AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756035300
Éditeur : Delcourt (20/08/2014)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 64 notes)
Résumé :
1er août 1914. Louis, Jacques, Maurice, Armand, Denis, Arsène, Pierre et Jules sont mobilisés. Huit amis, âgés d'une trentaine d'années, issus de la même petite ville et affectés dans le même régiment d'infanterie. Ensemble, ils découvrent les premiers combats, les premiers doutes et les premiers ordres absurdes, point de départ de quatre longues années dont certains reviendront, d'autres non.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  07 mai 2017
Paris, février 1919. Les Laborde entrent dans le cabinet d'un médecin. Louis retire l'écharpe qui lui cache la moitié du visage. Et pour cause, Louis est une gueule cassée de la Grande Guerre, la moitié du visage complètement abîmée et des problèmes d'élocution. le médecin se réjouit tout de même de la cicatrisation qui est en bonne voie et informe le couple que la prothèse devrait arriver la semaine suivante. Elle, trouve qu'il dort mal et mange comme un moineau. Lui, répète inlassablement la même phrase depuis son retour. Elle ne comprend pas pourquoi...
1er août 1914. La fête bat son plein au village. On tire à la carabine, on fait du manège, on danse au son de l'orchestre, on fait un tour dans L'incroyable musée des curiosités, on mange des gaufres. L'on trinque et les esprits s'échauffent parfois. Mais l'ambiance reste bon enfant. Lorsque le tambour se fait entendre, l'on arrête tout et l'on écoute presque religieusement cet avis à la population. L'annonce de la mobilisation, même si ce n'est pas une surprise, a brisé tout élan et chacun repart de son côté, encore ignorant de ce qu'il allait se passer...
Éric Corbeyran nous plonge dans les prémices d'une guerre interminable... Dans ce premier album, d'une série qui en comptera 10, nous sommes à la veille de la mobilisation et l'on fait la connaissance avec un groupe d'amis inséparables. Des amis depuis l'école qui ont tout partagé, traversé les mêmes peines et les mêmes joies. Il y a Denis, Jules, Arsène, Pierre, Louis, Maurice, Jacques et Armand. Autour d'eux, Hermeline, Bernadette, Gilberte, Lucie, Rose, Nicole et Jocelyne. Huit hommes et huit femmes, originaires du même village, qui traverseront la Grande Guerre. À peine le temps de savourer quelques moments d'insouciance que les hommes sont appelés au front. Éric Corbeyran nous offre un album qui, sans verser dans l'originalité, fait montre d'un scénario captivant habité par des personnages très attachants et servi par un graphisme magnifique. Étienne le Roux, entouré de Loïc Chevallier et Jérôme Brizard, nous plonge dans une ambiance passéiste de par ses tons sépia. Les traits sont expressifs, le trait semi-réaliste efficace et les cadrages variés. Rien à redire si ce n'était ces visages, d'hommes et de femmes, qui se ressemblent trop.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          612
Alfaric
  21 avril 2017
Merci aux 48h BD de m'avoir permis de découvrir cette série à prix réduit ! Beau scénario d'Eric Corbeyran semble-il fort inspiré par le sujet, chouettes dessins d'Etienne le Roux passé de la l'illustration à la BD ici assisté aux décors de Loïc Chevallier et de Jérôme Brizard à la colorisation
Paris, février 1919 : une gueule cassée gravement mutilée dans sa chair et dans son âme essaie de se reconstruire à l'aide de son épouse et des médecins, mais il ne peut plus prononcer qu'une seule phrase qu'à part lui personne ne comprend le sens…
Un bourg perdu franco-français, 1er août 1914 : la vie est belle d'un côté pour Pierre, Jules, Louis, Maurice, Arsène, Denis, Armand et Jacques, et d'un autre côté pour Hermeline, Bernadette, Gilberte, Nicole, Lucie, Rose, Jocelyne… Cette mise en place qui fait la part belle à la bagatelle est mine de rien un peu ardue : on présente simultanément tous les personnages qui se ressemblent peu ou prou pour cause de charadesign fluctuant pas assez différencié, et ce malgré le who's who offert par les couvertures intérieures. Toujours est-il que l'ordre de mobilisation est donné est que rapidement les personnages doit faire face davantage à une hiérarchie incompétente et tyrannique qu'à l'ennemi honni… Car oui, les mêmes officiers prêts à faire fusiller leurs propres subordonnés pour de simples retards auraient préféré se bouffer un bras plutôt que de reconnaître qu'ils ont fait n'importe quoi (et puis de toutes les manières ils en ont rien à foutre, c'est les sans-dents qui paieront leurs pots cassés ! Maudits, soyez tous maudis vous et vos semblables !!!). Rien que pour l'année 1914, 162 généraux ont été « limogés » pour faute professionnelle (c'est-à-dire mutés à Limoges et ses environs plutôt que d'être virés à coups de pieds dans le cul ou passés au peloton d'exécution, qu'ils auraient largement mérité, en raison de leur appartenance aux classes sociales privilégiées et du 2 poids 2 mesures si cher auxdites classes sociales privilégiées)… Mais qu'est-ce que c'est que cette armée mexicaine à la noix ??? Et mêmes les mêmes causes produisant les mêmes effets les pauvres soldats français auront ensuite droit OMG aux boucheries de masse des Dardanelles, de Verdun et du Chemin des Dames…
J'ai une infinie compassion pour ces générations qui ont été élevées dans le mensonge : la revanche ardemment attendue, la prétendue supériorité de la race française, la haine du voisin allemand qualifié à la fois de barbare et d'Antéchrist, tout cela attisé à grand renfort d'éducation nationale plus nationaliste tu meurs, de presse chauvine complètement délirante et de littérature jeunesse militariste, xénophobe et raciste ! A tous ces Français on avait vendu une victoire rapide et facile, beaucoup d'entre eux n'en revinrent pas et ceux beaucoup de ceux qui en revinrent auraient préféré y rester… Ne remercions pas ces élites planquées qui ont envoyé à la mort et à la souffrance des millions de gens en lieu et place d'eux-mêmes ! (refrain trop malheureusement connu…)
Les pamphlets au vitriol de Humphrey Cobb et de Stanley Kubrick, le livre et son adaptation cinématographique pareillement intitulés "Les Sentiers de la gloire", censurés en France pour laisser tranquille des bouchers appartenant aux très hautes classes sociales, sont largement en dessous de la vérité… Car il faut dire les choses, une caste pourrie gâtée a envoyé à la mort des millions de gens, et a condamné à la souffrance des dizaines des millions de gens juste pour satisfaire son ego démesuré (et aussi pour augmenter ses avoirs bancaires soit dit en passant). J'ai honte qu'un Président de la République française ose commémorer ce qu'il n'a jamais été autre chose qu'une boucherie sans nom commanditée par des incompétents sociopathes pour qui le peuple n'a jamais été autre chose qu'un ressource humaine corvéable à merci ne servant pas à grand-chose d'autre que de chair à canon… Oh oui j'ai honte, et je maudis cette caste à jamais, car leurs descendants continuent à prendre les peuples de haut en osant encore dire qu'il suffit d'une bonne guerre pour remettre les choses dans en ordre et faire repartir la machine économique (en ciblant untel ou untel comme ennemi héréditaire du moment)… Pour ces gens-là il ne reste plus que deux solutions : l'hôpital psychiatrique ou la guillotine ! (la première solution a ma préférence car s'il existe des camisoles chimiques pour les criminels sexuels, on doit bien pouvoir élaborer des camisoles chimiques pour les criminels politiques et économiques…)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
bibiouest
  07 novembre 2018
Cette série est une référence, tout a été minucieusement reconstitué, l'insouciance de la jeunesse, les couleurs , les dessins collent à l'époque jusqu'au vocabulaire utilisé.
Le contraste entre le départ au front «la fleur au fusil» et la rencontre avec la mort et l'absurdité de la guerre et des ordres donnés est saisissant.
Une grande réussite, vite la suite...
Commenter  J’apprécie          480
mcd30
  17 novembre 2017
Je l'ai lue avec beaucoup d'intérêt, le monde d'avant guerre est très bien restitué. J'y ai reconnu l'ambiance décrite dans de nombreux documentaires. C'est presque trop réel pour me fidéliser car je été choquée par le réalisme de l'histoire avec cette gueule cassée dès la première page, et après par les embuscades et le sang. C'est une bd que je ne poursuivrais pas car je connais la suite de l'histoire, la vraie et comme les personnages sont attachants je n'ai pas envie de les voir tomber sous les tirs ennemis. Je ne suis qu'humaine. Je ne la conseille pas aux plus jeunes. Rien à voir avec les lancers de romains d'Obélix.
Commenter  J’apprécie          431
sandrine57
  26 mai 2019
La fête foraine bat sont plein dans un petit village de la France profonde. Ils sont huit amis à prendre du bon temps entre le flirt, les tours de manège et le tir à la carabine. Riches ou pauvres, forts en gueule ou réservés, ils aiment prendre une cuite, rire, se confier, se quereller, parfois même en venir aux mains, unis depuis les bancs de l'école communale. Mais en ce 1er août 1914, la fête est gâchée par l'appel à la mobilisation générale. Ils le savent, ils vont devoir combattre contre les allemands. Et, le 3 août, Louis, Jacques, Maurice, Armand, Denis, Arsène, Pierre et Jules partent pour le front, certains d'être de retour dans quelques semaines...
Une bonne entrée en matière pour cette série qui se propose de raconter, de manière très réaliste, la première guerre mondiale. Ce premier tome montre le contraste entre l'état d'esprit des soldats, persuadés que le conflit ne saurait s'éterniser, et la confrontation avec la dure réalité d'une guerre, meurtrière dès les premiers jours. Corbeyran insiste aussi sur l'incompétence des gradés, prêts à sacrifier leurs hommes plutôt que de reconnaître leurs erreurs. Nos huit héros se rendent vite compte qu'ils ne sont que de la chair à canon et que les allemands ne seront pas leurs seuls ennemis.
Le scénario est efficace, bien documenté, très rythmé. Les décors sont très réalistes. En revanche, le nombre important de personnages porte à confusion. On a du mal, de prime abord, à différencier les huit jeunes hommes et leurs petites amies.
Pas original mais instructif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340

critiques presse (1)
Sceneario   29 juillet 2014
Le style de Le Roux arrive à bien faire passer l'émotion. Ce premier tome de la série 14-18 est une très bonne surprise. Un titre qu'il ne faut pas rater.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Diabolo44Diabolo44   06 juin 2019
— Je ne suis pas caporal, sergent...
— Dorénavant, vous l'êtes. Le caporal Guérin est mort, vous le remplacerez.
— J'imagine que je n'ai pas le choix...
— En effet... On vous collera vos sardines sur vos manches lorsque vous reviendrez... Si toutefois vous revenez !
Commenter  J’apprécie          30
Diabolo44Diabolo44   06 juin 2019
— Et le clou du spectacle... La rosalie à triple arête ! 460 grammes d'acier tranchant et transperçant ! Avec ça, on va débiter du teuton en tranches grasses !
— Pourquoi ? Ils ne sont pas armés, en face ?
Commenter  J’apprécie          10
DoVerdorieDoVerdorie   01 octobre 2014
Je prends la vie comme elle me vient, Nini... Je préfère m'attacher à rien d'autre qu'aux reflets des belles choses...
Le temps d'une esquisse...d'un profil...d'un mouvement...d'un sourire... capter l'instant présent...le décrire...
...et le laisser filer sans chercher à le retenir...
Commenter  J’apprécie          290
marina53marina53   07 mai 2017
L'annonce de la mobilisation, même si ce n'était pas une surprise pour personne, avait brisé l'élan et dégrisé les esprits. À cet instant, nous ignorions que nous étions sur le point de vivre une invraisemblable folie.
Commenter  J’apprécie          310
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   22 mai 2016
-On ferait un beau couple toi et moi, tu ne crois pas ?
-Non... je ne crois pas...
-T'es désolant Maurice...
-Désolé...
-Non, c'est moi qui me désole... Un si beau gars tout seul... C'est de la bonne marchandise gâchée!
Commenter  J’apprécie          170
Lire un extrait
Videos de Éric Corbeyran (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Corbeyran
Grégory Charlet est devenu dessinateur de BD très jeune. Après "Le maître de jeu" aux côtés de Corbeyran chez Delcourt, il a réalisé "Kabbale" chez Dargaud en tant qu'auteur complet... avant de connaître une traversée du désert, due à des problèmes physiques (l'épaule qui lâche). Il est revenu par la porte de chez Bamboo avec "Le carrefour" et "Les s?urs Fox" (le tome 2 est à paraître à l'automne 2019). Mais aujourd'hui, c'est dans le registre de l'espionnage qu'il inaugure au côté de Régis Hautière l'adaptation BD de l'émission culte de France Inter "Rendez-vous avec X". Sous ses crayons, le premier dossier chaud rapporté par Mr X se déroule dans le cadre de la révolution culturelle "Chinoise"...
+ Lire la suite
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La Métamorphose

En quelle année est paru pour la première fois "La Métamorphose" ?

1938
1912
1915

11 questions
123 lecteurs ont répondu
Thème : La Métamorphose de Franz Kafka de Éric CorbeyranCréer un quiz sur ce livre