AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Françoise Cartano (Traducteur)
ISBN : 2266147978
Éditeur : Pocket (20/01/2005)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 706 notes)
Résumé :
Il y avait le père, Henry Wingo, pêcheur de crevettes, violent, buté. La mère, Lila, belle, ambitieuse, monstrueuse. Et les disputes, les cris, les coups...
Luke, le fils aîné, Tom et Savannah, les jumeaux, auraient peut-être pu, malgré tout, sortir indemnes de leur enfance saccagée. Car ils avaient l'île Melrose, les marais, le parfum d'eau salée de la Caroline du Sud, l'or de ses lunes et de ses soleils... Peut-être auraient-ils échappé aux stigmates du pas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (89) Voir plus Ajouter une critique
Cath36
  31 janvier 2014
Voila un des plus beaux livres qu'il m'a été donné de lire ces derniers temps. Roman d'une rare intelligence sur le drame et la tentative de résilience qui s'ensuit, ce texte nous raconte l'histoire d'une famille de la Caroline du Sud avec ses névroses et ses joies comme toute famille, mais dont la vie insulaire et la relative pauvreté accentuent les effets. Savannah, la soeur du narrateur et poète de talent ira faire soigner sa schizophrénie latente à New York, et c'est à la demande de sa psychanalyste que son frère Tom racontera toute leur histoire.
J'ai dévoré ce pavé bien construit, bien écrit, avec beaucoup de simplicité mais aussi beaucoup de beauté dans les descriptions avec leurs interférences sur les personnages, de précision dans l'analyse psychologique des personnages et leurs rapports entre eux sans le moindre manicheisme, beaucoup d'efficacité dans les dialogues, beaucoup d'habileté dans la progression du récit qui nous fait parcourir un cheminement sûr et haletant, et dans lequel on ne s'ennuie pas une minute. Les temporalités sont justes et on passe du récit du narrateur à la réalité impitoyable peu à peu arrachée par la psy, et d'un passé un peu embelli à l'aveu ancré dans une réalité brutale : la folie de Savannah, sans être gêné le moins du monde.
Tout sonne juste, sans pathos, sans caricatures, les personnalités sont profondes et vraies, les réactions des personnages sont parfaitement ajustées aux situations et aux circonstances et la clarté du style contribue largement à donner une grande humanité au récit.
Ce livre, prêté par une amie, aura été une de mes plus belles découvertes. Un grand merci à elle, et à Conroy bien sûr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          865
patrick75
  30 juin 2012
Cinq étoiles! pour ce livre, il n'y aurait presque rien à rajouter.
J'apprécie les récits de ce genre, qui s'étalent pratiquement sur une vie entière, qui donnent du temps au temps. Ici, l'histoire d'une famille déchirée par l'adversité, la dureté de certaines existences. On y trouve du tragique, de l'humour, des larmes mais également des joies, en fait, on y trouve la vie!
Un véritable moment d'évasion .Vous n'y trouverez pas une écriture " léchée"
mais vous y trouverez de l'humanité.
Commenter  J’apprécie          731
Roggy
  05 juin 2018
La littérature est pavée de chefs d'oeuvres qui trouvent tout leur éclat dans les fameuses racines familiales. Pat Conroy est un cabossé de la vie. Il a décidé de glisser dans ses romans des pans de sa propre histoire familiale où la violence est toujours au centre.

Il nous raconte la fratrie Wingo, qui vit une enfance ancrée dans la beauté de la nature et de plaisirs simples de la vie mais au sein d'une famille complètement dysfonctionnelle. Un père violent, une mère démissionnaire et indigne de confiance, cruelle et arriviste qui contribue à installer l'anxiété et la schizophrénie chez ses enfants.
Les tragédies et les traumatismes s'acharnent sur la famille. Ils cacheront des secrets insurmontables dans un accord mutuel destructeur.

Relations conflictuelles, culpabilité, incapacité à se comprendre et se pardonner. Tous les membres, cabossés souffrent du manque de communication. Ils taisent les problèmes et font comme s'ils n'existaient pas. Ils vont chacun à leur façon essayer de survivre, de se reconstruire.
L'auteur va dérouler l'histoire de leur vie à travers des séances de psychanalyse afin de faire ressortir les traumatismes et les manquements en nous livrant un collage touchant de souvenirs et de sensations.

L'écriture de Pat Conroy peut être par moments fluide et poétique et devenir d'un coup dense et ironique.
Face à la tragédie et à l'indicible l'auteur nous sert de belles descriptions teintées de mélancolie, de résilience, de la tentative acharnée de faire corps avec la nature pour empêcher les drames et les horreurs du passé de tout anéantir.

Le prince des Marées est une histoire tragique mais aussi une belle histoire d'amour et de rédemption où Pat Conroy ouvre des pistes et fait naître de puissantes expériences humaines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          664
Kittiwake
  27 janvier 2018
« L'histoire des Wingo est une histoire faite d'humour, de grotesque et de tragédie. Avec une prédominance de la tragédie »
L'auteur lui-même définit en deux lignes dans ce fleuve littéraire gigantesque, l'essence même de son récit. L'épopée d'une famille dysfonctionnelle, foutraque, perdue dans ses mensonges et les chausse-trappes de sa mémoire, marquée par un grain de folie transgénérationnelle. Un grand-père mystique, un père en recherche éternelle de la bonne idée, une mère aussi grandiose que dangereuse : le narrateur , Tom tente de reconstituer et de comprendre la trajectoire des trois enfants issus de cette généalogie démente.
Tous les ingrédients de ce qui fait mon bonheur de lectrice y sont : le décor New-Yorkais, doublé d'une Amérique sudiste rétro à souhait, la psychanalyste juive, la folie en filigrane, qui sublime la poésie, les valeurs bafouées du rêve américain : carton plein. Et que l'ouvrage fasse trois cents pages (là j'en redemande), cinq cents ou mille (et là le compte est bon), c'est gagné pour des heures de plaisir. D'autant que l'écriture est magique, que ce soit dans les descriptions de paysage ou dans les épisodes de crise familiale d'une grande violence , les dialogues au top (l(humour du narrateur est sa principale défense), et les personnages analysés avec subtilité. Malgré l'épaisseur du pavé, pas d'ennui. Les chapitres se succèdent en réservant des surprises de taille : l'histoire du marsouin blanc ou de la tortue puante, non seulement sont drôles mais représentent aussi des éléments cruciaux dans l'histoire de la saga familiale et aident à comprendre les drames. nous avons même le droit aux cadeaux d'un conte pour enfants et des sublimes poèmes de Savannah.
Tout y est là , la guerre du Vietnam, la guerre froide, la lutte des classes, le racisme (on n'est pas dans le sud pour rien).
On peut se demander si Pat Conroy n'a d'ailleurs pas été l'initiateur de ces romans américains dont je listais les ingrédients ci-dessus. Il est paru en 1986 et pourrait être le chef de file d'une recette à succès. Est-ce une bonne idée de se jeter sur le film avec Barbara Streisand?
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          591
Iboo
  05 octobre 2012
S'il est un infime reproche que je pourrais faire à ce livre, c'est qu'il me soit arrivé entre les mains après Beach Music que j'ai tant aimé.
J'ai mis un certain temps à lire le Prince des Marées car, hormis le fait qu'il contient plus de mille pages, la Caroline du Sud et l'esprit sudiste n'avaient plus de secret pour moi depuis Beach Music. N'étant, de plus, pas franchement passionnée par le football, fusse t-il américain, les mystères de la pêche à la crevette et, encore moins, par tout ce qui, de près ou de loin, commence par "psy"... certains passages m'ont semblé un peu longuets et les descriptions quelque peu redondantes. Les éclats de lune qui scintillent sur la frange des vagues et la splendeur des couchers de soleil sur les marécages du comté de Colleton, ça va deux secondes.
Mais... car il y a un "mais". Et ce "mais" c'est l'écriture de Pat Conroy qui, immanquablement, me réveille dès que je commence à glisser vers la lassitude.
Aux deux tiers du bouquin, une parenthèse de trente pages dans laquelle est relaté un conte pour enfants. Diantre ! J'ai bien envie de le sauter mais je crains que cela n'entrave ma compréhension de la suite de l'histoire. Allez ! Je me lance, de mauvaise grâce toutefois.
Mon intuition légendaire (mais bien sûr que si !) a porté ses fruits car, à partir de cet instant, je suis restée cramponnée au roman jusqu'au dernier mot, de la dernière ligne, de la dernière page.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
Citations et extraits (108) Voir plus Ajouter une citation
IbooIboo   05 septembre 2012
"Hé, où allez-vous ? demanda-t-il ?
- Je rentre chez moi", dis-je sans me retourner. Je l'entendis courir derrière moi.
"Pourquoi ?
- Parce que tu es trop nul, mon petit gars. Va donc faire du violon, ça fera plaisir à tes parents. En plus, je ne supporte pas ton attitude. Et si moi je ne la supporte pas, je vois mal comment tu pourrais un jour t'imposer comme meneur dans une équipe. Bouger un peu ton cul de pleurnichard pour devenir un quarterback."

"(...) Mais tu es un sale petit con et j'aimerais t'aider à comprendre pourquoi tu es comme ça."
Il respira un grand coup, tremblant, désemparé.
"Va te faire enculer, mon pote, dit-il d'une voix qui annonçait les larmes.
- C'est déjà fait. Je me suis fait enculer en acceptant de te rencontrer.
- Je n'ai rien à voir là-dedans, dit-il, contrôlant sa voix avec difficulté.
- C'est là que tu te trompes, Bernard, dis-je, prêt à porter le coup de grâce mais la mort dans l'âme tandis que ma voix se faisait plus froide et plus cinglante. J'ai rarement vu de gosse aussi mal dans sa peau de toute mon existence. Et je sais déjà une chose, à ton sujet, alors que je ne te connais que depuis cinq minutes. C'est que tu n'as aucun ami dans ce foutu monde. On doit se sentir seul pendant l'hiver, là-bas, à Phillips Exeter, non, Bernard ? Est-ce qu'ils te cherchent ? Je sais que tu es rejeté, mais est-ce qu'en plus tu leur sers de tête de Turc, Bernard ? Est-ce que ta vie là-bas ressemble à un cauchemar ? Est-ce qu'ils te molestent, Bernard ? Vois-tu, je connais bien les garçons et je sais comment ils traitent les inadaptés. Comment s'appelle ton copain, Bernard ? Dis-moi son nom."
Il se mit à pleurer, tenta de ravaler ses larmes, mais elles jaillirent de ses yeux comme le flot trop puissant par-dessus la digue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          235
MarymaryMarymary   05 août 2015
Puis Savannah sortit de la maison. Et il se passa alors quelque chose que je suis incapable d'expliquer, une chose que je ressentis au moment où ils coururent l'un vers l'autre, que je ressentis au plus profond de moi, en un lieu intouché qui vibra d'un mystère instinctuel, enraciné dans l'origine des espèces - indicible, encore que je fusse conscient que ce qui s'éprouve peut être nommé. Ce ne furent ni les larmes de Savannah, ni celles de mon père qui déclenchèrent cette résonance, cette farouche musique intérieure, faite de sang, de ferveur, d'identité. C'était la beauté et la peur de la parenté, des liens ineffables de la famille, qui faisaient chanter une flamboyante terreur et un amour paralysé à l'intérieur de moi. Mon père était là, source de toutes ces vies, source de toutes ces larmes, mon père qui pleurait maintenant, qui sanglotait, sans honte. Les larmes étaient de l'eau, de l'eau salée, et derrière lui je voyais l'océan, j'en sentais l'odeur, avec le goût de mes propres larmes, la mer et la douleur en moi, fuyant dans le soleil, et mes enfants qui pleuraient de me voir pleurer. L'histoire de ma famille était une histoire d'eau salée, de bateaux et de crevettes, de larmes et de tempêtes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
OwlyOwly   13 avril 2010
J’ai grandi en Caroline du Sud où je suis devenu un homme, un Blanc sudiste, et je vivais avec brio la haine que j’avais consciencieusement appris à nourrir contre les Noirs lorsque le mouvement en faveur des droits civiques m’est tombé dessus sans crier gare, au détour d’une barricade, me démontrant à la fois mon ignominie et mon erreur. Comme j’étais un garçon réfléchi, sensible et épris de justice, j’ai fait mon possible pour me réformer et jouer un petit rôle insignifiant dans ce mouvement, ce dont je me suis empressé de tirer un orgueil plus qu’excessif. Puis je me suis retrouvé à l’université où je suivais la préparation militaire des Officiers de Réserve composé exclusivement de jeunes mâles de race blanche, et je me suis fait craché dessus par des militants pacifistes que mon uniforme dérangeait. J’ai fini par rejoindre les rangs de ces manifestations, mais je n’ai jamais craché sur quiconque ne partageait pas mes opinions. Je pensais passer tranquillement le cap de la trentaine, en brave contemplatif à l’humanisme irréfutable, lorsque le mouvement de libération de la femme m’a coincé au détour d’une avenue et, une fois de plus, je me suis retrouvé du mauvais côté de la barricade. Apparemment, j’incarne tout ce que le XXe siècle compte de turpitudes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
IbooIboo   21 août 2012
- Sans vouloir vous choquer, Tom, la première fois que je l'ai vue, elle était en train de se couvrir de ses propres excréments.
- Je ne suis pas choqué.
- Pourquoi ?
- Je l'ai déjà vue se couvrir de merde. Ça choque la première fois. Eventuellement la deuxième. Ensuite on s'habitue et cela devient une composante du décor.
- Où l'avez-vous vue la première fois ?
- A San Francisco. Elle faisait une tournée de lectures. Elle s'est retrouvée dans un authentique asile de fous. L'endroit le plus sinistre que j'aie jamais vu. J'étais incapable de dire si se tartiner de merde relevait de l'expression de la haine de soi ou d'une façon personnelle de repeindre sa chambre.
- Vous faites de l'humour sur la psychose de votre soeur. Vous êtes vraiment quelqu'un de bizarre !
- C'est la manière sudiste, docteur.
- La manière sudiste ? dit-elle.
- L'immortelle expression chère à ma mère. Nous rions quand la douleur se fait trop forte. Nous rions quand la pitié de l'humaine condition devient trop pitoyable. Nous rions quand il n'y a rien d'autre à faire.
- Quand pleurez-vous ?
- Après avoir ri, docteur. Toujours. Toujours après avoir ri.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
VanessaVVanessaV   09 novembre 2012
Pour décrire notre enfance dans les basses terres de Caroline du Sud, il me faudrait vous emmener dans les marais, un jour de printemps, arracher le grand héron bleu à ses occupations silencieuses, disperser les poules d'eau en pataugeant dans la boue jusqu'aux genoux, vous ouvrir une huître de mon canif et vous la faire gober directement à la coquille en disant "Tenez. Ce goût-là, c'est toute la saveur de mon enfance." Je dirais: "Inspirez fort", et vous avaleriez cet air dont la saveur serait inscrite dans votre mémoire pour le reste de vos jours, arôme exquis et sensuel, impudent et fécond des marais, parfum de Sud caniculaire, du lait frais, du sperme et du vin répandus, avec, toujours, un relent d'eau de mer. Mon âme se repaît comme l'agneau de la beauté des terres baignées d'eau de mer.
J'ai le patriotisme d'une géographie singulière sur la planète; je parle de mon pays religieusement; je suis fier de ses paysages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Videos de Pat Conroy (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pat Conroy
Rencontre avec Pat Conroy, le célèbre romancier américain, en Caroline du Sud, dans Les carnets de route de François Busnel consacrés au Sud des États-Unis (2011)
autres livres classés : caroline du sudVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le prince des marées de Pat Conroy

Qui est l'aîné des enfants Wingo?

Tom
Luke
Savannah
Ce sont des triplés

10 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : Le Prince des Marées de Pat ConroyCréer un quiz sur ce livre
.. ..