AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alain Robert (Traducteur)
ISBN : 2290348775
Éditeur : J'ai Lu (10/04/2006)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 190 notes)
Résumé :
Les annales de la Compagnie Noire, Tome 04:
Jeux d'ombres

Il n'en reste plus que sept : Toubib, Gobelin, Qu'un-Œil, Otto, Hagop, Murgen et la Dame, rebaptisée Madame. Jamais dans l'histoire de la légendaire Compagnie noire les effectifs n'étaient tombés si bas. Toubib, archiviste aujourd'hui capitaine, entreprend un retour aux sources, à Kathovar, mythique berceau de la Compagnie. Mais des milliers de kilomètres de jungle et de régions inexp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Apophis
  07 septembre 2016
Un très bon tome, mais qui souffre de la comparaison avec ses prédécesseurs et qui n'est pas exempt de défauts parfois assez sérieux
Ce roman, le premier des Livres du sud, nous conduit, dans le sillage d'une Compagnie Noire réduite à peau de chagrin (sept membres !), vers les obscures (dans tous les sens du terme) origines de l'unité, vers la lointaine Khatovar, à… 12 000 kilomètres de là. Très dépaysant grâce à son ambiance africaine qui tranche avec celle de tous les tomes précédents, il renoue cependant avec les origines du cycle en remettant l'aspect militaire au centre de l'intrigue, dans la lutte contre de nouveaux adversaires : les Maîtres d'Ombres.
Il propose aussi une nette évolution de deux personnages emblématiques (Toubib et la Dame), ainsi que de nouveaux personnages très intéressants (notamment Mogaba, Fumée et Crapaud). L'action est très présente, le rythme est là, l'écriture de Glen Cook (et le travail de son traducteur) sont à leurs sommets, et donc tout devrait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Sauf que… ce tome marque un net recul dans l'ambition de la structure narrative (on suit cette fois la Compagnie noire elle-même, presque sans changements de points de vue, et sans complexités dans le genre flash-backs), et surtout il amplifie un gros défaut présent dans La pointe d'argent (dont je ne vais rien dire de plus pour ne pas spoiler), et toutes les révélations sont té-lé-pho-nées.
Bref, en deux mots, c'est un livre intéressant, mais qui marque un vague recul en terme de qualité avec ses prédécesseurs. Toutefois, une fin coup-de-poing fait qu'on a vraiment hâte, du coup, d'attaquer la suite.
Retrouvez la version complète de ma critique sur mon blog.
Lien : https://lecultedapophis.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Igguk
  26 mai 2016
La Compagnie Noire n'est plus, ou presque. Après le carnage des Livres du nord (attention ça va sûrement spoiler les tomes précédents, obviously) ils ne sont plus que sept sous le commandement d'un Toubib qui se serait bien passé de la nouvelle responsabilité. Il est temps pour eux de partir, de revenir aux origines de la Compagnie, à Khatovar, cap au sud.
C'est donc une mini-Compagnie qui prend la route. Otto, Hagop, Madame, Murgen, Toubib et les inénarrables sorciers Gobelin et Qu'un oeil font route vers la cité d'origine des compagnies franches. En chemin, la troupe va se remplumer en recrutant pas mal de monde, aidée par sa réputation centenaire. La joyeuse bande va visiter des contrées que leurs prédécesseurs avaient déjà traversées en sens inverse des centaines d'années auparavant, et apparemment ils ont laissé des souvenirs aux locaux. Seul problème : aucune trace de ces histoires dans les annales de Toubib, qui ne vont pas si loin dans le passé. C'est donc en aveugle que nos « héros » avancent et ils finissent par tomber sur un obstacle de taille : Les maîtres d'ombres règnent sur le pays qu'ils doivent traverser, et ils ont l'air très intéressés par la Compagnie Noire.
C'est un plaisir de retrouver Toubib et ses compagnons (enfin, ceux qui restent). Les mages se foutent toujours sur la gueule pour un oui ou pour un non, les relations entre les vétérans sont très divertissantes, oscillant entre la confiance aveugle, la méfiance, la complicité, l'incompréhension. L'analyste est soumis à rude épreuve, son baptême du feu en tant que Capitaine lui met la pression et il fait de son mieux pour pas faire de connerie. Et pour pimenter le tout, sa relation compliquée avec Madame (anciennement La Dame) lui occupe un peu l'esprit.
Dans ce 4e tome des annales (si on compte pas La pointe d'argent), Glen Cook nous fait voir du pays. Ces nouvelles contrées exotiques plongent la Compagnie dans l'inconnu, ils ne connaissent ni la langue, ni la situation politique de ces régions et doivent reformer un semblant d'armée cohérente. C'est donc l'occasion de rencontrer les nouvelles recrues qui restent finalement assez en retrait mais ne manquent pas d'intérêt pour autant. le génie Crapaud sera crucial pour le renseignement et les Nars recrutés en chemin seront des soldats de choix. Contrairement à la première trilogie, Toubib est vraiment le centre d'attention du récit et on reste centré sur lui, il n'est plus le témoin mais le stratège. Les autres personnages apparaissent finalement comme des pions sur son échiquier. A part Madame et les deux sorciers qui font toujours les pitres, on s'attache moins au reste de la bande, on perd ce sentiment d'appartenance à une grande famille qu'on pouvait avoir avant.
Encore une fois, l'auteur nous livre une aventure dont le rythme peut surprendre, il ne suit aucune structure classique apparente et fait un peu comme il veut. Les trois premiers quarts du livre sont calmes, des dialogues, des intrigues, des messes basses et du crapahutage. On scrute, on complote, on se méfie et on fait profil bas. L'action est rare mais la tension et le suspense suffisent à tenir le lecteur, en plus du côté fun des dialogues et de l'écriture de Cook en général. En effet, le récit à la première personne présenté par Toubib a toujours ce ton rigolard et ces petites vannes qui nous attachent à cet univers et cette bande atypique. Il y a quand même une certaine confusion dans la construction qui rappelle le démarrage de la saga, quand on comprenait pas grand chose, mais on s'y retrouve finalement assez bien.
L'arrivée à Taglios sera l'occasion de démêler les intrigues politiques et de savoir qui roule pour qui, alors que les locaux ont l'air de cacher pas mal de choses. Toubib avance au jugé, il va devoir s'affirmer en tant que chef pour mener l'histoire vers une grosse baston qui vient clore ce tome en apothéose. On retrouve dans les cent dernières pages tout ce qui fait le sel des scènes de combats de la première trilogie : Des champs de bataille immenses où chaque armée a son lot de sorcier hyper-puissants dans ses rangs, qui vont faire dans la pyrotechnie pas bien subtile. Ça y'est, ça castagne et ça propulse le lecteur vers un final vraiment monstrueux, quel petit sournois ce Glen.
Un épisode au rythme pépère qui permet à la Compagnie Noire de se refaire tranquillement avant un final explosif comme on aime, des nouvelles têtes, des bonnes surprises, et toujours cette ambiance bien particulière à la série. On peine à retrouver le feeling du début de la saga mais arrivé à la conclusion on en redemande.
Lien : http://ours-inculte.fr/jeux-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
boudicca
  22 avril 2012
Alors qu'après une énième défaite du Dominateur la Compagnie noire se retrouve affaiblie comme jamais, Toubib, désormais capitaine, entreprend avec les survivants un voyage au delà de la mer des Tourments vers Kathovar. Si l'absence de certains se fait cruellement ressentir, on retrouve malgré tout avec plaisir les piliers de cette troupe de mercenaires : les sorciers Gobelin et Qu'un Oeil toujours aussi querelleurs, Toubib dans son tout nouveau rôle de leader, la Dame rebaptisée Madame et qui elle aussi a bien du mal à s'adapter à son récent statut... de nombreux personnages font également leur apparition et viendront grossir les rangs dégarnis de la Compagnie qui se retrouve une nouvelle fois embarquée malgré elle dans un conflit qui ne la regarde pas.
Si l'intrigue est peut-être ici un peu moins passionnante que dans les précédents volumes, on se laisse malgré tout aisément embarquer dans le récit. L'auteur nous montre encore une fois tout l'étendu de son talent en nous dévoilant une toute autre facette de son univers, bien loin du Désert de la Peur ou des Tumulus que l'on avait pu rencontrer auparavant. Alors que la Compagnie remonte le fil de son histoire on découvre ainsi de nouveaux paysages, de nouvelles cultures et surtout de nouvelles énigmes qui n'ont pas fini de donner des cheveux blancs à Toubib (comme si sa complexe relation avec Madame ne suffisait pas!). Un tome où l'action se fait peut-être moins trépidante donc, mais de la même qualité que les précédents volumes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Meps
  11 juin 2017
Un bon roman de fantasy doit à tout le moins avoir deux caractéristiques principales pour moi: inventer un monde de toutes pièces, qui tienne la route et nous emporte... mais aussi que ce monde, par certains de ses aspects nous fasse réfléchir sur le notre. Ces caractéristiques sont remplies par les romans du cycle de la Compagnie noire... mais pas uniquement. L'humour y est aussi constamment présent, et les personnages principaux, loin d'être les gentils habituels et stéréotypés, sont plutôt des hommes assez vils, avec leurs grandes faiblesses, et que l'héroïsme n'atteint souvent presque que par hasard. Cela permet du coup d'autant plus de parallèles avec notre monde, en explorant les failles des personnages principaux et en les confrontant à nos propres limites.
Ici, c'est un peu un reboot des aventures de la compagnie après un premier cycle de trois romans, nommés les livres du Nord. Jeux d'ombre ouvre les livres du Sud et parvient à redonner un souffle à l'aventure, notamment en mettant le narrateur Toubib au centre et au coeur des décisions qui engageront l'avenir d'une compagnie bien réduite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
boubously
  19 novembre 2012
Nous nous retrouvons dans ce 4ème Tome avec une compagnie décimée sachant qu'il n'en reste que quelques uns tels que Toubib, Gobelin, Qu'un Oeil, Murgen et La Dame...
Après la victoire des armées de l'Empire et de la Rose Blanche sur le Dominateur, la Dame a été destituée magiquement de ses pouvoirs et a fait sermon de devenir un membre intégral de la Compagnie Noire sous le nom de Madame. de plus Toubib devient à l'unanimité " le Capitaine " et par conséquent le Chef de Guerre. Ces membres et lui-même décident de retourner dans leur ville natale " Kathovar " afin d'y déposer les annales propres à leur histoire. Mais des milliers de Km les séparent du Sud et ils vont devoir traverser de multiples épreuves avant d'y arriver. Notamment traverser une jungle hostile, affronter de terribles pirates et défendre un siège a " Taglios " face à 4 Maîtres d'Ombres sorciers très puissants dont l' identité de certains nous sera révélée qu' à la fin.
La mise en place de ce tome est assez longue avec beaucoup moins d'action que dans les volumes précédents. Mais c'est avec ravissement tout de même de voir comment la Compagnie redevient une véritable armée avec l' arrivée de nouveaux personnages importants et de voir comment évolue les relations sentimentales entre le Toubib et La Dame.
De plus " le Toubib " devient LE personnage important car il devient plus que jamais le Maître à jouer de cette compagnie.
Le style de Glen Cook est toujours aussi agréable en arrivant à nous plonger dans l'action de manière brutale mais tout autant jouissive.
Pour conclure, un début certes un peu longuet mais la fin et notamment les 100 dernières pages valent le coup d'être patient car elles donnent lieu à 2 batailles épiques à rebondissements avec notamment une fin en suspend qui nous fait saliver d'impatience quant à la suite ! de plus vous verrez que le titre du livre " Jeux d'ombres " correspond tout à fait à l'histoire de ce 4ème Tome...
Encore un très bon " Compagnie Noire " et de ce pas je m'en vais lire le 5ème de suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
TeaSpoonTeaSpoon   24 janvier 2013
Peut-être quelqu'un viendra-t-il avant que j'y passe? J'en ai tellement marre que j'aimerais voir arriver même quelqu'un de l'autre camp. Saloperie de flèche. Achevez-moi. Qu'on en finisse.
Du mouvement... Juste mon abruti de cheval. Il broute son déjeuner. Transforme le gazon en crottin. Une journée ordinaire pour lui. Va me chercher un seau de bière, connard. Puisqu'il paraît que t'es si malin, pourquoi t'as pas l'idée de ramener une dernière mousse à un mourant?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
MepsMeps   11 juin 2017
Je suppose que chacun d'entre nous, à un moment ou à un autre, trouve une personne avec qui se noue une relation d'une totale honnêteté, quelqu'un dont l'opinion bienveillante devient un substitut de l'opinion générale. Et cette opinion prend bientôt plus d'importance que toutes les soifs secrètes et mesquines de richesse, de luxure, de renommée, que toutes ces pulsions qui nous animent quand nous mentons au monde en croyant n'être que de braves gens amènes. Elle était pour moi cette personne sans fard, et je l'étais pour elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
boudiccaboudicca   22 avril 2012
C'est la fin et pourtant je continuerai à tenir ces annales, ne serait-ce que par la force d'une habitude enracinée par vingt-cinq ans de pratique. Et qui sait? peut-être ceux à qui je dois les ramener trouveront-ils quelque intérêt à ces notes. Le coeur ne bat plus mais les spasmes agitent encore les membres. La Compagnie est morte de fait, mais son nom survit. Et nous, ô dieux impitoyables, nous restons pour mesurer le pouvoir des noms.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
TeaSpoonTeaSpoon   14 janvier 2013
Rien ne saurait être plus irrationnel et aveugle - et godiche - qu'un homme empêtré dans une passion obsessionnelle.
Les femmes semblent moins bêtes. On les prétend plus faibles. Mais on prétend aussi qu'elles se transforment en harpies quand elles sont frustrées.
Commenter  J’apprécie          100
pandarouxpandaroux   23 février 2013
- Tu sais ce qu'on est en train de faire, Toubib? m' a demandé Gobelinl
- Comment ca?
- On remonte dans le temps.
Remonter le temps. Remonter le fil de notre propre histoire. Une remarque toute simple,mais une réflexion assez juste.
Commenter  J’apprécie          30
Video de Glen Cook (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Glen Cook
Fantasy au Petit-Déjeuner épisode 17 consacré au cycle dark fantasy "La Compagnie noire" de l'auteur américain Glen Cook.
autres livres classés : dark fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1382 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre