AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alexis Tadié (Éditeur scientifique)Paul Le Moal (Traducteur)Sylvère Monod (Traducteur)
ISBN : 2070412709
Éditeur : Gallimard (25/03/2004)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 21 notes)
Résumé :

"Conrad était amoureux d'ordre et de discipline morale. Mais il ne parvint pas à y plier ses personnages. Ils ont tous quelque chose de trouble, d'inachevé. Dans leur tourment s'agitent des forces obscures et que l'on devine parfois monstrueuses. Refoulées au fond des âmes elles se montrent cependant victorieuses de l'auteur qui, malgré lui peut-être, les a enfouies comme une lourde et inévitable semence." Joseph Ke... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
memma
  12 novembre 2016
Victoire a la même force obscure qu'Au Coeur des ténèbres ; je le trouve aussi plus riche, moins conceptuel et à vrai dire plus lisible. le titre de ce roman est ironique, puisqu'aucune victoire n'y a lieu, comme c'est aussi le cas de l'entreprise coloniale, qu'il décrit de façon symbolique.
Axel Heyst, un anglais d'origine suédoise, réside dans l'île fictive de Samburan, au large de la côté de Java en Indonésie, alors colonisée par les hollandais. Il y est venu diriger une compagnie minière de charbon, qui fait faillite. L'île est encore partiellement occupée par des natifs, mais Heyst y vit à l'écart, en la seule compagnie de Wang, un coolie chinois resté sur l'île. Un jour qu'il séjourne dans un hôtel de Surabaya, Heyst enlève Léna, une musicienne plus ou moins esclavagisée et qu'il a prise en pitié. Pour se venger, le directeur de l'hôtel, Schomberg, dirige vers Samburan un trio de "desperados" à la poursuite d'un trésor fictif qu'Heyst y garderait. le roman tient à ces deux actions principales, entre le mélodrame de la liaison Heyst/Léna et l'aventure de la lutte Heyst/le trio.
Comme Nostromo, comme Au coeur des ténèbres, et d'ailleurs comme la plupart du temps chez Conrad, Victoire met en scène un espace confiné, à l'écart, porteur de la dimension aventureuse. Jones, le chef du trio et Heyst sont tous deux cités par Hannah Arendt, dans L'Impérialisme. Ils forment deux visages différents de l'aventurier colonial, authentiques gentilshommes rejetés par leur pays initial, qu'Arendt appelle des "hommes superflus". Jones en est la face (très) noire ; Heyst, lui, incarne la pensée occidentale, celle qui peut apporter l'aide et le progrès, mais aussi celle d'Hamlet, encline au doute et à l'hésitation qui empêchent d'agir. En opposition, le chinois Wang réfléchit moins, mais planifie et prend les bonnes décisions. Enfin le roman met en scène en filigrane les natifs, qu'on ne voit pas personnellement, mais qui forment un "théâtre d'ombres que la race dominante pouvait traverser sans émotion et sans inquiétude à la poursuite de ses incompréhensibles buts et besoins."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
chartel
  05 janvier 2018
Ce roman a les apparences du mélodrame: des personnages assez stéréotypés, l'exotisme des lieux (l'archipel indonésien et, plus particulièrement, l'île imaginaire de Samburan), la fuite d'un couple vers cette île et la rencontre avec un trio d'escrocs à la recherche d'un trésor. de quoi satisfaire les goûts occidentaux des débuts du XXe siècle.
Pourtant Victoire exige de ses lecteurs une attention particulière, une présence constante dans son cheminement pour saisir toutes les subtilités de la narration (il y a plusieurs narrateurs qui ont, le plus souvent, un point de vue limité des événements) et la complexité des deux personnages principaux, Axel Heyst et Alma (ou Lena), qui apparaissent tantôt comme des êtres tangibles, tantôt comme des fantômes. Fils d'un philosophe, Heyst souhaite vivre en suivant les principes de son père, dans une posture de détachement, réduisant le monde à un simple spectacle. Mais son choix est ironiquement la cause de sa perte. le réel l'oblige à agir parce que son attitude est source chez les autres de médisances et de rumeurs mesquines.
Je parle de perte et le roman s'intitule Victoire?...
Encore une contradiction qui fait toute la saveur des romans conradiens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BrigidaBrigida   29 mars 2015
P 124 Les îles sont très tranquilles. On peut les voir, vêtues de leur sombre parure de feuillage, éparses dans une grande paix d'argent et d'azur, là où la mer sans murmure rencontre le ciel dans un anneau de quiétude magique. Une sorte de somnolence souriante pèse sur elles : la voix même de leurs habitants est douce et assourdie, comme s'ils craignaient de rompre quelque charme prometteur.
Peut-etre était-ce précisément ce charme -là qui avait ensorcelé Heyst dans les premiers temps. Pour lui, ce charme était rompu. Il n'était plus ensorcelé, bien qu'il fût toujours captif des îles. Il n'avait nulle intention de les quitter jamais. Où aurait-il pu aller, après tant d'années ? Il n'y avait nulle part au monde une créaturequi lui ffût attachée. De cette situation - somme toute relativement récente - il venait depuis peu de prendre conscience ; car c'est l'échec qui fait rentrer l'homme en lui-meme pour dresser le bilan de ses ressources. Et, bien qu'il fût résolu à se retirer du monde à la façon d'un ermite, il étai cependant paradoxalement ému par ce sentiment de solitude qui lui était venu à l'heure du renoncement. Il en souffrait. Rien n'est plus pénible que le choc des contradictions violentes qui lacerent notre intelligence et notre sensibilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chartelchartel   04 janvier 2018
Heyst n'avait pas conscience d'avoir amis ni ennemis. L'essence même de sa vie était d'être une réalisation solitaire, accomplie non pas dans une retraite d'ermite avec son silence et son immobilité, mais par un système d'errances sans trêve, par le détachement d'un hôte de passage dans des lieux changeants. Il avait cru trouver dans ce programme le moyen de traverser la vie sans souffrance et presque sans le moindre souci - invulnérable parce que insaisissable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
chartelchartel   04 janvier 2018
Toute action est forcément nuisible. L'action est diabolique. C'est pourquoi notre monde est mauvais dans l'ensemble. Mais j'en ai fini! Je ne lèverai jamais plus le petit doigt.
Commenter  J’apprécie          11
Videos de Joseph Conrad (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Conrad
Bande annonce de The Secret Agent (2016), mini série de la BBC et adaptation du roman de Joseph Conrad, paru en français sous le titre : L'agent secret.
autres livres classés : îlesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le miroir de la mer

Quel est ce personnage qui fuira toute sa vie la honte d'avoir quitté un navire menaçant de sombrer

Lord Jim
Demian
Coeur de pirate
Kurt Wallander

10 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : Joseph ConradCréer un quiz sur ce livre