AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782812609077
208 pages
Editions du Rouergue (01/04/2015)
2.93/5   34 notes
Résumé :
Lucie, institutrice trentenaire et célibataire depuis trois ans, veut à tout prix se recaser. Elle enchaîne les tentatives pour rencontrer l'homme de sa vie. Lucie cherche l'amour, l'homme de sa vie. Dans les mariages, dans les bars, sur internet, en cours de yoga, au supermarché, dans le bus... Lucie cherche, partout. Car sans amour, elle se sent comme un navire à la dérive. Parviendra-t-elle à trouver son phare en pleine tempête, son Homme parmi les hommes ? Une r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
2,93

sur 34 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
2 avis

iris29
  25 janvier 2016
Une magnifique surprise que ce livre...
Ayant été attirée par un titre amusant et par une photo de couverture loufoque , ce livre a largement dépassé mes espérances .
Vous connaissez l'expression : "Trouver chaussure à son pied" ?.
C'est ce qu'essaie (désespérément ),de faire Lucie .
Ayant largement franchi le cap de la trentaine , étant séparée depuis quelques mois , le syndrome Bridget Jones la guette . L'ultramoderne solitude la frappe . Tous les lieux sont propices à trouver l'âme soeur (supermarchés, mariages, animalerie ...) . Toutes les occasions sont à étudier.
Et du médecin généraliste (mélange du Docteur Mamour et du Docteur Glamour ), à l'ex de sa meilleure amie, elle envisage tout . La plume de Rachel Corenblit est férocement brillante , tragiquement drôle, impitoyable et lucide .
L'errance de Lucie est celle d'une époque , ses choix et sa quête dénonce l'extrême solitude dans la liberté ,des filles d'aujourd'hui . Comme le disait la chanson: "c'est pas facile d'être une femme libérée" ...
A force de rencontrer des crapauds , et de les embrasser (ou pas!) , coup de "pot" , Lucie finira par trouver "son couvercle" . [Je ne spolie pas, c'est dit ,sur la quatrième de couverture...] .
"Quarante tentatives pour trouver l'homme de sa vie"" satisfera toutes celles qui trouvent que la chick-lit est trop superficielle . Ce roman est profond, ce roman est brillant et plein de références culturelles ... Merveilleusement écrit, vous dis-je ... Et en plus c'est drôle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Albertine22
  17 mars 2015
La couverture illustre bien la quête de Lucie, jeune quadragénaire : trouver chaussure à son pied ! Les couleurs vives, la chaussette rose à fleur, les deux "looks" décalés et drôles semblent annoncer un roman à ranger sur l'étagère chick-lit de votre bibliothèque. "L'habit ne fait pas le moine", la chaussure encore moins ! Rachel Corenblit nous présente un tableau très sombre de la solitude dans notre société contemporaine.
le roman s'ouvre sur des portraits, juste des esquisses mais très détaillées d'hommes lors de l'exercice périlleux du speed dating. Ils sont vus au travers du regard de Lucie et elle porte sur eux des jugements sévères, sans aucune indulgence.
" Celui qui a des mocassins. En cuir retourné. Avec des pompons."
" Celui qui termine chacune de ses phrases par : c'est clair. C'est clair. Et elle lui explique que sa vie n'est pas simple et que son travail lui prend du temps et que ce n'est pas facile, de faire confiance, d'entamer une relation et il répète : c'est clair..."
Lucie vit seule depuis trois ans, elle a quitté Pascal, son compagnon de longue date car elle en était venue à haïr tout ce qu'elle aimait chez lui au début. Elle habite dans un petit appartement à peine meublé et consacre beaucoup de temps à son métier de professeur des écoles. du temps, il lui en reste pourtant beaucoup et il lui permet de se lancer dans la recherche de l'homme de sa vie. Rachel Corenblit ne lui épargne rien, ne nous épargne rien : notre coeur solitaire fait chou blanc au mariage d'une lointaine cousine, ne trouve pas sa future moitié sur son lieu de travail ni parmi les parents d'élèves, ne parvient pas à renouer une relation avec un ancien copain de fac. Elle ne baisse pas les bras, s'inscrit sur un site de rencontres, envisage de participer à "L'amour est dans le pré", participe à un voyage en Tunisie pour célibataires mais en vain...
le problème vient-il des hommes sur lesquels elle ne sait plus poser que des mots durs, âpres, violents ? le problème vient-il d'elle que la solitude fait sécher sur pied et qui envisage l'achat d'un poisson rouge pour lui tenir compagnie ?L'auteur nous fait partager les doutes de son héroïne sur l'existence d'un homme idéal, la colère qui l'envahit quand elle repense à son ex, l'amertume qui la submerge parfois et la solitude dans laquelle elle se noie.
le style est à l'image de Lucie : précis, sec, coupant, cassant. Il montre sa souffrance et les dégâts opérés par sa situation. Un homme, devant sa moue dédaigneuse face à son physique quelconque, ose lui dire ce qu'elle est devenue : "Tu es froide. Tu es laide. Et tu fais peur. " Les quelques phrases prononcées ce soir-là l'incitent peut-être à moins de sévérité, à rentrer de nouveau dans la danse, même si l'homme qu'elle va choisir lui marche un peu sur les pieds et n'épouse pas parfaitement le rythme de son corps.
Le roman de Rachel Corenblit est "rugueux", il nous rappelle que notre société hyperconnectée n'a jamais connu un tel nombre de personnes vivant seules : " Ultra Moderne Solitude" chanterait Alain Souchon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Melopee
  03 juillet 2015
Voilà un livre que je qualifierais volontiers de bobo. Parce que sa narratrice est pile dans cette tranche d'âge (entre 30 et 40 ans), dans un milieu social aisé, dans un cadre de vie agréable.
Lucie est institutrice et elle porte la guigne, elle est célibataire. S'étant délestée de son compagnon, Pascal, il y a trois ans, elle cherche le bon, l'homme de sa vie. A travers tout un tas de situations du quotidien elle se débat avec les tentations mais aussi avec ce que sa morale réprouve. Autant dire que ses critères de sélection sont nombreux et inflexibles. Il n'est pas né de la dernière pluie celui qui lui mettra le grappin dessus. Pourrait-elle regretter son ex ? Tous les hommes sur le marché ont l'air d'être si fade face au précédent. Le fait que lui-même se soit recasé (et pas qu'un peu) pourrait bien expliquer les regrets d'une histoire qui partait pourtant bien.
Alors certes c'est joyeux car la narratrice ne se démonte pas et entreprend une véritable chasse à l'homme, toutefois le récit perd peu à peu de son originalité à mesure que la belle s'échine à la tâche. Elle a du courage, elle est persévérante et affronte tout un tas de situations qui peuvent la désinhiber voire l'émoustiller. Nombreuses sont les jeunes filles qui reconnaîtront être passées par là : entre proie et mangeuse d'hommes, l'écart est parfois infime.
Le style est intéressant mais le fil narratif m'a finalement lassée. Dommage car le pitch était alléchant !
Merci néanmoins à Babelio et aux éditions du Rouergue pour l'envoi de ce roman dans le cadre d'une opération Masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Colibrille
  23 mai 2015
Lucie cherche l'amour, l'homme de sa vie. Dans les mariages, dans les bars, sur internet, en cours de yoga, au supermarché, dans le bus... Lucie cherche, partout. Car sans amour, elle se sent comme un navire à la dérive. Parviendra-t-elle à trouver son phare en pleine tempête, son Homme parmi les hommes ?
Au vue du titre, du résumé et même de la couverture, je m'attendais à lire un roman un peu loufoque et plein d'humour. Les premiers chapitres sont en effet particulièrement drôles. le personnage principal est surprenant et attachant. le style est percutant, les phrases font mouche et ne manquent pas de nous faire rire.
Mais au fil des chapitres, le ton change et se fait plus amer. L'humour s'efface pour laisser place au cynisme. de désillusion en désillusion, la déception de Lucie se transforme en désespoir. Nous sommes témoin du sentiment de solitude qui l'étreint et dont elle ne parvient pas à se libérer. Finalement, l'image que l'on a d'elle évolue vraiment au cours de l'histoire. D'abord étonnante et drôle, Lucie finit par devenir pathétique. Certes, on comprend sa détresse, on compatit à son chagrin, mais son comportement a quelque chose de dérangeant. On a l'impression qu'elle vit son célibat comme une maladie, à tel point qu'elle est prête à faire tout et n'importe quoi, quitte à se ridiculiser ou s'humilier.
D'un côté, j'espérais que l'histoire se terminerait bien pour Lucie, que, comme dans un conte de fée, elle se marierait et aurait beaucoup d'enfants. Mais de l'autre, j'espérais qu'il n'en serait rien, car la vie n'est pas un conte de fée. Rachel Corenblit a fait le choix de laisser en suspens la vie amoureuse de Lucie. Pas de "happy end" dans ce roman, et c'est tant mieux. D'ailleurs, le titre était assez clair. L'auteure nous parle de tentative, pas de réussite... Au final, elle ne dresse pas seulement le portrait d'une femme mais aussi celui d'une société où les gens n'ont jamais été aussi connectés et coupés les uns des autres à la fois...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
myriampele
  15 juin 2015
Si ce n'est pas le livre de l'année, ça se laisse lire quand même et parfois j'ai souri et j'ai souvent trouvé que l'écriture méritait qu'on s'y attarde. C'est assez drôle et surtout très réaliste, cette recherche de l'homme, et ce regard que Lucie, souvent, porte sur celui qu'elle rencontre, qu'elle jauge, qu'elle nous livre ainsi pour un jugement. Ce n'est pas, à mon avis, si léger qu'il n'y paraît.
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   13 juillet 2017
Il est dans la phase ressassement du verbe ressasser . Se passer en bouche les mêmes événements pour mieux les vomir à nouveau . Classique aussi . Après viendront dans le désordre , le renoncement , du verbe renoncer , l'accablement , du verbe s'accabler , la dépression profonde , du verbe s'enfoncer dans la boue glauque de la fin de l'amour .
Commenter  J’apprécie          120
chocoladdictchocoladdict   27 juin 2015
Les filles comme toi, qui arpentent leur vie sans un regard pour les autres. Qui passent leur temps à guetter les hommes sans les voir. […] Tu crois que tu m’intéresses, tu crois que j’essaie de te séduire, que mon objectif, en ce moment, c’est de ramener une fille chez moi, de l’emballer, de faire ma vie avec elle pour finir d’être seul mais je préfère rester seul que m’approcher de toi. Tu es froide. Tu es laide. Et tu fais peur. […] Tu es la laideur du désespoir de ces femmes qui n’ont rien à donner, que des baisers tièdes, des baisers mous, des baisers de femmes araignées jamais satisfaites, jamais contentées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
myriampelemyriampele   15 juin 2015
A l'entrée du magasin, elle croise Arthur, avec son chien. C'est un clochard au visage grêlé et à l'élocution traînante.Au début, elle passait sans le regarder et puis, l'autre jour, ils ont commencé à discuter. Il lui a raconté qu'il revenait de Birmanie et qu'il y avait été ingénieur et la vie ne l'avait pas épargné. Elle a douté de la véracité de ses propos mais il causait comme un prince, Arthur. Un langage précieux et ce n'est pas son rêve, d'aimer un homme qui a perdu ses papiers, sans doute un bout de sa raison et qui a appelé son chien Parabellum, mais n'empêche, il a des yeux à faire rêver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LiraddictLiraddict   20 septembre 2015
Il l'a ramenée chez lui. Ils ont passé la nuit à parler parce que c'est un homme blessé, qui ne voulait pas d'une histoire à la va-vite, pas d'un coup en l'air. Un prince charmant des trottoirs.
- Ils existent encore, ces hommes-là, elle affirme. Ils sont rares mais le hasard fait bien les choses.
Depuis, il ne se quittent plus et il lui manque dès qu'il s'absente plus d'une heure.
- C'est fusionnel, elle explique. J'ai besoin de lui, de le toucher, de le sentir, de l'entendre.
Lucie a envie de lui dire : arrête. Tu n'as pas quinze ans. Ces frissons d'adolescents ne vont pas durer. Les histoires d'amour qui s'assouvissent sur les paliers d'immeuble sont voués à la destruction rapide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Dominique_LinDominique_Lin   23 mai 2015
Première tentative de roman adulte pour Rachel Corenblit après avoir écrit pour les enfants. Et ça commence fort, très féminin, très « girly », comme on dit…
Lucie, institutrice et jeune quarantenaire, a quitté Pascal il y a trois ans et depuis elle cherche l’homme de sa vie.
Toutes les occasions, toutes les astuces, les mises en situation sont bonnes pour essayer de parvenir à ses fins,
Le mariage d’une cousine où les célibataires sont placés à la même table, l’émission télévisée avec l’agriculteur esseulé, le site de rencontres, le voyage à l’étranger pour célibataires, le supermarché jusqu’à la piscine, elle poursuit sa quête, mais cela semble plus compliqué qu’elle le croit. Ah… si elle pouvait choisir sur catalogue, avec les options en prime !
Son problème : elle est exigeante. Rien échappe à son regard, les défauts, les petites manies, les routines des hommes, mais aussi les siennes… tout y passe avec humour et dérision.
C’est aussi un livre sur la solitude dans une société où la communication et les rencontres n’ont jamais autant été accessibles et où pourtant, de plus en plus de personnes vivent seules.

40 petits chapitres de 4 pages à déguster, sans se prendre la tête. L’écriture est vive, parfois cinglante, sans concessions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Rachel Corenblit (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rachel Corenblit
------------------------------------------ "Riposte" de Rachel Corenblit et "Riposte " de Louisa Reid , traduit par Clémentine Beauvais, sont deux romans forts et intenses , lus et appréciés par Chloé , bibliothécaire. Abonnez-vous à notre chaîne Youtube : https://tinyurl.com/ya2scuvg
autres livres classés : célibatVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'amour Vache, de Rachel Corenblit

Dans l'histoire « l'amour vache », la narratrice compare la seconde femme de son père à :

une girafe
un éléphant
une vache

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : L'amour vache de Rachel CorenblitCréer un quiz sur ce livre