AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782377590100
Éditeur : In Octavo (15/11/2019)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
An trois de la République : Lyon, ville insoumise, endure la plus sanglante des répressions. Fuyant la soldatesque, une nonne accepte l’invitation d’une étrange vieille, croisée au détour d’un chemin. Marceline restera à Malfront, contrainte et forcée par les effets d’onguents qui vont l’éloigner du Seigneur. Elle accouchera, malgré elle, d’une descendance bercée de maléfices qui ne s’éteindront jamais.
Juin 2007 : à Martebrun, paisible bourgade des Monts du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Tatooa
  30 mars 2020
Tout d'abord, grand merci à Babelio et aux éditions In Octavo pour l'envoi de ce livre Masse Critique.
Ce n'est pas un "nouveau" livre, même si c'est une nouvelle édition.
Je ne connaissais pas du tout l'auteur, et, à dire vrai, c'est la toute première phrase du pitch qui m'a alléchée...
C'était d'ailleurs il me semble le seul bouquin que j'avais coché, étant arrivée fort tard dans la journée, sur cette opération.
Et bien je ne suis pas déçue. Bien que j'ai eu des sueurs froides pendant les premières pages (jusqu'à la 17. C'est pas beaucoup, mais ça suffit, lol), car si je connais bien le patois "d'Oc", je ne connais absolument pas le lyonnais, et sans le lexique, je ne m'en serais pas sortie...
C'est une entrée en matière déroutante, en fait.
Si le prologue accroche, les pages suivantes laissent perplexe le lecteur "non lyonnais" !
Heureusement, le vocabulaire revient et, l'ayant appris, on n'est plus trop dépaysé quand il est utilisé, et en plus la prose devient plus accessible dans les pages suivantes, mais tout aussi travaillée.
Le fait est que c'est bien écrit. Extrêmement riche comme langue, quoi qu'ultra familière, c'est un curieux mélange, un peu comme un plat sucré-salé.
La construction du texte nous fait voyager, à la fois dans le temps, et dans l'imaginaire. le fantastique est bien présent. La surprise au rendez-vous, il y a plusieurs trucs que j'ai pas vu venir malgré les indices semés volontairement par l'auteur.
Les personnages sont hauts en couleurs. J'ai beaucoup apprécié Hugo et Line, qui sont les deux personnages principaux...
Il y a plein de punchlines, extrêmement machos (j'ai même pas osé les citer, à dire vrai : "une soupe sans oignons, c'est comme une femme sans nichons", par exemple...), mais curieusement, c'est tellement bien inscrit dans le récit et l'atmosphère du roman que ce n'est pas choquant à la lecture.
Je le redis, c'est formidablement bien écrit.
Je ne peux pas trop en dire, sous peine de spoiler et ce serait dommage, car rien que dans les premières pages, on a une surprise de taille...
J'ai, juste, une petite réserve sur la fin, que j'ai trouvé un peu décevante.
Bref, une excellente découverte en ce qui me concerne, je vais aller voir si l'auteur a écrit d'autres livres... :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   30 mars 2020
- Quand on devient vieux, les heures sont longues mais le temps s'accélère. Va y comprendre quelque chose.
(Raymonde à Hugo)
Commenter  J’apprécie          70
TatooaTatooa   28 mars 2020
Les lacets de la route de Martebrun étaient encombrés de cyclotouristes bariolés descendant le nez dans le guidon à la recherche d'une victoire d'étape imaginaire. Quel sport de nazes : casse-pattes en montée, casse-gueule en descente, et mal au cul à l'arrivée !
Commenter  J’apprécie          70
TatooaTatooa   26 mars 2020
Pauvert était un troll, un cas difficile à gérer, à ranger dans la catégorie des anxieux. Les soucis qu'il s'inventait dégoulinaient sur son front en transpiration excessive. Son besoin de s'occuper des autres frôlait la paranoïa et il s'engluait dans des besognes attentives, remplies de questions précises auxquelles il ne répondait pas. En fait, il épuisait son temps à attirer ses peurs.
Derrière cet amoncellement de défauts, l'animal cultivait pourtant un paradoxe étrange : quand le danger était là, il assurait, réagissait calmement, prenait toujours la bonne décision.
- On est dans la merde, dit-il en soufflant sur sa tasse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TatooaTatooa   25 mars 2020
L'alcool provoque des ravages dont l'amplitude varie en fonction des individus. Certains ont le vin gai, d'autres la haine tenace. Augustin appartient à la catégorie intermédiaire : les "curieux-téméraires".
Commenter  J’apprécie          50
TatooaTatooa   25 mars 2020
Dans le miroir ébréché surplombant un cuchon de vaisselle, sa trogne de vieux débris reflétait les outrages dessinés par le temps. Augustin ne reconnaissait pas le gars qu'il avait en face de lui. Bien sûr, c'était sa casquette et la forme de son visage, mais pas ses yeux. L'inconnu dans le miroir lui renvoyait l'image de deux trous noirs striés de vin rouge. "Alors, t'as foutu quoi ?"
Commenter  J’apprécie          20
Video de Gérard Coquet (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Coquet
http://polar.jigal.com/?page=liens&p=181
Connemara Black de Gérard Coquet par Polars Etc? « Un univers comme je les aime, sombre, précis, réaliste et plein de surprises... Quelle ambiance! L'intrigue est prenante et aboutie. Rien de superflus.Tout est à sa place dans ce roman. A découvrir sans attendre! »
La Connemara Black est une mouche artificielle permettant au pêcheur de ne jamais rentrer bredouille? C?est également le nom d?un ancien groupe armé de l?IRA, l?Armée Républicaine Irlandaise. Mais c?est aussi le surnom donné aux filles vivant dans cette baie, à l?ouest de l?Irlande. Elles sont souvent très belles mais plus revêches à apprivoiser qu?un poney des tourbières. Ciara McMurphy en est une. Après un mariage raté, elle a fui la région et s?est engagée dans la Garda, la police locale. Mais lorsqu?une série de meurtres balaie la ville de Galway, c?est elle que le commissaire Grady choisit d?envoyer sur ses terres natales afin de surveiller ce qui reste des indépendantistes. Et entre autres le vieux Zack, un chef de clan, un patriarche qui ? entre terres désolées, légendes d?un autre temps, cimetières abandonnés et ex-combattants de tous bords ? veille dans l?ombre? Mais sur quoi veille-t-il ?
McCoy, Galway, McMurphy, Clifden, Morrigan, O?Brien, Ler, Fergus, Culan? autant de noms qui, vu d?ici, fleurent bon l?Irlande, ses lacs et ses paysages fantomatiques. Une contrée désolée, c?est sûr, et pas toujours très accueillante, il faut bien le dire. Et entre les souvenirs tenaces des violents affrontements du passé (pas si passé que ça d?ailleurs?), les anciens indépendantistes de l?IRA légèrement susceptibles et les autochtones un peu ombrageux ? souvent plus rapides à sortir leur pétoire plutôt qu?un « hello » amical ?, le climat s?annonce plutôt rude pour Ciara McMurphy. Ciara est une fille du pays, elle sait d?où elle vient et pourquoi elle a fui! En remettant les pieds ici, elle sait aussi qu?elle va devoir déterrer de vieilles histoires et pousser la porte de quelques cimetières? Ici les hommes sont comme leur terre, coriaces et rugueux ! Ils ont des opinions bien tranchées, des croyances d?un autre âge et une manière bien à eux de régler leurs problèmes? de façon expéditive et si possible définitive ! Dans le Connemara, le plomb vole parfois très bas? Heureusement que les saumons sauvages sont là, vifs et fougueux, pour rappeler à ceux qui l?auraient oublié que la pêche à la mouche est ici une sorte de culte !
+ Lire la suite
autres livres classés : fantômesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1897 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre