AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Amélie Sarn (Antécédent bibliographique)
ISBN : 2847891765
Éditeur : Delcourt (17/11/2004)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 30 notes)
Résumé :
"Mon père est dans le coma. De quand date la dernière fois où j'ai souhaité sa mort ?..." A travers une histoire de haine et d'amour qui lie une fille à son père, Amélie Sarn s'empare, du pouvoir salvateur des mots.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  23 octobre 2012
Il était une fois une gentille Princesse , belle comme le jour d'une nuit sans lune , croquant la vie à pleines dents sans qu'aucune vilaine carie ne vienne noircir son si délicieux sourire ultrabright fraîcheur fraiche senteur petit furet des Balkans...
Non , c'est trop pour une seule personne , ça transpire l'excès de bonheur , on n'y croit pas un seul instant .
Il était une fois la rencontre entre Amélie Sarn , douloureuse porteuse de cette histoire autobiographique , et Murat / Corbeyran , dessinateur et scénariste très inspirés ayant su poser des images et des mots à la hauteur du délicat sujet abordé .
Laura traine son mal-être depuis toute petite .
Laura s'embourbe un peu plus chaque jour dans une vie qui n'est que questionnement et tourment .
Laura jubile à l'annonce du coma de son père .
Laura a connu l'inceste .
Étrangère à sa propre famille , prise en étau entre un frère ressemblant de plus en plus à leur monstrueux géniteur et une mère passive et soumise , elle décidera cependant d'affronter ses peurs , d'exorciser ses fantômes en se rendant régulièrement à son chevet afin de vider son trop plein de souffrances pour , allez savoir , enfin réussir à tourner la page !
Pouvoir enfin , non pas pardonner à ce père haï et vénéré , figure ogresque et démiurge idolâtré tout la fois , mais tenter de lui inoculer un peu de sa journalière affliction , de ses quotidiennes tortures physiques et mentales avant qu'il ne se décide à calancher .
Trouver le courage de vider son sac , de se confier , de comprendre...pour avancer .
Sujet difficile , écriture sublime .
Des dessins épurés , tout en rondeur , pour traiter d'un sujet âpre , bouleversant , lié à l'intime .
Un encrage lumineux au service d'un thème à la noirceur ténébreuse .
Et que dire des textes ! Simples , touchants , puissants , dignes des plus beaux uppercuts d'Ali versus Foreman à Kinshasa ! Ils vous surprennent , vous cueillent , vous émeuvent , pour finalement vous laisser étendu pour le compte , la gorge serrée , l'esprit battant la campagne à la recherche d'une once d'humanité et de repentir salvateurs .
Ni voyeurisme outrancier , ni pathos dégoulinant mais la mise en album délicate et intelligente d'une blessure de l'enfance qui , à défaut d'avoir été – dans le cas présent - mortelle , n'occasionna pas moins de dégâts irréparables . Dire pour se reconstruire . Album magistral...
Elle ne pleure pas elle chante : prévoir un kleenex ou deux , au cas ou...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
marina53
  20 octobre 2012
Avec cet album d'une grande intensité et d'une force incroyable, Corbeyran et Murat ont mis les mots et les dessins appropriés pour raconter l'histoire vraie d'Amélie Sarn.
Un matin, le téléphone sonne. Tirée de son sommeil, Laura apprend que son père a eu un grave accident de voiture. Il est dans le coma et son état est critique. A cette annonce, Laura n'est pas triste, au contraire, elle est heureuse et soulagée. Depuis combien de temps et combien de fois a-t-elle souhaité sa mort ? Malgré ces pensées, elle se rend au chevet de son père et lui parle, pour soulager sa conscience... et lui, le rendre coupable.
C'est un véritable récit coup de poing où le thème de l'inceste y est traité avec justesse. Dans cet album épuré aux dessins inaltérés, aux couleurs criardes et au texte incisif, on est très vite mal à l'aise et impuissant face à cette détresse.
Sans tomber dans le pathos, cet album sensible interpelle le lecteur avec subtilité.
Un récit coup de coeur du combat d'une jeune femme...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
chocobogirl
  31 août 2011
Laura est réveillée un matin par un coup de fil qui lui annonce que son père est dans le coma. C'est le choc. Mais pas celui attendu car Laura, elle, est heureuse... L'homme dont elle a si souvent souhaité la mort, git désormais inconscient à sa merci. La jeune femme se rend à la demeure familiale, soutient sa mère effondrée et retrouve toute la famille unie autour de ce drame. Elle se rend à l'hôpital avec le médecin de famille et une infirmière lui signale qu'il faut parler aux comateux qui se souviennent des paroles de leurs proches. L'impuissance de son père permet alors à Laura de se vider de tout ce qui lui pèse depuis de nombreuses années et de se libérer de l'emprise d'un père trop aimant.
Elle ne pleure pas, elle chante est un album adapté du roman éponyme d'Amélie Sarn où cette dernière évoque, disons-le crûment, l'inceste paternel. Un sujet difficile que Corbeyran et Murat ont réussi à illustrer sans pathos.
Tout le récit est vu du point de vue de Laura et en effet, c'est la voix de la victime qui est ici mis en valeur.
Les retrouvailles avec sa famille dont elle s'était éloignée sont lourdes de silences et de non-dits. Sa mère semble lui reprocher son indifférence ou sa froideur par un " ce n'était pas un monstre, tu sais" que le lecteur devine pas si loin de la vérité finalement...
La vision de son père, presque mort, à l'hôpital est un électrochoc pour Laura qui laisse enfin ses larmes couler et se remémore tout un passé difficile. L'impuissance et le silence de son père comateux est l'occasion pour la jeune femme de se délivrer du poids des actes paternels et d'exprimer sa haine pour ce père qui l'a souillé mais aussi de manière plus surprenante son amour.
Alors Laura raconte et le lecteur découvre les faits. Les propos sont à la fois pudiques et extrêmement forts. Elle raconte combien ce père lui a fait mal mais évoque aussi la sensation d'amour qui naît de ces échanges contre-natures. Une sensation dérangeante qui montre toute l'ambiguïté des rapports incestueux avec la conscience que cet acte est mauvais mais qu'il est aussi d'une certaine façon une marque d'amour.
Laura parle de la force dont elle a dû faire preuve pour continuer à avancer malgré tout dans la vie, du fait qu'elle ne s'est pas laissée complètement détruire et que désormais c'est elle la plus forte alors que lui, son père, gît inerte et inconscient sur un lit.
Vous l'aurez compris, cet album est d'une puissante intimité tout en ayant un caractère universel. le propos est difficile et ne peut évidemment pas laisser indifférent. On découvre la portée de tels actes dans la vie d'un enfant, les répercutions à long terme et les difficultés de se construire. On partage la haine de la victime, sa révolte, les cris dont elle peine à se libérer.
Néanmoins, j'émets une certaine réserve par rapport à cet album. L'ambiguïté évoquée ci-dessus m'a fortement gênée. Même si je peux la concevoir, elle n'en est pas moins dérangeante pour un lecteur lambda qui n'a pas vécu lui-même ce type de drame. le sous-entendu de Laura évoquant presque "l'affection" qu'elle éprouve pour ces gestes déplacés, symbole d'un amour bien trop débordant (mais amour tout de même) d'un père pour sa fille m'a franchement désarçonné...Même si je sais qu'on peut continuer d'aimer ses parents, malgré des actes répréhensibles qu'ils auraient commis contre vous, même si je sais que toute marque d'amour est mieux qu'indifférence, il m'a été difficile d'accepter qu'on puisse "apprécier" (mes termes sont mal choisis mais je n'en trouve pas d'autres...) ou les attendre d'une certaine manière. (attention, je ne dit pas que l'héroïne aimait se faire violer par son père !)
La pirouette finale, inattendue, est d'une ironie désespérée. Mais la réaction de Laura m'a laissée aussi perplexe. Qu'en est-il du travail de deuil du passé ? le père aurait-il finalement "gagné" contre sa fille qui pourtant nous a montré tout au long de cet album qu'elle avait enfin trouvé la force d'affronter son passé et qu'elle était enfin plus forte que lui ? J'avoue que je m'interroge encore quant au sens final...
Et qu'en est-il du reste de la famille ? La mère était-elle au courant des actes de son mari en les minimisant ou les ignoraient-elle sciemment ? Beaucoup de questions restent en suspens pour moi.
Au niveau du dessin, le trait est surprenant. Les contours sont épais, de grands aplats de couleurs forment les corps et les décors. Les personnages semblent se mouvoir dans un certain flou, synonyme peut-être de l'entre-deux (haine/amour - passé/ futur) dans lequel navigue la victime. le découpage est classique mais renforce la mise à distance d'une histoire forte qui évite le pathos tout en étant juste et fine. le dessinateur évite l'écueil de la représentation de l'inceste pour mieux se concentrer sur l'émotion et les sentiments de Laura.
Elle ne pleure pas, elle chante est un album indubitablement fort et un témoignage important sur ces violences faites aux enfants. Un récit poignant et dérangeant qui n'épargne pas le lecteur.
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
som
  30 janvier 2013
Laura au petit matin. Un coup de fil ravageur « papa est dans le coma »… Voilà, toute la famille réunie dans une attente angoissante. Réunie, oui mais pas forcément unie. de rares paroles, des regards qui s'évitent alors que les non-dits s'invitent à la table. Laura est à l'hôpital au chevet de son père, un médecin confirme le pronostic vital plus qu'engagé. Ses larmes puis sa grande retenue impressionnent, d'autant qu'elle décide de venir visiter son père toutes les semaines pour lui parler. Car il est primordiale de parler aux personnes plongées dans le coma, dixit le corps médical !
S'il s'agit de parler, Laura fait le faire et personne ne va être déçu. Ses mots racontent, à celui ne peut répondre, les années d'inceste, la famille qui ferme les yeux puis peu à peu le cheminement de la petite Laura violentée devenue une adulte brisée !
Paroles fortes, précises, pesées et soupesée, nul pathos ou larmoiement de mauvais aloi. On est dans l'épure totale, tout comme les dessins. Graphisme au cordeau, couleurs posées en aplats, expressions des visages réduites au minimum pour mieux laisser place à la puissance du récit.
Une réussite totale !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lilou789
  20 septembre 2015
Un livre aussi court que percutant.
Je ne pensais pas en ouvrant cet ouvrage me prendre une telle claque.
Le dessin a l'air inoffensif, avec ces aplats de couleur, son style très épuré, où les expressions des visages se devinent. L'ensemble est assez froid et donne une ambiance très particulière, qui convient bien au sujet abordé : un vidage de sac auprès d'un bourreau sur son lit d'hôpital.
Le texte est lui aussi court, il n'y a pas un mot de trop. Et pourtant, on saisit bien l'ambiguïté de la relation entre la fille et son père, qui est la fois haine et amour.
Le personnage central raconte avec sincérité ses états d'âme et ses faiblesses face à la situation qu'elle vit, et qu'elle a maintes fois rêvé.
A découvrir.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
marina53marina53   20 octobre 2012
Il est de ces textes que l'on écrit pas mais que l'on crie.
De ces textes que l'on a portés si longtemps qu'ils sont indissociables d'une partie de votre âme.
Commenter  J’apprécie          190
alouettalouett   07 novembre 2009
" Cette petite fille aux longues tresses, cette petite fille qui a si peu protesté, cette petite fille... qui t'aimait, je l'ai jetée. Je l'ai balancée comme on se débarrasse d'une poupée cassée. Une poupée toute moche. Toute fêlée. Rien d'autre qu'une petite fille violée. Je n'ai pas le droit de vivre normalement parce que je porte en moi cette petite fille déchirée. Tellement laide. Tellement laide "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AuboulevardlitteraireAuboulevardlitteraire   05 août 2012
J'espère que tu m'entends. Je veux que mes paroles s'insinuent dans ton crâne et qu'elles s'amplifient jusqu'au seuil de la douleur. Je veux te hanter comme tu m'as hantée
Commenter  J’apprécie          90
Lilou789Lilou789   20 septembre 2015
Mon père est dans le coma. Je ressens quoi ? Une joie. Une indicible joie. Il va peut-être crever. A quand remonte la dernière fois où j'ai souhaité sa mort ? Deux jours ? Trois jours ? Hier soir ?
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Éric Corbeyran (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Corbeyran
Grégory Charlet est devenu dessinateur de BD très jeune. Après "Le maître de jeu" aux côtés de Corbeyran chez Delcourt, il a réalisé "Kabbale" chez Dargaud en tant qu'auteur complet... avant de connaître une traversée du désert, due à des problèmes physiques (l'épaule qui lâche). Il est revenu par la porte de chez Bamboo avec "Le carrefour" et "Les s?urs Fox" (le tome 2 est à paraître à l'automne 2019). Mais aujourd'hui, c'est dans le registre de l'espionnage qu'il inaugure au côté de Régis Hautière l'adaptation BD de l'émission culte de France Inter "Rendez-vous avec X". Sous ses crayons, le premier dossier chaud rapporté par Mr X se déroule dans le cadre de la révolution culturelle "Chinoise"...
+ Lire la suite
autres livres classés : incesteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La Métamorphose

En quelle année est paru pour la première fois "La Métamorphose" ?

1938
1912
1915

11 questions
123 lecteurs ont répondu
Thème : La Métamorphose de Franz Kafka de Éric CorbeyranCréer un quiz sur ce livre