AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782330128463
800 pages
Éditeur : Actes Sud (06/11/2019)
3.89/5   31 notes
Résumé :
Presque trente ans après la fin de la guerre et l'anéantissement de la Flotte libre, l'humanité a retrouvé un semblant d'ordre et de stabilité. La Terre et Mars ont reformé leur coalition et se relèvent progressivement, tant sur le plan économique que militaire. L'Union des transports, l'organisme ceinturien chargé de réguler les échanges commerciaux entre les différents systèmes, tient un rôle essentiel au sein de l'Univers connu. Dans ce contexte, Holden, capitain... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
ZeroJanvier79
  16 décembre 2019
Persepolis Rising est le septième volume de la saga de science-fiction The Expanse signée James S.A. Corey, le nom de plume du duo composé des auteurs Daniel Abraham et Ty Franck.
Après un sixième volume sympathique mais un peu moins à mon goût que les précédents, j'attendais que celui-ci relance totalement mon intérêt pour la saga. Malheureusement, je garde un sentiment mitigé après ce septième tome.
Pourtant, cela commençait plutôt bien : après la multitude de narrateurs du précédent volume, j'ai d'abord été rassuré en parcourant la table des matières de voir que le nombre de points de vue était réduit. Hormis quelques rares chapitres isolés, l'action est recentrée sur quatre personnages et donc quatre points de vue :
- Holden, le boy-scout capitaine du Roccinante
- Bobbie, l'ancienne combattante des Marines martiens
- Drummer, désormais présidente de l'Union qui gère les transports entre les Anneaux
- Singh, un nouveau personnage venu de Laconia, le système où les rebelles martiens s'étaient exilés pendant que la Free Navy semait la terreur lors du cinquième tome
L'autre élément qui saute aux yeux dès les premières pages, c'est le bond dans le temps proposé par les auteurs. Alors que les dix premiers tomes se déroulaient l'espace de quelques années, celui-ci reprend le récit 30 ans après la fin du précédent volume. L'équipage du Roccinante a vieilli, Jim et Naomi rêvent de prendre une retraite bien méritée sur Titan quand l'anneau de Laconia, inactif depuis trois décennies, montre des signes d'activité.
Pourtant, je dois dire que j'ai eu un peu de mal à me passionner pour cette histoire. Nous sommes face à une histoire somme toute classique d'invasion par une puissance technologiquement supérieure et de résistance face à l'envahisseur. Cela pourrait être passionnant et bien traité dans un récit de science-fiction, mais je n'ai pas été emballé cette fois-ci. Il y a de bons moments, des passages réussis, mais j'ai aussi eu du mal à avancer parfois, un peu lassé par les actes prévisibles des personnages et par un récit sans grande surprise.
C'est d'autant plus dommage qu'il y a tout pour me plaire dans ce volume : un récit qui se veut épique, l'évocation de la vie dans une cité occupée, la guerre désespérée face à un ennemi nettement supérieur, et un antagoniste fascinante. Malheureusement j'ai été déçu par la façon dont les auteurs développent tous ces aspects prometteurs.
Espérons que le huitième et avant-dernier tome de la saga, Tiamath's Wrath, me réconciliera avec les auteurs de The Expanse, qui m'avaient habitué à bien mieux jusque là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Deslivresetlesmots
  16 mai 2021
L'intrigue du Soulèvement de Persépolis commence trente ans après Les Cendres de Babylone. Si c'est surprenant au premier abord, c'est un choix qui me semble tout à fait cohérent. Cela permet d'expliquer les avancées technologiques, la reconstruction des infrastructures et de la vie sur Terre, et de ne pas avoir une autre catastrophe qui s'enchaîne directement après les événements du sixième tome. Cela me rappelle, même si ce sont des livres très différents bien qu'ils relèvent tous deux de la science-fiction, La Trilogie des Trois Corps de Liu Cixin. Mais, l'intérêt de ce bon en avant ne s'arrête pas là : cela nous permet de suivre l'évolution des personnages, devenus vieillissant trente ans après, même si les progrès technologiques et médicaux leur permettent d'être encore en relative bonne forme. J'ai peu eu l'occasion de lire des romans de science-fiction s'intéressant à des personnages vieillissants et c'était un plaisir de lire ce qu'ils ne peuvent plus faire comme avant, les genoux qui tiraillent, les cheveux gris et les visages ridés. Encore une fois, le récit arrive à nous happer parce qu'il est réaliste, malgré l'univers éloigné du nôtre : que les personnages ne puissent plus faire les mêmes cabrioles avec la même aisance que trente ans avant ne les rend que plus palpables et intéressants.
On retrouve beaucoup dans ce tome un thème que j'apprécie particulièrement, celui de la famille choisie. L'équipage du Rocinante cohabite depuis trente ans, certains d'entre elleux depuis plus longtemps encore et les liens créés entre ces personnages semblent incassables. The Expanse marque encore des points en terme de diversité avec la représentation d'amours véritables qui n'ont pas besoin d'être sexuels pour être importants et forts.
En trente ans, le tableau politique a eu le temps d'évoluer et de façon drastique : les « Ceinturien⋅nes » n'ont plus de raison d'être opposé⋅es à la Terre et à Mars puisque toustes sont éparpillées à travers différents systèmes, dont le système solaire n'est qu'un point de départ. Ainsi, la Coalition Terre-Mars réunit les deux planètes pourtant opposées depuis si longtemps et elle travaille en harmonie relative avec l'Union des Transports composée majoritairement d'ancien⋅nes Ceinturien⋅nes. Ces changements sont d'autant plus intéressants qu'on se rend compte qu'ils auraient été invraisemblables dans le premier tome de The Expanse, et pourtant les auteurs ont fait tellement évoluer leur univers et ses habitant⋅es que cette alliance est devenue non seulement envisageable mais même évidente.
Malheureusement, cette paix si durement trouvée va être mise à mal (sinon, ce ne serait pas un tome de The Expanse). On assiste à l'arrivée d'un régime autoritaire et organisé qui semble avoir tout ce qu'il faut pour s'imposer, peu importe les armes, les vaisseaux et les tactiques de la Coalition ou de l'Union. Bien entendu, ce régime se présente comme rationnel, avec un « Président » qui n'est rien d'autre qu'un dictateur, qui prétend devoir prendre le contrôle de tous les systèmes pour le bien de l'humanité bien évidemment.
L'histoire insiste beaucoup sur le sentiment d'impuissance qui peut envahir une population quand toutes les issues semblent fermées et qu'il semble impossible de contrer ce changement et cette invasion. Malgré tout, certains personnages – dont notre équipage préféré vous vous en doutez – ne baissent pas les bras et vont tout mettre en oeuvre pour mettre à mal les plans de cette dictature. Mais cette fois-ci, il n'est pas dit que leurs plans réussissent.
J'ai encore passé un très bon moment avec les personnages de The Expanse que je recommande toujours autant !
Lien : https://deslivresetlesmots.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SChaptal
  06 avril 2020
Mars débute et en l'honneur du dieu romain qui lui a donné son nom, parlons de guerre. Et plus exactement de ses répercussions. C'est le thème qu'aborde Persepolis Rising, le septième livre dans la série The Expanse de James SA Corey. Comment prendre possession d'un système solaire et se rendre maître d'un essor galactique naissant ? Comment s'opposer à une invasion quand l'ennemi vous connaît par coeur, et dispose d'une puissance de feu inimaginable jusqu'ici ? Persepolis Rising y répond en ouvrant une autre série de questions pour les deux (derniers ?) livres de la série à venir.
Civils, militaires, résistants ou collaborateurs, vainqueurs comme vaincus : la guerre est toujours sale et fait des dégâts dans tous les camps. C'était vrai depuis la plus haute Antiquité, c'est plus que jamais vrai en ce début de XXIe siècle, et ce le sera encore au XXVe siècle selon James SA Corey*. Persepolis Rising commence trente ans après le précédent livre (Babylon Ashes) et entre 40 et 50 après le tout premier livre de The Expanse (Leviathan Wakes – l'Éveil du Leviathan en VF). Trente ans que la guerre entre les planètes intérieures (la Terre et Mars) et la Ceinture a eu lieu, trente ans que les portes ouvrant la voie vers d'autres systèmes stellaires sont ouvertes grâce à la protomolécule. Dans cet univers apaisé, l'équipage du Rocinante dont les quatre personnages que l'on suit depuis le début (James Holden, Naomi Nagata, Alex Kamal et Amos Burton) songent à la façon dont chacun assurera ses vieux jours. Alors que deux d'entre eux se décident enfin à raccrocher, d'une des portes surgit une vieille menace oubliée et plus puissante que jamais. le fragile équilibre à l'intérieur comme à l'extérieur du vaisseau vole en éclat et tout le monde doit trouver ses marques pour lutter contre l'envahisseur ou simplement survivre.
Malgré un saut dans le temps, d'autant plus déstabilisant pour la lectrice que la série TV The Expanse m'avait renvoyée à la genèse de cet univers, Persepolis Rising est encore l'un des romans les plus puissants de la série. Il est nettement plus intéressant que Strange Dogs, la nouvelle qui l'a précédé même si celle-ci ouvre de nouvelles perspectives en rapport avec la fin de ce roman. Pourquoi ? Parce qu'on y retrouve nos personnages favoris. Ils ont vieilli, ils sont désormais dans des positions où on ne les imaginait pas comme Camina Drummer passée de Tycho Station à la tête de l'union des transporteurs. Et comme d'habitude, ils doivent faire face à des événements qui les dépassent. de plus, James SA Corey nous montre chaque facette du conflit spatial en cours : de chaque côté du système solaire : en zone occupée comme sur la ligne de front, côté envahi comme côté envahisseur. Celui-ci se joue aussi bien en jouant aux échecs en 3D avec les navires, astéroïdes et habitats comme pions, qu'en multipliant les actes de sabotage dans les coursives des stations ou en contrôlant les médias pour influencer l'opinion. Une fois le problème posé, la solution qu'apporte James SA Corey au fil des pages reste imprévisible. Tous les personnages ne ressortent pas vivants de cette guerre, personne n'en sort intact et encore une fois le statu quo de The Expanse est bouleversé pour le prochain roman. Les ennemis d'hier et d'aujourd'hui y seront peut-être forcés d'être les alliés de demain.
Lien : https://www.outrelivres.fr/f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Malahide75
  11 mai 2021
Une troisième boucle narrative débute ici. Trois décennies se sont écoulées et tout le monde a pris de l'âge lorsqu'apparaît (réapparaît plutôt) Winston Duarte, d'origine martienne, retranché depuis tout ce temps derrière la porte de Laconia.
Duarte a de grandes ambitions, du genre de celles animant les empereurs et les dictateurs. Mieux, il a les moyens technologiques (grâce à ses scientifiques qui ont joué les apprentis sorciers avec la protomolécule) de les mettre en place.
Nos amis du Rossinante (qui envisageaient une retraite bien méritée) et leurs compagnons de route doivent reprendre le chemin de la lutte pour la liberté, mais dans le camp des soumis cette fois.
Si tous les mondes doivent se rééquilibrer dans ce nouvel ordre, il en est de même pour l'équipage du Rossi : des fractures se font jour entre les partisans de la diplomatie, de la lutte clandestine et de la lutte frontale. Chacun cherche sa place et les allégeances changent.
Sur cette partition archi-classique, les auteurs orchestrent les protagonistes avec finesse : Duarte est un jusqu'au-boutiste mais animé d'un idéal ; Naomi peine à reprendre son costume de résistante ; Bobby vit sa meilleure vie.
Et Holden me demanderez-vous ? Et bien il est complètement dépassé et on lui a carrément coupé le sifflet !
« Le Soulèvement de Persépolis » rentre dans le rang des romans manichéens traditionnels : Star Wars, David et Goliath...
L'essoufflement de la série se confirme.
Après, ça se lit facilement et sans déplaisir, mais avec un petit goût de regret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mcheron
  30 octobre 2020
L'humanité est entrain de coloniser des milliers de monde , au travers des portes . Sol et Mars restent les points centraux de l'organisation humaine. Les centuriens ont fondé l'union des transports qui gère les échanges commerciaux au sein de l'univers humain.
L'équipage du Rossinante ont pris de l'âge, comme le vaisseau qui reste puissant mais commence à être daté. James Holden et Naomi Nataga, propriétaires du Rossinante songent à prendre leur retraite.
Winston Duarte et sa flotte dissidente représentante d'un nouvel Empire , viennent envahir les mondes existants, aidés par une technologie supérieure basée sur la protomolécule . Comment l'équipage du Rossinante va s'commodes des plans du dictateur?
Un roman de Space Opera passionnant, qui reprend bien l'univers déjà connu de The Expanse, et qui va au travers de quelques personnages seulement nous poser des questions que l'humanité se pose depuis l'origine choisir entre démocratie, ou dictature du bonheur (imposé).
Vivement la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
DeslivresetlesmotsDeslivresetlesmots   16 mai 2021
And, almost without her knowing it, they’d become her family. [Bobbie] still had brothers and nieces and nephews back on Mars related to her by blood, but she rarely spoke to them. Even then it was always in a recorded message fired across space on the end of a laser. Instead, she had Amos, the gruff big brother who’d let her fuck up on a repair job and just laugh at her, but then fix it later and never mention it again. And she had Clarissa, the annoying know-it-all little sister who wrapped herself in rules and procedure lists and formality like a shell around her fragile center.
And then, Holden and Naomi, who couldn’t help but become the parents of the ship. Alex, the best friend she’d ever had, and the person she’d realized recently she had every intention of growing old with, in spite of never having seen him naked. It was an odd group of people to fall in love with, to adopt as your own kin and tribe, but there it was, and she wasn’t ever going back.
p. 77
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
laurannslauranns   22 février 2020
Lorsqu’on construit, on essaie de matérialiser une aspiration. Et quand on meurt, on emporte avec soi ses intentions. Les édifices sont tout ce qui reste.
Commenter  J’apprécie          30
DeslivresetlesmotsDeslivresetlesmots   16 mai 2021
It was all becoming normal. He could see it in the way the clerk served up the terrible, terrible coffee. He could hear it in the conversations at the nearby tables. It showed on the screens and in the gaits of the people walking by. Panic and alarm were exhausting. He was exhausted by them, and Medina was exhausted too. It was already shifting into its new routine. Checkpoints, yes. Armed security, yes. All the theater of dominance and control and nothing to undercut that narrative.
p. 266
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DeslivresetlesmotsDeslivresetlesmots   16 mai 2021
“And also if you call me ‘little girl’ again, I will hurt you.”
“Is that right, ninita?” Ramez said, his grin turning condescending.
“No,” Bobbie said, stepping toward him. “No, that’s not right. Pulling that gear will be delicate work. I can’t risk her damaging her hands before we get out there.” Bobbie took another step into Ramez and stared down at him. “So I’ll hurt you. Mao’s my second on this. Don’t make me beat some respect into you, ninito.”
p. 234
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mcheronmcheron   29 octobre 2020
Comme vous le savez, nous avons accepté de diriger la station Médina. Et oui nous comptons également prendre le contrôle des treize cents mondes vers lesquels elle ouvre la voie. Notre intervention n'est pas un acte d'agression, mais une nécessité. Nous n'avons aucune mauvaise intention et n'éprouvons aucune animosité à vitre égard...
Je dois avouer que je les aime bien , ces gars -là, murmura Holden à Naomi . Pour des conquistadors, je veux dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de James S.A. Corey (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James S.A. Corey
THE EXPANSE SAISON 4 Bande Annonce (2019) Sci-Fi
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3588 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre