont nos lectures dans nos prises de décisions et une bibliothèque clandestine m'ont confortée dans mon choix.

Étrangement, c'est le classement de ma propre bibliothèque qui est à l'origine de ma (relative) déception : j'ai trouvé ce livre au rayon adulte et je ne m'attendais pas lire du YA.
Rien contre le genre en tant que tel, évidemment, mais je ne m'attendais pas forcément à retrouver les clichés du roman-de-la-dernière-année-en-lycée-américain dans ce livre, or il y en a un certain nombre. L'auteur n'y est pour rien mais il m'a fallu un peu de temps pour modifier mon horizon d'attente.

Passé ce moment, j'ai pris fait et cause pour le combat de Clara qui voit ses livres préférés, et par extension sa vision du monde, censurés par l'administration de son lycée.
Je craignais un peu que l'héroïne devienne une passionaria victime des hautes instances. Mais (comme de juste) sa fronde et ses conséquences la poussent à remettre en cause ses propres préjugés. Heureusement, car c'est la partie la plus intéressante de ce roman, avec les nombreuses références littéraires (YA mais pas que) qui donnent envie de dévaliser la bibliothèque. Ce qui est toujours appréciable !

Peut-être un brin en deça de mes attentes - toujours élevées quand il s'agit d'un livre sur les livres - mais une lecture plaisante.
Commenter  J’apprécie          80
Clara Evans est une adolescente qui, comme vous et moi (enfin je suppose), vit livres, mange livres et respire livres. C'est une véritable mordue de lecture qui a ses propres rituels ainsi que sa liste d'oeuvres favorites qu'elle prend plaisir à ressortir dès que l'occasion se présente. Concrètement, son univers entier tourne autour des bouquins et certains ont même fait d'elle la personne qu'elle est aujourd'hui. D'ailleurs, elle est tellement passionnée qu'elle a décidé de créer une association — appelée « BookFan » — et de se proposer comme bénévole pour travailler dans la bibliothèque de Lupton Academy, sa prestigieuse école privée. Seulement, le jour de sa rentrée en dernière année, elle découvrira un peu par hasard (d'accord, « en fouillant » est un terme plus juste) que son proviseur, m. Milton Walsh, a dressé une liste de médias prohibés. Pour être plus claire, il a décidé d'enlever cinquante livres des rayonnages, comme ça, parce qu'il pense qu'ils vont à l'encontre des principes fondateurs de son établissement. de les censurer sans prévenir les élèves. de les réprouver. Pour la jeune fille, qui est une éternelle amoureuse des romans, cette situation est inacceptable. Elle essaiera donc de se faire entendre par l'administration, sans succès. Alors, elle mettra un plan en oeuvre. le but ? Monter, dans des casiers, une bibliothèque clandestine qui ne contient que des oeuvres interdites pour prouver que les livres ne sont pas négatifs et qu'ils peuvent apporter de belles choses.

En tant que fervente lectrice, je me devais de lire cette histoire. Impossible pour moi de passer à côté, il fallait absolument que j'en sache plus. Verdict ? J'ai passé un chouette moment en compagnie de Clara. Mieux encore, j'ai adoré l'idée développée par l'auteur. J'ai adoré les messages qu'il a voulu faire passer (les livres peuvent influencer tout le monde mais pas de la même manière, entre autres) ; j'ai adoré les personnages, qui n'étaient ni gentils ni méchants (en effet, nous sommes face à des gens normaux qui ressentent des choses, agissent de telle ou telle façon et gèrent les situations qui se présentent à eux comme ils le peuvent parce qu'ils ont tous des sentiments qui leur sont propres, une histoire, un vécu) ; j'ai adoré le principe (un livre sur les livres) ; et j'ai adoré les mille et une références glissées par-ci par-là (les citer me prendrait trop de temps tellement il y en a).

En ce qui concerne notre jeune héroïne, j'ai envie de dire qu'elle m'a fait craquer dès les premiers chapitres. Je me suis reconnue en elle, c'était vraiment drôle (comprendra qui pourra). le reste du temps c'était quelqu'un d'attachant et de fonceur qui croit en ses idées et veut les faire entendre. Pour elle, les livres ont un pouvoir et il ne faut pas les rejeter. Elle était amusante, pétillante, investie et j'ai pris plaisir à la voir évoluer et mûrir au fil de ses mésaventures. Il lui arrivait aussi de se remettre en question, de s'interroger et de prendre du recul. Suivre sa lutte intérieure et la voir douter, voilà des détails qui la rendaient encore plus crédible. Parlons maintenant des personnages qui l'ont plus ou moins accompagnée. LiQuiana Carson, Ashton Bricks, Jack Lodenhauer, m. Caywell, mme Croft, et tous les autres.. Ils étaient nombreux, pourtant, aucun ne m'a charmée ou même marquée. Je les ai trouvés fades, sans saveur, pas assez travaillés et mal exploités. Quel dommage !

Vous l'avez certainement déjà compris mais j'ai beaucoup aimé l'oeuvre de Dave Connis, qui parle de livres (non, vraiment ?) et plus précisément de censure. C'est une histoire qui mêle injustice, frustration et amitié. C'est un livre sur les livres, comme je l'ai déjà dit, sur le pouvoir qu'ils ont ou sur celui que l'on décide de leur donner. C'est un moment fort en émotions qui montre que, même si deux personnes lisent le même bouquin, elles pourront en tirer deux leçons différentes. C'est un ouvrage qui marque, qui mène à la réflexion, et que je recommande à tous les rats de bibliothèque. Merci aux éditions Page Turners pour l'envoi de ce livre et pour la confiance qui m'a été accordée. ♥
Lien : http://madameratou.com/lire-..
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (82) Voir plus Ajouter une citation
Les livres sont une lumière. Une lumière qui fait disparaître l’ignorance et la haine. Qui montre quelles voies nouvelles emprunter. Ou, parfois, qui illuminent la profondeur d’une cassure qu’on pourrait croire définitive. Les livres éclairent quelque chose de différent chez chacun d’entre nous. Ils changent des vies parce que ce sont des allumettes : ils mettent le feu pour nous montrer la grandeur du monde, la profondeur des autres, une voie qui nous avait échappé jusque-là. Ces feux peuvent s’embraser facilement. Ou péniblement. Ils peuvent nous rendre plus forts. Ils peuvent nous coûter, à nous et à notre entourage. Ils peuvent nous rendre plus courageux. Ils peuvent nous diviser. Ils peuvent nous rapprocher. Ils peuvent nous offenser. Ils peuvent nous rendre heureux. Ils peuvent nous faire souffrir. Ils peuvent nous rendre trop sûrs de nous. Ils peuvent nous décontenancer. Ils peuvent nous donner l’impression qu’on en sait plus que ce qu’on sait. Mais ils nous rendent libres. Et je brûle d’envie que le monde continue à tourner dans leur lumière. Je me battrai toujours pour que les gens aient le choix de s’éclairer avec cette lumière.
Commenter  J’apprécie          150
-Ashton, les autres et moi, on a failli le [Jack] laisser tomber. Mais on ne l’a pas fait. Tu veux savoir pourquoi ? À cause de Vous parler de ça. Ce roman ne porte pas sur l’homosexualité, mais ça parle aussi de quelqu’un qui souffre tellement que chaque seconde de sa vie en est affectée. C’était exactement l’histoire qu’il nous fallait pour ne pas renoncer. Et si tu n’avais pas lancé ta bibliothèque ? Et si on n’avait pas eu accès à ce livre à ce moment-là, pile quand il le fallait ? On l’aurait laisser tomber. Peut-être que Jack n’aurait eu personne à qui envoyer son texto jeudi soir. Le proviseur peut censurer tous les livres qu’il veut, sous les prétextes qu’il veut, les ouvrages de la biclan [bibliothèque clandestine] ont modifié l’espace-temps. Nous avons la preuve irréfutable que les livres que tu as prêtés ont eu un effet sur ce qui nous entoure.

Elle m’observe. Je lis dans ses yeux qu’elle me supplie de la croire.

- Mais je n’ai pas lancé la biclan pour les bonnes raisons, je proteste. Je n’étais pas en mode défenseuse de la littérature qui voulait que ses pairs aient accès aux livres, comme quand j’ai créé BookFan. J’ai lancé la biclan parce que j’étais furieuse. Je voulais avoir raison. Je voulais gagner. J’ai utilisé les livres comme une arme.

- Ok, rétorque Resi, c’est pas génial, mais on s’en fiche. Ne le prends pas mal, mais ton rôle n’est pas aussi important que tu ne le crois. Ce n’est pas toi qui es responsable du changement. Ce sont les livres. Ils n’ont pas besoin que tu sois parfaite ou que tu portes une auréole. Ils ont besoin que tu les fasses circuler. Et ça fait des années que tu y contribues, pas seulement avec la biclan. Pense à tes toutes petites boîtes à livres. Si cette minuscule bibliothèque dans ton casier a eu autant d’effet sur une période si courte, pense à celui des TPBL ! Les livres ont un côté indomptable. On ne peut pas les apprivoiser. Les gens aussi ont un côté rebelle. On ne peut pas non plus les contraindre. Les deux combinés, personne ne sait ce qui se produira. En tout cas, ce n’est pas de ta responsabilité. Quant à la question de savoir si c’est approprié ou non pour les élèves, laisse donc ce débat aux parents.
Commenter  J’apprécie          20
Ils peuvent nous rendre plus forts.
Ils peuvent nous coûter, à nous et à notre entourage.
Ils peuvent nous rendre plus courageux.
Ils peuvent nous diviser.
Ils peuvent nous rapprocher.
Ils peuvent nous offenser.
Ils peuvent nous rendre heureux.
Ils peuvent nous faire souffrir.
Ils peuvent nous nous rendre trop sûr de nous.
Ils peuvent nous décontenancer.
Ils peuvent nous donner l'impression l'impression qu'on en sait plus que ce qu'on sait.
Mais ils nous rendent libres.
Commenter  J’apprécie          100
Le problème, c'est qu'on se jette à corps perdu dans les livres. Avec toute notre noirceur. Notre lumière. Notre passion. Notre souffrance. Nous lisons avec tout ce qui nous façonne et toutes ces couches qui font notre personnalité agissent comme un filtre. Nous lisons avec tout ce que nos yeux ont vu, tout ce que notre cœur a vécu depuis notre naissance. L'humanité est d'une telle complexité que nous ne pouvons être jugés responsables de la mauvaise interprétation d'un livre. Et ce n'est pas à cause d'un livre que les gens se tuent, aiment ou haïssent. Ou qu'ils décident d'être présidents. Ce que nous faisons avant et après un livre relève d'un choix personnel. Et ce choix, c'est la liberté.
Commenter  J’apprécie          50
Les livres sont une lumière. Une lumière qui fait disparaître l'ignorance et la haine. Qui montre quelles voies nouvelles emprunter. Ou, parfois, qui illuminent la profondeur d'une cassure qu'on pourrait croire définitive. Les livres éclairent quelque chose de différent chez chacun d'entre nous. Ils changent des vies parce que ce sont des allumettes : ils mettent le feu pour nous montrer la grandeur du monde, la profondeur des autres, une voie qui nous avait échappé jusque-là.
Ces feux peuvent s'embraser facilement.
Ou péniblement.
Ils peuvent nous rendre plus forts.
Ils peuvent nous coûter, à nous et à notre entourage.
Ils peuvent nous rendre plus courageux.
Ils peuvent nous diviser.
Ils peuvent nous rapprocher.
Ils peuvent nous offenser.
Ils peuvent nous rendre heureux.
Ils peuvent nous faire souffrir.
Ils peuvent nous rendre trop sûrs de nous.
Ils peuvent nous décontenancer.
Ils peuvent nous donner l'impression qu'on en sait plus que ce qu'on sait.
Mais ils nous rendent libres.
Et je brûle d'envie que le monde continue à tourner dans leur lumière.
Je me battrai toujours pour que les gens aient le choix de s'éclairer avec cette lumière.
Et même plus encore.
Je me battrai toujours pour que le monde continue à accueillir des livres pareils.
Des feux pareils.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Dave Connis (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dave Connis
Venez avec moi à la rencontre de l'héroïne de "Lire est dangereux (pour les préjugés)", Clara - lectrice passionnée, bénévole au sein de la bibliothèque de son lycée - qui découvre le jour de sa rentrée en Terminale que le proviseur du lycée a adressé à l'ensemble du corps enseignant une liste de livres censurés au sein de l'établissement... Clara, convaincue du pouvoir des livres, va décider d'entrer en rébellion !
La censure est au cœur de cette vidéo, qu'elle soit fictionnelle, ou réelle, comme ce fut le cas à la sortie de l'essai de Pauline Harmange, "Moi les hommes, je les déteste", ou concernant certains albums jeunesses, jugés inappropriés...
+ Lire la suite
autres livres classés : censureVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus

Autres livres de Dave Connis (1) Voir plus

Lecteurs (567) Voir plus



Quiz Voir plus

Lire est dangereux (pour les préjugés)

Quel est le livre que lit Clara au début de l’histoire ?

Ne me marchez pas dessus de Lukas Gebhardt
La maison aux fenêtres de bois de Lukas Gebhardt
Vous parler de ça de Laure Halse Anderson

9 questions
27 lecteurs ont répondu
Thème : Lire est dangereux (pour les préjugés) de Dave ConnisCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..