AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les enquêtes de Charlie Parker tome 12 sur 17
EAN : 9782266244565
608 pages
Pocket (10/04/2014)
3.45/5   83 notes
Résumé :
Sur son lit de mort, Harlan Vetters dévoile à ses enfants un ancien secret. Des années auparavant, il a trouvé, au fin fond d’une sombre forêt du Maine, l'épave d'un avion dont la disparition n’a jamais été signalée. A son bord, aucune trace humaine, mais une grosse somme d'argent, qu'il a dérobée, et une énigmatique liste de noms - tous liés à un destin funeste -, qu'il a laissée derrière lui. Contacté par la fille de Vetters, Charlie Parker dé couvre que de nombre... >Voir plus
Que lire après La colère des angesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,45

sur 83 notes
5
1 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
3 avis
1
1 avis
ENFIN !!!
Enfin le retour du fantastique dans les aventures de Charlie Parker, qui me manquait tant dans les tomes précédents.
Où nous retrouvons ô combien de personnages connus,
Je l'attendais, ce tome, et il est arrivé, enfin ! Et ce fut du bonheur, merci monsieur Connolly de ne pas avoir oublié la trame qui fait le sel de votre série !
Certes il demande une certaine concentration et de ne pas perdre le fil, car entre les flash-backs et les différents protagonistes, le manque d'attention (ou la lecture d'autres bouquins en parallèle) peut nuire à la bonne compréhension du déroulement de l'histoire, mais si l'on ne se disperse pas, c'est passionnant, et l'on apprend plein de choses sur les "anges déchus".

De plus, comme tous les livres de Connolly, celui-là est bourré de petites remarques (dont quelques-unes que j'ai mises en citations) sur nos contemporains et notre société extrêmement justes (et cyniques), qui me font rire (jaune parfois) à chaque fois tant je pense pareil... C'est aussi cela qui fait que j'adore J. Connolly, son Charlie Parker, ses "Charlie's angels", et son humour noir !!! :)

Pour une fois, d'ailleurs, je trouve que la note Babelio pour ce tome (ainsi que pour toute la série de Connolly) est largement en dessous de la réalité de sa valeur, alors qu'elle me semble bien plus juste sur Amazon. Un effet "de masse" sans doute, et des lecteurs "d'un tome par ci par là" qui ne comprennent rien...
Commenter  J’apprécie          110
Que vous dires de se livre ? Contrairement aux autres romans que John Connely, ce roman et plus sombre peut-être que le fantastique qui fait que je n'ai pas trop apprécié .J'ai eu du mal à le finir .Vivement le prochain avec nos amis Louis et Angel et notre détective Charlie Parker
Commenter  J’apprécie          110
Un très bon cru des aventures de Charlie Parker. Déjà toute la bande est présente que ce soit les compères Angel et Louis, mais également le Collectionneur qui est très présent dans cet opus. Connolly a un don pour créer des méchants digne de ce nom et là encore cela très réussi avec le retour de Brightwell et l'apparition de Darina et d'un petit garçon au combien inquiétant ; et enfin la petite fille. L'intrigue est tout à fait réussi, un avion écrasé est retrouvé par hasard avec une importante somme d'argent. Mais cet argent n'est pas la cargaison la plus importante. le trésor est une liste qui va attirer les convoitises. On retrouve dans cet opus, une bonne dose de fantastique, mais l'art de Connolly est de ne jamais en faire trop et cela reste donc cohérent. J'aime beaucoup les interrogations du roman sur la nature de Charlie Parker ; ainsi que ses face-à-face avec le Collectionneur. L'ambiance est pesante tout au long du roman, et l'on se laisse porter totalement par l'intrigue en se demandant mais où cela va nous emmener. A cela vient s'ajouter des petites touches d'humour intelligemment disséminées par Angel et Louis principalement. Quant au dénouement, il est relativement surprenant et nous annonce de nouvelles aventures de Charlie Parker prometteuses. Un opus vraiment réussi qui fait la part belle à l'intrigue et ses "méchants".
Commenter  J’apprécie          30
C'est l'un des contes les plus sombres de Charlie Parker qui distille un mal suffocant dans toute l'affaire, la plupart des personnages étant touchés d'une manière ou d'une autre par cette atmosphère de mort et de misère.
De la scène d'ouverture de la confession d'un péché passé d'un vieil homme mourant à une sinistre voie de découverte menant à une liste cachée d'âmes maudites, Connolly tisse une histoire compliquée, meurtrière, tangentielle et implique tous les protagonistes principaux destinés a être ensemble pour un dénouement sanglant.

Comme le savent très bien les lecteurs assidus de Connolly, ses écrits respectent scrupuleusement le fait que personne ne peut être perçu comme «bon» (même les enfants) car il y a un élément de méchanceté au sein de chacun des personnages, avec des raisons très différentes à leurs actions et comment ce "mal" se manifeste dans leur propre vision ternie du monde.
En fait, il y a toujours un équilibre entre la cruauté dépravée et l'héroïsme amoureux, et c'est ce qui distingue Connolly du statut d'écrivain policier traditionnel. Ses livres donnent toujours au lecteur de quoi réfléchir davantage sur la condition humaine, ainsi que sur sa capacité à construire une bon fil ...

Une autre grande lecture dans une série toujours divertissante, mais merveilleusement dérangeante, qui s'écarte suffisamment de la simple écriture policière pour intégrer des moments d'horreur pure mais magnifiquement équilibré avec un penchant littéraire, naturaliste et philosophique. Que demander de plus à un auteur?
Commenter  J’apprécie          20
Nous retrouvons avec le plus grand plaisir Charlie Parker, le détective atypique du Maine. Charlie rencontre deux clients dans son bar favori. le père de Marielle Vetters vient de mourir, c'est un ancien garde chasse. Il raconte à sa fille qu'il a trouvé une épave d'avion dans un coin mal famé de la forêt du Maine, il était avec son ami Paul. Ils ont raté un cerf en chassant et le suivent pour l'achever, c'est ainsi qu'ils se retrouvent dans une zone de la forêt réputée hantée où personne ne va jamais. Ils trouvent une épave d'avion à moitié enfoncée dans un étang. Dedans, pas de cadavre, mais deux cent mille dollars et une liste de noms. Les deux hommes prennent l'argent et la première page de la liste. Ils ne mènent pas la grande vie, mais dépensent leur argent avec parcimonie pour aider leurs proches, car les zones forestières sont très pauvres et la vie y est difficile. Les deux amis sont conscients d'avoir mal agi et s'attendent à voir un jour ou l'autre des policiers venir les questionner, mais les choses se tassent et ils pensent que personne ne sait rien.

Puis un jour une très belle femme et un homme répugnant affecté d'un goitre viennent poser des questions dans le bar du village. Ils n'apprennent rien, mais désormais les deux amis ont peur. Un jour l'homme au goitre vient rendre visite à la femme d' Harlan soignée dans un centre spécialisé pour les malades d'Alzheimer, le vieil homme comprend qu'il est au courant pour l'argent, mais il nie. L'homme effraie sa femme qui tient pour une fois des propos lucides et demande à Harlan de tout raconter à Charlie Parker. Il transmettra le message plusieurs années après à sa fille juste avant de mourir.

L'homme au goitre c'est Brightwell, que Charlie a tué quelques années auparavant, il la rassure donc même si lui-même n'est pas tout à fait sûr qu'il est vraiment mort. Avant de se lancer dans la recherche de l'épave, Charlie se rend à New York pour rencontrer son allié le rabbin Epstein pour discuter de cette affaire. Mais une bien mauvaise nouvelle attend notre détective et ses amis.

Ce thriller est différent du reste de la série. D'habitude, il y avait juste un soupçon de fantastique et on sentait que Charlie a des capacités particulières. Ici on baigne dans un univers fantastique du début à la fin, on en apprend plus sur Charlie et sa drôle de vie. Sa mission n'est pas de pourchasser des criminels ordinaires, mais des démons. Les méchants du livre sont clairement identifiés de cette façon. On est dans un univers de type Stephen King, l'intrigue semble assez ordinaire, mais il ne faut justement pas se fier aux apparence. le roman est très prenant et passionnant, mais aussi inquiétant


Lien : https://patpolar48361071.wor..
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LaPresse
30 août 2013
Un récit dense, prenant, peuplé de personnages étranges, pas toujours humains et d'une cruauté sans bornes, de spectres redoutables et de lieux maléfiques. Fascinant!
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Ce qui ne cessait d'étonner Tate, c'était qu'un grand nombre de ces mêmes individus - les miséreux, les chômeurs, les bénéficiaires de l'aide sociale - écoutaient son émission alors qu'il fustigeait ceux-là mêmes - les syndicalistes, les gens de gauche au grand cœur - qui voulaient les aider.
L'amertume, la stupidité et l'intérêt personnel triomphent toujours des arguments raisonnés, avait-il découvert. Il se demandait parfois en quoi cette génération différait de celle de ses grands-parents quand il s'agissait d'élire un président, et il avait conclu que les générations précédentes voulaient être gouvernées par des hommes plus intelligents qu'elles, alors que les électeurs de maintenant aspiraient à être conduits par des types aussi bêtes qu'eux.
Commenter  J’apprécie          70
En deux mots, Davis Tate était un connard, pensait Becky, mais c'était pour ça qu'il était si utile. Recruter des types comme lui exigeait néanmoins une certaine prudence, et continuer à les utiliser nécessitait de belles doses de diplomatie. Il ne fallait pas qu'ils soient stupides, sinon ils étaient incapables de jouer le rôle qu'on leur avait assigné dans les médias ; il ne fallait pas qu'ils soient trop intelligents, car ils en viendraient vite à se poser des questions sur ce qu'ils faisaient et l'utilité de leurs actes. Le moyen le plus facile de s'assurer durablement de leur docilité, c'était de flatter leur ego et de les entourer de gens qui leur ressemblaient.
La haine, comme l'amour, a besoin d'être régulièrement nourrie et arrosée.
Commenter  J’apprécie          60
Ray comprit soudain pourquoi on le payait autant pour s’enfoncer dans la forêt pendant un jour ou deux. Ce n’était pas vraiment ce qu’il y avait dans l’avion qui comptait. Ni même la difficulté de trouver l’endroit. Il avait entendu des histoires sur ce fort, Wolfe’s Folly. Il se trouvait dans une partie de la forêt où les chasseurs n’allaient pas parce que le gibier l’évitait. Où il n’y avait pas de pistes, où les arbres se voûtaient comme des silhouettes de géants. Où l’air avait une odeur bizarre, où l’on ne distinguait plus le nord et le sud, l’est et l’ouest, même avec une bonne boussole ou le sens de l’orientation. C’était un endroit où l’on pouvait se perdre parce que quelque chose, là-bas, voulait qu’on se perde, quelque chose qui ressemblait peut-être à… une petite fille.
Commenter  J’apprécie          10
Quand j’avais une vingtaine d’années et que je commençais à connaître quelques-unes de ces filles qui vous invitent à venir prendre un café chez elles, sans arrière-pensées, avec toutefois la promesse de quelque chose en plus ultérieurement si vous vous révéliez ne pas être un taré de première, j’appris assez vite qu’un moyen sûr de comprendre une femme (c’est valable aussi pour les hommes) consistait à fouiner dans sa collection de disques. Si elle n’en avait aucun, vous pouviez laisser tomber tout de suite, parce qu’une femme qui n’écoute jamais de musique n’a pas d’âme, ou pas d’âme digne de ce nom. Si elle était branchée rock alternatif anglais, The Smiths ou The Cure par exemple, elle faisait probablement tout ou presque pour être malheureuse, mais ce n’était pas pour autant un cas désespéré. Si elle était fan de glam metal façon Kiss, Poison et Mötley Crüe, vous étiez confronté au dilemme suivant : rester un moment avec elle parce que vous aviez une chance de coucher, ou la larguer avant d’être forcé d’écouter sa musique. En revanche, si elle avait du Diamanda Galas sur ses étagères, avec peut-être Nico, Lydia Lunch et Ute Lemper pour les moments plus calmes, il valait mieux filer avant qu’elle mette des sédatifs écrasés dans votre café et que vous vous réveilliez enchaîné dans une cave avec la fille en question debout devant vous, un couteau dans une main, une poupée grimaçante dans l’autre, et criant le nom d’un type que vous n’aviez jamais rencontré mais qui vous ressemblait apparemment sur le plan psychique…
Commenter  J’apprécie          00
On doit tester régulièrement l'acuité de ses capacités pour ne pas devenir physiquement vieux et mentalement lent. Vieillir est déjà suffisamment pénible. Il ne pouvait pas laisser en plus ses facultés s'amoindrir.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de John Connolly (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Connolly
Invité du salon Quais du Polar à Lyon, John Connolly nous a parlé de son dernier roman, "Le Chant des dunes", la treizième aventure de Charlie Parker. En savoir plus : http://bit.ly/1WCrI3z
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (268) Voir plus



Quiz Voir plus

Le détective privé Charlie Parker

Dans quel Etat se déroule principalement la série ?

Texas
Maine
Floride
Missouri

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : John ConnollyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..