AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290078051
541 pages
J'ai Lu (17/09/2014)
2.84/5   19 notes
Résumé :
1994. Jude McManus a 17 ans lorsque son père, un flic de Chicago, meurt dans des circonstances mystérieuses. Son cadavre est retrouvé dans les eaux d’un lac alors qu’il vient d’être accusé de corruption avec ses deux collègues, Bill Malvasio et Phil Stroke. Suicide pour échapper au scandale ? Noyade accidentelle ? L’affaire ne sera jamais résolue. Jude décide de fuir la ville et s’engage dans l’armée. 2004. République du Salvador. Dans un pays rongé par la pauvreté,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
angelita.manchado
  17 janvier 2015
Jude et Eileen sont amis.
Jude a perdu son père à 17 ans, suite à un suicide. Son père était un flic pourri qui s'est fait arrêter. Jude est le garde du corps d'un hydrologue mais il cherche la vérité sur son père car rien n'a jamais été dit.
Il rencontre Malvasio, un ancien collègue de son père, qui le charge d'une mission. Retrouver leur troisième collègue, Stroke. Jude, malgré tout, accepte. Mais son client se retrouve menacé par ses activités.
Pour tout dire, je n'ai pas apprécié ce roman comme il se doit, entre le déménagement et la fatigue en découlant. Je me le garde de côté pour le relire un peu plus tard à tête reposée. Car ce roman traite de nombreux sujets, tous aussi intéressants les uns que les autres.
Je ne sais pas trop d'ailleurs dans quelle catégorie le ranger. Policier, politique, psychologique ? Un peu de tout ça à la fois.
Même si le livre est un roman, personnages et situations fictives, on retrouve très bien la situation des Etats-Unis dans les pays d'Amérique du Sud où ils s'incrustent au nom de la liberté, en fournissant des armes, en organisant des élections, en tentant d'avoir la main mise sur les institutions. L'auteur nous décrit tout cela très bien et elle ne fait qu'un avec son histoire. Cette situation est déjà connue. J'avais déjà lu un roman de ce type auparavant. Mais il n'y a toutefois aucun plagiat. le Salvador et les Etats-Unis donnent matière et un cadre à l'histoire. L'auteur nous informe sur les élections qui ont lieu dans ce pays, élections forcément truquées.
Même si ce roman est un policier, l'auteur ne laisse pas le lecteur sans lui donner toutes les informations utiles sur l'eau. Comme le pétrole, l'eau est un véritable or noir et son marché est lucratif. La trouver, faire des recherches, des relevés, sont indispensables. Tout est détaillé sans que cela ne soit rébarbatif. Les populations en ont besoin pour vivre. Mais les magouilles existent et les plus pauvres en souffrent.
Entre les éléments politiques et l'eau, le roman prend également tout son sens. le lecteur apprend et en redemande. La plume de l'auteur permet au lecteur de ne pas s'ennuyer, de comprendre et d'apprendre.
David Corbett nous offre un roman très riche, avec des paysages à couper le souffle, l'évocation des villes, sales, des quartier riches, comme pauvres, les traditions du Salvador, les habitants qui souffrent, exploités, ceux qui tiennent les rênes, même s'ils ne sont plus au pouvoir, les gangs, les assassinats et surtout un sujet du roman, le trafic d'enfants. Enfants qui sont revendus pour la prostitution aux Etats-Unis. Il y a également tous ceux qui sont partis aux Etats-Unis pour travailler et qui envoient de l'argent à leurs familles. Mais cet argent n'arrive jamais à bon port.
Jude est un personnage pour qui on a de l'affection. Il se déteste. Il n'a pas confiance en lui. Il n'a pas fait le deuil de son père. Il cherche la vérité. Il souhaite trouver le bonheur, la joie. Même s'il est garde du corps, il souhaite retourner à ses premiers amours. Faire le bien en construisant pour les autres. Jude est un homme complexe et cela se ressent dans ses relations amoureuses. Il n'arrive pas à s'engager, à dire la vérité à la femme aimée, de peur d'être rejeté. le passé resurgit toutefois avec Malvasio. Pour Jude, la rancoeur semble s'atténuer. Il peut se confier sur ces 10 ans passés, sur la colère éprouvée.
David Corbett nous offre des questions existentielles sur le bien, sur le mal. Comment être soi, même si l'on souffre énormément ? Comment se détacher d'une situation, même si on a souffert et que c'est pour le bien d'une petite fille ? Pourquoi les gens ont de l'argent et pourquoi ils tuent. Jude veut retrouver de l'espoir, de la satisfaction, la vérité. C'est une sorte de revanche pour cet homme qui a été un enfant.
Dans ce roman, Jude va se rendre compte qu'il a été trompé. Il avait des doutes, mais il n'en a pas tenu compte. Lorsque la situation a été trop difficile à gérer, il s'est confié à la seule personne en qui il a confiance et qui lui fait confiance, son client. Garde du corps, Jude va tout tenter pour le protéger, même si l'hydrologue n'en fait qu'à sa tête, et ceux qui sont autour.
Le lecteur espère toutefois que Jude arrivera à retrouver la seule femme qu'il aime, Eileen. Elle l'a bien cerné mais il a peur qu'elle se détourne de lui quand elle saura toute la vérité.
Lien : https://jelistulisillit.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Pat0212
  07 mai 2018
Jude McManus vit à Chicago, il a dix sept ans lorsque son père meurt dans des circonstances peu claires. On trouve son corps dans un lac de la région, mais l'enquête n'aboutit pas et nul ne sait si c'est un accident, un meurtre ou un suicide. Il était policier et venait de se faire inculper de corruption avec ses deux collègues Bill Malvasio et Phil Stroke. Jude s'engage dans l'armée pour fuir le drame et les questions qu'il se pose sur l'honnêteté de son père, il ne peut croire qu'il était corrompu.
Dix ans plus tard, Jude est garde du corps pour une entreprise de sécurité américaine au Salvador, il doit veiller sur un ingénieur hydrologue et mène une vie plutôt agréable entre ses collègues, son travail et sa petite amie. C'est un jeune homme gentil et assez naïf dont son amie profite largement. Il n'a pas oublié la mort de son père, mais le drame ne l'empêche plus de vivre et il espère avoir tiré un trait sur cette histoire. Il essaie aussi de ne pas trop voir ce qui se passe au Salvador et fait tout pour mener une vie tranquille mais non dépourvue d'illusions.
Il se fait contacter par Bill Malvasio qui lui propose de lui raconter toute la vérité en échange d'un service : Retourner à Chicago, retrouver Phil Stroke et le ramener au Salvador. Bill y a refait sa vie et il est de toutes les sales combines, ce qui signifie qu'il ne manque vraiment pas de travail. Phil quant à lui a sombré dans l'alcoolisme et le désespoir.
Après maintes hésitations, Jude accepte, ramène Phil auprès de Bill, qui entraîne ses compagnons dans des aventures douteuses. Jude se trouve confronté à une affaire d'Etat, car Bill travaille en sous main pour le gouvernement américain qui considère le Salvador comme sa chasse gardée et son jardin privé dans lequel il cultive ses intérêts sans aucun égard pour les populations locales.
Je me demande bien comment ce thriller a pu être qualifié de « meilleur polar de l'année 2013 » par le Washington Post... sans doute parce qu'il est un vrai exposé sur la politique de Reagan et Bush en Amérique centrale et leur anti-communisme primaire qui les a complètement aveuglés. Et c'est vrai que nous apprenons tous les dessous de cette politique et ses effets pervers. Les USA défendent les riches et les libéraux et cautionnent une politique vraiment barbare envers les pauvres mais surtout ceux qui osent résister. Cet aspect est très développé dans ce livre et intéressant.
Le reste l'est beaucoup moins malheureusement. Bill est un vrai méchant très méchant, Jude est plutôt naïf et mettra assez longtemps avant de comprendre les enjeux et de sortir de sa petite vie assez tranquille. L'action se traîne et il y a de nombreuses longueurs. Les personnages manquent de profondeur, tout comme les dialogues, c'est un peu caricatural.
David Corbett n'a pas réussi a tiré entièrement parti de son scénario, ce qui est dommage quand on voit tout le travail de préparation et de documentation qu'a dû exiger ce gros thriller qui sera sans doute vite oublié.

Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
strummer
  14 septembre 2013
Long et pénible. Je n'ai pas été emballé, si c'est le meilleur thriller de l'année selon le Washington Post, je n'ose imaginer le pire. Les personnages sont en carton, il ne se passe rien, aucune psychologie, franchement je n'y ai rien trouvé de croustillant, les dialogues sont nuls. La lecture était longue mais l'oubli de ce bouquin sera rapide
Commenter  J’apprécie          43
mercutio
  29 juillet 2015
Une certaine vérité, c'est-à-dire quand les États-Unis se regardent avec suffisamment d'objectivité pour juger leur politique étrangère et ses conséquences autrement qu'en référence à leur lecture dévoyée de la bible. Encore que je ne sois pas sûr que dévoyée soit le termes approprié, disons plutôt lecture au premier degré!
C'est bien écrit, bien documenté, on a le sentiment que c'est proche de la triste réalité, l'analyse psychologique est fine, la faiblesse humaine est exposée, il n'y a pas de super-héros ni de complaisance à gaver de sexe et de violence pour plaire, sans rien en masquer pourtant. Jamais ennuyeux.
C'est bon mais peut-être pas pour la plage - je n'y suis pas- attendez éventuellement octobre et le retour des réalités.
Commenter  J’apprécie          10
Enavant123
  08 février 2019
Tiens un porte....
Tiens je l'enfonce ....
Tiens elle était ouverte....
bref rien de vraiment nouveau sur 600 pages ça fait long mais long.
J'ai abandonné, n'est pas Don Winslow qui veut. Lisez plutôt la Griffe du chien.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   21 juin 2015
C’était quelque chose qu’il appréciait chez elle, cette dévotion pour l’éphémère. D’ailleurs, il y avait beaucoup de choses qu’il appréciait chez elle. Elle avait grandi entourée d’hommes forts – élevée par les loups, comme elle disait – et elle était jolie comme peuvent l’être les intellectuelles : avec ses longues jambes, ses cheveux blond vénitien et ses lunettes à monture dorée. D’aucuns auraient sûrement été rebutés par ses grandes dents, ses mains masculines et ses longs pieds maigres, mais lui trouvait qu’au contraire ces détails ne faisaient qu’ajouter à son charme. Ces petits défauts contribuaient à la rendre unique. Parfaite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
strummerstrummer   05 septembre 2013
"Pourquoi les femmes ont-elles un vagin ? Pour qu'on accepte de leur faire la conversation."
Commenter  J’apprécie          43
rkhettaouirkhettaoui   21 juin 2015
Dans un monde parfait, tout le monde serait gentil et altruiste, personne ne manquerait de rien, les morveux prêteraient leurs jouets, les bergers s’allongeraient aux côtés des agneaux, et tout et tout. Mais pour l’heure, les règles du jeu n’étaient pas les mêmes car les gens qui faisaient bouger les choses – ces gens à qui il servait de garde du corps – se révélaient bien souvent des salopards de la pire espèce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   21 juin 2015
Il se remémorait le moment profondément érotique où elle avait ôté ses lunettes, et gardait en mémoire sa voix grave et langoureuse. Si elle n’était pas l’amour de sa vie, elle avait réussi à devenir l’objet d’une ardente obsession. Plus il la cherchait, plus il ressentait le besoin de la revoir, et plus l’échec de sa quête le faisait souffrir.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   21 juin 2015
Pour surfer, il n’y avait pas de meilleur moment qu’au lever du soleil ou en fin d’après-midi. C’est là que l’océan était le plus lisse et les vagues les plus belles.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : salvadorVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox