AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
The Expanse tome 3 sur 10
EAN : 9782330064228
580 pages
Actes Sud (07/09/2016)
  Existe en édition audio
4.1/5   343 notes
Résumé :
Pendant des générations, le système solaire – Mars, la Lune, la ceinture d’astéroïdes – fut la grande frontière de l’humanité. Jusqu’à maintenant. Un objet non identifié opérant sous les nuages de Vénus est apparu dans l’orbite d’Uranus, où il a construit une porte massive qui mène à un hyperespace désolé.
Jim Holden et l’équipage du Rossinante font partie d’une vaste flotte de navires scientifiques et militaires chargés d’examiner le phénomène. Mais une intr... >Voir plus
Que lire après The Expanse, tome 3 : La Porte d'AbaddonVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
4,1

sur 343 notes
Indéniablement un tome de transition.


La protomolécule a crée une porte pour d'autres mondes, un super BDO qui attire tous les intérêts.. Ceinturiens, martiens, terriens, même Holden y va, poussé par sa vision de Miller. Et ce qu'il va y recouvrir va changer radicalement le paradigme de la série.


Je ne savais pas quoi penser de ce tome. Je me suis ennuyé la première moitié du roman, trouvé la gestion des crises hautement puérile, les personnages plus que moyen. Et puis la révélation de Holden, qui relance la machine, quelques scènes de combats qui accélèrent enfin le rythme.
Et puis j'ai lu quelques autres critiques et j'ai compris… C'est pas moi. C'est le bouquin. Ouf. Parce que dedans il y a tout ce que j'aime. du vaisseau spatial, de la hard science, de l'action, du sens of wonder.

Tout le monde dit que le suivant sera meilleur ? Espérons-le.
Commenter  J’apprécie          754
Une série qui semble perdre une étoile à chaque tome en ce qui me concerne.

Une fois encore je me faisais une joie de retrouver Holden et son équipage. Alors oui ce fut une joie mais de courte durée. Que de longueur dans ce roman. On y voit de nombreux combats , mais rien qui potentiellement ne fait avancer l'histoire.
De nombreux personnages viennent faire leur apparition dans ce tome, mais je les ai trouvé un peu fade par rapport aux opus précédents.

J'en conclu que ce gros pavé a plus servi de transition au tome 4 qu'à autre chose. du coup, je reste sur ma réserve car je n'aime pas beaucoup cette façon de faire... j'aime les pavé quand ils sont une réelle utilité ce roman aurait gagné en qualité et en intensité si il avait été réduit de moitié.
Commenter  J’apprécie          480
James S.A Corey fait son « Aux mains de l'ennemi »

La porte d'Abaddon est le troisième tome du cycle The Expanse, après L'éveil du Léviathan et La guerre de Caliban. Une chose va probablement vous sauter immédiatement aux yeux : cette fois, Actes Sud propose une couverture un minimum esthétique, contrairement à l'horreur mauve et jaune fluo du roman précédent de la série. C'est en fait celle de la version originale, signée Daniel Dociu (un nom bien connu des aficionados de MMORPG), qui a été reprise, et on espère qu'il en ira de même pour les livres suivants.

Je ne vais pas faire durer le suspense : ce roman est, et de loin, le moins intéressant des trois déjà parus (le cycle en compte actuellement 5 en VO, 3 autres sont prévus -dont un cette année-, ainsi qu'un total de 5 novellas et 2 nouvelles). En fait, ce qui y est raconté n'aurait dû constituer qu'une partie du tome suivant, à mon avis, ou au moins être raccourci pour aller à l'essentiel. Parce que là, en gros, il y a quelque chose comme 300 pages qui ne servent à rien, et qui, en plus, sont racontées non pas platement, mais qui peinent à impliquer et plus encore à passionner le lecteur. le parallèle avec un roman du cycle Honor Harrington est assez net, ce que je vais m'employer à vous expliquer dans ce qui suit.

- Aux mains de l'ennemi

Aux mains de l'ennemi est le septième tome de la saga Honor Harrington, par David Weber. En pratiquement 650 pages, il raconte ce qui peut être résumé en une seule phrase : la jusqu'ici invincible Salamandre est vaincue, capturée par l'ennemi Havrien et expédiée sur une planète-prison (son séjour faisant l'objet du tome suivant). Point. Ce qui, en gros, aurait pu (dû, même) ne faire l'objet que d'un chapitre, au pire une partie ou un tiers du livre consacré à son emprisonnement et son évasion, s'étire à n'en plus finir sur des centaines de pages.

Dans La porte d'Abaddon, c'est encore pire : le livre fait 580 pages, dont 180 pour décoller, 40 à 50 vraiment pertinentes, suivies de près de 350 pages qui ne servent à rien, ne faisant pas avancer l'histoire, avant quelques pages finales qui changent complètement le paradigme de l'univers mais qui sont tellement évidentes que vous pourriez arrêter votre lecture 300 pages avant la fin et suivre le roman suivant du cycle sans le moindre problème.

L'histoire démarre environ 2 ans après la fin de la Guerre de Caliban : le vaisseau qui a jailli de Vénus a construit, aux alentours de l'orbite d'Uranus, un anneau de… 1000 km de diamètre. Les humains savent qu'il s'agit d'un pont d'Einstein-Rosen (= d'un trou de ver), mais ils ne savent pas où il mène et surtout s'il ne va pas servir de tête de pont aux créateurs de la protomolécule. Une flotte de vaisseaux scientifiques et militaires est donc stationnée à proximité, et se garde bien de toute manoeuvre qui pourrait réveiller le géant endormi. Sauf qu'un excité dans un premier temps, puis Holden, vont mettre les pieds dans le plat, ce qui fait que l'armada va franchir la porte d'Abaddon… Une fois que vous aurez lu le compte-rendu d'Holden sur ce qu'il y a de l'autre côté, vous pouvez poser le livre et en prendre un autre, l'histoire principale n'évoluera quasiment plus d'un iota. Ce qui est profondément paradoxal : ce qu'il y a de l'autre côté de l'anneau va changer le paradigme de l'univers des romans (et, accessoirement, faire passer leur genre littéraire d'une quasi-Hard SF à la Kim Stanley Robinson mâtinée d'horreur à la Alien à un Space Opera pur et dur, tendance BDO sur ce tome précis, et plutôt inspiré par « Alastair Reynolds rencontre Stargate »), mais en même temps le gros du livre est une histoire auto-centrée sur Holden et / ou l'armada qui ne fait pas avancer le tableau général.

- Personnages et narration

Vous vous êtes attaché aux personnages introduits dans le tome 2 ? C'est dommage, car Chrisjen est juste mentionnée dans un paragraphe de la fin et car Bobbie, si elle est souvent évoquée, n'apparaît pas du tout. A la place, vous avez droit à trois nouveaux personnages : Bull, le chef de la sécurité du cuirassé Béhémoth (ex-vaisseau à générations mormon Nauvoo), Anna, pasteur méthodiste, et Melba, qui n'est pas du tout ce qu'elle semble être (mais pourquoi avoir dévoilé son identité réelle dès le début ?) et qui poursuit une croisade personnelle contre Holden. Franchement, introduire de nouveaux personnages secondaires à chaque tome, surtout lorsque ça implique de faire disparaître d'un trait de plume ceux du précédent, auxquels on a pu s'attacher, est à la fois énervant et abusif. D'autant plus que Bobbie aurait parfaitement été à sa place dans celui-ci.

Sur les trois, seul Bull est intéressant, Melba et surtout Anna se révélant soporifiques. Sans compter que cette dernière est l'occasion de tas de développements sur les notions de pardon, de haine et de vengeance qui semblent tout droit sortis d'un discours de télé-évangéliste de la Bible Belt. Les tomes précédents du cycle, dans la conception de l'univers, de l'intrigue, dans les dialogues, le rythme et le style, étaient, pour moi, caractérisés par la simplicité, l'efficacité et un côté direct, sans fioritures : sur ce tome 3, c'est complètement raté, par contre, car toutes ces bondieuseries n'apportent rien au tableau général, cassent le rythme et surtout ne sont pas réalistes (franchement, il faut demander d'urgence la canonisation de l'équipage du Rossinante au Vatican), particulièrement dans le cas d'Amos.

Autre souci : une tendance récurrente à faire des micro-flash backs, en clair à commencer par la fin d'un événement puis à raconter comment on en est arrivé là. Entre ça et le fait qu'une grosse partie du texte ne sert à rien et / ou se devine des lustres à l'avance, plus les personnages soporifiques et les péripéties dans lesquelles on peine à s'impliquer émotionnellement parlant, tout concourt à une puissante envie de passer directement au tome 4 du cycle, en espérant qu'l retrouve l'esprit des deux premiers.

Un autre point m'a énormément dérangé : Holden se retrouve empêtré dans d'inextricables problèmes juridiques avec Mars (à propos de la possession du Rossinante), problèmes qui sont réglés en fin de roman en un paragraphe via un Deus ex Machina outrageusement abusif et assez irréaliste.

- En conclusion

Ce tome 3, outre le fait qu'il tire terriblement à la ligne, se révèle très nettement en-dessous de ses deux prédécesseurs. Vous pourriez arrêter votre lecture à (même pas) la moitié et être parfaitement capable de suivre le tome suivant. D'autre part, les nouveaux personnages sont très loin en-dessous de Bobbie ou Chrisjen, et on peine à s'impliquer dans les péripéties qu'ils doivent affronter.

Ce tome de transition est aussi paradoxal dans le fait qu'il implique un énorme changement de paradigme (dans l'univers, les influences littéraires et le genre où on classifiera désormais le cycle, qui passe d'une hard-SF très Kim Stanley Robinson mâtinée d'horreur à la Alien -un aspect qui disparaît quasi-totalement- à du Space Opera pur et dur, tendance Big Dumb Object et Sense of wonder, avec beaucoup d'Alastair Reynolds mâtiné de Stargate dedans) mais que, en même temps, la plus grosse partie du livre est une histoire auto-centrée sur Holden et l'armada de vaisseaux qui passe la Porte qui donne son nom au livre, histoire qui ne fait absolument pas avancer le tableau général.

Bref, un tome à vite oublier, mais qui, par contre, ouvre de fascinantes perspectives pour la suite. Histoire d'être un minimum constructif, je pense que les événements de ce troisième roman auraient sans problème pu être résumés pour ne constituer qu'une partie de l'histoire du tome suivant, et que le lecteur n'y aurait pas perdu grand-chose.
Lien : https://lecultedapophis.word..
Commenter  J’apprécie          287
J'ai à nouveau passé un très bon moment de lecture avec le tome 3 de cette passionnante série. Je vais d'ailleurs essayer de caser le tome 4 avant la fin de l'année.

On y suit toujours James Holden et l'équipage du Rossinante mais on fait également plus ample connaissance avec 3 nouveaux personnages : Clarissa Mao, Carlos de Baca (dit Bull) et Anna Volovodov.

J'aime beaucoup être baladée d'un point de vue à l'autre, cela permet de mettre le focus sur des personnalités intéressantes. C'est vraiment bien écrit et structuré.

Tout le monde se dirige vers la superporte qui m'a fait penser à celle des Oris dans Stargate SG-1. La grande question est de savoir ce qu'il y a de l'autre côté. Holden n'a pas le choix, c'est la seule « issue » pour se mettre à l'abri de ses poursuivants qui vont bien entendu s'empresser de le suivre. Taïaut !

De l'autre côté on bascule dans l'inconnu… une suite captivante. Je ne suis pas croyante mais je vais terminer avec cette citation :

« Dieu à donné la Terre à l'homme. Il ne lui a jamais promis les étoiles. »


Prix Locus du meilleur roman de science-fiction en 2014


Challenge SFFF 2021
Challenge pavés 2021
Challenge ATOUT PRIX 2021
Challenge mauvais genres 2021
Commenter  J’apprécie          387
Quelque chose se trame sur Vénus.
La proto-molécule a « fabriqué » un anneau qui ressemble à une porte…
Bien que déterminé à s'en tenir éloigné, Jim Holden et son équipage n'auront d'autre choix que de s'y rendre, victimes d'une machination visant à éliminer Holden.
Entrainés au-delà de l'anneau, Terriens, Martiens et Ceinturiens vont devoir décider s'ils affronteront la « station » ou s'ils feront profil bas.
Comme dans les tomes précédents, la voix d'Holden alterne avec celle d'autres personnages : Bull, le chef de la sécurité du Béhémoth, Anna, une prédicatrice, et Melba. (Dommage que Bobby et Avasarala n'y soient pas…)
Je dois avouer que le démarrage de ce tome a été quelque peu laborieux, notamment les parties consacrées à Anna et Melba.
Finalement, je me suis laissée embarquer dans la zone lente avec Jim, Naomi, Amos et Alex..

Commenter  J’apprécie          220

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
La violence est le dernier recours des gens quand ils ont épuisé toutes les idées raisonnables. Elle est séduisante parce qu’elle est simple, directe, et parce que c’est une option presque toujours disponible. Quand vous ne trouvez pas de réfutation valable des arguments de votre adversaire, vous pouvez toujours le frapper au visage.
Commenter  J’apprécie          301
C'était une leçon qu'il n'avait jamais oubliée. Les humains n'avaient pas une énergie émotionnelle inépuisable. Si intenses que soient les circonstances, si puissants que soient les sentiments, il était impossible de se maintenir indéfiniment dans un état émotionnel extrême. Vous finissez toujours par vous lasser, et souhaiter que la situation prenne fin.
Commenter  J’apprécie          171
Pour se remettre du désastre, il n’y avait que deux solutions. Soit tous les gens faisaient cause commune et ils survivraient, soit ils continuaient à laisser la peur et leur différences les guider, et il y aurait d’autres morts.
Commenter  J’apprécie          250
Le diable a toujours habité les hommes qui veulent aller trop loin, quand ils oublient de se demander s’ils devraient accomplir un acte simplement parce qu’ils peuvent le faire.
Commenter  J’apprécie          310
Montrez à un être humain une porte close, quel que soit le nombre de portes ouvertes qu’il verra, et il sera obsédé par ce qu’il peut y avoir de l’autre côté.
Commenter  J’apprécie          292

Videos de James S.A. Corey (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James S.A. Corey
"The Expanse, tome 7" de James S.A. Corey lu par Thierry Blanc l Livre audio
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (802) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4857 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..