AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2302024982
Éditeur : Soleil (12/06/2013)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Le Professeur Moriarty est vivant. Du moins, il ambitionne de le redevenir en se servant du Necronomicon. Après sa démonstration de force à Hamilton Square et sa menace de ravager Londres, ses adversaires - Sherlock Holmes en tête - n'ont eu d'autre choix que lui livrer l'ouvrage maudit. Mais user du livre n'est pas sans risque. Moriarty est-il prêt à en affronter les conséquences ? Et surtout, Holmes peut-il l'arrêter avant qu'il ne commette l'irréparable ? Car l'e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
belette2911
  20 juin 2013
Si vous n'aimez pas le fantastique, cette bédé n'est pas faite pour vous. Si vous appréciez Sherlock Holmes et si vous aimez le fantastique, mais que vous n'aimez pas mélanger les deux, passez votre chemin…
Si vous n'êtes pas très chaud pour un Holmes à la sauce fantastique parce que vous avez peur que ça ne tourne au grand guignolesque, ce livre est là pour vous démontrez que l'on peut plonger Holmes dans l'élément fantastique de manière très correcte, sans que cela ne vire au n'importe quoi.
J'ai attendu deux ans pour le dénouement de ce diptyque et mon attente fut comblée point de vue du final qui est époustouflant.
Il aurait dû savoir, le Moriarty, qu'il est des contrats qui ne signent pas !
Les dessins de Laci nous plongent de manière tout à fait convaincante dans le Londres de la reine Victoria, durant le Grand Hiatus de Holmes (de 1891 à 1894), le seul bémol étant encore et toujours le visage de Holmes qui est dessiné sans expression aucune - sur 4 tomes, ça fait beaucoup .
C'est là que le bât blesse, puisque déjà durant le diptyque avec les vampires, on aurait dit que Holmes était en cire, tellement son visage affichait toujours la même expression. Dommage, ça fait acteur de seconde zone qui a deux expressions à son jeu. Holmes méritait mieux que deux expressions.
Scénario ? Il tient la route, quand on aime le fantastique… Pas de raccourcis faciles, du suspense et des magouilles au menu. On se demande même ce que la reine Victoria est en train de magouiller.
J'ai bien aimé aussi le récit fait par Holmes, comme s'il s'adressait à Watson, comme si ce dernier aurait un jour la chance de lire son récit. Un petit plus qui change tout.
Bref, à lire et découvrir pour les amateurs de vrai fantastique puisque ici, ce n'est pas du faux (comme dans "Le chien des Baskerville" où le toutou n'a pas été vomi par les Enfers).
Pour les autres, ben, c'est loupé, vous n'allez pas aimer si le fantastique vous donne des boutons, de l'urticaire, des nausées, des sueurs froides, et j'en passe…

Lien : http://thecanniballecteur.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Davalian
  17 mai 2016
La Nuit sur le Monde clôt ce diptyque dans lequel Sherlock Holmes manie des forces obscures issues du Necronomicon. La déception est à la hauteur des attentes suscitées par L'ennemi intérieur.
Très honnêtement, seuls les dessins de Laci sauvent cette bande dessinée du désastre, ou plutôt du néant absolu. Et encore, pour cela il faut faire l'impasse sur certaines planches simplistes, dont l'emploi de la couleur rouge ôte tout intérêt. Certains cartouches de cette phase tentent vaille que vaille de retenir l'attention et l'effort est louable.
Le scénario est déplorable. Pour la seconde fois Sylvain Cordurié nous sert la mise en danger de Sherlock, trop rapidement évacuée. Par la suite, les choses s'aggravent au point de le réduire au rang de simple marionnette. Les relations avec Damiens ou Megan suivent une ligne convenue. le fantastique tient une place trop importante et tente (avec peu de succès) de masquer un manque d'inspiration évident. Certaines bonnes idées (ainsi l'introduction) semblent avoir été oubliées en cours de route.
Si l'on oublie les dessins, il est difficile d'être indulgent avec cet album. le cap du ridicule a été franchi (même en admettant une bonne dose d'indulgence). L'apparition d'un nouveau personnage (mystérieux forcément), les références à une certaine machine placeront le contexte d'un nouvel album. Comme de bien entendu, il s'agit d'une menace bien plus grave que celle des anciens dieux… Pas sûr que le public suivra cette réclame peu subtile pour les deux tomes suivants de cette série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          199
MissSherlock
  04 avril 2017
Suite et fin de Sherlock Holmes & le Necronomicon ! Si la première partie de ce diptyque était un peu molle, celle-ci est franchement navrante.
Je me plaignais du manque d'action et de rebondissements du premier tome, je n'aurais pas dû. Dans cette seconde partie, il y a de l'action à foison et des rebondissements en veux-tu en voilà. Par contre le scénario est vide de chez vide… il est donc comblé par de l'action et des rebondissements ! Super.
Donc, en fin de compte, Holmes n'est pas devenu un légume grâce au superpouvoirs de la jolie Mégan. Aucun suspense, aucune panique : dès la première page, on récupère notre Holmes aussi fringant que d'habitude. le reste ne vaut pas un résumé ni qu'on s'y attarde tant c'est calamiteux. Holmes ne sert quasiment à rien (aucune déduction, que dalle, nada !), le nouveau personnage bizarre aux yeux rouges est aussi effrayant qu'un chaton et la fameuse machine dont il est question à la fin m'indiffère au plus au point.
Ce qui sauve les meubles, ce sont les dessins de Laci. Encore qu'ils sont moins enthousiasmants que dans le tome 1. Seul le Crystal Palace m'a éblouie ainsi que quelques planches en début d'album. le reste baigne dans le rouge crade et annonce l'aspect gore des Chroniques de Moriarty.
Je ne vais pas dire que je ne lirai pas les autres BD de Cordurié avec Holmes, je me connais trop bien. Mais j'espère sincèrement que Crime Alleys est moins calamiteux que ce Necrononomicon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
umezzu
  08 février 2017
Après le Sherlock Holmes bien passif du premier tome, on le retrouve un peu plus gaillard dans ce délire fantastique à base de magie ancienne et de manuscrit aux pouvoirs sans fin. de tomes en tomes, les auteurs enfoncent de plus en plus leur série dans le fantastique et le surnaturel. Y a des amateurs. Je me contenterai des dessins, très réussis… notamment celui du Crystal Palace...
Commenter  J’apprécie          60
silverfab
  16 juin 2013
Un nouveau diptyque par le duo qui avait déjà confronté le détective du 221B Baker Street aux suceurs de sang, et qui voit cette fois ci réapparaître sa Nemesis, à savoir le diabolique Moriarty qui, accompagné d'un étrange acolyte, est à la recherche du Nécronomicon et est prêt à tout pour l'obtenir. Comme dans la précédente mini, on est en présence d'une version de Holmes plus orientée action/fantastique que les textes de Conan Doyle, mais le tout évitant l'écueil grand guignol des versions d'un Guy Ritchie par exemple, cette interprétation du personnage littéraire tient bien la route. le scénario, riche en rebondissements et en pistes ouvertes (mais qu'est ce que Sa Majesté la Reine d'Angleterre concocte t-elle ?!) est maîtrisé de bout en bout. Tout comme le dessin de Laci, réaliste et riche en détails qui retranscris bien à la fois l'Angleterre Victorienne et l'ambiance noire du titre. Un des duos les plus intéressants du concept 1800. ,et en musique ça donne quoi? http://bobd.over-blog.com/article-sherlock-rencontre-hpl-118458728.html
Lien : http://bobd.over-blog.com/ar..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
BDGest   21 juin 2013
Dans ce second tome, le scénariste maîtrise le rythme de la narration pour dévoiler progressivement les enjeux jusqu’à l’explosion finale. De plus, l’histoire prend une tournure qu’il était très difficile d’imaginer.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
DavalianDavalian   17 mai 2016
- Je l'ai [Sherlock Holmes] envoyé en lieu sûr. J'ai pensé que vous [la reine Victoria] apprécieriez, même si votre intérêt pour sa personne m'échappe.
- Les écrits, toujours... Ils disent qu'il a sa propre place dans l'histoire.
Commenter  J’apprécie          90
SalynaSalyna   19 août 2013
Mais vous me connaissez assez pour savoir que derrière mon apparente insensibilité ou mon agaçante assurance se cache un homme friable, Watson.
Commenter  J’apprécie          01
Lire un extrait
Videos de Sylvain Cordurié (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Cordurié
Bande Annonce 2 Ravermoon - Cordurié & Pilipovic
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3470 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre