AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213681351
216 pages
Éditeur : Fayard (20/08/2014)

Note moyenne : 2.57/5 (sur 29 notes)
Résumé :
La fable prétend que le travail est un trésor. Mais pour certains, il est seulement alimentaire. Ils sont nombreux, les employés surqualifiés de ce grand magasin de luxe, à enchaîner les contrats d’une semaine. Comme ce démonstrateur de karaoké spécialiste de Baudelaire. Ou cet ancien militaire, embauché comme vigile juste avant Noël pour éviter un attentat au rayon jouets. Caissière depuis peu au niveau - 1 avec un bac + 7, la narratrice ne serait-elle pas en droit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Loubhi
  21 août 2014
Premier roman de cette jeune auteure talentueuse et je gage que vous ne verrez plus du tout le monde des grands magasins à l'époque des fêtes de fin d'année de la même façon.
Couplant l'histoire de la narratrice, jeune diplômée en histoire de l'art recalée dans son domaine et qui, par défaut s'engage au rayon jouet d'un grand magasin et de quelques unes et quelques uns de ses plus proches collègues, c'est une chronique à la fois intimiste et très douce amère qui nous est proposée en 215 pages particulièrement bien écrite, stylistiquement et lexicalement parlant.
C'est sans illusion et avec un grand sens des réalités parfaitement rendus que le lecteur suit le parcours de la narratrice dans ses tribulations tant professionnelles qu'amicales et privées. Déclassée et dévalorisée par le mode de management du grand magasin, par le cadre de son sous-sol comme lieu de travail, par son ami, par les turpitudes et les désillusions de ses collègues, c'est peu de dire que l'on admire l'abnégation de notre héroïne.
Professionnellement, ce sont les rouages d'une mécanique bien déshumanisée où de la formation des hôtesses de caisse expédiée en une seule journée à l'évolution d'un poste de caisse à l'autre comme des turpitudes et frustrations des collègues (les inénarrables Rosy, Pierre, Monique, Leïla, le vigile crétin Jérémie), de la hiérarchie (le Pingouin surnom donné au chef de rayon), qui sont ici démontées avec causticité.
Même causticité dans le ressenti des clients, "les Francis", comme de leur comportement spécifique à l'achat des jouets de leur progéniture et familier entre bêtise et condescendance à l'égard du personnel. Là aussi la description et le sens de l'anecdote valent le détour chez Clotilde Coquet.
Pour sa vie privée, c'est aussi un état des lieux très réels qui est rendu ici, avec cette génération de jeunes dont la précarité subie, les fins de mois difficiles (temps partagé par la narratrice entre le grand magasin et le baby sitting). Critique aussi très ajustée et réaliste aussi pour Vincent, son petit ami, superbe crétin ayant suivi des études d'acteur, s'estimant au dessus de la mêlée alors que sans emploi et aux crochets de ses parents comme de notre héroïne, se permettant de critiquer le manque d'ambition et l'inconstance de celle qui lui procure toit et nourriture. le reflet même d'une partie de la jeune génération qui attend ce qu'elle estime lui être due, profitant d'un certain système social pour lequel elle n'adhère qu'aux bons côtés, sans jamais se remettre en question mais à l'inverse particulièrement investi pour le dénigrer.
Une tranche de vie croquée magistralement avec une très grande variété et richesse lexicale et syntaxique dont le lecteur souhaite très vite que notre héroïne s'en échappe.
Lien : http://passiondelecteur.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Sharon
  20 décembre 2014
Depuis quelques années, les romanciers ont la fibre réaliste. Ce n'est pas Au bonheur des dames d'Emile Zola, nul Octave ne viendra arracher la jeune vendeuse à son comptoir, non, c'est le quotidien de jeunes étudiants qui ont accepté un travail alimentaire (comme son nom l'indique, il faut bien manger). le problème (majeur) de ce travail alimentaire est qu'il empêche l'étudiante de se consacrer à ses études, à sa thèse, et que ses nombreuses années d'étude ne lui servent pas à grand chose. En revanche, elle apprend le maniement d'une caisse, l'utilisation de la machine à carte bleue, comment repérer le client insolvable qui vous présente un gros chèque, ou comment remplacer au pied levé un collègue fugueur.
Je cherche en vain à m'émouvoir sur le destin de la narratrice. Je constate cependant que, depuis quarante ans, rien n'a changé : c'est la jeune femme qui travaille, paie le loyer et les courses, c'est son compagnon, grand acteur en devenir et incompris, qui se laisse entretenir, pour rentrer finalement chez papa/maman. Oui, le style est impeccable, oui, les allusions littéraires sont nombreuses, tout comme les remarques méprisantes subies par les employés (dire que « caissière » était considéré comme un métier susceptible de faire rêver les petites filles dans mon manuel de lecture CP !). Oui, le cadre est réaliste, presque trop, puisque je pense qu'il ne me faudrait que peu d'efforts pour identifier ce temple du commerce, situé non loin de la chapelle Notre-Dame-de-la-Médaille-Miraculeuse. Mais… il ne se passe rien, si ce n'est la résignation de tous, et une brève tentative pour se sortir de là. Je n'ai garde d'oublier la naïveté des sommités universitaires croisées au détour d'un rayon, ou leur amnésie providentielle. Les jeunes sont exploités – et que sont devenus les stagiaires qui protestaient tant, il y a encore quelques années ? Sont-ils toujours stagiaires ou ont-ils enfin un CDI ?
Au final, le souvenir de cette lecture s'estompe déjà, alors que je ne l'ai terminé qu'hier. Ne ressentir que de l'indifférence et avoir hâte de terminer cette chronique ne sont pas des points très positifs en sa faveur. A vous de voir et de lire si vous avez envie de vous laisser tenter.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          64
ComiteromansPoissy
  25 novembre 2014
Alors qu'elle tente péniblement de terminer sa thèse en histoire de l'art, la narratrice de Parle-moi du sous-sol décroche un poste au rayon jouet d'un grand magasin parisien. Ce qui devait être un travail provisoire devient plus permanent, surtout après que la jeune héroïne ait impressionné ses pairs par sa maîtrise rapide de la caisse. En parallèle, on suit ses déboires sentimentaux avec un jeune acteur, bientôt réduit à vendre du pop-corn dans un cinéma de Châteauroux…
Bien que le sujet du livre ne soit pas très original (les déboires de jeunes étudiants surdiplômés à l'entrée dans la vie professionnelle), il est traité d'une manière moins anecdotique que Les tribulations d'une caissière, par exemple. L'héroïne insiste sur la sensation d'oppression ressentie au quotidien, enfermée toute la journée au sous-sol du grand magasin, loin de toute forme de lumière ou d'environnement naturel. Oppression liée aussi à l'impossibilité de trouver un travail après sept années d'études en histoire de l'art, des études qu'elle qualifie de « jeune fille à marier ». Les nombreuses références au monde animalier renforcent l'impression d'être « en cage » des personnages. (Impression donnée sur la couverture également, dessinée par l'auteur, une bande de renards attachés les uns aux autres !). Côté coeur, la narratrice nous livre un portrait peu mirobolant de son compagnon, un homme qui semble se complaire dans une situation précaire (aspirant acteur, il enchaîne les petits contrats sans parvenir à percer), incapable d'assumer une relation de couple, et qui retourne vivre chez ses parents. le livre ne donne pas beaucoup d'espoirs à la génération des 25-30 ans ! Mais malgré ce ton un brin pessimiste et grinçant, Parle-moi du sous-sol est une lecture très agréable, parfois drôle, portée par des situations et des personnages assez crédible à mon sens.
Florence (Le Vésinet)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
blablablamia
  05 septembre 2014
Certains bacs++ se retrouvent à la suite de leurs études, ou durant celles-ci, à chercher des petits boulots, dont celui de travailler dans des grands magasins, tenir la caisse, en faisant bonne figure, se laissant mal traiter par les clients ou la direction...
Et ce qui les fait tenir c'est (évidemment) le besoin d'argent mais aussi l'illusion dont ils ont été nourris jusque là, cette certitude que ce n'est "que temporaire", qu'ils trouveront bientôt un travail dans leur domaine... Mais il y a des temporaires qui durent...
Et surtout des temporaires qui bloquent, qui fatiguent, rendent amer, ne laissent plus beaucoup d'énergie pour se consacrer aux-dites études et font baisser les bras.
Quand j'y pense, Parle-moi du sous-sol (dont le titre est un clin d'oeil à Beckett) aurait pu s'intituler Parle-moi des sous-bois (clin d'oeil à la couv).
Car dans tout le livre, qui se passe presque essentiellement au sous-sol d'un grand magasin, nous retrouvons de nombreux symboles de la vie sauvage et cruelle, d'une fable emplie d'animaux et de pénombre étouffante, un microcosme mystérieux, où l'on doit vite apprendre, car on s'attaque, se bouffe... Et les personnes extérieures à ce milieu (parents/petit ami) sont là à vous tenir en joue.
Sauf qu'ici, peu de liberté de mouvement, les personnages sont bloqués, entravés, plombés...
L'intégrale:
Lien : http://blablablamia.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Sophieadk29
  27 septembre 2017
A tous ceux de l'ombre !!
L'histoire d'une employée dans un grand magasin c'est banal au premier abord, et bien non !! Et bien au contraire, cette façon que l'auteur a de raconter son quotidien et tout ce qui lui passe par la tête, cette lucidité dont elle fait preuve et à la fois, ce manque de courage pour affronter la réalité, c'est moi, c'est peut-être vous mais c'est sûrement autrui !
Cet ouvrage est écrit avec humanité, on reconnaît tous les clients, c'est votre voisin, votre collègue, une connaissance ou même soi, et quoique l'on en dise, chassez le naturel et il revient au galop...ses clients sont des stéréotypes, croqués justement, mal élevés, timides, bavards...
Et les collègues, c'est pareil, ils sont pénibles ou envahissants, zélés ou incompétents, il y a le clown triste qui vous plombe le moral ou l'opportuniste aux dents longues et tant pis pour vous...
Au travers de son histoire, on se rend compte de la justesse de son regard sur cette micro-société qui est aussi un échantillon de la société,
Alors attention à la caissière, regardez-la bien, elle n'est sûrement pas que caissière, il y a une vie derrière son sourire figé, des sentiments, du ressentiment et peut-être même une super-diplômée en mal de reconnaissance..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
JuinJuin   18 octobre 2014
Par exemple à cause de la catégorie des Francis, encore une statistique de Rosy qui désignait ces clients un peu âgés et vindicatifs, en veste matelassé d'équitation, premiers usagers de Mon Petit, souvent encouragé par leurs femmes qui exprimaient bien fort leur opinion sur nous ( Francis, ne te laisse pas marcher sur les pieds par ces incapables (...)
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Clotilde Coquet (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clotilde Coquet
Geneviève Brisac - Dans les Yeux des Autres .Clotilde Coquet vous présente son ouvrage "Parle-moi du sous-sol". Parution le 20 août 2014 aux éditions Fayard. Rentrée littéraire 2014. http://www.mollat.com/livres/coquet-clotilde-parle-moi-sous-sol-9782213681351.html Notes de Musique : Souvenir Driver/I Touch You Honey/I Touch You Honey. Free Music Archive.
autres livres classés : travailVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1067 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..