AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Les liens du sang (15)

marina53
marina53   02 octobre 2014
Nous contemplons souvent nos vies à travers le prisme de ce qui aurait pu être – un mari vivant, un lieu différent, un autre travail - , et que plonger le regard plus loin au fond de la petite mare de rien du tout qui nous entoure revient à observer l'insondable abîme à l'oeil nu.
Commenter  J’apprécie          370
marina53
marina53   03 octobre 2014
Nous sommes tous, tous, incroyablement imparfaits.
Commenter  J’apprécie          300
nameless
nameless   25 mai 2019
Avec ses cheveux longs et sa jupe à fleurs, on aurait pu la prendre pour une hippie des années 60, une de ces filles de Woodstock qui se vautraient dans la boue ou nageaient toutes nues dans la rivière d'à côté. Les images de cette époque - les grandes farandoles, les robes de paysanne, et même les slogans follement idéalistes, All you need is love, Give peace a chance - m'avaient toujours paru tristes, presque déchirantes, comme la photographie non pas d'une période de notre histoire sociale, mais plutôt de ce moment où, dans chaque vie, réaliser ses rêves paraît presque possible.
p. 72
Commenter  J’apprécie          200
Antyryia
Antyryia   10 août 2019
Nous sommes comme la Terre. La température de la surface peut varier, mais dans notre cœur nous sommes tous incandescents.
Commenter  J’apprécie          163
caro64
caro64   15 janvier 2010
J'ai eu l'impression qu'un invisible levier avait été actionné et que, par une trappe qui se dérobait d'un coup sous mes pieds, je sombrais dans une réalité parallèle
Commenter  J’apprécie          90
Cath36
Cath36   27 novembre 2011
Mais qu'est-ce que tu aurais bien pu faire face à cette appréhension ? Tu sens que rien n'aurait pu y changer quoi que ce soit. La mort t'a enseigné que nous sommes incapables de savoir où tel chemin nous mènera, incapables d'en déterminer l'issue, heureuse ou malheureuse, calamiteuse ou anodine, et que c’est cette imperfection fondamentale qui dessine la tragédie de l'existence. Tu sais que nous le savons tous sans le savoir. Car les choses les plus sombres demeurent pour nous comme une tempête au large : on ne sait rien de sa véritable violence tant qu'elle n'a pas touché nos rivages.
Commenter  J’apprécie          60
Woland
Woland   13 juin 2012
[...] ... Tu pensais être un ruisseau cristallin, nettoyé de toutes ses impuretés, surtout de cet énorme amas de faits et de citations que tu avais emmagasinés puis effacés pour devenir au bout du compte ce que le Vieux, avec tant de mépris, t'avait accusé d'être : un "fan de cinéma."

Mais en vérité, tu n'étais qu'un fleuve d'angoisse, vaseux et trouble, roulé par son propre contre-courant privé de lumière.

Et pour en connaître la profondeur, il te suffit de mesurer ce qui a été retiré de son fond couvert de fange : un monde de lectures ensevelies.

Tu repenses tout à coup aux Trois Morts, la nouvelle de Tolstoï. Tu te souviens qu'une fois décrites les deux premières morts l'angoisse monte, car la fin du récit approche sans qu'apparaisse à l'horizon la troisième mort, ni même un personnage qui semblerait condamné. Or voilà qu'un paysan surgit avec une hache à l'épaule. Il traverse péniblement un cimetière et se dirige vers un grand arbre. Au premier coup de hache, tu sens l'arbre qui frémit. Ses branches déployées tremblent de peur, d'une peur qui fait vaciller jusqu'à la dernière petite feuille. A chaque coup, l'arbre craque un peu plus, comme une force pleine de vie qu'on assassine et qui s'épuise, jusqu'à son dernier râle. Il finit par s'effondrer de toute sa masse. C'est cet arbre abattu, le troisième mort du récit.

Maintenant, ce sont quatre morts qui tournoient autour de toi comme les restes fracassés d'un navire détruit. Tu sens une drôle de moiteur sur le bout de tes doigts, de l'eau qui te monte jusqu'aux chevilles, une rambarde en fer forgé, noire, ruisselante, et une grosse branche. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AuroraeLibri
AuroraeLibri   11 septembre 2019
Oui le mal était en nous, et il le resterait toujours.

Chapitre Dix-Huit
Commenter  J’apprécie          00
AuroraeLibri
AuroraeLibri   11 septembre 2019
Cette nuit-là, alors que je ne trouvais pas le sommeil, je me suis demandé s'il n'arrive pas un moment, dans la vie, où l'on découvre qu'on n'a quasiment pas échappé à l'héritage terrible du Vieux, tout comme Diana; je croyais qu'avec lui avait aussi disparu sa folie chronique , enterrée six pieds sous terre.
J'entendais ma soeur dire : Mark pense que c'est en nous.

Chapitre quinze
Commenter  J’apprécie          00
AuroraeLibri
AuroraeLibri   11 septembre 2019
En cela, tu étais comme leVieux pendant ses délires, obsédé par l'ennemi, le seul et véritable vecteur de ce désordre héréditaire.

Chapitre quinze
Commenter  J’apprécie          00




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Tout sur one piece (difficile)

    quel est le 1er homme de l équipage de Gold Roger ?

    baggy le clown
    shanks le roux
    silver rayleigh
    crocus

    30 questions
    1017 lecteurs ont répondu
    Créer un quiz sur ce livre