AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2344003789
Éditeur : Glénat (06/01/2016)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Une ville immortelle. Une damnation éternelle.

43 avant J.-C. César, le plus puissant des hommes, est sur le point de restaurer la monarchie à Rome et de monter sur le trône. Fou amoureux de Cléopâtre, la reine d’Égypte, il s’apprête à transférer le Palladium à Alexandrie. Un complot, initié par le Palladium lui-même, manipulant les vestales, vise à assassiner le Consul. Car l’icône souhaite demeurer dans sa crypte à Rome d’où elle puise son antique p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
BazaR
  20 juin 2016
44 avant J.-C. La République romaine s'éteint dans ses derniers soubresauts. C'est l'époque rêvée pour que la malédiction de la statue du Palladium se manifeste à nouveau. Jules César veut rétablir la monarchie à son bénéfice. Il est soutenu par Cléopâtre à qui il promet d'envoyer la fameuse statue en Égypte. Les familles Leo et Aquilia, détentrices maudites du secret du Palladium, savent que ce geste provoquera la fin de Rome. Encore une fois elles se déchireront et leurs actes se mêleront à l'assassinat de César aux Ides de Mars.
La réalité historique est à nouveau pliée aux commandements imposés par le scénario de la série, qui veut que la statue du Palladium doit rester à Rome sous peine de destruction définitive de la Ville. L'interprétation est ici de très bonne qualité. Cela tient largement à la personnalité des personnages historiques invoqués, Jules César en tête, dont l'intelligence, le goût du pouvoir, le courage face à son funeste destin aussi, explosent carrément. Cicéron est quelque peu parodié en tourne-casaque érudit manquant de bravoure. Quant à Cléopâtre, son portrait est aussi fort que celui que lui donna Liz Taylor dans le film de Mankiewicz. Deux absents : Marc-Antoine et Octave, mais il est vrai que leur rôle historique est postérieur à l'assassinat De César.
Le rôle des Leo et Aquilia est parfaitement intégré dans les évènements, déchirant à nouveau ses membres entre ceux qui suivent aveuglément la déesse prisonnière du Palladium, de peur de son courroux, et ceux, plus humanistes, qui ont foi en les hommes puissants de leur temps ou qui s'opposent à eux. L'affrontement final entre Furius Leo et Nautius Aquilia est cependant un peu trop théâtral de mon point de vue.
Le dessin d'Annabel est impressionnant, aussi à l'aise sur les structures latines que l'exotisme égyptien. Les scènes de combat naval dans les arènes m'ont particulièrement plu. Et on ne peut que compatir au devoir de dessiner toutes les ombres des plis de capes et de toges, abondantes à l'époque.
Seule déception véritable : la description de l'empire à venir comme uniquement fondé sur « la guerre, la conquête, la corruption et la lie de sang ». Je l'ai interprété comme un procès en règle : cet empire, c'est donc l'Enfer sur Terre ; rien de bon à en tirer. Si la Rome impériale a effectivement de quoi inspirer une déesse de sang, elle a aussi de quoi satisfaire une déesse de la civilisation. Jeter le bébé avec l'eau du bain est un peu facile.
Un très bon point aussi pour le dossier historique qui rétablit les faits après cette histoire imaginaire
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          307
Alfaric
  23 janvier 2016
A l'heure où les études antiques étaient menacées par des bobos hispters persuadés que les vieux et les morts n'avaient plus leur place dans le monde moderne compétitif (sic), le regretté Gilles Chaillet s'était lancé dans une entreprise démesurée : sur le modèle de l'oeuvre de Denys d'Halicarnasse, réaliser l'histoire totale de la ville éternelle d'Enée à Mussolini ! Cet amoureux de l'Histoire, de l'Antiquité et de Rome en particulier, nous a malheureusement quitté trop tôt pour l'accomplir… Et c'est les éditions Glénat, décidément portées sur l'Histoire ces temps-ci, qui ont confié la tâche à l'expérimenté trio Eric Adam, Pierre Boisserie et Didier Convard qui ont fait du Palladium le Faucon Maltais de l'entreprise…

Ce tome 3 de la saga "Roma" est consacré aux Ides de Mars, mais ce n'est pas à travers les yeux de Jules César que nous revisiterons l'événement…
La malédiction de Nyx continue, et sa fille Ker enfermée dans sa statue d'orichalque cherche encore et toujours à étancher sa soif de sang ! César, par ambition, par amour et par défi, souhaite transférer le Palladium à Alexandrie dont il compte faire sa nouvelle capitale. Furius Leo et Nautia Aquila vont tout mettre en oeuvre pour l'assassiner alors que Laena, fille du premier, et Nautius Aquilius, frère de la seconde, vont tout mettre en oeuvre pour le sauver. Comme nous marchons dans les traces des grandes tragédies de l'Antiquité, tout va fatalement se finir dans le sang et dans les larmes !!!
L'ambitieux César, l'ambitieuse Cléopâtre et l'innocent Césarion sont mis en avant en même temps que la dévouée mais bafouée Calpurnia, que Brutus le fils prodigue/indigne et Cicéron, le beau parleur persuadé d'être le parangon de la République Romaine alors qu'il n'en est que le bouffon… L'ombre du maître du fantastique italien Mario Bava plane toujours sur la saga, mais ici elle emprunte la forme des "Oiseaux" d'Alfred Hitchcock (ou de Daphne du Maurier, c'est selon en fait ^^).
Entre 3 et 4 étoiles, mon cœur balance 'donc ne soyez pas surpris si un jour la note change) : à l’image du tome 2, les graphismes du tome 3 bien que satisfaisants restent en deçà d’un scénario lui excellent : quelque part l’alchimie visuelle manque de vista malgré les bonnes intentions. Néanmoins il y a quelque chose de Guillaume Sorel chez Annabel, ici assistée aux couleurs de Filippo Rizzu, donc quelque chose d’un vrai potentiel et à l’avenir il faudra garder un œil sur elle…
Et il ne faudrait pas faire l'impasse sur le cahier historique de Bertrand Lançon, Historien et professeur émérite d'Histoire romaine à l'université de Limoges, véritable mine d'information tant pour l'amateur que pour le passionné !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          245
tchouk-tchouk-nougat
  05 février 2016
Le palladium et la haine de la déesse qui y est enfermée traversent les ages. Cette fois c'est césar qui va faire les frais de sa malédiction. Lui si grand, lui qui allait prendre le pouvoir absolu, lui qui allait réunir Orient et Occident va recevoir 23 coups de poignard ce jour funeste des ides de mars.
Les familles Furius et Aquila sont toujours les premières victimes du Palladium. D'un coté Furius Léo et la grande prêtresse Nautia Aquila protègent le Palladium qui doit rester à Rome coute que coute même si pour cela il faut pousser les sénateurs à assassiner César. Et de l'autre Nautius Aquila et Laena Furius qui font tous faire pour le protéger et se mettre en travers des desseins démoniaque du Palladium. Bref encore une tragédie familiale en plus de celle historique bien connue.
Le scénario est plutôt intéressant, ce n'est pas toujours facile avec un événement aussi connu et raconté que l'assassinat De César. D'ailleurs César et sa relation avec Cléopâtre sont ici au premier plan, on s'attarde au final assez peu sur les familles protégeant le Palladium.
J'ai bien aimé la façon dont a été montré cette relation entre la reine d'Egypte et César. Entre amour et intérêt politique. Tout y est. Même la pauvre Calpurnia, la femme officielle De César, si tolérante et quand même inquiète pour César le jour des Ides de Mars.
Le dessin est particulièrement lumineux et rend une Rome colorée très plaisante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
steph42
  17 février 2017
Belle mise en forme (scénario et dessins) de l'ascension De César.
c'est une belle série à recommander
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (4)
ActuaBD   04 avril 2016
S’il semblait inenvisageable de passer outre le personnage emblématique de César, Gilles Chaillet parvint évoquer avec justesse les sentiments de l’homme de pouvoir à la fin de sa vie.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BulledEncre   07 mars 2016
L’album est, comme les précédents volets, riche, très bien travaillé et servi par un excellent graphisme.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDZoom   28 janvier 2016
Après l’excellent premier volume dessiné par Régis Penet et un second album signé Luca Erbetta, c’est Annabel, jeune dessinatrice découverte avec la trilogie « Magus » qui propose la mise en images de cet éblouissant troisième volet. Un dessin élégant et lumineux, une parfaite maîtrise de la documentation, des séquences de foule époustouflantes : bref, une grande BD historique en cinémascope dont il faut saluer les couleurs de Filippo Rizzu.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Sceneario   25 janvier 2016
Une très intéressante lecture que je vous recommande !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   31 janvier 2016
[Calpurnia] Tu ne dors pas suffisamment, tu es bien pâle et même un peu fiévreux.
[César] Je te remercie de t’inquiéter pour moi, ma chère femme. L’Empire impose des sacrifices à ses serviteurs. Tous les sacrifices…
- Tu décides donc d’ignorer l’avertissement de l’haruspice qui t’a exhorté de pendre garde aux ides de mars.
- Nous sommes y sommes aux ides de mars, pourtant il ne m’est rien arrivé.
- Les ides sont bien arrivées, mais point passées… Cette nuit, un rêve m’a visité. Le toit de notre maison s’écroulait et je t’ai vu percé de coups entre mes bras.
- Tu as dû passer une bien mauvaise nuit, ma pauvre.
- Je t’en supplie, écoutes les présages.
- Aucun présage ne m’empêchera de bâtir un empire aujourd’hui. Je ne gouvernerai pas avec des superstitions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
AlfaricAlfaric   02 février 2016
- Il bafoue la République.
- Mais la plèbe l’adore. Elle a besoin d’un héros qui lui fait croire à l’éternité de Rome. Il se proclame descendant des dieux. A présent, il se comporte une divinité ! Il est bien le vrai maître de Rome, il faut s’en accommoder.
- Jamais ! Puisse-t-il brutalement disparaître…
- Allons mes amis, il faut vivre avec son temps. Et puis, seul un dément pourrait forger le dessein d’attenter à la vue de César !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
BazaRBazaR   19 juin 2016
-- Je vois. Tu me considères aussi comme un jouet entre les mains de Cléopâtre. Tu me connais bien mal, Furius Léo. Avec le temps, j'aurais cru que ton jugement à mon égard se serait affiné.
-- Tu m'a demandé un conseil, et je te l'ai donné franchement. Devrais-je te plaire à chaque fois que je te parle, tel un vulgaire courtisan?
Commenter  J’apprécie          260
AlfaricAlfaric   08 février 2016
- Le grand Cicéron et le sénateur Brutus demandent à être reçu, ma reine. Ils sont à la porte du palais.
- Le grand Cicéron, la girouette du Sénat ? Vient-il chez moi pour prendre le sens du vent ? Je croyais pourtant que sa haine de la putain égyptienne l’éloignerait des murs de ce palais à tout jamais…
- Sur le forum, tout le monde dit que c’est un grand orateur…
- Mais de sa bouche ne coule que du fiel ! Cependant j’aurai grand plaisir à clouer le bec de la plus célèbre concierge de Rome. Et si je m’offrais toute nue à ce vieux barbon ? Avec l’épouse acariâtre qu’il se traîne, il ne doit pas bander tous les jours, ce pauvre Cicéron ! Cela lui donnerait enfin une bonne raison de me traiter de putain…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
AlfaricAlfaric   26 janvier 2016
[Cicéron] Dis-moi ; qu’est devenue l’égyptienne, qui a causé tous ces désordres ?
[Herennius] De retour dans son pays, elle s’est empressée de faire assassiner son frère pour régner sans partage sur l’Egypte.
- Quel caractère !...
- Ce n’est pas tout : elle a aussi envoyé tout une flotte soutenir Octave et les partisans de César.
- Elle ne l’a donc pas oublié. Peut-être s’aimait-t-il vraiment après tout… ? Mais a-t-on déjà vu l’amour diriger le monde ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
Lire un extrait
Videos de Didier Convard (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Convard
Protocole du tueur
autres livres classés : rome antiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1737 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre