AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claude Yelnick (Traducteur)
EAN : 9782253047148
315 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/09/1988)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 138 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture

Los Angeles. Dans un centre médical, huit personnes meurent : le directeur et sept patients, emportés par un virus inconnu. Le C.D.S., organisme ultra " sophistiqué ", spécialisé dans le combat contre les maladies contagieuses, confie l'enquête à l'un de ses médecins, Marissa, qui, très vite, va se retrouver en plein cauchemar.

Le virus s'avère extrêmement dangereux et hors du commun, une véritable peste noire ve... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Masa
  13 novembre 2017
La première chose qui me pique les yeux, est cette couverture hideuse, un montage raté où l'on aperçoit un chirurgien avec un revolver en arrière-plan et une infirmière à l'avant.
Ce thriller médical devait venir mettre un break à toutes mes lectures d'Horreur. Un brin de fraîcheur pour éviter la saturation d'hémoglobines.
« Virus » est ma première incursion dans le monde de Robin Cook – un nom je croisais régulièrement –, une occasion de découvrir cet auteur. Ce roman met en scène Marrissa, une doctoresse qui travaille pour le compte d'un organisme spécialisé dans la lutte contre les maladies contagieuses.
Le récit débute en Afrique et met en avant la naissance d'une épidémie. Elle s'éteindra aussi rapidement qu'elle n'a vu le jour. Dix années se sont écoulées. En plein coeur de la décennie ‘80, un Docteur est violemment agressé. Suite à cette rixe, il est pris par un mal de crâne sévère, puis des hémorragies. C'est le début d'une longue série.
Mon Dieu, que c'est mal écrit. Des dialogues qui se terminent par “dit Marrissa” ou “dit docteur machin”, on en a toutes les lignes. C'est très énervant. S'ensuit une multitude de répétitions, notamment dans les noms. de plus, l'auteur s'est amusé à faire ce que je déteste, c'est-à-dire énumérer toute la vie du personnage principal sur plusieurs pages.
Pour le côté histoire, ce n'est pas mieux. Toute l'intrigue se résume à découvrir comment ce virus a pu apparaître. On retrouve des passages redondants. À cela, on rajoute une pointe d'anti-humanisme. Les patients crèvent à la pelle sans que cela n'émeut le corps médical, sans parler des expérimentations sur les animaux.
Heureusement que le récit est dynamique, ce qui sauve l'ensemble.
C'est une très grosse déception. L'écriture de Robin Cook a contribué à ce déplaisir. Je n'avais qu'une envie, celle arriver à terme du livre. Les dernières pages, je les ai survolées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Altervorace
  18 décembre 2012
Rappelons plusieurs petites choses avant de parler du roman qui nous intéresse. Premièrement je suis une néophyte dans le domaine des thrillers, donc bon public dans le sens où je suis facilement manipulée et que le suspens m'est très accessible. Tu vois, pour tout te dire, je suis celle qui ne devine jamais qui est le coupable avant la fin. de plus, nous parlons ici de thriller médical puisque l'arme du crime est un virus. Or je n'ai aucune connaissance médicale -moi et la biologie moléculaire ne sommes pas copines. Même pas ennemies. C'est juste que nous nous ignorons mutuellement avec beaucoup de succès-. Ma chronique est donc à lire avec cela à l'esprit.
J'ai bien aimé suivre Marissa dans sa quête de la vérité. Je pense que l'épidémie -et ne parlons même pas de pandémie- est une des grandes angoisses collectives de notre temps. le roman de Robin Cook joue donc sur nos peurs et, pour moi, avec succès. J'ai beaucoup aimé la toile de fond du récit et j'ai eu l'impression d'entrer dans un domaine mal connu du public. J'ai l'impression d'avoir appris plein de choses même si je suis incapable de trier le vrai du faux.
Le suspens est réel même si j'avais -à ma grande fierté- deviné certaines choses de la trame. Bon, je suppose que les autres lecteurs de ce bouquin auront fait les mêmes déductions, et même plus rapidement. Bref, le roman est bien construit même si j'aurais aimé que la psychologie des personnages soit un peu plus développée.
Un bon moment de divertissement. Je pense qu'à une prochaine crise de « tiens et si je lisais un thriller ? » je me replongerai dans l'univers de Robin Cook avec grand plaisir.
Lien : http://altervorace.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
bbpoussy
  04 octobre 2017
J'ai déjà lu des livres de Robin Cook et si au début je me suis réjouie d'avoir trouvé un auteur que j'allais pouvoir suivre, je m'étais lassé d'avoir toujours la même trame du complot avec un seul individu qui lutte contre les autres. J'ai replongé avec celui-ci et à nouveau la même trame. le virus utilisé est celui d'ebola et c'est une jeune femme qui va lutter contre tous, malgré sa peur et au péril de sa propre vie. C'est une déception d'autant plus grande que d'entrée de jeu, je me doutais des personnes impliquées. Je vais donc laisser les autres romans de Robin Cook dans ma PAL pour quelques années de plus.
Commenter  J’apprécie          150
elea2020
  08 février 2021
J'ai moyennement apprécié ce thriller sur le thème d'une contagion sur le territoire des Etats-Unis, par une souche du virus Ebola.
Il s'agit pour moi d'une incursion par curiosité dans un genre que je ne lis que rarement, le thriller, avec une dominante médicale qui m'a toutefois intéressée, d'autant plus qu'il s'agissait du travail des épidémiologistes du CDC, l'agence américaine.
J'ai suivi avec suffisamment d'intérêt les péripéties du personnage, Marissa, jeune femme attachante, qui est passée de la pédiatrie, où elle s'ennuyait, à l'épidémiologie, et a commencé à travailler au CDC d'Atlanta. Elle se relève difficilement d'une rupture amoureuse, vit avec son petit chien Taffy, est plus ou moins courtisée par deux médecins qui ne l'attirent pas, un jeune collègue du CDC et un autre spécialiste en pédiatrie. Elle les tient à distance, les maintenant dans un rôle d'amis, mais elle joue un peu avec eux, elle aime à se faire offrir de bons repas au restaurant, ou à utiliser les relations et prérogatives de l'un ou de l'autre pour sa propre enquête. Je trouve que c'est un peu des conceptions d'un autre âge - il est vrai que le roman date de 1988.
Elle a toutefois une grande qualité : servir la vérité à tout prix, quitte à se mettre en danger, et de ce fait, le courage et la détermination.
La stupéfaction et l'inquiétude la gagnent, elle et son équipe, alors qu'une mystérieuse épidémie se déclare successivement dans plusieurs villes des Etats-Unis, avec un très fort taux de mortalité. Nous entrons rapidement dans l'histoire, alors que Marissa est envoyée par son supérieur, Cyrill Dubchek, bel homme avec qui elle va malheureusement se brouiller sévèrement pour différence d'opinion.
Elle commence à comprendre que des éléments dérangeants sont liés à la nature du virus et surtout à son système de propagation. On apprend de quelle manière le CDC organise la quarantaine dans un hôpital (ça ne rigole pas) en cas d'épidémie mortelle, ainsi que le fonctionnement d'un laboratoire d'isolation maximale (où Marissa n'a pas encore le droit d'entrer mais se débrouille à le faire). Elle comprend assez rapidement (et le lecteur sans doute plus vite qu'elle) que ses interrogations la mettent en danger, d'autant plus lorsqu'elle perd le soutien de sa hiérarchie.
Au fil du livre, Marissa voyage beaucoup aux Etats-Unis, rencontre des acteurs liés à la propagation de ce virus, et nous en apprenons pas mal sur le milieu médical, c'est intéressant et bien documenté. Cette partie purement médicale et spécialisée est plutôt réussie, l'enquête tient debout (auteurs, mobile, jusqu'à l'arme du crime, sont bien trouvés), mais le développement des personnages m'a paru assez bâclé et conventionnel. Robin Cook s'essaie à l'intrigue sentimentale, sans qu'on y croie jamais vraiment, et le personnage de Marissa m'a vite paru assez déplaisant de par son caractère manipulateur qui se renforce au fur et à mesure de ses difficultés. Et puis, le côté "seule contre tous face à un complot diabolique", eh bien j'ai ma dose en ce moment !
Je ne veux pas être sévère sur ce thriller, dans la mesure où je ne suis sans doute pas bon juge, de plus il m'a suffisamment intéressée pour que je le lise avec plaisir, même si j'ai un peu peiné sur la durée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
baladin
  11 février 2018
Je me suis tout de suite attaché au personnage de l'héroïne, Marissa, petit bout de femme, médecin au CDC d'Atlanta, en charge du suivi des virus et autres microbes qui nous mènent la vie dure. Elle se trouve plongée au coeur d'un complot mené par des médecins véreux qui provoquent sciemment des épidémies de virus Ebola dans un but que je ne dévoilerai pas ici. A elle seule, au péril de sa vie (et un peu de chance, merci à l'auteur), elle va arriver à les démasquer (c'est un peu gros mais c'est une histoire imaginaire !). J'ai apprécié le luxe de détails sur les laboratoires qu'elle fréquente (ce qui donne une impression de réalisme), sur les effets du virus et sur le monde médical en général. La fin ne se laisse pas vraiment deviner, ce qui est encore un plus.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Milka2bMilka2b   22 septembre 2019
Marissa monta un étage. Son bureau – un nom bien flatteur pour ce qui était plutôt un débarras – se trouvait à l’étage au-dessus de la bibliothèque. C’était un cagibi sans fenêtre qui avait dû être un placard à balais dans le temps. Entre les murs de parpaing peinturluré, il y avait tout juste assez de place pour un bureau de métal, un classeur et un petit fauteuil tournant. Mais Marissa avait de la chance de l’avoir : l’espace vital était chèrement disputé au Centre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nina2loinnina2loin   25 janvier 2012
Soudain, elle se rappela avoir lu quelque chose sur un type de maladie appelé " fièvre hémorragique virale " . Extrêmement rare, mais mortelle, elle venait d'Afrique, dans certains cas. Dans l'espoir d'ajouter quelque chose aux diagnostics provisoires déjà posés par les cliniciens, elle signala cette possibilité.
Commenter  J’apprécie          30
MasaMasa   13 novembre 2017
Elle ne comprenait d’ailleurs pas pourquoi les gens achetaient des diesels, avec le bruit désagréable qu’ils faisaient au démarrage et au ralenti.
Commenter  J’apprécie          71
bbpoussybbpoussy   01 octobre 2017
Juste en dessous, quelqu'un avait accroché un écriteau : " Si vous n'êtes pas content du budget de cette année, attendez l'année prochaine !"
Commenter  J’apprécie          60
Milka2bMilka2b   22 septembre 2019
– Ralph, vous m’avez trouvé un bon avocat ?
– Pas encore, excusez-moi. Quand vous me l’avez demandé, je ne me suis pas rendu compte que c’était une urgence.
– Ça le devient, dit Marissa.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Robin Cook (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Cook
Interview de Robin Cook sur CNN à propos de son roman Intervention
autres livres classés : thriller médicalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Robin Cook

Le titre français de "Godplayer" sorti en 1983 est....

L'apprenti de Dieu
L'envoyé de Dieu
Vertiges
Syncopes

5 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Robin CookCréer un quiz sur ce livre

.. ..