AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mireille Vignol (Traducteur)
ISBN : 274670823X
Éditeur : Autrement (17/01/2008)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 161 notes)
Résumé :
"Voilà une caractéristique bien particulière des gens de l'Ouest, songea Grant. Tu peux coucher avec leurs femmes, spolier leurs filles, vivre à leurs crochets, les escroquer, faire presque tout ce qui te frapperait d'ostracisme dans une société normale ils n'y prêtent guère attention. Mais refuser de boire un coup avec eux et tu passes immédiatement dans le camp des ennemis mortels. Et merde, à quoi bon? Il ne voulait même plus penser à l'Ouest, à ses habitants et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
viou1108
  21 mai 2013
« Le choix entre se tuer ou ne pas se tuer. Il n'avait que cette décision à prendre. »
Sous des allures shakespeariennes, voilà l'alternative extrême qui s'offre à John Grant au bout des 200 pages de ce court roman écrit vers 1960, devenu un classique en Australie.
Roman court mais intense et fulgurant, qui nous plonge, le temps d'un cauchemar éveillé, en plein Outback, dans le « Coeur mort » de l'Australie. le titre original « Wake in fright » (S'éveiller dans l'effroi) en dit long et s'accorde mal avec le cliché du blond surfeur bronzé sable chaud des plages de Sydney. Vous voilà prévenus.
John Grant est instituteur récemment diplômé, et Tiboonda, sa première affectation, ressemble à une punition, entre ennui mortel, fournaise et élèves pas concernés. Mais ouf, arrivent les vacances d'été comme une bouffée d'air climatisé, et Grant savoure à l'avance les six semaines qu'il va passer à Sydney. Bientôt la quille, donc, juste une nuit à Bundanyabba avant de prendre l'avion.
Mais quelle nuit… elle se prolongera 3, 4, 5 jours… ? Difficile à dire pour Grant, qui s'abîme dans le jeu puis l'alcool, « comme s'il avait délibérément décidé de se détruire ; et pourtant les événements semblaient s'être enchaînés naturellement ». C'est ce qui est sidérant dans cette histoire : comment un jeune gars plutôt respectable se laisse emporter sans pouvoir résister par la vague de la déchéance, malgré les sursauts de lucidité de sa conscience. Une glissade inexorable sur une pente rendue instable par la bière : « une seule intrusion tolérée du progrès, enracinée sur des milliers de kilomètres à l'est, au nord, au sud et à l'ouest du Coeur mort empêche la population de sombrer dans la démence la plus absolue : la bière est toujours fraîche ».
En route vers l'autodestruction, Grant pariera son dernier sou, s'embarquera dans une chasse nocturne aux kangourous totalement hallucinée en buvant jusqu'à plus soif, et c'est par la « grâce » de cette ivresse extrême qu'il refoulera l'épisode orgiaque qui s'ensuivra (et dont nous ne saurons rien ; tout est dans la suggestion).
J'avoue fantasmer depuis longtemps sur l'Australie (pas seulement sur les surfeurs blonds précités), j'ai donc commencé cette lecture avec un a priori favorable. C'est évidemment subjectif, mais je pense qu'on frôle le chef-d'oeuvre. Ce livre m'a fait une forte impression, assez indescriptible, presqu'un choc. C'est grandiose, magistral, brûlant, violent, et terrible de voir à quelle promiscuité morale mènent l'ignorance et l'ennui dans un environnement hostile. Ce roman, sans avoir l'air d'y toucher, a la brutalité d'un coup de poing inattendu dans la solitude de la nuit, là où seule la lune pourrait compatir si elle n'était si froide et distante. Et on a du mal à croire que, même s'il y a un dieu pour les ivrognes, il puisse se trouver une bonne étoile pour les désespérés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          475
Crossroads
  14 juillet 2014
John Grant est instituteur dans la classe unique de Tiboonda, petite bourgade australienne qu'il déteste.
Il est heureux et pour cause, le temps des vacances a enfin sonné. Direction Sidney via Bundanyabba, dit Yabba, petite bourgade australienne qu'il va rapidement détester.
Avancer que ce qu'il envisageait a totalement tourné au fiasco est un doux euphémisme. Very Bad Trip à côté, c'est bonne nuit les petits...
Une virée en enfer, ni plus, ni moins.
Et les mauvaises intentions, il va y répondre plutôt deux fois qu'une car le garçon a de la ressource.
Certains creusent leur tombe avec leurs dents, John a décidé que ce serait à grands coups de tord-boyaux, à chacun sa méthode.
Le réveil sera brutal, la douleur persistante.
De choix regrettables en rencontres invraisemblables, notre pub vivante " l'alcool, non, mais l'eau ferru, ferrugineuse, oui! " construira sa légende éthylique, de celles que vous regretterez toute votre vie. Seulement voilà, John aura-t-il assez de toute une vie pour que s'estompent de sa mémoire ces cinq matins de trop ?
Un court roman hallucinatoire aux scènes surréalistes ( cf la chasse aux kangourous ), Cinq Matins de Trop se boit d'une traite et vous laisse une sacrée gueule de bois la dernière tournée essorée...
4,5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          435
kuroineko
  08 août 2017
Voici un livre qui ne donne guère envie d'aller se perdre dans l'arrière-pays australien. Voire même d'aller en Australie...
Le personnage principal enseigne dans un trou paumé qui tient plus du four à ciel ouvert que du village. Mal payé, fatigué, il n'attend qu'une chose: ses vacances pour traverser le pays-continent et retrouver ses proches et un climat moins ouvertement hostile.
Enfin, il y est! Sauf que ça ne va pas tout à fait se passer comme il l'espérait.
On ne dénoncera jamais assez les méfaits de l'alcool et du jeu de hasard (surtout combinés!) et les erreurs qu'ils poussent à faire. Et ça, on peut dire qu'il les accumule, notre héros!
Un livre à la cocasserie aussi corrosive que le tord-boyau maison. Kenneth Cook dépeint un outback peu propice à l'humanité. D'ailleurs, les spécimens dont il dresse le portrait ont de quoi faire fuir... A se demander si ça tient à l'alcool ou à une consanguinité aggravée. Les deux, peut-être...
Si ce roman ne figurera certes pas parmi mes lectures favorites, il m'aura au moins permis de découvrir la plume grinçante de cet auteur. L'histoire m'a rappelé Piège nuptiale de Douglas Kennedy. Si l'intrigue diffère, on pourrait aisément croire que les deux écrivains se sont prêté les personnages. Quand je dis que ces contrées de l'Australie ne me semblent pas une bonne destination!!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          203
Drych
  05 juillet 2013
Le roman court d'une vie qui bascule pour un rien, par hasard , pour une simple faiblesse vénielle mais malheureusement pas anodine. Et puis une espèce d'engrenage infernal échappant à tout contrôle. le tout dans le cadre sauvage et torride du bush de l'ouest australien. La leçon est radicale.
Commenter  J’apprécie          170
RunMyMind
  04 décembre 2014
Qui put croire que de la stérilité du poussiéreux Outback puisse naître l'un des romans les plus emblématique de la littérature Australienne ?
Dès les premiers paragraphes, le lecteur se retrouve plongé sur cette terre aride, la poussière rougeâtre s'insinuant lentement, poussée par de suffocantes bourrasques jusque dans son imaginaire où se dresse une baraque décrépite: l'école où officie notre héros. La dernière journée d'école tend à s'achever dans l'unique classe où les élèves attendent piteusement, abrutis par la chaleur, l'heure fatidique.
Les vacances de Noël sont une bénédiction pour John Grant, jeune professeur par défaut, parachuté en plein désert pour sa première année d'instituteur. Celui-ci, vivant dans un hôtel de la bourgade ne se fait pas prier pour enfourner son modeste pécule avant de s'engouffrer dans le premier train direction Sidney. Sydney l'idyllique, le retour au pays natal et ses évocations d'un climat plus tempéré et d'un amour à raviver. Seulement, il lui faut pour cela s'arrêter dans la bourgade de Yabba, le train ne passant que le lendemain.
John Grant se retrouve donc en plein après midi, sous un soleil lourd et suffoquant, le poussant à entrer dans la première gargote climatisée. Dans l'outback, les indigènes conjurent la chaleur à grand renfort de bières fraiches. coutume locale qu'ils dispensent avec bonhommie à quiconque. Ici le refus de se faire payer un verre rend suspicieux voire hostile les habitants. Grant s'abandonne alors, durant plusieurs conversations stériles où des habitants chauvins lui demandent invariablement "Comment vous trouvez Yabba ? Y'a pas mieux non?", les lèvres dégoulinantes de houblon. Bientôt pris sous l'aile du shérif de la ville, Grant découvre l'un des jeux phare de la ville, sorte de pile ou face sur lequel les habitants parient leur salaire. Attiré par l'argent facile, notre héros pariera ses maigres économies avant de doubler, de tripler, de quadrupler ses gains. S'offrent alors à lui les promesses les plus folles, s'offre à lui la possibilité de fuir le fourneau de l'Outback. Définitivement. Seulement un coup malchanceux lui fait tout perdre. S'amorce alors le début de la déchéance pour Grant qui, durant 5 jours s'enfoncera dans un éthylisme forcené l'amenant à côtoyer une faune locale aux moeurs douteuses. Entre un groupe de chasseurs massacrant des "roo", un médecin violeur et amateur de testicules de kangourous et autres personnages tout aussi dérangés, c'est la vie de Grant qui, sans le sou et acculé, n'aura, pour échapper à l'enfer, que la solution la plus radicale à sa disposition.
C'est avec un style simple et agréable que Kenneth Cook nous dépeins avec un réalisme cru cette terre, royaume des parias de la civilisation, où ne s'entête à germer que la folie et le vice.
Un chef d'oeuvre de la littérature et assurément un de mes romans fétiche.
(Je vous conseille le film "wake in fright", adaptation du livre, réalisé par Kotcheff qui est vraiment excellent).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
viou1108viou1108   12 mai 2013
Il atteignit l'hôtel, traversa le plancher affaissé de la véranda et entra dans le bar. On y était à l'ombre, mais pas au frais. Il ne faisait jamais frais à Tiboonda, mis à part les nuits de plein hiver, quand le froid te pénétrait les os. En hiver, on désirait l'été; en été, on désirait l'hiver; et été comme hiver, c'était bien le diable si l'on ne souhaitait pas être à des milliers de kilomètres de Tiboonda.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
viou1108viou1108   21 mai 2013
Voilà une caractéristique bien particulière des gens de l'Ouest, songea Grant. Tu peux coucher avec leurs femmes, spolier leurs filles, vivre à leurs crochets, les escroquer, faire presque tout ce qui te frapperait d'ostracisme dans une société normale : ils n'y prêtent guère attention. Mais refuse de boire un coup avec eux et tu passes immédiatement dans le camp des ennemis mortels.
Commenter  J’apprécie          170
MarymaryMarymary   03 avril 2015
Le kangourou, complètement étripé, avait traîné ses entrailles sur une dizaine de mètres. Son corps était tellement fracassé que des os, blancs et luisants, lui sortaient de la peau tous les quelques centimètres.
Joe et Dick allèrent inspecter les dégâts causés à la voiture, mais Tydon, resté en arrière, sortit son propre couteau et châtra adroitement la carcasse.
Grant observa l'incident sans réagir. Joe dit :
- Doc les mange. Il dit que c'est c'qui y a de meilleur dans le 'roo.
Grant se sentit défaillir en pensant au hachis que lui avait servi Tydon dans l'après-midi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
viou1108viou1108   13 mai 2013
Les étoiles, les étoiles de l'Ouest, si nombreuses, si brillantes, si proches, si propres, si claires, qui tranchaient le ciel de leur froideur impitoyable; des étoiles pures, dépourvues de passion; des étoiles aux commandes de la nuit et d'elles-mêmes; sans exigence et sans pitié; elles se surpassaient dans leur rôle et représentaient l'élément indispensable permettant à Dieu de prouver que la création de l'Ouest n'avait pas été qu'une simple et grossière erreur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
kilitoukilitou   11 août 2010
Voilà une caractéristique bien particulière des gens de l'Ouest, songea Grant. Tu peux coucher avec leurs femmes, spolier leurs filles, vivre à leurs crochets, les escroquer, faire presque tout ce qui te frapperait d'ostracisme dans une société normale : ils n'y prêtent guère attention. Mais refuse de boire un coup avec eux et tu passes immédiatement dans le camp des ennemis mortels.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Kenneth Cook (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kenneth Cook

Chronique des libraires de Dialogues, spéciale coups de cœurs de lycéens.
Les libraires de Dialogues vous proposent cette sélection de livres qui ont été leurs coups de cœur d'adolescents. À savoir : le koala tueur de Kenneth Cook, les Chroniques de San Fransisco...
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les prénoms des personnages de Harry Potter (+ noms dans la version originale)

Quel est le prénom de Hagrid ?

Hagrid est son prénom
Rubeus
Filius
Severus

17 questions
3635 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'Ecole des Sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre
.. ..