AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2212132190
Éditeur : Eyrolles (22/09/2011)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :

Depuis qu'elle existe, la bande dessinée a toujours réservé une place à la guerre. Cet ouvrage se propose d'analyser en profondeur les tendances qui ont caractérisé la BD de guerre suivant les époques, en évoquant peu ou prou toutes les périodes historiques qu'elle a abordées. Légionnaires romains et chevaliers du Moyen-Age, grognards de Napoléon, tuniques bleues et tuniques grises de la guerre d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Villoteau
  24 juin 2012
Un ouvrage pour le grand public sur les bandes dessinées de qualité du monde anglo-saxon ayant comme principal ressort de leur action les conflits armés. Cet univers a séduit plusieurs générations de jeunes garçons des années trente à 2010. Les divers chapitres évoquent successivement nt de se les guerres européennes (antiques, médiévales et napoléoniennes), les conflits sur le sol américain, la première guerre mondiale (oeuvres américaines), le second conflit international (oeuvres américaines), les première et deuxième guerres mondiales (BD britanniques), Corée et Vietnam, les conflits contemporains (Malouines, Bosnie, Iraq, Afghanistan, Israël, Irlande). Mike Conroy propose une synthèse de quatre pages sur le sujet. Pour la connaissance de la bande dessinée anglophone La Guerre dans la BD se révèle fort utile, des pages tirées de BD de l'époque du conflit évoqué sont présentes aux côtés des productions ultérieures. L'ouvrage n'évoque que les productions qui ont une bonne place dans l'histoire car il n'a pas pour objectif l'exhaustivité et il fournit des références bibliographiques précises de type universitaire. Il propose une abondante iconographie avec une bonne taille des couvertures et vignettes. On découvre ou retrouve les grands auteurs de la BD de ce genre : Franck Miller, Harvey Kurtzman, Art Spiegelman, Archie Goodwin, Jack Kirby, Sam Glanzmann, Garth Ennis, Joe Sacco, Pat Mills, Russ Heath… Il est à noter qu'une très large place est consacrée au titre Pride of Baghad paru en 2006 (tant en anglais qu'en français), sur un scénario Brian K. Vaughan et des dessins du canadien Niko Henrichon ; dans cet ouvrage la prise de Bagdad par les armées américaines est évoquée à travers les aventures des lions échappés du zoo de la capitale. Ce livre a connu en 2012 une édition en français chez Urban comics sous le titre des Seigneurs de Bagdad.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Alcapone
  23 janvier 2014
Malgré sa réputation de média futile, la BD, ainsi que le démontre Mike Conroy, a réussi contre toute attente à s'approprier au fil du temps le sombre thème de la guerre. Relayée à l'origine par les dessins de la presse quotidienne, la guerre sous toutes ses formes et dans toutes ses périodes a finalement été couverte par une multitude de publications illustrées allant de la revue au roman graphique (apparu dans les années 2000) en passant par le format de poche. Ainsi, était-il peut-être plus facile de traiter d'un sujet grave par le dessin en permettant une certaine liberté d'interprétation plus légère, nuancée ou fantasmée ? Peut-on voir dans la souplesse et la liberté du dessin les raisons du succès fulgurant du war comics aux USA à partir des années 40 ? Qu'il s'agisse des guerres de Napoléon, de la Guerre de Sécession, de la Grande guerre, de la 2nde Guerre mondiale ou de la guerre du Vietnam, la BD de guerre avait enfin trouvé un public friand. Bien qu'elle ait parfois connu des périodes d'essoufflement, celle-ci a su satisfaire aux besoins des consommateurs en s'adaptant aux tendances en vogue : tantôt propagandiste, tantôt fantastique, populaire ou réaliste, la BD de guerre s'est taillé une bonne part sur le marché des ouvrages illustrés. de l'évolution des formats à la nature des contenus, Mike Conroy montre également comment les éditeurs ont su faire évoluer leur offre éditoriale pour satisfaire leur lectorat. Parmi les nombreux auteurs cités, notons par exemple Joe Kubert, Harvey Kurtzman, Jack Kirby ou encore des auteurs plus récents comme Art Spiegelman ou Joe Sacco qui ont chacun imposé leur propre style. Illustré par une abondante et riche iconographie, La guerre dans la BD offre un beau panorama sur les sources anglophones du genre...
Forcément non-exhaustif, d'une part parce qu'il couvre principalement les références anglophones et d'autre part parce qu'il existe une telle foultitude de titres qu'il est impossible d'en dresser un tableau complet, cet ouvrage se destine surtout à des lecteurs chevronnés. La présentation de Mike Conroy est pour moi l'oeuvre d'un passionné destiné à des connaisseurs ou à des collectionneurs en recherche de sources. Je ne partage donc pas l'avis suivant de Garth Ennis : "La guerre dans la BD se veut une introduction à un genre dont le propos s'avère souvent bien plus subtil que ne le laisse supposer le thème" (extrait de la préface). Cet ouvrage illustré certes de très belle facture, ne relève pas à mon sens d'une introduction au genre. On y puise trop peu d'explications pour une bonne entrée en matière (rappelons que je suis novice et qu'il s'agissait justement pour moi d'une initiation). le livre ressemble davantage à un ouvrage bibliographique dont j'ai trouvé la lecture fastidieuse malgré quelques timides tentatives d'analyse et un travail de mise en page impeccable. Les intéressants mais trop rares développements sont malheureusement noyés dans les dizaines de références. L'attention qui n'est du coup pas retenue par des textes argumentés ou étoffés, est trop facilement distraite par les superbes mais multiples illustrations qui peuplent le livre. Il m'aurait par exemple paru plus judicieux de mettre l'accent sur l'analyse quitte à sacrifier certains titres ou certaines planches. Car de l'expertise de Mike Conroy sur le sujet, je n'en doute pas. Juste qu'il aurait sans doute pu donner plus de profondeur à son travail en se focalisant certaines périodes, certaines guerres ou certains auteurs. Par ailleurs, la traduction du titre original War comics : a graphic history me semble trahir l'objet même du livre. Bref, une déception pour cet ouvrage qui n'en reste pas moins un beau livre et un riche ouvrage de sources..
Lien : http://embuscades-alcapone.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Charybde2
  08 décembre 2013
Somptueux tour d'horizon des comics anglo-saxons liés aux guerres de toutes époques.
Publié en 2009 au Royaume-Uni, traduit en français en 2011 par Jérôme Wicky chez Eyrolles, ce « La guerre dans la BD » propose un captivant – et magnifiquement illustré – tour d'horizon de la manière dont le neuvième art a su s'emparer de cet aspect déterminant de l'humanité pour en fournir, selon les époques traitées et selon les contextes d'écriture, un compte rendu parfois très singulier, comparé à ceux des autres formes artistiques. le titre français est toutefois légèrement trompeur, sans malice, par rapport au titre anglais plus précis (« War Comics »).
On trouvera ainsi, toujours assortis de planches et de couvertures de superbe facture, classés par conflit ou type de guerre, les travaux tant des pionniers des années 1930 que de leurs successeurs de l'énorme essor du genre durant la Seconde Guerre Mondiale et ensuite.
Les époques les plus éloignées tout d'abord (péplums antiques, combats de chevalerie, marine à voile, guerres napoléoniennes,…) comprennent aussi un gros chapitre entièrement dédié aux comics de la « guerre sur le sol américain » : guerre d'Indépendance, guerres indiennes, guerre de Sécession, conquête de l'Ouest. On y distingue notamment « Max Bravo, the Happy Hussar », « Tomahawk », ou la grande revue « Two Fisted Tales ».
Les comics liés à la première guerre mondiale, écrits bien après coup, sont l'occasion d'un zoom sur le seul auteur non-anglophone largement représenté ici, avec Jacques Tardi, son Brindavoine et sa guerre des tranchées, ses héros aux gueules cassées et ses officiers patibulaires (dont on ne redira jamais assez, au passage, tout ce que le récent prix Goncourt lui doit…). On y note l'intégration massive, le cas échéant, des images de propagande, travail qui date en réalité de 1939-1945, mais aussi l'apparition de l'aviation et des combats entre as de la chasse. Les héros de la période sont sans doute la revue « Battle » et toute sa remarquable postérité, et l'extraordinaire album « La mort blanche » publié en 1998 par Robbie Morrison et Charlie Adlard.
La seconde guerre mondiale qui voit le moment historique « réel » lors duquel la BD s'empare de la guerre, associe d'abord à l'effort de guerre aussi bien propagande pure et dure que création ou intégration de super-héros ad hoc, y compris avec un racisme avéré (les figures des Japonais, y compris les civils, dans les BDs d'époque, sont particulièrement redoutables). Alors que la fameuse BD « Mademoiselle Marie » indique un sommet difficile à dépasser dans l'illustration des combats de résistance, le « Sergent Rock » apparaît, et avec lui, déjà, une certaine distance ou autonomie par rapport au seul mélange propagande + aventure, avant d'ouvrir la voie aux BDs désenchantées et ouvertement critiques qui vont apparaître ensuite, et qui se généraliseront à partir de la guerre du Vietnam (à l'image du fameux « Vietnam Journal », sans doute l'une des BDs les plus violentes jamais écrites, d'après l'auteur Mike Conroy).
Parmi les créations récentes ou contemporaines, une belle part est accordée à la BD de reportage qui se développe fortement, comme à celles traitant d'ex-Yougoslavie, d'Afghanistan ou d'Irak.
Le livre s'achève par une belle galerie de couvertures, concluant ainsi un effort captivant, nécessairement incomplet, et presque exclusivement anglo-saxon, mais dont les 185 pages sont nettement dignes de figurer dans la bibliothèque de l'amateur, et même dans celle du simple curieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Villoteau
  06 juillet 2012
Nul doute que cet ouvrage La guerre dans la BD : Personnages de fiction ou véritables héros aurait sa place pour la seconde édition du Salon des Ouvrages sur la Bande dessinée qui se tiendra à Paris les vendredi 30 novembre (journée professionnelle), samedi 1er décembre et dimanche 2 décembre 2012.
Commenter  J’apprécie          20

Les critiques presse (2)
Sceneario   02 décembre 2011
Il y a un énorme travail de documentation dans ces pages, avec beaucoup d'œuvres abordées, d'analyses, d'anecdotes aussi. L'auteur a fait un incroyable travail de recherche qui rend ce livre indispensable pour tout ceux qui d'une part connaissent et apprécient ce genre, mais surtout pour ceux qui veulent se lancer et qui cherchent des pistes.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Auracan   14 novembre 2011
Dans son ouvrage didactique, joliment documenté et illustré, l’Anglais Mike Conroy tente de brosser un panorama, loin d’être exhaustif, du traitement des différentes guerres depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours.
Lire la critique sur le site : Auracan
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1018 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre