AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2904112081
Éditeur : L or Du Temps (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
La mort fait peur... L'angoisse de mort reste présente en chaque individu, disent les esprits matérialistes qui ajoutent même que toute explication de l'au-delà, de l’après-mort, n'est qu'une sublimation de cette angoisse. Toutes les traditions se sont penchées sur ce problème inhérent à la condition humaine, et à travers les coutumes, les mythes, se sont dessinées diverses approches de la mort. Des travaux menés par des scientifiques et des philosophes, des personn... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
JOE5
  13 décembre 2015
PRÉFACE :
La mort fait peur... L'angoisse de mort reste présente en chaque individu, disent les esprits matérialistes qui ajoutent même que toute explication de l'au-delà, de l'après-mort, n'est qu'une sublimation de cette angoisse. Toutes les traditions se sont penchées sur ce problème inhérent à la condition humaine, et à travers les coutumes, les mythes, se sont dessinées diverses approches de la mort. Des travaux menés par des scientifiques et des philosophes, des personnalités aussi éminentes qu'Elizabeth Kùbler-Ross ont permis de mieux comprendre les stades par lesquels passent les patients atteints de maladies graves. le phénomène-mort englobe aussi l'acte de mourir qui demeure une énigme apparemment insoluble pour beaucoup. La plupart de nos contemporains ne prennent pas au sérieux les « informations » fournies par les livres, supports de la Tradition, tels que le Livre des Morts Tibétain, et assimilent ce genre d'ouvrages à un vulgaire recueil de superstitions. La mort est, selon Jung, non seulement un événement physique mais un événement psychique marqué par l'appréhension de l'inconnu, de ce qui nous attend au-delà, de la crainte d'une confrontation avec une solitude glacée, sans chaleur affective. Pour lui, accepter la mort, ce n'est pas la réduire rationnellement à une fin inepte, mais la laisser résonner dans son imagination, dans son instinct, consentir à s'en faire un mythe et peut-être ainsi y trouver un sens. Il est vrai que le vécu intérieur que nous avons de la vie et de l'idée de mort, joue un rôle primordial. Il importe de resituer le « savoir mourir » dans le cheminement spirituel de l'être humain. Certaines écoles initiatiques occidentales insistent sur le fait que le terme mourir devrait laisser la place à l'expression « passer en transition », montrant ainsi l'aspect non définitif de ce phénomène. Si nous acceptons l'immortalité dans son sens initiatique, nous nous référons à une instance supérieure qui, au sein de nousm êmes, agit pour nous, ce qui nous fait comprendre que la vie se renouvelé toujours par la mort, et la mort par la vie. le moi mortel se transcende, ce qui contribue à atténuer l'inévitable angoisse inséparable de la condition humaine. Psychologiquement, il est intéressant de noter que la mort, dans les rêves, représente souvent un processus de transformation de l'être, plus qu'une mort objective. Envisager la mort dans son sens de transmutation donne une autre signification au phénomène. de plus en plus nombreux sont les être qui ne se contentent plus de réponses toutes faites et des schémas classiques, car ne pas s'intéresser réellement au problème de la mort, c'est aussi ignorer le pourquoi de la vie, et traverser une existence sans se poser la moindre question métaphysique ou spirituelle devient comparable à une léthargie ou à un contenu psychique mis en sommeil. Nous avons le privilège de vivre à une époque où les valeurs anciennes sont remises en cause, où la façon habituelle d'appréhender êtres et choses ne convient plus. Dans ce domaine apparemment irrationnel de l'étude de la mort, certaines théories ont besoin d'être revues, car savoir mourir pourrait être l'aboutissement d'une philosophie de la vie. le courant récent de ces chercheurs et auteurs, qui donnent d'autres approches de la mort, peut faire évoluer, sur un plan individuel et sur un plan collectif, des milliers de personnes qui trouveront dans un ouvrage comme celui de Michel Coquet un espoir de voir ce tabou éclairé d'une façon plus initiatique et surtout moins dogmatique. Préparer sa mort, mourir dans la sérénité, vivre pleinement sa mort, sont des expressions qui ont pu choquer, parfois faire sourire, souvent déranger et pourtant... le livre de Michel Coquet pose ces questions et s'inscrit dans ce courant d'auteurs qui n'hésite pas a sortir des sentiers battus pour mieux accéder à la connaissance de vérités fondamentales. Docteur Jean-François KLEIN. ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
JacopoJacopo   14 août 2018
Définir la mort est un paradoxe puisque la mort n’est qu’un vaste mirage et que l'on ne peut définir une illusion. En effet, la mort n'existe pas pour l'Etre réel, le penseur que nous sommes. La mort se rapporte au vêtement, non à l’être divin qui par le vêtement s’exprime, et que nous appelons un homme.
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : condition humaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz versification en poésie

Confession, Charles Baudelaire : Une fois, une seule, aimable et douce femme, A mon bras votre bras poli S'appuya (sur le fond ténébreux de mon âme Ce souvenir n'est point pâli) ; Les rimes sont :

croisées
plates ou suivies
embrassées

10 questions
119 lecteurs ont répondu
Thèmes : versificationCréer un quiz sur ce livre