AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782205067859
138 pages
Éditeur : Dargaud (11/01/2013)
4.04/5   14 notes
Résumé :
Le Casse est la 3e aventure en BD de Parker, le gangster sans états d'âme imaginé par Richard Stark, alias Robert Westlake, le maître du roman noir états-unien ; l'adaptation est signée par un autre grand nom : Darwin Cooke, star du comics.
Une fois n'est pas coutume... Dans Le Casse, Parker déroge à ses habitudes et accepte de travailler avec un type qui n'est pas du métier. Et pour réussir ce coup, il doit monter une équipe de douze pros... C'est beaucoup t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Presence
  25 avril 2015
Il s'agit de la troisième adaptation des histoires mettant en scène Parker (le gangster très professionnel et dépourvu d'empathie) créé par Donald Westlake (sous le pseudonyme de Richard Stark), par Darwyn Cooke. Les 2 premières adaptations sont (1) le chasseur et (2) L'Organisation.
Le 13 avril Parker sort de son hôtel et il est pris en filature par un homme discret qui ne paye pas de mine. L'affaire est vite réglée, et en lui faisant les poches, Parker n'est pas plus avancé sur les motivations de cet Howard Owen. Il y a quelques jours encore il se prélassait sur une plage de Miami en compagnie d'une belle pépée blonde. C'est là qu'il avait reçu l'appel d'une certain Joe Sheer de la part d'un dénommé Paulus qui lui proposait de participer à un casse. Tout en étant toujours à l'aise financièrement, Parker avait l'envie de se remettre au boulot après 6 mois passés à se prélasser. Il s'était donc rendu à Jersey City pour rencontrer Edgars, en présence de Paulus. le casse : dévaliser une ville de 2.600 habitants. L'organisation : une équipe d'une dizaine de personnes dont Grofield, Wycza, Wiss, Palm, Elkins, Chamber, Cho, etc. Ça demandait réflexion.
Avec les 2 premiers tomes de la série, Darwyn Cooke avait démontré son habilité à transcrire en image le ton pince-sans-rire des aventures de Parker, sa personnalité sèche et brutale, ses braquages ingénieux perpétrés de sang froid. Pour ce troisième tome, Darwyn Cooke a choisi, parmi les 16 romans consacrés à Parker par Donald Westlake, celui qui met en scène un casse de grande envergure. En une nuit, la fine équipe menée par Parker et commanditée par Edgars doit dérober une somme d'argent importante.
Avec la même économie de moyens et la même simplicité apparente que dans les tomes précédents, Darwyn Cooke narre avec fluidité et limpidité les préparatifs, le déroulement du casse, les imprévus et l'issue de l'histoire. Ce sont les 2 choses qui frappent le plus : l'évidence de la narration et son élégance. Cette fois-ci, en plus du noir & blanc, Cooke a choisi une teinte orange pour nourrir l'ambiance graphique. Plus que dans "Le chasseur" et "L'Organisation", le lecteur peut apprécier l'amour que Cooke porte à ces années 1950, et sa connaissance impressionnante des accessoires de l'époque. Au fil des pages le lecteur peut repérer la marque d'un réveil (Travelux), un film avec ses acteurs (It's a mad, mad, mad, mad world), le nom d'une compagnie de téléphone, les motifs sur les rideaux, la chaîne de station services (Ekonomee), et les magnifiques toilettes de ces dames, sans parler de leur mise en pli.
La maîtrise de la narration séquentielle de Darwyn Cooke est épatante. Pour commencer, si le lecteur ne sait pas qu'il s'agit d'une adaptation d'un roman, il serait bien incapable de le deviner. Cooke a réalisé un travail de transposition indécelable, tellement il est sophistiqué. Cette histoire se lit avant tout comme une bande dessinée, sans pavé de texte, sans impression de passer d'une scène de dialogue à une scène d'exposition, et on recommence. Cooke sait insuffler un rythme régulier et naturel au récit. Chaque dialogue bénéficie d'une mise en scène spécifique, d'un décor spécifique. Il n'y a jamais d'impression de répétition, ou de suite de cases avec uniquement des têtes en train de parler. Autant Cooke insère du mouvement dans les scènes de dialogue, autant il évite d'en faire de trop pour les scènes d'action ou de déplacement. Cela confère une cohérence narrative impressionnante à l'ensemble du récit, débouchant sur un récit formant un tout logique. Darwyn Cooke a conservé son style graphique empruntant beaucoup à l'esthétisme des comics des années 1950 (traits simples, cases aérées, visages légèrement exagérées) pour une lisibilité impressionnante, mais également une apparence adulte de par son austérité tranchante.
Le récit en lui-même repose sur un mécanisme d'horlogerie de précision. Donald Westlake (dans cette série, comme dans celle des John Dortmunder) dispose d'une capacité surnaturelle pour inventer des intrigues en équilibre entre la vraisemblance et le rocambolesque, un casse plausible en servant complètement le divertissement. C'est donc un grand plaisir que de suivre l'intraitable Parker tout au long de la préparation et de la réalisation de ce casse de grande envergure. Cooke trouve des solutions graphiques inventives assurant que l'aspect visuel rend parfaitement compte du professionnalisme des participants, et des points faibles des individus. le lecteur croit tout à fait qu'une telle opération soit possible, sans être dupe un seul instant de la réalité de la chose. Il est impossible d'en deviner l'issue, ou même d'anticiper la nature des grains de sable qui viendront gripper cette machine (sauf peut être le dernier).
La difficulté pour Darwyn Cooke est que ce tome sera jugé à l'aune des précédents, et qu'il ne dispose plus de l'effet de découverte de ces adaptations. Hors de toute comparaison, ce tome constitue un divertissement sophistiqué, savoureux et second degré sans être dérivatif qui ne connaît pas ou peu d'égal dans les comics ou même les bandes dessinées, et il mérite 5 étoiles. Comparé aux tomes précédents, il laisse un petit goût de trop peu. D'une part la narration sans fioriture de Cooke fait qu'il s'agit d'une lecture rapide, moins d'une heure. D'autre part, à mon goût, Cooke n'a pas réussi à transmettre le caractère de Parker aussi bien que dans "Le chasseur" ou "L'Organisation". Tout le récit est au service de l'intrigue, sans développement pour les personnalités. de ce point de vue il mérite 4 étoiles et demi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jamiK
  08 avril 2021
Le choix de l'orange fluo pour la bichromie rend les illustrations encore plus cinglantes et accentue la dureté du héros, ça flashe, ça agresse, et c'est beau. le style début des années 60 est génialement maîtrisé, le coup de pinceau est sec et vif, le graphisme transcende la dynamique du récit, ça claque !
Parker se lance, avec un gros commando, dans un braquage de haute volée, toute une ville d'un coup ! C'est plus dans le style de la série cinématographique des Ocean's avec George Clooney, Brad Pitt et Matt Damon, mais en accentuant à fond le radicalisme de Parker, c'est à dire “surtout pas de sentiments !” Avec son graphisme, Darwyn Cooke fait honneur au style du polar noir de l'époque. Ce troisième volet m'a emballé, une fois de plus.
Commenter  J’apprécie          140
mikaelunvoas
  20 mars 2021
Ça y est, j'ai commencé les Parker et je ne peux plus m'arrêter. le casse de Copper Canyon, vous en avez entendu parler. Ça c'est un braquage grandiose. Au début, ce plan paraissait insensé. Mais Edgar a su persuader tout le monde, former cette équipe avec Parker, le meilleur.
Encre noire et teintes orangées pour ce troisième tome. Darwyn Cooke multiplie les plans inédits, les vues sous tous les angles. On se prend vite aux préparatifs, à l'action. Tout est prévu, même les imprévus...
Commenter  J’apprécie          60
Yvan_T
  05 septembre 2013
Deux ans après le deuxième tome, Darwyn Cooke s'attaque à la suite des aventures de ce truand en costume-cravate créé par le célèbre auteur de polars noirs Richard Stark (alias Donald Westlake), décédé en 2008.
Les différents entre l'Organisation et Parker sont désormais oubliés et le célèbre gangster revient donc aux affaires. Dans ce troisième volet, intitulé « le casse », on lui propose de dévaliser une ville entière en une nuit. de la préparation minutieuse du coup au grain de sable qui fait inévitablement tout partir en sucette, le récit reprend certes tous les poncifs du genre, mais le fait avec brio, rendant ainsi un nouvel hommage au polar noir américain à l'ancienne. Si l'ambiance des Etats-Unis des années 60 est très réussie et que la narration fait à nouveau mouche, le héros extrêmement charismatique n'a rien perdu de son charme et de son jusqu'au-boutisme. C'est avec sang-froid et grande méticulosité qu'il planifie le casse, au sein d'un environnement qu'il connaît trop bien et où il se sent particulièrement à l'aise, celui du grand banditisme.
Le style caractéristique de Darwyn Cooke confère une ambiance rétro qui colle parfaitement à ce New-York des sixties, gérée par le crime et les gangsters. L'ajout de tons orangés à ce dessin noir et blanc peaufine encore un peu plus cette atmosphère passée. L'auteur multiplie à nouveau les scènes muettes, où tout se joue sur l'ambiance et les non-dits, mais opte pour un graphisme moins expérimental que lors du tome précédent, où il s'amusait à alterner du strip, du texte illustré et de la mise en images classique.
Une adaptation intelligente, graphiquement très aboutie et vivement conseillée, qui ravira tous les amateurs de polars noirs.
Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Dram00n
  01 juin 2021
Troisième tome et quelle claque que celui-ci. On retrouve Parker qui doit organiser un gros casse avec toutes une équipe. Scénario qui fait penser à du Ocean's Eleven avec des spécialistes dans chaque domaine.
Le tout est très bien construit, se tient dans la narration et le rythme s'adapte idéalement au découpage du récit.
On a ici une bichromie avec du orange et non du bleu, cela accentue la dureté et la violence du personnage.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (4)
BullesEtOnomatopees   06 mars 2013
Ce troisième tome de Parker est encore une fois une très bonne adaptation des romans de Richard Stark. Cooke arrive à retranscrire une ambiance particulière qui sied parfaitement à ce genre de récit. A noter que pour ce tome les textes ont été traduits par Matz, l'auteur du Tueur, qui s'en sort à merveille.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
BoDoi   01 mars 2013
Découpage impeccable, concision et puissance des dialogues (jolie traduction de Matz, le scénariste du Tueur), trait d’une rare élégance…
Lire la critique sur le site : BoDoi
LaLibreBelgique   08 janvier 2013
Maître en la matière, l’antihéros Parker, créé par le romancier Richard Stark, revient dans un troisième tome adapté de son trait délicieusement rétro et efficace à la fois par Darwyn Cooke
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LaLibreBelgique   08 janvier 2013
Maître en la matière, l’antihéros Parker, créé par le romancier Richard Stark, revient dans un troisième tome adapté de son trait délicieusement rétro et efficace à la fois par Darwyn Cooke
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
mikaelunvoasmikaelunvoas   20 mars 2021
Parker n'avait pas d'armes sur lui, à part ses mains. C'était des mains énormes, comme le reste.
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Darwyn Cooke (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Darwyn Cooke
Vidéo de Darwyn Cooke
autres livres classés : casséVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4040 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre