AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Mireille Vignol (Traducteur)
EAN : 9782080279484
256 pages
Autrement (02/03/2022)
3.64/5   233 notes
Résumé :
Un kangourou accroc à la bière que l'alcool rend agressif, un pilote qui s'évanouit aux commandes de son avion en découvrant que s'y trouvent des lézards à collerette, un homme à deux doigts d'en finir à tout jamais avec ce sport national qu'est le cricket. Autant de situations farfelues, incongrues, hilarantes qui font la force de Kenneth Cook, auteur australien aussi culte qu'incontournable.
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 233 notes
5
10 avis
4
21 avis
3
14 avis
2
5 avis
1
0 avis

Sachenka
  19 janvier 2019
Les histoires de Kenneth Cook sont toujours aussi hilarantes. On sait bien que l'Australie est remplie d'animaux dangereux mais c'est à croire que toutes les créatures de ce pays, mêmes les plus inoffensives, ne cherchent qu'à nuire à l'auteur. Voire à attenter à sa vie. Mais, au moins, de manière humoristique. Ce dernier recueil, L'ivresse du kangourou et autres histoires du bush, est dans la même veine, tout aussi drôle. Ou presque. Cette fois-ci, même si j'ai bien apprécié, j'ai davantage souri que ri. C'est que, à la différence des deux précédents bouquins, on y retrouve plus d'aventures concernant des humains que des animaux et ça me rejoint un peu moins. Quelques unes m'ont tout de même plu, comme celle où l'auteur croit qu'on a volé sa voiture. Mais d'autres, je les ai trruvé longues comme celle de cet autochtone qu'on paie cher pour ne pas jouer au cricket. Mais bon, elles plairont certainement à d'autres lecteurs.
Heureusement, les animaux étaient tout de même au rendez-vous. Ils commencent en grand, avec ces lézards qui causent des ennuis à un pilote hypocondriaque, puis vient ce kangourou devenu dépendant à l'alcool derrière la brasserie, où les drêches de houblon étaient rejetés. On est loin de Skippy, il cause plus de dégâts que je l'en aurais cru capable. La chasse à l'oeuf d'autruche fut également un moment fort drôle. Bref, vous cherchez une lecture légère pour vous faire passer du bon temps ? Lancez-vous dans un Kenneth Cook. En prime, il vous fera découvrir une Australie loin des stéréotypes, de Sydney et des images toutes faites. le dépaysement total, quoi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          582
ClaireG
  04 novembre 2015
Conteur né, maladroit impénitent, aventurier dans l'âme, hypocondriaque avéré, globe-trotter de la brousse australienne, Kenneth Cook aime les mésaventures.
Mieux, il les recherche.
Vraies ou fausses, exagérées jusqu'à l'absurde, ces nouvelles d'un autre continent nous révèlent un pilote qui a la phobie des animaux, du plus minuscule au plus inoffensif ; un quidam moyen qui défie quiconque au bras-de-fer ; un kangourou qui se vautre dans une mare remplie de résidus de houblon jusqu'au delirium tremens ; un rat carnivore aux petits yeux cruels qui fait passer à l'auteur une nuit cauchemardesque dans un refuge de montagne sous une tempête de neige, etc.
Et si ce n'est pas assez pour vous séduire, il y a encore le paumé qui ouvre un restaurant panoramique sans panorama, la course-poursuite d'une autruche à qui on a volé son oeuf près d'éclore et l'Aborigène certain que le renouveau chrétien l'habite.
Voici une Australie loin des plages de surfers. le bush y a qu'ça d'vrai, les animaux sont variés et plus ou moins accommodants, les humains aussi. Les bars sont nombreux et fort fréquentés et il y a toujours une cargaison de gnôle dans le Land Cruiser de service pour parer à un retard ou à de mauvaises conditions climatiques.
Kenneth Cook est un griot australien et, même s'il est au paradis des koalas et des kangourous depuis 1987, ses histoires lui survivent car il a pris le parti de mettre les heureuses natures de son côté.
Un grand merci à Marymary pour m'avoir donné l'envie de partir à la découverte de Kenneth Cook. Dépaysant et léger.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          563
Marymary
  18 mars 2015
Que faire quand un kangourou prend accidentellement goût à la bière et se réveille furibard avec une grosse gueule de bois ? Où fuir quand une autruche, à laquelle vous avez imprudemment volé son oeuf pour la science, vous poursuit pour vous étriller ?
Le problème, si je dois faire une critique sur les livres de nouvelles de Kenneth Cook, c'est que je suis incapable d'être impartiale, j'adore cet auteur... Après La vengeance du wombat et le koala tueur, voici un autre recueil de nouvelles de l'inénarrable Kenneth qui m'a enchantée avec quatorze petites histoires toutes aussi déjantées et hilarantes les unes que les autres, que ce soient les animaux ou les habitants du bush, ils sont tous complètement allumés et c'est ce pauvre Kenneth qui en fait les frais....
C'est un fait, il est gaffeur et étourdi, mais quand même, pourquoi faut-il qu'il soit persécuté par des sauveteurs en mer bénévoles incapables, un rat psychopathe, une autruche hystérique et des gros mecs patibulaires ?
Kenneth Cook nous a quitté bien trop tôt en 1987, c'était un personnage hors norme, écrivain, réalisateur, journaliste scénariste. Engagé, Il a fondé un nouveau parti politique ainsi que la première ferme de papillons en Australie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          522
HORUSFONCK
  03 janvier 2021
J'ai retrouvé Kenneth Cook et dévoré une autre moisson de ses sublimes et drolatiques histoires du bush!
Je suis devenu accro de ces rencontres improbables et de ces aventures extraordinaires contées avec cet imperturbable humour britannique!
L'histoire du restaurant tournant, par exemple, est proprement hilarante avec un soin des détails pittoresques ahurissant... ou encore ce récit du Cavalier ou l'histoire du... mais il faudrait citer toutes les nouvelles du bouquin!
Kenneth Cook, c'est le Saki australien avec la dimension de l'île-continent!
Kenneth Cook, ou comment commencer l'année sur un bon pieds!
Commenter  J’apprécie          446
Mimeko
  30 avril 2018
L'ivresse du kangourou et autres histoires du bush, ce sont quatorze nouvelles pour découvrir l'humour quelquefois décalé et surréaliste de Kenneth Cook ...tantôt des animaux extraordinaires donnent le la, comme ce kangourou addict à la bière, un chat sauvage de la taille d'une panthère, rencontrée dans la nuit alors que l'auteur s'est perdu ou cette autruche qui va le courser alors qu'il vient de dérober un oeuf à la demande d'une scientifique qui s'est bien gardé de le prévenir des potentielles conséquences d'un tel vol. Pour d'autres nouvelles, ce sont des hommes, au caractère bien trempé ou aux pouvoirs presque surnaturels, comme cet aborigène capable de faire tomber la pièce sur le côté face plus de dix fois de suite ou cet autre qui défie tous les lanceurs de cricket jusqu'à les dégouter...Ce sont donc des personnages improbables et des comportements animaux qui font tout le sel de ces nouvelles, avec le style drôle, quelquefois sarcastique mais toujours humain de Kenneth Cook, qui m'a ravi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340


critiques presse (1)
LeMonde   24 février 2012
L'auteur prête à cette faune une véritable humanité : les animaux sont doués d'une telle intelligence qu'ils intriguent, calculent.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
AcounAcoun   10 avril 2018
Tu ne peux pas tirer sur un kangourou, dit Benny.
-Bien sûr que si, répondit mon père. Ce ne serait pas la première fois.
-Mais c'est un kangourou civilisé. Tu ne peux pas tirer sur un kangourou civilisé sans l'inculper.
-Je l'accuse d'ivresse publique et manifeste, déclama mon père.
-Mais tu ne tires pas sur des hommes pour ça, plaida Benny.
-Les kangourous ne sont pas des hommes, répliqua mon père, qui adorait polémiquer.
-Justement, lança Benny triomphalement. C'est exactement ce que je veux dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ClaireGClaireG   04 novembre 2015
Un "ninjala" comprend la relation entre son peuple et l'univers et en raison de cette compréhension, de ses connaissances et de son érudition, il est dépositaire d'une vérité qu'il transmet à son peuple, les Arkarala. Si vous ne comprenez pas ça, c'est que vous n'êtes pas arkalara ou que vous n'avez pas bu de vin avec Joe dans le désert de Tibooburra (p. 197).
Commenter  J’apprécie          160
MarymaryMarymary   20 mars 2015
De retour au camp, j'allumai un feu tellement énorme qu'il aurait pu épouvanter l'ensemble des animaux sauvages du continent africain, toutes espèces confondues. Dans le périmètre de sa chaleur, j'en allumai un plus petit pour cuisiner, et après avoir attaché mon canard sur la broche portable sans laquelle aucun broussard digne de ce nom ne s'aventure, j'entrepris tranquillement de le faire tourner. J'avais débouché une bouteille de cabernet sauvignon, gentiment mise à chambrer dans le sable.
Le soleil disparut, le froid descendit autour de mon cercle de feu et, dans le couchant, le ciel fut soudain percé des fléchettes argentées des étoiles et poignardé de météorites filantes. J'avais mis une cassette de Vivaldi et mon être entier fut réconforté par la musique, le whisky, les étoiles, les superbes jeux de lumières à l'ouest et le fumet du canard croustillant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ClaireGClaireG   05 novembre 2015
C'était un moment touchant : piégés et coupés du monde dans une cellule en pierre au beau milieu du blizzard, un homme et un rat communiaient d'une manière mystique et immémoriale. Puis la petite brute plongea ses dents de devant dans l'index de ma main droite (p. 121)
Commenter  J’apprécie          210
patatarte2001patatarte2001   24 octobre 2014
J'avais devant moi un des plus gros, des plus hirsutes et des plus terrifiants molosses que j'aie jamais vus. Dieu sait à quelle race il appartenait : une espèce de croisement entre le doberman, le grand danois, le berger allemand, avec à mon avis un peu de sang de loup gris et de dingo....Il me montrait des dents - des crocs gigantesques - et me fixait de ses grands yeux rouges et furieux dans sa sale gueule noire, ayant visiblement du mal à décider quelle partie de mes formes généreuses il allait déchiqueter en premier. Nous avons tous tendance à sortir des idioties dans ce genre de situation, je n'échappe pas à la règle : - Bon toutou, lui dis-je d'une voix apaisante. Il grogna, montra les crocs, saliva, puis s'approcha brusquement de moi, comme le font les chiens. Je savais que je ne devais surtout pas m'enfuir, mais je n'avais pas la moindre idée de ce que j'étais censé faire. Rester immobile et se faire dévorer n'était pas un sort beaucoup plus enviable que s'enfuir et se faire dévorer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Kenneth Cook (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kenneth Cook

Chronique des libraires de Dialogues, spéciale coups de cœurs de lycéens.
Les libraires de Dialogues vous proposent cette sélection de livres qui ont été leurs coups de cœur d'adolescents. À savoir : le koala tueur de Kenneth Cook, les Chroniques de San Fransisco...
autres livres classés : australieVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18435 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre