AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Louis_LUCAS


Louis_LUCAS
  25 février 2018
"Dans la droite ligne du palpitant Da Vinci Code"... Combien de fois ai-je pu voir ce genre de phrases écrites sur des quatrièmes de couverture, je ne saurais le dire. Si le best-seller de Dan Brown reste à mes yeux un formidable thriller, n'est-ce pas réducteur de toujours se servir du même roman comme mètre étalon dès lors qu'un auteur propose un thriller qui s'intéresse aux arcanes de l'église catholique ?

Assurément et d'autant plus car dans le cas présent, il y a plus de différences que de points communs entre le "Da Vinci Code" et "La prophétie des papes". Certes, on pourrait argumenter que le point de départ de Glenn Cooper, La prophétie de Saint-Malachie, aurait pu tout aussi bien tomber sur le joug de l'imagination de Dan Brown mais même si c'était le cas, le roman aurait été complètement différent tout autant que le sont les plumes des deux auteurs.

Si Dan Brown est dans l'érudition permanente et oblige les plus passionnés d'entre nous à remplir des pages et des pages de notes qui engendreront nombre de recherches sur google par la suite, Glenn Cooper mise, quant à lui, plutôt sur l'efficacité et ne s'éloigne jamais réellement de son fil directeur. S'il nous plonge dans le passé, convoque de grandes figures historiques pour donner corps au mythe qu'il crée de toutes pièces en s'appuyant sur une véritable prophétie, il prend soin de ne jamais laisser trop longtemps de côté l'une des nombreuses sous-intrigues qui alimentent le roman.

Son style dessert d'ailleurs parfaitement sa démarche. Ses personnages sont étoffés mais sans que l'on ne connaisse à fond leur psychologie. Pour la plupart, ils sont attachants même si l'on peut regretter que certains n'aient pas eu droit à plus d'égard à l'instar du père d'Elisabetta qui jouera pourtant un rôle décisif dans l'enquête menée par sa fille.

A vrai dire, ce regret peut être imputable à l'ensemble du roman. "La prophétie des papes" est un roman qui se lit facilement, surprend parfois et nous offre quelques belles pages sur Néron ou Christopher Marlowe mais il laisse constamment sur sa faim, une impression de "trop peu" qui ne m'a jamais quitté de la première à la dernière page. En fait, en dehors du coup de théâtre qui apparaît au tout début du roman et qui sert de fil d'Ariane, je n'ai jamais vraiment été surpris par les événements et autres rebondissements. L'histoire est souvent prévisible, le suspense systématiquement désamorcée par des révélations trop hâtives mais là où le bât blesse, à mon sens, c'est qu'il se dégage de l'ensemble un manichéisme quelque peu gênant.

Je ne connais pas les convictions religieuses de l'auteur et quelles qu'elles soient je les respecte, pourtant cette vision un brin naïve du Vatican, cette foi dépeinte comme la lumière qui chassera l'ombre et qui est, accessoirement, le moteur de l'héroïne, cette dichotomie tranchée (pléonasme) entre le Bien et le Mal ont quelque peu émoussé mon plaisir de lecture.

En conclusion : une lecture plutôt moyenne même si je reconnais à l'auteur de grandes qualités, suffisamment en tout cas pour renouveler l'expérience et voir si, contexte oblige, sa plume ne se serait pas tout simplement adaptée à l'environnement qui sert de cadre à l'intrigue.
Commenter  J’apprécie          90



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (8)voir plus