AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709661675
Éditeur : J.-C. Lattès (29/08/2018)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Raoul Signoret, fameux reporter du Petit Provençal, spécialiste des affaires criminelles et mondaines, a affaire à forte partie. Pour la première fois, le voici confronté au grand banditisme sous sa forme la plus redoutable. Une bande de pilleurs de trains vient de dérober 110 kilos d’or en lingots lors d’une spectaculaire attaque à main armée sur un convoi du P.L.M. stoppé dans la nuit en pleine voie à l’approche de la gare Saint-Charles.
L’audace des bandit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
sylvaine
  22 octobre 2018
La nuit des blouses grisesJean Contrucci chez J.C Lattès , août 2018 .#LaNuitDesBlousesGrises #NetGalleyFrance
1910, nuit du 11 au 12 février, peu avant la Gare Saint-Charles, un train de marchandises du P.L.M est braqué par une bande d'hommes cagoulés vêtus de longues blouses grises, les mêmes que celles que portent les piqueurs de boeufs des abattoirs marseillais. Les pilleurs de train repartent avec 110 kg d'or en lingots et quelques beaux bijoux... Eugène Baruteau, le commissaire central de la Police de Marseille s'arrache les cheveux , heureusement son neveu chéri Raoul Signoret , journaliste reporter au Petit Provençal, est à ses côtés bien décidé à épauler son oncle.
Je découvre avec ce roman la série Les nouveaux mystères de Marseille de Jean Contrucci et ma foi j'ai pris beaucoup d plaisir à cette lecture. L'auteur nous embarque avec lui dans le Marseille des années 1900, nous fait découvrir une ville qu'il aime. La narration est plaisante, les personnages attachants, pleins d'humour, de fantaisie, coléreux et sensibles. L'enquête menée de main de maître par un commissaire bientôt en retraite est l'occasion de découvrir un passé encore proche.
Un grand merci aux éditions j.C Lattès pour ce partage .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
fannyvincent
  06 novembre 2018
Un nouveau tome des Mystères de Marseille, plus de trois années après le dernier volet publié ? Peuchère, cela fait bien plaisir ! Dans ce treizième opus, Raoul Signoret va se retrouver confronté à une redoutable bande de gangsters qui n'a pas hésité à attaquer un train pour s'emparer d'un stock de lingots d'or. Notre célèbre reporter du Petit provençal va ainsi prêter assistance à son oncle, Eugène Baruteau, truculent chef de la police marseillaise, pour mettre hors d'état de nuire ces dangereux pilleurs.
Rien d'inédit en termes d'ingrédients dans cette nouvelle aventure, mais une histoire qui demeure assez efficace, distrayante, bien documentée, un récit peuplé de personnages hauts en couleur (dont certains plutôt dangereux…) dans laquelle on entend comme habituellement chanter les cigales et souffler le mistral…bref, un bon cru !
Commenter  J’apprécie          90
Albertine22
  18 août 2018
Cette année, je n'ai pas souhaité transformer mes vacances d'été en marathon de la lecture pour la rentrée littéraire. J'ai privilégié les coups de coeur de la famille et des amis, les livres sortis en poche et les auteurs que je suis depuis longtemps. Jean Contrucci appartient à cette dernière catégorie. J'apprécie les aventures de Raoul Signoret, reporter au "Petit Provencal" à Marseille et ses nouvelles aventures ne m'ont absolument pas déçue. L'auteur se sert toujours de la grande Histoire pour nourrir ses histoires et " La nuit des blouses grises" ne fait pas exception à la règle. En cette année 1910, le journaliste va tenter de découvrir les auteurs du hold-up du train PLM qui transportait plus d'une centaine de lingots d'or, mais la rédaction du journal va aussi se faire l'écho des représentations de Chantecler, pièce commise par Edmond Rostand, l'enfant du pays ou du passage de la comète Haley, qui suscite curiosité et anxiété.
Comme à l'ordinaire, Raoul Signoret va épauler à sa manière son oncle, le commissaire Eugène Baruteau, sur le point de prendre sa retraite. Lui même bénéficiera de l'aide de son épouse Cécile. Tous ces personnages récurrents (jusqu'au poète maison du "Petit Provencal" dont les vers de mirliton sont des morceaux de roi pour le lecteur) sont certes très typés, mais cela fait partie du plaisir. Que serait un roman de Jean Contrucci sans la cuisine de Thérèsou, la truculence d'Eugène Baruteau ou l'espièglerie de Raoul Signoret ? de même, les titres à rallonge des chapitres, le parler de l'époque et l'écriture elle-même participent à cette immersion dans le Marseille du début du 20ème siècle.. L'enquête nous permet de découvrir le milieu du grand banditisme à cette époque ainsi que le quotidien des blouses grises, ces "bergers" qui conduisent le bétail sortant des bateaux jusqu'aux abattoirs. Et pour la bouffée d'air (pas vraiment pur), le roman fait aussi un détour par les calanques, déjà polluées par des industries reléguées en périphérie de la ville. Jean Contrucci aime sa ville de façon inconditionnelle, avec ses beautés et ses laideurs, et cet amour est terriblement contagieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bigmammy
  08 octobre 2018
Après plusieurs digressions littéraires et historiques, Jean Contrucci nous livre le récit d'une nouvelle affaire policière, résolue avec talent par le reporter judiciaire du Petit Provençal Raoul Signoret en collaboration avec son oncle, patron de l'Evêché, Eugène Baruteau. Cette fois, ils sont aux prises avec le gang des Blouses grises, un accoutrement emprunté aux conducteurs de bestiaux des abattoirs et composé d'une ample blouse en toile épaisse, descendant jusqu'aux pieds et d'un passe-montagne avec visière ne laissant voir que les yeux ... Un excellent camouflage pour commettre un hold-up spectaculaire : l'attaque du wagon financier du train de marchandise 4717 dans la nuit du 18 février 1910, arrêté en pleine voie peu avant la gare Saint-Charles. Et dans ce train, le commando a dérobé en moins de dix minutes 120 lingots d'or et des tas de bijoux ...
Le hasard - ou le flair et surtout l'adresse sportive de Raoul Signoret - vont être mis à contribution pour résoudre l'énigme et pister les malfrats. On retrouve donc les composantes habituelles de la série : la famille sympathique du reporter, ses collègues du journal, la voix de stentor de son oncle torturé à la perspective prochaine d'avoir à prendre sa retraite ...
Mais aussi le rappel du tissu industriel de la cité phocéenne, de sa capacité immémoriale à se débarrasser de ses déchets dans la campagne alentour, la beauté saisissante de ses calanques ... Ses côtés peu reluisants également : le mépris à l'encontre des immigrés italiens qualifiés de Bàbis (traduction non précisée par l'auteur, mais moi je la connais : crapauds) comme disait ma grand-mère paternelle qui refusé d'assister en 1932 au mariage de son fils aîné au motif qu'il épousait une fille de Piémontais, le port de tous les trafics et la ville où la criminalité règne.
Toujours fondés sur une recherche précise des événements et personnalités du moment, les livres de Jean Contrucci nous plongent dans l'actualité quotidienne de cet hiver épouvantable de 1910 avec sa météo exécrable - ces pluies interminables qui ont inondé Paris pendant plusieurs semaines, les navires engloutis dans les tempêtes ... Pas de traces ADN ni de géolocalisation des téléphones en ce temps-là mais cependant déjà le fichage des empreintes digitales qui permet de confondre les coupables, même munis de passeports superbement falsifiés.
Une intrigue à rebondissements et, comme toujours, l'intervention tout en finesse de Cécile, l'épouse de Raoul, et le patois délicieux qui a bercé ma jeunesse. Un bémol toutefois : l'expression "au pégal" n'a jamais été l'équivalent marseillais de "en galère" mais signifie "au diable vauvert", donc très loin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Taylor
  11 septembre 2018
On pourrait se croire dans un épisode des Brigades du Tigre dès les premières lignes du roman. Un train est attaqué et c'est plus de 100 kilos d'or en lingots qui sont dérobés. Malgré les quelques témoignages qu'ils ont pu recueillir, les policiers en charge de l'enquête n'avancent à rien, les malfaiteurs semblent s'être fondus dans la nature. Cette affaire va vite devenir une épine dans le pied pour le commissaire Baruteau qui voudrait bien partir à la retraite la tête haute.
Grace à son neveu, journaliste au Petit provençal, il va pouvoir trouver des indices que seul il n'aurait sans doute jamais trouvé.
J'ai beaucoup aimé ce roman qui nous place dans le Marseille des années 30, le duo formé par le commissaire et son neveu vaut le détour et sans compter également sur l'aide précieuse de Cécile l'épouse de Raoul, qui est une source d'informations insoupçonnée.
Ce livre fait partie d'une série "Les nouveaux Mystères de Marseille" mais les romans peuvent se lire indépendamment les uns des autres.
Du coup, j'ai bien envie de me plonger dans les autres afin de prolonger ce voyage dans le temps vers une éopque bien différente de la notre mais que l'auteur a su très bien recréer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
fannyvincentfannyvincent   31 octobre 2018
- Moi ? Je n'ai qu'à décrocher mon combiné et on m'apporte ce que je veux AVANT même que je l'aie demandé, tellement je suis craint !
Commenter  J’apprécie          70
fannyvincentfannyvincent   28 octobre 2018
- Ça ne vous fait pas défaut dans votre métier ? Je pensais qu'on trouvait toujours un poste téléphonique dans un bistrot.
Commenter  J’apprécie          50
fannyvincentfannyvincent   24 octobre 2018
Désormais, dans la vie d'Emile Pardigon, il y aurait un avant et un après cette nuit du 11 au 12 février 1910.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jean Contrucci (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Contrucci
La Gare de la Blancarde à Marseille. Jean Contrucci.
autres livres classés : roman enquêteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le Marseille de Jean Contrucci

De quel grand journal Jean Contrucci (né en 1939) fut-il le correspondant à Marseille ?

Le Figaro
Le Monde
L'Aurore

14 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Jean ContrucciCréer un quiz sur ce livre