AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782365773430
176 pages
Éditeur : Urban Comics Editions (24/01/2014)
3.77/5   20 notes
Résumé :
Au début des années 1940, une mode des aventuriers costumés a frappé les États-Unis incitant plusieurs individus à se déguiser afin de rendre la justice. Parmi eux, le Comédien, le Hibou, le Spectre Soyeux, Capitaine Métropolis, le Juge Masqué, l’Homme Insecte, la Silhouette et Bill Dollar se sont regroupés en une organisation, les Minutemen, pour le meilleur et surtout pour le pire.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Dionysos89
  24 janvier 2014
Au cours de l'année 2012 et après tant de mouvements éditoriaux, DC Comics lançait une floppée de mini-séries groupées sous le label « Before Watchmen », contre l'avis du principal créateur du monument que furent les Watchmen, Alan Moore. Cette réécriture passe souvent par les origines des membres du groupe Watchmen, mais ce tome-ci s'attache davantage au groupe qui les a précédés, les Minutemen. Après une publication en kiosque à partir de 2013, épisode par épisode et en fonction des retards pris par la version originale, Urban Comics propose en 2014 chaque mini-série dans une publication propre en librairie.
De prime abord, la mini-série Minutemen a au moins deux particularités qui doivent retenir notre attention : non seulement, elle est la seule à s'intéresser, comme sa glorieuse aînée, à un groupe de super-héros, mais en plus elle est entièrement dirigée par un seul et même auteur, Darwyn Cooke, qui assure et le scénario et le dessin. L'exercice est difficile, surtout sur un tel projet, mais le résultat a réussi à me surprendre suffisamment.
Tout d'abord, l'auteur s'appuie sur une alternance chronologique, un peu perturbante au départ, entre les années 1940 (période faste des Minutemen) et les années 1960 (présent du narrateur). Ainsi, au cours de six chapitres intenses, nous suivons les états d'âme du premier Hibou, une quinzaine d'années après sa prise de fonction de super-héros au sein des Minutemen, alors qu'il rédige un livre justement sur son passé de justicier et que cela remue quelques souvenirs.
Au niveau de la narration et de la construction des épisodes, il n'y a pas grand-chose à dire : l'auteur maîtrise son format et construit pas à pas une enquête de qualité avec ce qu'il faut de faux-semblants et de suspense insoutenable. de cette façon (et sans spoiler, je préviens !), le premier chapitre sert de présentation des différents personnages ; le deuxième, « Nos années dorées », nous fait entrer dans le vif du sujet avec la constitution de l'équipe et leurs premières aventures mouvementées, voire déjà bien glauques ; le troisième, « Un jeu d'enfants », nous fait prendre en main l'enquête de la Silhouette ; le quatrième, « Souvenirs de guerre » voit éclater les dissensions et autres conséquences de la Guerre mondiale ; le cinquième, « le coeur du démon » est le moment pour le Hibou d'affronter ses souvenirs les plus durs et les plus tourmentés ; enfin, le sixième, « La dernière minute », nous propose les dernières révélations et tissent ce qu'il faut de liens avec l'intrigue de Watchmen.
Darwyn Cooke sait, lui aussi et à l'instar d'Alan Moore en son temps, taper là où ça fait mal ; il correspond ainsi à l'essence des Watchmen que je croyais voir altérer par cette reprise en main commerciale de la part de DC Comics. Par sa narration triste et affligée, il s'applique à démonter un par un les faux-semblants de ces Minutemen bien mal lotis au royaume des super-héros. Alcool, sexe, culpabilité, passés douloureux : les motifs sont légion pour eux de tomber en dépression chronique. On comprend très vite que nous n'avons pas affaire ici aux clichés « mainstream », mais bien à des super-héros improvisés et même amateurs le plus souvent.
Du point de vue graphique, Darwyn Cooke n'est pas mon dessinateur préféré, mais a un style bien à lui, misant sur les positions symboliques et sur des costumes très épurés. de plus, il aime construire ses planches en groupant ses cases par trois et utiliser ces triptyques pour, alternativement, faire défiler une même action, décomposer une scène en trois tableaux et opposer trois personnages de manière à les comparer.
Finalement, Urban Comics, qui accompagne son édition d'un sacré lot de couvertures et d'illustrations en bonus, nous propose une des bonnes surprises de ces séries « Before Watchmen » avec ces Minutemen de Darwyn Cooke, compte tenu de mes doutes initiaux. Si chacune de ces mini-séries était du même acabit, cette réécriture forcée serait un bienfait certain. Darwyn Cooke, bien plus que toutes les autres séries estampillées « Before Watchmen » nous sert un véritable prélude au monument d'Alan Moore, qu'il me tarde de relire pour parfaire la correspondance entre les deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Erik_
  02 septembre 2020
Watchmen devait être l'oeuvre unique n'appelant à aucune suite. Cependant, près de 30 ans après, voici before Watchmen qui est par définition une préquelle. C'est un phénomène à la mode depuis Star War ou plus récemment le Seigneur des anneaux. le but n'était certainement pas d'égaler le cultissimme Watchmen mais de nous proposer de découvrir les secrets des Gardiens à travers les débuts des Minutemen, puis de ceux du Comédien, du Hibou ou encore du Spectre Soyeux…
J'ai été très agréablement surpris de découvrir l'envers du décor de ces Minutemen qui faisait figure de justiciers masqués dans les années 40 précédant les fameux Watchmen. On retrouve des personnages secondaires de l'oeuvre originale mais également des nouveaux qui sont habilement exploités. L'esprit général de la série-mère est respecté. Bon point par conséquent.
Ce groupe réunit 8 membres d'abord apparus de façon isolée:
- Captain Metropolis (Nelson Gardner, formé chez les Marines et qui est l'initiateur de ce projet)
- le Juge Masqué (historiquement le premier justicier en costume).
- la Silhouette (la sulfureuse Ursula Zandt)
- le Spectre Soyeux (Sally Juspeczyk, plus connue sous le nom de Sally Jupiter, une starlette devenue redresseuse de torts)
- le Comédien (Edward Morgan Blake, le cadet de la bande)
- le Hibou (Hollis Mason, qui publiera ensuite ses Mémoires, dont on retrouve des extraits dans le roman graphique)
- l'homme-insecte (Byron Lewis qui sombrera plus tard dans l'alcoolisme et la dépression)
- Dollar Bill (un athlète vedette de l'université du Kansas employé comme super-héros maison par une banque nationale).
C'est une bonne idée également que de partir du livre de Hollis Mason (alias le Hibou I) pour exploiter un récit qui se tient. Sous le masque décrit par conséquent les conflits au sein de ce groupe soi-disant uni. Nous allons avoir droit à de réelles révélations ! Il y aura quelques passages difficiles notamment concernant les enfants victimes d'atrocités sans nom de la part d'un super-héros pédophile. On découvre également les exploits fabriqués afin de construire la légende de ces super-héros. En fait, ce sont des personnes qui courent après la notoriété et l'argent hormis quelques exceptions comme la silhouette ou l'homme-insecte.
Before Watchmen n'apportera finalement pas grand-chose à l'oeuvre originale et unique que constitue le monumental Watchmen. Cependant, c'est une lecture qui peut emmener les lecteurs à découvrir l'oeuvre qui a révolutionné le regard sur les super héros. Bref, c'est un titre d'une rare maîtrise servi par un dessin de qualité.
Il faut dire que Minutemen montre la guerre des égo entre ces justiciers et que ce juge masqué avait une relation sadomasochiste avec le capitaine Métropolis. Sans compter que Bill Dollar était homophobe. On découvre véritablement la face cachée de ces personnages qui étaient assez secondaires dans l'oeuvre phare. C'est intéressant que d'avoir cette approche sur les aspects sombres entre dépression, alcoolisme, sexualité et superficialité. Bref, un super-héros n'est pas forcément quelqu'un de bon.
J'ai été assez surpris du contraste entre un dessin assez cartoon et une oeuvre plutôt sombre. Cependant, j'ai franchement bien aimé cette disposition qui est certes déstabilisante mais avec un charme fou.
Au final, Minutemen se révèle passionnant à souhait. C'est un premier titre qui augure que du meilleur pour la suite n'en déplaise à Alan Moore qui s'est désolidarisé de ce projet. En ce qui me concerne, il faut posséder la collection entière pour ceux qui ont réellement aimé Watchmen. Je retiens surtout un projet ambitieux allant plus loin que de combler les trous.
Note Dessin: 4.25/5 – Note Scénario: 4.25/5 – Note Globale: 4.25/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Yvan_T
  15 mars 2014
Plus de vingt-cinq ans après la sortie du chef-d'oeuvre d'Alan Moore, Dave Gibbons et John Higgins, DC Comics a lancé plusieurs mini-séries qui reviennent sur le passé des différents personnages de « Watchmen ». Ces récits regroupés sous le label « Before Watchmen » furent confiés à des auteurs de renom, tels que Joe Michael Straczynski, Darwyn Cooke, Joe et Andy Kubert, Brian Azzarello, Adam Hughes, Amanda Conner, et J. G. Jones.
Cette première préquelle proposée par Urban Comics reprend les épisodes #1 à #6 de « Before Watchmen : Minutemen », écrits et dessinés par Darwyn Cooke. Ce dernier se base sur l'auto-biographie d'Hollis Mason, dont on retrouve des extraits dans « Watchmen », pour revenir sur les premiers pas des Minutemen. Parmi ce premier groupe de huit super-héros qui apparut dans les années quarante, l'on retrouve le Comédien, le Hibou, le Spectre Soyeux, Capitaine Métropolis, le Juge Masqué, l'Homme Insecte, la Silhouette et Bill Dollar.
La narration passe constamment des années 1960 aux années 1940. Si le présent invite à suivre les pas d'Hollis Mason, alias le Hibou, au moment où il rédige ses mémoires, le fait de remuer dans ses souvenirs permet de revenir sur les origines des Minutemen. de la constitution de l'équipe à leur séparation, en passant par leurs premières aventures, les bagarres internes et quelques révélations croustillantes, Cooke dresse un portrait particulièrement sombre de cette équipe qui précéda celle des Watchmen. le fait de proposer des super-héros désabusés et mal organisés, permet de retrouver l'univers pessimiste de Watchmen, qui s'amuse à démystifier le monde des super-héros. Si l'auteur revient sur la tentative de viol mentionnée dans Watchmen, il lève également le voile sur d'autres secrets et développe une histoire de prostitution enfantine bien sordide en toile de fond. L'univers des super-héros n'a donc rien de vraiment reluisant !
Le style très cartoony et rétro de Darwyn Cooke colle quant à lui parfaitement à ce retour dans le temps… celui des premiers super-héros !
Un bon prélude à Watchmen et l'occasion rêvée de relire le chef-d'oeuvre de Moore.
Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
BoDoi   26 février 2014
Qu’apporte réellement cette histoire? Franchement pas grand-chose, car l’essentiel était dit dans l’oeuvre originelle. Reste un bon moment de lecture, sans plus.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BulledEncre   26 février 2014
Un excellent récit original qui incitera à découvrir ou redécouvrir le bijou qu’est Watchmen.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   21 décembre 2013
Le temps passe et on ne peut décrypter les mystères de l’univers, mais ça, il faut l’accepter et tirer sa force des vérités que l’on détient.
Avec de la sagesse, si on accepte en toute humilité cette impasse, on peut même trouver un bonheur au long cours.

Commenter  J’apprécie          280
okkaokka   25 avril 2016
Les gens sont étonnamment capables de faire face aux folies de la vie.
Ça s’appelle le déni. Ça peut vous mener loin, pourvu que les horreurs de la vie restent cantonnées dans les pages des journaux.
J’ai appris tout ça en écoutant la sagesse d’une femme dénommée Gretchen.

Par exemple : « Les Nazis ont tué six millions de juifs ». C’est grave. Monstrueux. Mais mentalement on peut l’entendre.
Mais : « Ils ont arraché mes enfants des bras de mon épouse morte, et les ont tirés, hurlants, jusqu’aux fours ».
Ou : « Ils l’ont violée devant nous, puis ont jeté son corps dans une fosse pleine de cadavres puants, où elle a agonisé jusqu’à la mort ». Vous voyez ce que je veux dire ?

Ce sont les petites horreurs intimes de la vie… On les retrouve en tout temps, en tout lieu… Nul n’est à l’abri… Elles grouillent sous la surface du symbolique. Ce sont ses mots, pas les miens.
Combien une personne peut-elle encaisser de ces horribles petites vérités, avant de vouloir se terrer dans un trou ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
okkaokka   25 avril 2016
Quand on découvre ce monde, on n’a qu’un point de vue étroit.
Avec de la chance, on s’y sent aimé, protégé.
En grandissant, la vision s’élargit et il faut se battre pour y trouver sa place.
Avec de la force, on apprend à y survivre.
Commenter  J’apprécie          80
Dionysos89Dionysos89   26 janvier 2014
- Sauf votre respect, monsieur, je vous emmerde.
- On est sur la même putain longueur d’onde.

Commenter  J’apprécie          200
okkaokka   25 avril 2016
Il y a toutes ces histoires scabreuses dans les feuilles à scandale et tous ces sous-entendus qui font appel aux bas instincts des gens.
Aux yeux du monde, on vous réduit à une blague humiliante et on vous met de côté pour les occasions où il faut rire en société.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Darwyn Cooke (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Darwyn Cooke
Vidéo de Darwyn Cooke
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3626 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre